Partagez | .
 

  C'est le commencement qui est le pire, puis le milieu puis la fin ; à la fin, c'est la fin qui est le pire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: C'est le commencement qui est le pire, puis le milieu puis la fin ; à la fin, c'est la fin qui est le pire.   Mer 3 Nov - 16:02

C'est le commencement qui est le pire, puis le milieu puis la fin ; à la fin, c'est la fin qui est le pire.
_______________________________

Kebinus Granace & Corneilius Fudge (PNJ)



Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais, c'est peut-être la fin du commencement. W.Churchill.



- Vous êtes appelé par le Ministre de la Magie!

- Oui, merci Gilberte, je le sais.

- Non mais je ne voudrais surtout pas que...

- De toute évidence. A tout à l'heure Gilberte! Oh et puis, arrêtez dont votre sourire hypocrite, vous n'êtes pas du tout contente que je revienne ici après ce rendez-vous, et vous savez pourquoi ?

- Non, monsieur le Directeur ?

- Car vous allez encore vous plaindre à la cafetière ensorcelée de la salle de repos, en disant que vous avez des écharpes à faire pour vos petits enfants et que vous en avez mare des heures supplémentaires! Et ne me regardez pas de cet oeil, si cette cafetière est dites ensorcelée, c'est qu'il y a un petit truc qui confirme la règle, vous me suivez? Vous allez y réfléchir, d'accord? Vous me donnerez la réponse tout à l'heure! Ah, et j'oubliait... Inutile de lui demander, à part vous donner l'heure, elle ne fera rien d'autre.


Et ce fut sur ces mots que Kebinus Granace, l'actuel Directeur du Département des Mystères sorti du dernier niveau pour aller prendre l’ascenseur. Gilberte, quant à elle, était une très vieille femme, secrétaire depuis très longtemps, c'était à peine si elle était plus vieille que l'arrière grand-mère de Merlin! Toujours en train de faire un sourire plus qu’hypocrite, qui voulait souvent dire "regarde-moi bien mon coco, dans deux secondes je te plante mon stylo magique dans le dos!".

Il quitta le département des Mystères aux environs de 15H48, et presque 32 secondes, enfin, maintenant, 33, 34, 35... Et oui, au département des Mystères, ils avait un tas d'Horloge, alors, imaginez dans la salle du temps... Des retourneurs de temps à tout vas, dont un qui avait été acquis par Dumbledore, qui apparemment l'aurait cédé à une de ses collègues, qui elle-même l'aurait offert à l'une de ses élèves, mais trève de plaisanterie, le vieil homme à la grande barbe - qu'on prenait de toute évidence souvent trop pour Dumbledore - avait un rendez-vous chez le Ministre de la Magie. Il avait reçu la note de service quelques minutes avant de partir, ce qui, de toute évidence, devait être une situation d'urgence.

Il arriva ainsi au Niveau 1, communément appelé "Présidence", où se situaient les bureaux du Ministre, du Secrétaire d'Etat, et de la Sous-Secrétaire d'Etat, en l’occurrence Dolores Ombrage, qui avait déserté son bureau depuis peu, vu qu'elle était, lamentablement en train de tenter une vaine direction de l'école Poudlard. Cet étage était le plus beau de tous, les murs étaient en pierres peintes en blanc, avec des bordures et des dessins en or. La moquette était quant à elle d'un rouge vif, et de grand lustres en or et cristal pendaient du plafond.

Le premier bureau était plutôt une grande salle, où plusieurs secrétaires tapées des choses, toujours inconnues, sur des machines à écrire. Le bureau suivant était celui d'Ombrage, celui d'après était occupé par le Secrétaire d'Etat au Ministre, et le dernier, en tête de pleton, était celui du Ministre. En effet, la plaque où était inscrit "Corneilus O. Fudge, Ministre de la Magie" renforçait cette idée. Il toqua à la porte, et entendit un "Entrez" assez froid.

Corneilius était en train de regarder l'atrium par la fenêtre de son bureau. C'était son oeuvre, son petit Ministère de la Magie, rien qu'à lui, son jouet. Une grande "affiche" était présente dans cet Atrium, qui représentait le visage de Fudge, toujours et encore triomphant. Il tenait son chapeau melon vert dans ses mains, derrière son dos. Son bureau n'était pas aussi remplis de dossiers que ceux des autres Directeurs de département, ou simples employés. C'était d'ailleurs un très beau bureau, circulaire, avec en son centre un magnifique bureau, où derrière était placé un grand fauteuil magistral.
Le Ministre de la Magie se retourna alors pour parler à Granace. Il était très fatigué, c'est vrai, cacher le retour de Voldemort à tout le monde, ce n'était pas une mince affaire!

- Je vous en pris, commença-t-il, asseyez-vous.

Sur ces mots, Kebinus s'installa devant le bureau, sur un des deux fauteuils réservé aux invités.

- Une fâcheuse affaire Granace, très fâcheuse, continua-t-il tout en s'asseyant dans son fauteuil.

- Quelle affaire ? répondit Granace d'un air étonné.

- Azkaban...

- Azkaban ? En quoi le Département des Mystères est-il concerné par Azkaban ? A part peut-être le fait que je vous répète depuis des années de ne plus faire confiance aux détraqueurs...

- Justement... Je n'ai pas pu faire venir le directeur du Département de la Justice, il est absent, voyage d'affaire... Azkaban s'est fait attaqué, aujourd'hui même, et beaucoup de prisonniers...

Fudge ne put continuer de parler, quand quelqu'un toqua à la porte du bureau. Cette personne n'attendit même pas l'autorisation de Fudge pour entrer. Enfin, cette personne, ils étaient plusieurs. Fudge se leva, tout comme Granace d'ailleurs, et un premier homme, une baguette magique à la main s'approcha de Fudge. On crut un moment qu'il voulait lui jeter un sort, puis il sorti un papier de sa poche et le tendit à Fudge.

Fudge prit le morceau de papier assez vivement, et commença à le lire. Les hommes présents étaient eux aussi avec des baguettes magiques, et regardait Fudge s'en prendre même attention à Granace.

- Remercié? Comment ça "remercié? cria-t-il à l'homme qui venait de lui donner le morceau de parchemin.

Il jeta le morceau en question sur son bureau et commença à s'approcher vivement de l'homme en question. Cependant, ce dernier était très grand, même plus que Kebinus, et malgré le fait que le vieil homme mesuré plus d'un mètre 80, il se sentait très petit face à l'homme. Alors, pour Fudge, pas plus haut d'un buisson, il ne s'approcha pas trop près.

- Monsieur Granace, dit alors l'homme, ceci est pour vous.

"Comment connait-il mon prénom?" se demanda-t-il. Il lui tendit le morceau de parchemin.

- Je vous remer...

-...Fudge, vous avez une heure pour partir de ce bureau. Aurevoir. Granace.

Les hommes quittèrent le bureau du Ministre. Alors que ce dernier était encore sous le choque, Granace ouvrit le morceau de parchemin, où il vit :


Citation :
Kebinus Granace, vous êtes nommé Secrétaire d'Etat, et vous prenez la direction du Ministère de la Magie jusqu'à la nommination d'un nouveau Ministre de la Magie.


Le Magenmagot.
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est le commencement qui est le pire, puis le milieu puis la fin ; à la fin, c'est la fin qui est le pire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et puis au pire, on meurt. [Aaron]
» leah (+) et puis, au pire, on meurt.
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Londres :: Le Ministère-