Partagez | .
 

 Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Dim 5 Déc - 16:06

Des flammes émeraudes jaillirent d'une des cheminées de l'atrium se reflétant dans les nuances sombres du parquet ciré. Quelques visages se retournèrent vers la silhouette qui sortit de la cheminée, posant les yeux sur l'une des plus influentes sorcières de Grande-Bretagne. Elle était assez petite, plutôt replète et...colorée. Elle était vêtue d'une robe rose bonbon en tweed avec une veste des mêmes couleur et matière. Dans ses cheveux méticuleusement coiffés par une laque magique, elle avait un nœud rose qui s'accordait parfaitement à son teint de petite fille et avec sa tenue. Elle portait de petites chaussures roses à talons qui lui faisait gagner quelques centimètres. Elle portait une broche en or qui avait pour emblème un chat dont les yeux étaient d'émeraudes. Elle portait à sa ceinture évidemment sa baguette magique ridiculement courte, d'une main un calepin de bois avec quelques parchemins ornés d'emblèmes ministérielles et une plume de faisan dans l'autre main. Elle avançait avec des pas très courts et un buste soutenu le plus hautainement possible. Elle affichait un permanent sourire de satisfaction, tout en se frayant un chemin dans l'Atrium, bondé de sorciers, malgré que ceux-ci la laissait passer sans aucune opposition. En effet, elle était tout de même la sous-secrétaire d'Etat auprès du Ministre et désormais directrice et Grande Inquisitrice de Poudlard. Des gens apeurés la saluait d'un « Bonjour madame Ombrage » ou n'osaient prononcer un mot devant cette petite sorcière et se contentaient d'un hochement de tête craintif. Elle passa à côté d'un gobelin qui avait une malle à la main. Elle esquissa un air dégoûté. Elle détestait ces créatures viles assoiffées de sang et d'argent. Ces hybrides malpropres qui polluaient une société sorcière pourtant désireuse de vivre en paix. Elle passa dans le hall des ascenseurs et se dirigea dans l'un où peu de gens se trouvaient. Une sorcière habillée d'un tailleur bleu, une mallette à la main était là. Lorsqu'elle vit Dolores, son teint vira au blanc le plus pâle. Dolores, dressa alors un sourire hypocrite et déstabilisant à cette femme, qui tremblait de tous ses membres.

« Bonjour Madame Edgecombe. Comment vous portez-vous ?
- Bien, merci Dolores. Et … et vous même ?
- Cela pourrait aller mieux si ces élèves à Poudlard savaient se conformer aux règles mais rassurez-vous, Marietta n'en fait pas partie.
Ah oui et... tiens, je suis arrivée ! Au revoir Dolores. »

La mère de Marietta Edgecombe, élève à Poudlard s'en alla rapidement de l'ascenseur, d'un pas rapide et précipité. Après tout, Dolores avait fait chanter sa fille au risque que sa mère perde son poste pour avouer les activités illicites de l'Armée de Dumbledore, il y avait deux ans de cela. Mais Dolores avait fini par gagner. L'Armée fut dissoute et ses membres éparpillés. L'ascenseur, montant de haut en bas et allant de droite à gauche s'arrêta et les portes de métal doré s'ouvrirent. Dolores traversa le couloir, son calepin à la main, terrorisant les employés peureux d'écrire quelque message qui pourraient leur réserver un avenir funeste. Elle arriva dans le couloir circulaire du niveau 2. Le département de la Justice Magique était souvent plein de gens se frayant un chemin dans la foule des membres du magenmagot habillés d'une robe noire avec un chapeau de magistrat reconnaissable, les aurors étant souvent par groupe avec une personne à leur tête, les brigadiers de la police magique étaient en uniforme et couraient souvent dans le couloir et les membres de divers comités plus ou moins utiles. Tout ce beau monde se bousculait et il était très pénible pour Dolores de marcher tranquillement car personne ne pouvait l'apercevoir. Encore que sa couleur caractéristique était un fort atout. Elle arriva dans la Grande Salle des femmes qui, durant toute les journées exécutaient des sortilèges de lévitation pour brocher des papiers à des autres. Dolores passa entre les tables des ouvrières et fut saluée par le responsable des travailleuses, un poste qu'avait occupé Dolores lors du début de sa carrière. La sous-secrétaire en profita pour le snober car elle savait qu'elle avait, elle, un statut prestigieux, de numéro deux du Ministère qui lui permettait quelques attitudes. Continuant son chemin, elle arriva devant son bureau où une plaque dorée faisait reluire des lettres en marbre noir qui annonçait le poste haut-placé de Dolores. Elle tourna la poignée d'ambre et se retrouva dans un univers plus serein. L'architecture était classique des années mille sept cent et les murs en pierres taillés au lieu d'être un peu plus noires par le temps était d'un doux rosé proche du fuchsia. Une grande ombrelle rose flottait au dessus de la pièce. Au centre, un grand tapis rose et violet sur lequel reposait un épais bureau de bois taillé. Il était d'ailleurs assez encombré. Portrait du Ministre de la Magie, rapports, plumes, parchemin, lampe, dentelles et un nécessaire à thé avec des tasses de porcelaine rose ornées de chatons qui s'animaient, faisant le tour de la tasse. A côté de son bureau, il y avait une mince penderie avec à ses pieds quelques paires de chaussures de couleurs presque similaires : rose, fuchsia, magenta et bien d'autres. Dès que Dolores était présente dans son bureau, les chats qui se trouvaient dans les assiettes accrochées aux murs ronronnaient en poussant quelques miaulements attendrissants. Dolores posa son calepin sur son bureau et s'assit. Pendant qu'elle buvait un thé, elle entendit des voix dans le couloir. Elle se leva et ouvrit la porte en passant la tête à l'extérieur. Un homme que Dolores avait déjà aperçu était là. Elle s'avança et dit de son petit ton doucereux :

« Bonjour Rex, comment allez-vous ? Alors que faites-vous depuis que vous êtes parti du Ministère ? »

Les gens qui étaient là devenaient mal à l'aise et notamment une jeune femme. Une jeune auror. Ses cheveux viraient de couleur en couleur. Dolores la sollicita de sa voix de petite fille :

« Bonjour Nymphadora. Alors comment cela se passe au bureau des aurors. Vous m'avez l'air bien pâle, il faut vous reposer vous savez. Je suis tout à fait apte à demander à votre directeur quelques jours de congé voir beaucoup plus. Je pense que votre assiduité à la tâche mérite bien quelques jours voir quelques semaines de libre, n'est-ce pas ? »

Elle conclut sa phrase de son petit ricanement aigu, ayant tout dit pour mettre très mal à l'aise Nymphadora Tonks. Mais c'était fait exprès.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8859
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9226
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Dim 5 Déc - 20:25

    Tonks n’était pas venue depuis longtemps au ministère et cela avait été d’un grand soulagement. Bien qu’elle n’aimait pas restée bloquée chez elle à ne rien faire, elle devait admettre que retarder sa venue au ministère le plus longtemps possible n’était pas forcément une mauvaise chose. Alors, pour une fois, écouter le ministère et l’ordre indirect qui lui avait donné de rester chez elle pour récupérer un peu après cette période forcée de détention chez les Malefoys était une bonne idée. Et puis, après, elle s’était absentée de Londres - toujours dans la période de convalescence qui lui avait été imposée ; elle n’était donc pas revenue au ministère depuis ce dernier jour... Il y a environ un mois entier. Retarder le moment du retour, signifiait laisser reposer un peu ce qui s’était déroulé sur l’allée des Embrumes. Bien qu’elle en était ravie, elle n’en tirait aucune fierté cependant... Si au départ, cela lui avait procuré un soulagement quelconque, les mots de Rémus ne cessaient de résonner dans son esprit ces derniers jours alors qu’elle savait qu’elle devrait revenir travailler dès la début de la semaine prochaine. Elle était dangereuse, à n’en pas douter ; d’une certaine manière elle l'était ; il fallait s’en méfier...

    Finalement, elle aurait bien aimé quelques jours supplémentaires. Elle se sentait tendue comme s’il s’agissait de son premier jour chez les Aurors... Elle aurait tout donné en ce moment présent pour que Rémus soit là ; il aurait trouvé les mots pour la réconforter, elle en était certaine ! Il trouvait toujours les mots pour réconforter les autres. Au lieu de cela, elle était dans sa cuisine à boire une tasse du café qu’elle venait de se chauffer, les yeux fixés sur la pendule accrochée au mur opposé de la pièce. Regardant défiler les minutes.

    Allez, courage Tonks ! Il suffit que tu te glisses dans la foule, que tu ne te fasses pas remarquer... Le premier disant que c’était chose vaine sur ce dernier point termine la journée suspendu au plafond par la cheville ! En route. Elle se saisit de sa baguette, la rangea à l’intérieur de sa cape et elle quitta la pièce, décidée... Le pas un peu plus ferme. Elle n’avait pas à s’y faire ! Pourquoi stressait-elle autant de revenir au ministère ?! Si cela se trouvait, tout allait bien se passer ; si cela se trouvait elle n’allait pas rencontrer personne qu’elle voulait éviter...

    Nymphadora Tonks apparut par l’une des cheminées présentes dans le hall du ministère. Heure d’affluence, il y avait beaucoup de monde. Sans attendre et les vieilles habitudes émergeant de nouveau en elle, elle se dirigea en direction des ascenseurs avec un seul but en tête : le bureau des Aurors. Elle alla sans regarder autour d’elle, ne s’attardant sur aucun visages. Elle parlait à peu de gens, ici. Les gens, eux-mêmes évitaient de trop parler. La peur se lisait dans les yeux de certains. Depuis l’attaque sur Azkaban, la crainte hantait les visages ; les traits étaient figés. Alors que dans d’autres, elle n’arrivait pas déterminer vraiment ce qui y brillait. Quoiqu’il en soit, personne ne parlait guère en-dehors de ce qui était du travail. Tonks se pliait de bonne volonté à cette règle qui semblait être de mise. Mieux ne valait pas trop en dire, pas trop en dévoiler.

    Dans l’ascenseur, elle se cala au fond. Elle se trouva bloquée entre deux sorcières au teint livide dont l’une portait une mallette dans les bras, alors que l’autre avait une pile de dossiers ; on ne parvenait qu’à peine à voir ses yeux qui apparaissaient par-dessus. Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent à l’étage voulu, Tonks en sortit aussitôt, tout à fait ravie de fuir cette atmosphère confinée. Elle se dirigea d’un pas rapide en direction du bureau des Aurors... Pour cela, elle devait traverser tout le couloir et n’en était pas encore à la moitié. La poitrine comme bloquée par le fait qu’elle devait obligatoirement passer par là pour y arriver et surtout espérant que la porte ne s’ouvre pas au moment où elle passerait (on pouvait espérer, non?), cela fut en vain néanmoins. L’un de ses collègues, Kingsley, l’apostropha et la saluant ils échangèrent quelques mots de cordialité puis, discutèrent un peu de choses et d’autres. Alors que l’Auror la quittait, d’autres personnes autour d’eux discutaient - ce fut sans doute le brouahah encouru qui fit sortir le crapaud rose de son bureau...

    Son visage perdit de ses couleurs soudainement. Son sang se figea dans ses veines en reconnaissant de suite cette petite voix aigrelette et doucereuse qu’elle détestait tant... Et dont elle aurait voulu éviter la présence... La vie ne serait-elle jamais un peu clémente avec elle lorsqu’elle disait vouloir quelque chose ou ne pas vouloir quelque chose ?! Tonks contourna deux personnes et se hâta de poursuivre son chemin mais...

    Trop tard. Le crap... Enfin, je veux dire cette chère Dolores Ombrage l’avait aperçue et adressée la parole. Une grimace de dégoût ne put s’empêcher de s’afficher sur son visage devant différentes choses dont l’hypocrisie certaine et la moquerie dont cette ‘marque d’attention’ à son adresse était sans nul doute emprunte. Alors qu’elle se retournait, elle fit disparaître évidemment cette expression de passage alors qu’elle voyait face à elle cet air de petite fille certes pas le moins du monde innocent, et encore moins inoffensif qui lui donnait simplement la nausée... Elle eut la vision fugitive de l’allée des Embrumes qui se dessina dans son esprit et elle manqua de peu d’en rire à nouveau ; elle se ressaisit aussitôt. Elle n’avait pas réellement de raisons de rire, là... L’on pouvait mettre cela sur le fait que ce devait être nerveux. S’efforçant d’apposer dans son esprit l’image réconfortante que lui offrait Rémus, elle réunit en elle suffisamment de contrôle de soi et en se suppliant au calme, elle parvint à répondre avec plus de fermeté qu’elle ne s’était cru capable...

    “... Non merci ça va. J’ai bien trop conscience de mon travail pour me permettre des jours supplémentaires de ‘vacances’ ”.

    … Et elle n’avait assurément nul besoin de sa ‘pitié’. Si quelques dizaines de minutes plus tôt, elle avait encore espéré pouvoir rester quelques jours de plus en-dehors du ministère, à présent que cette langue de vipère le lui proposait sur ce ton acide, elle n’avait aucune envie que sa convalescence soit allongée. Pas le moins du monde - bien au contraire. Ne serait-ce que pour contrarier son interlocutrice... Elle renforça sensiblement son regard, se sentant soudain plus confiante, plus assurée.

    Elle voulut tourner les talons, pensant ne pas pouvoir supporter plus d’échange de mots avec cette vipère - elle n’avait aucune envie de s’attarder trop - . Aussi amorça t-elle un mouvement pour se détourner après avoir esquissé un très vif signe de tête indiquant qu’elle prenait congé, mais... la chance n’était pas de ce côté aujourd’hui de toute évidence.

    … D’ailleurs, la chance n’était jamais vraiment avec elle.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Lun 6 Déc - 13:07

Une nuit douce et très fraîche pour la saison venait de se finir doucement et tranquillement, laissant place à un soleil maladif et timide. Quelques lumières s’allumaient par ci, par là, le monde se réveillé et dans un petit appartement du côté Sorcier de Londres, un homme lui, regardait sans grande attention les foyers s’éclairaient petit à petit. Ce jeune homme du nom de Rex Helsing, était assis depuis deux heures sur son lit, les yeux regardant par la fenêtre, les mains entre croisé et le menton posé dessus. Ses pensées vagabondaient, sans trop de cohérence sans trop de sujet de préoccupation particulier, sans trame d’émotion qui aurait put jouer les fils conducteurs. L’ancien Serpentard avait reçut de sa mère cet handicap contestable qu’était être insomniaque. Avec le temps et face à l’ennuie des nuits trop longue pour les personnes éveillés, Rex avait appris à libérer son esprit, le laisser allez au grés de ses envies et si quelqu’un était venu en cet instant perturbé ses introspections, il n’aurait eu droit qu’à une indifférence et un silence involontaire de la part du concerné.

Soudain, un réveil sonna, résonnant dans cette pièce certes grande mais dont le mobilier ne représentait que le strict nécessaire. Comme un signal de départ, Rex, se leva et s’avança vers la salle de bain pour se décrasser quelque peu. Son corps blessé et meurtris par les affrontements était rincés à grosse goutte et le balafré, frotta chaque cicatrices par réflexes, comme s’il voulait s’assurer quelles soient bien toujours là. La buée dut à l’eau bouillante, enveloppa la pièce d’un brouillard humide que Rex quitta rapidement. Il s’avança en tenu d’Adam vers sa commode et choisit la première robe noire venu avec par-dessus une longue veste noire elle aussi. Lavé et habillé, il préparer ces affaires pour se rendre au Ministère pour normalement la dernière fois. Ces papiers étaient mis en ordre, il avait donné des conseils et les directives à son remplacent au poste d’Adjoint au directeur du département de contrôle et de régulation des créatures magiques et repris ces affaires. Il ne lui restait plus qu’à rendre visite à Mademoiselle Ombrage, la nouvelle directrice et grande inquisitrice de Poudlard pour recueillir les autorisations nécessaires pour passer les barrières magiques de sécurité de l’école afin d’occuper le nouveau poste de professeur de Soin aux Créatures magiques. Rex n’avait pas plus été étonné que cela de recevoir une telle proposition : le Seigneur des Ténèbres en avait eu le désir et ses relations n’ont qu’exaucés ces désirs.

La seule personne qui aurait put à la rigueur posée son veto n’était autre que la jeune femme qu’il devait voir ce matin mais pourquoi aurait-elle refusait car après tout Rex était issus d’une famille noble, il avait largement les capacités pour un tel poste vu ses années d’anciennetés dans le domaine des créatures magiques, ces nombreuses études à ce sujet, sans oublier que Rex avait déjà sortit trois livres en remportant d’excellente critique. Sans oublier qu’il était le subordonné administratif idéal : obéissent, méticuleux, respectueux en toutes circonstances de la hiérarchie, le sens relationnelle très élevé. Il était aussi indifférent au climat de peur et de méfiance qui régnait aujourd’hui et apparaissait comme quelqu’un de confiant, souris, calme et posé. Il avait l’occasion de parler de temps à autre avec Miss Ombrage, notamment lors de la sortie de sa thèse : « Le croisement des espèces, un danger futur à ne pas négliger ». Il y avait exposé les risques qu’encourait le monde magique à toujours jouer les apprentis dieu en croisant différentes espèces pour qu’une nouvelle naisse avec les avantages dés deux. A jouer à cette surenchérie, on risquait de ne plus rien contrôler. La nouvelle directrice avait apprécié avait-elle dit ce point de vue et bien que ces opinions avaient semblés aux yeux de Rex un plus extrémistes et radicales que les siennes, il n’avait rien objecté au plaisir apparemment de Miss Ombrage. Pourquoi donc alors aurait-elle été contre sa nomination au poste de professeur.

Rex venait d’arriver assez tôt au Ministère mais la pagaille ambulante et régnante dans le pays, il ne fut pas étonné de voir que déjà, beaucoup d’employés étaient attardés à leurs tâches respectives. Indifférent à cela, il prit tranquillement l’ascenseur pour rejoindre l’étage qu’il souhaité. Dans ce dernier, il parla mondainement un instant avec un de ses anciens collaborateurs au département qu’il venait de quitter


-Alors Rex, toujours parmi nous

-Plus pour longtemps Monsieur Perkins, j’ai déjà fait mes cartons et je viens juste voir Mademoiselle Ombrage pour les dernières formalités, répondit-il chaleureusement, un petit sourire aux lèvres

-Oh !

Ce « Oh ! » dérangé à l’annonce du nom de celle que Rex venait voir ici était familier à presque tout ceux du Ministère. A vrai dire, une méfiance voir une peur générale était ambiante à cette femme aux couleurs au sens propre du terme. A vrai dire, très peu de personne appréciait Miss Dolores Ombrage mais à ce sentiment, Rex Helsing y était indifférent. Pour lui, elle lui était ni sympathique ni antipathique. Le futur professeur éprouvait très peu souvent de sympathie généralement pour les autres, ses sourires, gestes et paroles amicales n’étaient qu’un réflexe, un faux-semblants plutôt réussi visant à ne pas se faire remarquer et à s’intégrer sans trop le vouloir socialement. Mais pour autant, l’antipathie ne venait pas non plus. Après tout, Dolores Ombrage ne lui avait jamais rien fait, bien au contraire. L’ascenseur s’arréta enfin au niveau tant voulut et après avoir faussement chaleureusement pris congés au prés de Jonathan Perkins, Rex prit directement sans détour le chemin du bureau d’Ombrage. Avançant en zigzag pour traverser la foule dense, il arriva enfin devant la porte de celle qu’il venait voir mais avant même d’avoir put toqué et affirmer sa présence dans se brouhaha de paroles confuses, la principale concerné ouvrit la porte et remarqua le jeune homme venu la voir


-Bonjour Rex, comment allez-vous ? Alors que faites-vous depuis que vous êtes parti du Ministère ?

-Mademoiselle Ombrage, désolé de venir sans rendez-vous mais serait-il possible de vous prendre un peu de votre temps si précieux pour remplir quelques formalités pour mon entré au poste de professeur

Mais ces paroles étaient veines car l’attention de la grande inquisitrice était portait vers quelqu’un d’autre vers qui elle s’avança sans ménagement et salua en ces termes

-Bonjour Nymphadora. Alors comment cela se passe au bureau des aurors. Vous m'avez l'air bien pâle, il faut vous reposer vous savez. Je suis tout à fait apte à demander à votre directeur quelques jours de congé voir beaucoup plus. Je pense que votre assiduité à la tâche mérite bien quelques jours voir quelques semaines de libre, n'est-ce pas ?

Celle-ci, apparemment peu réjouit d’être ainsi interpellé par elle, se pressa de répondre poliment

... Non merci ça va. J’ai bien trop conscience de mon travail pour me permettre des jours supplémentaires de ‘vacances’

Un long silence gêné s’installa entre les deux femmes, aucune ne voulant céder un mètre à l’autre. Et alors que Rex Helsing attendait impuissant de pouvoir récupérer l’attention de Miss Ombrage, il crut bon de briser la glace et ce silence pour relancer la discussion car plus vite elles en auront finis, plus vite il pourra redemander les autorisations qu’il était venu chercher. Pour cela, il salua avec amabilité l’Aurore qui avait longtemps laissé son siège vide, et à juste titre, au sein du Ministère

-Bonjour Miss Nymphadora, je me réjouis de revoir votre silhouette dans ces murs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Lun 13 Déc - 18:09

Excepté une ruse et une insolence remarquable, Nymphadora Tonks avait une particularité magique : elle était métamorphomage et donc jouissait du pouvoir de transformer son visage à son gré et autant de fois possibles qu'elle le désirait. Avec cette caractéristique, au premier abord il était difficile de juger rapidement cette femme encore jeune qui en un secouement de tête faisait varier la couleur de ses cheveux. Mais cela n'impressionnait nullement Dolores qui trouvait que cette caractéristique physique était un handicap contre-nature et digne seulement d'un hybride. Malgré la petite taille de Dolores, celle-ci se tenait droite devant la jeune auror, affichant un air présomptueux et supérieur. Après tout, Dolores avait main mise sur les carrières et en tant que sous-secrétaire d'Etat, elle avait une main mise sur le Ministère malgré le Ministre qui ne s'opposait que très rarement à ses choix sachant que Dolores avait une majorité considérable au Magenmagot et que toute opposition ferait perdre au Ministre les voix favorables à Dolores, dans cette précieuse Assemblée. C'était le point fort de ce régime parlementaire. Et puis Dolores avait également la main mise sur le Magenmagot, nommant elle-même les membres qui lui plaisaient en remplaçant d'autres sous des prétextes équivoques et peu réels.

Quant à monsieur Rex Helsing, elle avait une confiance certaine car il n'avait jamais déçu les attentes de Dolores et il était quelqu'un d'assez influençable face aux promotions et postes, du moins selon Dolores. Il restait quelqu'un de fiable et c'est pour cela qu'elle ne s'opposait nullement à sa nomination comme professeur à Poudlard, école de magie qu'elle dirigeait désormais depuis quelques temps, suite à la fuite du professeur Albus Dumbledore. Mais Dolores garda cette animosité pour la consacrer à Nymphadora. En effet, cette dernière esquissa un vain salut pour échapper de l'échéance très pénible qui allait l'opposer à Dolores. Celle-ci tenait d'ailleurs dans ses mains, sa baguette minuscule et boudinée qu'elle remuait, et lorsqu'elle vit un jeune stagiaire du département éclater de rire lorsqu'il passa derrière Dolores avec un employé plus âgé, celle-ci pointa sa baguette sur les deux hommes et d'un coup vif, ceux-ci se turent sous l'effet d'un sortilège de mutisme et se redressèrent automatiquement lorsqu'ils virent le regard très explicite de Dolores. On la critiquait peut-être au Ministère mais il y avait très peu de gens, voir aucune personne assez folle pour aller la critiquer ou la contrarier de quelque manière que ce fut. Elle avança donc vers sa torture matinale et lui dit sur son ton doucereux de petite fille coutumier :


« Eh bien Nymphadora, vous devriez tenter le repos pour une convalescence, pas des escapades dans des allées hasardeuses, n'est-ce pas ou je me fourvoie ? Eh dites-vous bien mademoiselle que nous n'en avons pas fini car nous avons quelques comptes...à régler. Et notamment ce que vous faisiez ce jour-là dans une allée aussi mal famée que l'allée des embrumes, le jour même où l'on me volait mon médaillon en or, héritage des Selwyn, branche de ma famille auquel je tenais beaucoup et qui passait uniquement dans les mains de notre noble famille, de sang-pur, elle ».

Voyant l'embarras de Rex, elle le rassura tout de suite :

« N'y prêtez pas attention monsieur Helsing. Vous avez évidemment mon aval pour cette nomination et je suis assurée que vous honorerez Poudlard avec les justes et légitimes décrets que j'ai appliqué en tant que Grande Inquisitrice pour garantir le droit commun et enseigner les soins aux créatures magiques d'une façon plus instructive et plus sécurisée que l'ancien...professeur qui n'avait d'ailleurs que très peu de différence de sang avec les sales hybrides qu'il faisait étudier aux élèves. Rubeus Hagrid, vous le connaissez peut-être. Un balourd gigantesque, vous devriez vous le représenter et également un goût pour le danger absolu. Venez donc dans mon bureau. Venez aussi chère Nymphadora, je ne saurais me priver de votre présence si enrichissante en révélations ! Suivez-moi. »

Dolores prit donc la tête de ce cortège sordide et l'emmena dans son bureau. A l'apparition des deux invités impromptus de Dolores, ses chats miaulèrent mais se calmèrent lorsqu'ils virent Dolores. Elle invita Tonks et Rex à s'asseoir sur ses fauteuils roses à fanfreluches rembourrés. Elle mit en évidence le nouveau livre de Rita Skeeter, « Vie et mensonges d'Albus Dumbledore et sortit sa théière en versant son infusion dans une de ses tasses décorées...à son goût et s'empressa de remettre droit une plume de travers. Elle posa sa tasse après avoir délicatement bu une gorgée et dit d'une voix aigüe en saisissant un dossier rempli de parchemins :


« Voici vos papiers monsieur Helsing. Remplissez-les et signez-les. Quant à vous Nymphadora, j'attends des explications. »


Dolores s'enfonça dans son fauteuil et attendit patiemment en remuant son thé.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8859
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9226
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Mar 14 Déc - 0:20

    Poliment, elle avait esquissé un signe de tête pour saluer celui qui était de toute évidence nouveau professeur à Poudlard. Étrangement, elle craignait cette nomination... Si Dolores l’approuvait apparemment, elle était persuadée que cela n’était pas bon pour eux. Elle y mettrait sa main à couper !

    Elle regarda s’éloigner les eux sorciers qui, sous l’effet d’un sortilège de mutisme, avait vu leur conversation interrompue ; ils s’était littéralement ratatinés sous le regard que leur avait lancé Ombrage. Cette femme entretenait la crainte, la méfiance dans le ministère ; personne n’osait dire un mot en sa présence sinon en surveillant de près ses propos, elle en était certaine... Tonks n’avait pas peur. Il n’y avait que mépris haineux pour elle...

    La jeune Auror faillit s’étouffer.... De rage, de colère, d’exaspération.... Bref, tous les mots que vous jugerez acceptables en écoutant tels discours. Bien qu’elle s’intimait au calme, la jeune femme bouillait littéralement intérieurement... De nature très impulsive, autant dire qu’elle faisait vraiment de maints efforts pour se contenir. Peut-être était-ce cela qui l’exaspérait ? Que Tonks ne se laisse pas aller, qu’elle n’éclate pas une bonne fois pour toutes... Ainsi cela lui donnerait une parfaite raison de lui donner des ennuis, de la renvoyer... Peut-être désirait-elle la pousser à bout ? Peut-être attendait-elle le moment avec impatience où elle ne parviendrait à se contrôler ?

    Et elle, alors ? Sous prétexte qu’elle avait mains mises sur le ministère entier, sous prétexte que tous lui obéissait comme de bons toutous, alors elle avait le droit d’emprunter l’Allée des Embrumes ?! Sans répondre à sa provocation, La jeune Auror sentit ses doigts se crisper sur les pans de sa cape alors que sans qu’elle lui eut prit la peine de lui répondre, Dolores avait poursuivi... Tonks sentit sa haine s’intensifier au fur et à mesure que les mots empoisonnés d’Ombrage sortait de sa bouche...

    Pas question. Elle ne craquerait pas. Au sein de l’Ordre, on avait besoin de personnes présentes au ministère... Elle était indispensable en ce sens.

    Elle ne savait rien de la mission d’Harry, Ron et Hermione ; ils ne lui avaient rien dévoilé sur cela mais Tonks était prête à mettre sa main à couper qu’Ombrage mentait comme elle respirait... Une branche de la famille Selwyn, Un médaillon de sa famille ? Peut-être. Toutefois, son instinct la poussait à ne pas accorder la moindre foi aux propos emprunts de venin que tenaient Dolores Ombrage. Si Dumbledore avait confié cette mission à Harry, c’était qu’il devait y avoir un rapport avec Voldemort... Elle était prête à parier que cela n’avait rien à avoir avec la branche de famille de la famille de la sous secrétaire d’état.... Nymphadora crut qu’elle n’allait pouvoir se contenir lorsqu’elle termina son discours en faisant allusion à sa famille de ‘sang-pur’ dont elle semblait si fière...

    Elle se contint tellement que, si son don de métamorphomagie n’avait pas quelques ratés ces temps-ci et ne lui obéissait que lorsqu’il le voulait, ses cheveux auraient certainement pris la couleur d’un rouge immensément vif à en éblouir tous ceux qui auraient porté le regard sur elle. Elle aurait tout donné pour être ailleurs. Elle était certaine que Rémus, lui, toujours serein et ne démontrant jamais d’aucunes tensions apparentes, aurait pu se contenir plus facilement ; ramenant son image à son esprit, elle essaya de cette manière à ramener le calme dans ses pensées...

    Mais Nymphadora fulmina entre ses dents. Le calvaire ne devait pas être fini... Le pire à supporter sans broncher était encore à venir. La jeune Auror apprit que le dénommé Helsing enseignerait les soins aux créatures magiques et... Pendant plusieurs secondes et encore après, ses mots demeurèrent gravés au fer rouge dans son esprit... “... droit commun et enseigner les soins aux créatures magiques d'une façon plus instructive et plus sécurisée que l'ancien...professeur qui n'avait d'ailleurs que très peu de différence de sang avec les sales hybrides qu'il faisait étudier aux élèves. Rubeus Hagrid, vous le connaissez peut-être. Un balourd gigantesque, vous devriez vous le représenter et également un goût pour le danger absolu”. Impossible. Nymphadora crut qu’elle allait s’étouffer avec sa propre salive et si elle avait failli s’étrangler de rire en l’entendant parler de ‘justes et légitimes décrets qu’elle avait appliqué en tant que grande inquisitrice de Poudlard’, son rire s’étrangla cependant sur la suite de ses paroles... Chaque mot qu’elle prononçait n’était que poison, qu’insultes envers des personnes qui avaient bien plus d’importance qu’elle en ce monde à ses yeux, et de meilleures valeurs qu’elle n’en avait. L’entendre parler ainsi de Hagrid lui insufflait l’envie de lui sauter dessus, la rouer de coups, la défigurer en griffant son visage à mains nues.... Et encore, elle n’avait pas critiqué Rémus, alors imaginez un instant qu’elle eut abordé la question des Lycanthropes, je vous laisse imaginer quelle furie elle serait devenue... Entendre les noms de ses amis dans sa bouche, c’était souiller leur image. Il n’y avait pas choses plus injurieuses pour eux qu’elle ne pouvait imaginer sur le moment.

    Elle lui avait dit de la suivre également, qu’elle ne pourrait “se priver de sa présence si enrichissante en révélations”. Très bien. Tonks soupira et se résigna ; elle ne pouvait refuser assurément, elle ne pouvait désobéir, elle était coincée ; il lui faudrait donc supporter encore sa présence.... pour combien de temps ? Parce qu’elle croit un instant qu’elle lui dirait la raison exacte de sa présence sur l’allée des embrumes ? Elle pouvait toujours rêver. Alors que ses pieds eurent du mal à se décoller du sol, elle s’imposa à faire un pas en avant puis à suivre Rex Helsing et Dolores Ombrage... dans le bureau de cette dernière ; bureau décorée à son image et donc qui lui était d’autant plus insupportable. C’était son... C’était son antre. Rien que penser ce mot lui donnait envie de vomir. Elle fit exprès de traîner, de laisser passer Mr Helsing en premier dans le bureau aux chats.

    Elle pénétra donc la dernière dans le bureau, sans se presser, et elle fut celle qui referma la porte avec une infinie lenteur en réfléchissant à ce qu’elle allait lui répondre... Enfin, elle dût bien se rapprocher, regardant obstinément devant elle. Elle n’avait aucune envie de s’assoir dans l’un de ses fauteuils. Elle fit semblant de ne pas avoir entendu l’invitation à s’asseoir de la bonne femme. Son regard se figèrent lorsqu’ils rencontrèrent le titre du livre que Dolores avait sans nul doute volontairement posé en évidence sur son bureau « Vie et mensonges d'Albus Dumbledore ». Evidemment, elle l’avait lu, au moins paercourait quielques passages. Elle refusait d’y accorder plus de foi que nécessaire ; elle refusait de voir l’image souiller à ce point par la plume de... De cette Rita Skeeter. Elle ne l’aimait pas non plus ; mais bien qu’elle n’aimait pas Rita, Dolores Ombrage était bien plus haute placée dans son ‘échelle des personnes les plus exécrables qu’elle connaissait’.

    Elle jeta des coups d’oeils autour d’elle. Trop de roses, trop de chats. Elle n’avait jamais autant détester les chats que depuis qu’elle savait qu’il s’agissait de l’animal préféré d’Ombrage... Cet animal ne lui ressemblait pas du tout ; elle aurait davantage dessiner une couleuvre pour représenter la sous secrétaire d’état du ministère... Elle essaya de se détendre, tout en s’efforçant de s’imaginer une tête de couleuvre sur le corps de Dolores Ombrage assise actuellement à son bureau. Elle ne parvint pas à en sourire mais c’était toutefois bien essayé.

    Ce qu’elle n’aimait pas ce bureau !
    Dolores Ombrage reposa délicatement sa tasse de thé après en avoir bu une gorgée - puis, elle s’adressa de nouveau à eux. Nymphadora n’avait toujours pas bougé de sa place, pas même d’un millimètre ; elle n’était pas à l’aise dans ce bureau ; cela ne changerait jamais.

    “Des explications sur quoi?” demanda t-elle sur un ton pour le moins plus sec que ce qu’elle n’avait voulu bien que reflétant parfaitement son état d’esprit. “Ah oui c’est vrai, l’allée des Embrumes ? Que voulez-vous que je dise ? Est-ce interdit de s’y rendre sous prétexte que c’est l’endroit le plus mal famé de Londres où se donnent sans doute rendez-vous tous les malfaiteurs du coin ?... Alors, si tel est le cas, voici une raison de plus pour y faire des rondes, de temps à autres... Pour preuves, ce jour-là, je suis tombée sur deux mangemortes. Je me demande par ailleurs ce que vous pouviez bien y faire, vous. Et l’insistance du pronom ‘vous’ ne pouvait paraître totalement innocent. Pour quelle autre raison me serais-je trouvée à l’Allée des Embrumes ? Figurez-vous que l’Allée des Embrumes est un endroit tellement mal famé comme vous venez de le dire qu’il n’est pas impossible qu’il s’y trouve des gens aux fréquentations douteuses... sur lesquels mettre la main... Qu’ils soient mangemorts, ou pas. Que vous vous y êtes trouvée ce jour relève entièrement du hasard. Les Aurors n’ont pas pour habitude de ne pas visiter des endroits sous prétexte que ces endroits sont ‘mal famés’. Ils vont là où peuvent se trouver des mangemorts, point. Dois-je rappeler la fonction des Aurors ? Veiller sur la population, battre les mages noirs, les débusquer, ne pas craindre de se mettre en danger pour sauver des vies peut-être ? ça ne consiste pas seulement à remplir quantités de paperasses au bureau. Si cette explication ne vous convient pas, alors vous m’envoyez désolée, termina t-elle d’une voix ferme en insistant de même sur certains des mots qu’elle avait prononcé.

    Elle se tut ensuite. Elle n’avait rien d’autres à dire et, par ailleurs, elle ne parviendrait à trouver meilleure excuse. Meilleure excuse ? mais c’était la vérité, non, après tout ? A moitié du moins. En ce qui la concernait, elle trouvait qu’elle s’en était plus bien sortie ; mais, elle était persuadée que cela n’allait pas satisfaire Dolores Ombrage et qu’elle allait encore trouver quelque chose à dire...

    Et encore, elle avait tant de choses à dire, choses qu'elle se retenait de déballer, bien que l'envie ne soit pas inexistante bien au contraire, mais elle ne pouvait pas.

    Curieusement, elle avait une étrange impression au fond d’elle, comme si Rémus n’aurait pas approuvé ses paroles... Il lui avait recommandé la méfiance et d’éviter de trop se faire remarquer quelques temps, il aurait voulu plus de prudence de sa part mais, après tout, elle ne faisait que répondre à la question qu’elle lui avait posée. Elle ne tolérait pas que l’on ne réponde pas à ses questions, n’est-ce pas ? Alors qu’elle n’aille pas se plaindre Rolling Eyes et qu'elle aille au diable tiens

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Mar 14 Déc - 12:44

Rex reçut un maigre mouvement de tête de la part de Miss Nymphadora. Lui déplaisait-elle parce qu’il était l’une des rares personnes encore dans les bonnes grâce de la grande Inquisitrice ? Etait-ce le fait qu’il remplace aussi promptement le poste délaissé par Hagrid de professeur des Soins aux Créatures Magiques dont leur amitié n’était pas un secret ? Ou était-ce tout simplement la situation assez tendu qui alourdissait l’atmosphère et l’amabilité de chacun ? La réponse lui était sibyllin à ce jour mais pour autant, il ne s’offusqua pas de tels réflexions et encore moins de la manifeste animosité que Tonk paraissait lui adressé. A l’inverse, il ne décrocha pas son sourire qui se voulait amical ou plutôt réconfortant à son encontre. Dommage qu’elle repousse ainsi Rex car cela ne devait aider nullement à son humeur or de celle-ci, l’issus de l’entretien en dépendait. Rex, spectateur forcé de ce bras de fer entre l’Auror et Miss Ombrage, voyait bien que les dents de la jeune femme était serré ainsi que tout ses muscles alors qu’à l’inverse son « adversaire avait la langue bien pendu et ne cessait de cracher remarques sur remarques. Rex était heureux que sa passivité et son calme naturelle lui épargnent les foudres de la grande Inquisitrice car son imperméabilité aux remarques aurait sûrement été mise à défi face au venin plutôt efficace de la nouvelle « reine du Ministère » En parlant de ça, Miss Ombrage ne parut pas vouloir lacher le morceau avec Miss Nymphadora

-Eh bien Nymphadora, vous devriez tenter le repos pour une convalescence, pas des escapades dans des allées hasardeuses, n'est-ce pas ou je me fourvoie ? Eh dites-vous bien mademoiselle que nous n'en avons pas fini car nous avons quelques comptes...à régler. Et notamment ce que vous faisiez ce jour-là dans une allée aussi mal famée que l'allée des embrumes, le jour même où l'on me volait mon médaillon en or, héritage des Selwyn, branche de ma famille auquel je tenais beaucoup et qui passait uniquement dans les mains de notre noble famille, de sang-pur, elle

L’attaque franche et directe sur la lignée de Nymphadora paraissait aux yeux de Rex un peu ridicule. Il était assez connu que la lignée des Tonks était aussi pure que celle des Malefoy ou même des Black. Ce serait comme dire que Dumbledore était un petit jeunot sans expérience. Pour autant, Rex faisait la sourde oreille et joué les spectateurs désabusé et concentré sur autre chose bien qu’intérieurement il buvait les paroles et attendait avec plaisir l’issus de cet « affrontement ». Il était d’ailleurs très étonné de voir l’Aurore résistait autant à la provocation. Les bruits de couloir l’avaient toujours définit comme une impulsive de première ordre. Alors le zèle qu’elle dégageait en était alors remarquable. Peut être était-ce le petit séjour qu’elle avait passé avec ses semblables qui l’avait à tel point épuisé qu’elle aurait anéanti toute force de rébellion possible en elle. Elle pouvait déjà se réjouir d’être encore en un seul morceau. Sa curiosité cachée alliée à son masque de gène parut attendrir quelque peu Miss Ombrage car elle adressa derechef au futur professeur, une « caresse » verbale

-N'y prêtez pas attention monsieur Helsing. Vous avez évidemment mon aval pour cette nomination et je suis assurée que vous honorerez Poudlard avec les justes et légitimes décrets que j'ai appliqué en tant que Grande Inquisitrice pour garantir le droit commun et enseigner les soins aux créatures magiques d'une façon plus instructive et plus sécurisée que l'ancien...professeur qui n'avait d'ailleurs que très peu de différence de sang avec les sales hybrides qu'il faisait étudier aux élèves. Rubeus Hagrid, vous le connaissez peut-être. Un balourd gigantesque, vous devriez vous le représenter et également un goût pour le danger absolu. Venez donc dans mon bureau. Venez aussi chère Nymphadora, je ne saurais me priver de votre présence si enrichissante en révélations ! Suivez-moi.

Rex s’empêcha de sourire à une telle allusion au sujet du demi géant garde des sceaux de Poudlard. Il l’avait un peu connus durant sa jeunesse à l’école de magie et l’avait toujours vu comme un grand maladroit au caractère trop sucré. Quand au vus des accidents qui était survenu pendant le peu de cours qu’il avait fait, il lui paraissait facile de reprendre la relève sans mal. Mais les piques envers le prédécesseur de Rex ne parure en aucun cas innocent et si le but n’était autre que d’enrager encore plus l’Aurore parmi eux, un simple regard en biais de la part de l’ancien membre du Ministère lui permis de voir que les mâchoires de Miss Nymphadora paraissaient encore plus serrées si c’était bien entendu possible. Comme toujours, ne voulant ni prendre parti ni se fâcher avec qui que ce soit, il répondit poliment

-Je vous remercie de votre confiance Miss Ombrage et espère de tout coeur pouvoir correctement instruire ces chères petites têtes blondes.

Il arbora a nouveau un franc sourire à l’assemblée ainsi qu’un regarda doux qui à vrai dire faisait un peu tâche dans cette atmosphère toujours chargé d’une haine mutuelle. Il suivit ensuite la grande Inquisitrice précédent alors la pauvre Aurore jusqu’à la porte de son bureau. Le premier franchit, Rex faillit lâcher un « Oh » d’étonnement face à la décoration pour le moins inapproprié. La pièce était toute de rose vêtu avec certes des nuances et sur les murs et les meubles étaient posé partout des photos et des cadres animés de chat représentent toutes les variances des races de ces félins. Un concert de miaulement et sifflement se fut lorsque le nouveau professeur entra dans la pièce rapidement finit dés l’entrée de leurs maîtresse à tous. Tonk fermant la marche, Rex fut le premier à s’asseoir dans un fauteuil de velours lui aussi rose bonbon à attendre, toujours dans le rôle de la cinquième roue du carrosse, la suite des événements. Nymphadora toujours debout comme par soucis de provocation, regardait toute aussi huberlument la pièce que le fit Rex quelques minutes avant-elle. Il ne put bien entendu pas ignorer le livre posé en évidence sur le bureau « Vie et mensonges d’Albus Dumbledore » de Rita Skeeter qui paraissait jouer les trophées. Rex avait parcourut avec beaucoup d’intégrer cet ouvrage, ne sachant quoi top penser. Malgré la voie qu’il avait choisit, il avait eut toujours du respect pour Albus Dumbledore et même un peu il devait l’avouer pour Harry Potter. Alors un tel livre qui le décrivait comme presque un précepteur de la cause que clamait maintenant le Seigneur des Ténèbres…c’était un peu gros avalé au goût de Rex. Puis leur hôte après s’être servit un thé, donna un dossier à remplir à Rex, les dernières formalités d’usage à l’intégration de son poste.

-Voici vos papiers monsieur Helsing. Remplissez-les et signez-les. Quant à vous Nymphadora, j'attends des explications.

Rex se mit derechef au travail, tendant quand même l’oreille, impatient d’en entendre un peu plus. Il ne fut pas le moins déçut quand Tonks se lança dans un plaidoyer qui trahissait ces sentiments.

-Des explications sur quoi ?Ah oui c’est vrai, l’allée des Embrumes ? Que voulez-vous que je dise ? Est-ce interdit de s’y rendre sous prétexte que c’est l’endroit le plus mal famé de Londres où se donnent sans doute rendez-vous tous les malfaiteurs du coin ?... Alors, si tel est le cas, voici une raison de plus pour y faire des rondes, de temps à autres... Pour preuves, ce jour-là, je suis tombée sur deux mangemortes. Je me demande par ailleurs ce que vous pouviez bien y faire, vous. Pour quelle autre raison me serais-je trouvée à l’Allée des Embrumes ? Figurez-vous que l’Allée des Embrumes est un endroit tellement mal famé comme vous venez de le dire qu’il n’est pas impossible qu’il s’y trouve des gens aux fréquentations douteuses... sur lesquels mettre la main... Qu’ils soient mangemorts, ou pas. Que vous vous y êtes trouvée ce jour relève entièrement du hasard. Les Aurors n’ont pas pour habitude de ne pas visiter des endroits sous prétexte que ces endroits sont ‘mal famés’. Ils vont là où peuvent se trouver des mangemorts, point. Dois-je rappeler la fonction des Aurors ? Veiller sur la population, battre les mages noirs, les débusquer, ne pas craindre de se mettre en danger pour sauver des vies peut-être ? ça ne consiste pas seulement à remplir quantités de paperasses au bureau. Si cette explication ne vous convient pas, alors vous m’envoyez désolée

La plume de Rex s’était arrêté indépendant presque de sa volonté comme si les grattements sur le papier le gêné de bien savourer les écoutes de la scène. Pourtant, Rex était un peu déçut de l’emportement que Tonks avait manifesté, elle qui avait réussit tant bien que mal à résister à piques de Miss Ombrage tout en restant dans la politesse et le bon goût venait de céder au puéril désir de se défendre. Un long silence s’installa quelques minutes seulement interrompues par quelques ronronnements provenant des chats en photos
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Mer 15 Déc - 16:01

Dolores se considérait comme une femme tolérante mais elle ne pouvait pas supporter l'insolence et la déloyauté mais elle détestait encore plus que le gens se fichent d'elle ! Ça, sûrement pas ! L'expérience et l'âge de Dolores ne pouvaient qu'être respectés et non remis en question comme le faisait la jeune Nymphadora Tonks. Malheureusement, cette dernière avait des forts encouragements et des appuis importants dans son service et la sous-secrétaire n'avait jamais étendu son habituelle grande influence sur le bureau des aurors. Mais là, elle était dans son élément, son bureau personnel. De beaux meubles en bois verni, des petits tapis à franges, des accessoires de bureaux ravissants, une belle bibliothèque bien fournie et une architecture splendide et tout ceci sur fond rose évidemment. Elle était très à l'aise sur son fauteuil rembourré dont le bout des accoudoirs était des pommeaux surmontés d'un chat allongé en argent. Elle continua de triturer sa baguette magique, tout en lançant quelques sortilèges de nettoyage un peu partout dans son bureau. Celui-ci était d'un remarquable aspect. Dentelles, lampes, bougies, plumes parchemins...et tout ceci en parfait ordre, à l'image de leur propriétaire. Mais revenons à importune sang-mêlé de Tonks :

« Mademoiselle, vous représentez l'élite du Ministère de la Magie. Traîner dans de tels lieux est réprimandé pour quelqu'un de votre statut, professionnel bien sûr, et cela entraîne un questionnement légitime. Quant à moi, je vous rappelle que je suis la sous-secrétaire d'Etat auprès de monsieur le Ministre de la Magie et que quelqu'un comme moi n'a a rendre compte à personne, excepté au ministre bien entendu. Dois-je vous dire également que votre ton est inapproprié. Savez-vous bien qui je suis ? Je suis Dolores Ombrage tout de même ! Je vous rappelle également que votre rôle est défini par la présidence du Ministère de la magie, dit-elle de sa voix haut-perchée, et que vous n'aviez aucun ordre précis qui vous demande de faire quelque ronde dans l'allée des embrumes. J'attends donc que vous me donniez les raisons de votre présence en l'allée des embrumes immédiatement. Je vous rappelle également que j'ai toute possibilité d'action quelque qu'elle soit sur votre carrière. Je pourrais très bien faire passer un courrier au directeur du bureau des aurors. Et je vous rappelle aussi que votre situation n'est pas telle que vous pouvez vous faire remarquer. Une métamorphomage en concubinage avec un loup-garou voyez-vous ce n'est pas donner la meilleure image du Ministère. Les temps ne sont plus les même Nymphadora. Votre liberté abusive prend fin. Vous êtes dans un Ministère en changement. Tout change Nymphadora. Regardez Poudard : plus de professeur ni de directeur incompétent ne sera présent car telle est ma responsabilité, sachez-le. Je vous écoute mademoiselle. Qu'avez-vous à dire ? »

Cet interrogatoire musclé était tout à fait fondé. Mais Rex semblait désabusé. Ce futur professeur visiblement qualifié pour son futur poste. A ce propos, et abandonnant sa voix criarde pour qu'elle soit plus doucereuse et aimable, elle lui demanda tout en se redressant :


« Dites-moi Rex, vous ne pensez-pas que ce que je demande à Mademoiselle Tonks est légitime ? Sinon, vous pourriez me dire ce que vous comptez enseigner globalement aux élèves car vous avez dû faire votre choix dans le programme proposé par le Ministère. Et... »

Soudain, quelqu'un frappa à la porte. D'une voix aigüe, Dolores donna l'autorisation à la personne d'entrer. Ce fut un agent de communication du Ministère qui entra et qui donna les dernières nouvelles dans les projets de communication. D'un ton autoritaire, Dolores lui rétorqua :

« Bien. Vous pouvez donc publier les consignes de sécurité pour se protéger de l'attention des...moldus. Et vous ferez passer un message au Ministre de la Magie. Dites-lui que je passerai dans son bureau vers quinze heures. Merci »

Le jeune garçon disparut et Dolores se tourna vers Tonks et dit :

« Alors, vous vous décidez à me dire ce que vous faisiez à l'allée des embrumes ? Ou vous continuez de vous opposer à ma volonté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8859
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9226
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Mer 15 Déc - 22:27



    Nymphadora Tonks renforça son regard. Elle ne parviendrait pas à l’impressionner ou à lui faire dire la vérité ; ça elle en faisait serment. Jamais. Même sur son lit de mort, Tonks ne lui répondrait jamais la vérité. Un, elle était peut-être maîtresse en ces lieux ; mais elle n’imposerait sa domination sur Tonks tant qu’elle pouvait l’éviter.... Tout le monde se courbait à ses ordres, courbait l’échine et, par peur de représailles, lui disait tout ce qu’elle voulait savoir. Nymphadora Tonks, était têtue ; tout comme son cousin... C’était une caractéristique des Blacks d’être forte tête et de tenir sur ses positions... C’était également ce qui faisait sa fierté. Non pas qu’elle était fière de faire partie de la famille Black attention je n’ai pas dit cela... Loin de là. La seule personne des Blacks qu’elle estimait était son cousin, Sirius.

    Qui elle était ? Si elle savait qui elle était ? la jeune Auror faillit éclater de rire. C’en était plutôt étrange car, à vrai dire, la situation n’était pas du tout au rire. Pourtant, l’un des talents que possédait Tonks était de savoir tourner au ridicule des situations dramatiques... Si la tension était de mise ; si elle ne sentait pas à l’aise dans ce ridicule tout de rose et de chat décoré, Nymphadora Tonks ne cèderait jamais - JAMAIS - devant une personne qui s’était montré - et se montrait toujours - supérieurs aux autres, qui se mettait en valeur autant la ‘valeur de son sang’ vis--à-vis d’autres ; alors qu’elle ne valait pas mieux, voir même moins. Il n’y avait pas femme aussi irrespectueuse des qualités que pouvaient avoir des personnes qu’elle rangeait dans la catégorie des ‘sang-mêlés”, des “inférieurs”, des “hybrides”... Jamais elle ne cèderait à lui accorder quoique ce soit ; tant qu’elle pourrait l’éviter...

    Elle croyait entendre la voix de Rémus résonner dans son esprit.... “Tonks, sois prudente... .Réponds aux questions.... Pas d’insolences surtout...” ; pourtant, une chose était certaine c’était qu’il aurait été sûrement d’accord sur le fait de ne PAS dire la vérité. D’ailleurs, que savait-elle de la vérité ? Pas grand-chose... Harry, Hermione ne lui avait rien dit : elle les avait accompagnés pour leur servir d’avant garde, d’arrière garde, mais ils ne lui avait pas parlé du médaillon et de la raison pour laquelle Harry devait le récupérer.
    L’Ordre se doutait simplement que cela devait à voir avec Dumbledore... Et certainement, avec Voldemort... Enfin, que cela devait avoir une importance certaine dans cette guerre. Pour cela, rien que dans ce but, Nymphadora était prête à rester obstinément dans ses positions. On était en guerre. On devait choisir que dire, et que taire. Continuer à s’opposer à sa volonté ? Que c’était tentant !

    Surtout que cette mission ne regardait en rien le ministère ; Dolores Ombrage n’avait pas à entrer dans les détails de cette histoire. Cela faisait partie d’une guerre à part du ministère. Chacun ses affaires. Elle s’y intéressait simplement de près car c’était à elle qu’on avait fait l’affront de l’attaquer.... Sûrement car elle en faisait une affaire personnelle. Son orgueil avait dû être, en effet, durement blessé.

    D’une voix trop lente pour pouvoir déterminer à quel niveau était rendue la fueur qu’elle sentait vibrer dans ses veines, elle trancha tout en demeurant étonnée d’une partie de son discours. Elle était bien placée pour savoir qu’elle n’avait parlé à PERSONNE des sentiments qu’elle pouvait bien ressentir pour Rémus. A personne ! Il fallait démentir au mieux ce qui n’était qu’un mensonge, qui avait cependant, une part de vérité puisqu’en effet, ses sentiments étaient vrais. Mais à fortiori, elle n’était pas en couple. Avec personne d’ailleurs. Et cela n'avait rien à voir au contraire avec la honte que cela se découvre bien au contraire. Elle en serait très fière ; la seule chose qu'elle critiquerait serait qu'on se moque de ses sentiments quand elle-même les savait dignes et honorables.
    Mais elle n'était en couple avec personne... Avait-elle avancé cela à tout hasard ? Elle ne voyait que cela... ça ne pouvait être que cela... Puisque personne n'était au courant de ses sentiments pour le moment.

    “ Premièrement, je représente l’élite du ministère, mais je ne me bats pas seulement pour lui. Mais pour notre monde entier. Je peux le trouver dans des lieux et au hasard des chemins rencontrer des mangemorts.... Devrais-je attendre obligatoirement d’avoir l’aval du ministère pour savoir si je peux attaquer ? Alors autant dire que je les aurais perdu le temps de me rendre au ministère et de revenir avec l’accord. A moins que les mangemorts seront assez aimable pour m’attendre. Deuxièmement, je sais qui vous êtes et je suis parfaitement consciente des ‘pouvoirs’ que vous pouvez avoir sur les caractères plus faibles que le vôtre... Mais vous ne pouvez cependant ignorer la qualité et l’enjouement que j’ai toujours mis dans la tâche et la fonction d’Auror que j’ai toujours pris au sérieux et ce, c’est sans nul doute grâce à un ancien Auror du nom de Maugrey Fol Oeil ; vous ne l’aimez probablement pas mais c’est un très bon Auror et c’est sans doute grâce à lui que j’ai le plus appris, quoi que vous en disiez. Troisièmement, je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler : Je ne suis pas du tout en ‘concubinage’ - comme vous le dites - avec un loup garou, et même si c’était vrai, ça ne regarderait personne ; mais ce n’est pas la vérité, je suis navrée de devoir contredire ce fait... Je ne suis d'ailleurs en couple avec personne

    ... Et c’était la vérité. La pure vérité. Non que cette vérité était simplecependant... On ne pouvait dire qu’elle et Rémus étaient en couple ; ils n’avaient échangé qu’un seul baiser et... Elle ne l’avait pas revu depuis ; il s’était... enfui la dernière fois, prétextant qu’il devait voir Sirius... Selon lui, une histoire entre eux était impossible. Ce qui avait le don de l’irriter mais le pire, était que c’était Ombrage qui le lui faisait durement rappeler... Rappeler ce que Rémus n’avait de cesse de lui dire, que c’était impossible entre eux, qu’ils ne pouvaient juste pas. Elle ne pouvait pas savoir ce que cela lui faisait au fond d’elle, et elle en fut heureuse, mais cela ne faisait pas moins l’irriter, bien au contraire.

    “... ça n’a rien à voir de toute façon avec les histoires du ministère... Ma vie privée ne regarde que moi et moi seule. Quatrièmement, vous ne l’aimez pas, mais Albus Dumbledore n’est pas un directeur incompétent comme vous aimez le croire de même que lorsque vous croyez tout ce que certaines personnes dise de lui. et puis même si 80% de ces faits étaient vrais, ce n’est pas le passé qu’il faut garder en mémoire mais tout ce qu’il fait de bien pour notre monde. La lutte qu’il mène. C’est sans nul doute le plus grand sorcier de tous les temps, que cela vous enchante ou pas. Vous ne l’aimez pas, certes, vous ne pouvez cependant le traiter ainsi et lui apposer cette incompétence qu’il ne possède pas. S’il n’était pas là, le monde n’en serait pas là, et les mangemorts auraient encore plus de pouvoir dans notre société, vous ne pouvez le nier. Et si vous le niez, alors tant pis, mais c’est une certitude que j’ose affirmer et affirmerais toujours envers et contre tout. Poudlard n’a jamais été aussi bien sécurisé que lorsque Dumbledore y était et le monde magique ne reverse même pas un tiers de la reconnaissance que mérite Dumbledore pour ce qu’il fait, et ce n’est pas le bouquin de Rita Skeeter qui me fera retourner ma veste et changer d’avis sur cet homme. En vous entendant parler de la sorte des personnes que j’estime, comment pouvez-vous croire que je ne montre pas de mécontentement. Je ne me tairais pas, sous prétexte que des étiquettes plus hautes placées que moi au ministère peuvent me descendre plus bas. Tant que je resterai digne de mon propre estime, personne ne pourra m’atteindre et me descendre dans ma ‘carrière’. La seule chose que je souhaite c’est de me battre contre toute forme de magie noire dehors et avec ou sans le ministère, personne ne m’en empêchera !” Ses joues étaient rosées, l’énergie qu’elle mettait dans son discours l’emportait, sans qu’elle ne puisse s’arrêter.... C’était peut-être un défaut, quand elle était engagée dans une lutte, quand quelque chose lui tenait à coeur, on ne pouvait que difficilement l’arrêter dans l’entrain et l’énergie qu’elle mettait.

    “ Bref... et pour ce qui est des professeurs, je n’ai rien à dire. Je ne doute pas qu’ils ne soient pas compétents... Je ne mets aucunement en doute les competences pour ma part... et d’ailleurs...”

    Brusquement, elle se tourna brièvement vers le nouveau professeur qui, de toute évidence, était Rex Helsing et qui d’ailleurs, semblait trouver beaucoup d’intérêt à la discussion car il ne paraissait pas très concentré sur ce qu’il écrivait... Elle se souvint qu’elle avait oublié un détail et ce serait dommage de se faire un ennemi de plus en ayant manqué de tact précédemment... - car, pour le moment, elle ignorait ce qu’il valait en tant que professeur... même si elle avait bien en mémoire la thèse qu’il avait écrite et qu’elle n’avait guère appréciée... -

    “... Et d’ailleurs, félicitations Monsieur Helsing pour le poste. J’espère... Que vous saurez être digne du poste”, dit-elle d’un ton pour le moins aimable.

    C’est-à-dire ne pas trop coller au ministère mais, les mots suivants d’Ombrage la coupèrent dans l’acheminement de ses pensées... Le programme proposé par le ministère. Le ministère s’immisçait dans les affaires de l’école... Ce n’était pas une surprise ; ils avaient commencé déjà en y installant Ombrage à la direction. Mais, sans nul doute qu’ils allait s’imisçer également dans le programme des cours enseignés à l’école. Tonks avait un horrible pressentiment sur la question...

    “Je vous l’ais déjà dit, la vérité ”, répondit-elle après encore un silence d’une voix forte et assurée. “C’est totalement par hasard que je me suis trouvée là au même moment”..

    Mais l’esprit de la jeune Auror s’égara de nouveau et elle tourna pensivement la tête vers Mr Helsing, non sans être curieuse de connaître quels étaient les choix qu’il avait fait dans le programme proposé par le ministère...


_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Jeu 16 Déc - 9:59

Rex ralentissait le plus possible le remplissage du formulaire, prenant son temps pour relire plusieurs fois chaque paragraphes, non pas qu’il avait peur que le Ministère est introduit par endroit des clauses qui aurait put le déplaire mais juste pour pouvoir retarder le moment où il ne serrait plus indispensable à l’entretien et où poliment on lui demanderais de prendre congés. Un fort sourire intérieur s’imprégnait en lui, il avait joué les espions au Ministère depuis plusieurs années pour le Seigneur des Ténèbres mais n’avait jamais été au courant de fortes révélations et maintenant qu’on l’envoyait à Poudlard cette fois pour aider les deux professeurs-mangemorts dans leu tâche tout en restant incognito et en ne s’affichant pas trop prés des visages associés à la magie noire mais c’est ici, alors qu’il remplissait les derniers papiers pour son nouveau poste qu’il était témoin de belles révélations au cœur du combat actuel puisqu’on y avait vu pour la dernière fois le Survivant. Rex avait beaucoup de mal à jouer les mal à l’aise et à cacher sa curiosité intérieur qui le dévoré dans savoir plus. Heureusement pour lui, la principale protagoniste n’avait pas la langue dans sa poche.

-Mademoiselle, vous représentez l'élite du Ministère de la Magie. Traîner dans de tels lieux est réprimandé pour quelqu'un de votre statut, professionnel bien sûr, et cela entraîne un questionnement légitime. Quant à moi, je vous rappelle que je suis la sous-secrétaire d'Etat auprès de monsieur le Ministre de la Magie et que quelqu'un comme moi n'a a rendre compte à personne, excepté au ministre bien entendu. Dois-je vous dire également que votre ton est inapproprié. Savez-vous bien qui je suis ? Je suis Dolores Ombrage tout de même ! Je vous rappelle également que votre rôle est défini par la présidence du Ministère de la magie, dit-elle de sa voix haut-perchée, et que vous n'aviez aucun ordre précis qui vous demande de faire quelque ronde dans l'allée des embrumes. J'attends donc que vous me donniez les raisons de votre présence en l'allée des embrumes immédiatement. Je vous rappelle également que j'ai toute possibilité d'action quelque qu'elle soit sur votre carrière. Je pourrais très bien faire passer un courrier au directeur du bureau des aurors. Et je vous rappelle aussi que votre situation n'est pas telle que vous pouvez vous faire remarquer. Une métamorphomage en concubinage avec un loup-garou voyez-vous ce n'est pas donner la meilleure image du Ministère. Les temps ne sont plus les même Nymphadora.

L’interrogatoire virait au règlement de compte et si cela continuait ainsi, il y allait avoir des baguettes de sortit (dans ce cas, mieux valait ne pas être face à Tonks ^^). Rex se demandait s’il devait intervenir mais de quel droit l’aurait-il fait. Quelle autorité pouvait-il avoir face à la deuxième personne la plus importante du Ministère et l’Auror la plus têtu et la plus qu’il fut donné de voir aux yeux du nouveau professeur. Il préféra rester assis là, à faire semblant d’être préoccupé par les petites lignes de son formulaire comme s’il redouté qu’il y soit marqué une clause l’obligeant à faire cours en tenue d’Adam face à un Magyar à pointes armé seulement d’un sac remplis de sable…. Mais très vite, il entra quelque peu dans la conversation

-Votre liberté abusive prend fin. Vous êtes dans un Ministère en changement. Tout change Nymphadora. Regardez Poudard : plus de professeur ni de directeur incompétent ne sera présent car telle est ma responsabilité, sachez-le. Je vous écoute mademoiselle. Qu'avez-vous à dire?

Recevoir des compliments de la part de Miss Ombrage était chose rare au Ministère et il lui adressa un sourire pour l’en remercier tacitement. Mai elle ne dut certainement pas capter cette marque de remerciement car la bien intrépide Auror répondit derechef à son accusatrice avec un peu trop de précipitation au goût de Rex. Il la regardait d’un œil critique, comme un maître de la dissimulation qui observe une débutante commettre des erreurs simplistes au lieu d’espérer qu’elle continue dans sa lancé.

-Premièrement, je représente l’élite du ministère, mais je ne me bats pas seulement pour lui. Mais pour notre monde entier. Je peux le trouver dans des lieux et au hasard des chemins rencontrer des mangemorts.... Devrais-je attendre obligatoirement d’avoir l’aval du ministère pour savoir si je peux attaquer ? Alors autant dire que je les aurais perdu le temps de me rendre au ministère et de revenir avec l’accord. A moins que les mangemorts seront assez aimable pour m’attendre. Deuxièmement, je sais qui vous êtes et je suis parfaitement consciente des ‘pouvoirs’ que vous pouvez avoir sur les caractères plus faibles que le vôtre... Mais vous ne pouvez cependant ignorer la qualité et l’enjouement que j’ai toujours mis dans la tâche et la fonction d’Auror que j’ai toujours pris au sérieux et ce, c’est sans nul doute grâce à un ancien Auror du nom de Maugrey Fol Oeil ; vous ne l’aimez probablement pas mais c’est un très bon Auror et c’est sans doute grâce à lui que j’ai le plus appris, quoi que vous en disiez. Troisièmement, je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler : Je ne suis pas du tout en ‘concubinage’ - comme vous le dites - avec un loup garou, et même si c’était vrai, ça ne regarderait personne ; mais ce n’est pas la vérité, je suis navrée de devoir contredire ce fait... Je ne suis d'ailleurs en couple avec personne

Rex passa en revu dans sa tête tous les Loups-garous qu’il connaissait de réputation ou personnellement, cherchant celui qui aurait put correspondre à cette rumeur, on aurait dit un enfant captant une conversation de grande personne et qui essayait en vain d’en comprendre toutes les subtilités et les sous-entendus. Il avait le plus grand mal à ne pas tourner la tête pour observer la scène avec plus d’approfondissement mais s’il succombait à la tentation de jouer le voyeur qui s’assume, il sentait instinctivement qu’il serrait liquéfier à croiser le regard plein de hargne de la jeune Auror.

-... ça n’a rien à voir de toute façon avec les histoires du ministère... Ma vie privée ne regarde que moi et moi seule. Quatrièmement, vous ne l’aimez pas, mais Albus Dumbledore n’est pas un directeur incompétent comme vous aimez le croire de même que lorsque vous croyez tout ce que certaines personnes dise de lui. et puis même si 80% de ces faits étaient vrais, ce n’est pas le passé qu’il faut garder en mémoire mais tout ce qu’il fait de bien pour notre monde. La lutte qu’il mène. C’est sans nul doute le plus grand sorcier de tous les temps, que cela vous enchante ou pas. Vous ne l’aimez pas, certes, vous ne pouvez cependant le traiter ainsi et lui apposer cette incompétence qu’il ne possède pas. S’il n’était pas là, le monde n’en serait pas là, et les mangemorts auraient encore plus de pouvoir dans notre société, vous ne pouvez le nier. Et si vous le niez, alors tant pis, mais c’est une certitude que j’ose affirmer et affirmerais toujours envers et contre tout. Poudlard n’a jamais été aussi bien sécurisé que lorsque Dumbledore y était et le monde magique ne reverse même pas un tiers de la reconnaissance que mérite Dumbledore pour ce qu’il fait, et ce n’est pas le bouquin de Rita Skeeter qui me fera retourner ma veste et changer d’avis sur cet homme. En vous entendant parler de la sorte des personnes que j’estime, comment pouvez-vous croire que je ne montre pas de mécontentement. Je ne me tairais pas, sous prétexte que des étiquettes plus hautes placées que moi au ministère peuvent me descendre plus bas. Tant que je resterai digne de mon propre estime, personne ne pourra m’atteindre et me descendre dans ma ‘carrière’. La seule chose que je souhaite c’est de me battre contre toute forme de magie noire dehors et avec ou sans le ministère, personne ne m’en empêchera !

Miss Nymphadora venait de soulever un point dont Rex était entièrement d’accord, Dumbledore était un sorcier à ne surtout pas sous-estimer. Alors que tout les Mangemorts et apparemment même le Seigneur des Ténèbres étaient pétrifier face à un enfant de dix-sept ans à peine, il en oubliait presque le vieillard dont la puissance, l’expérience et la force était aussi démesuré que sa longue barbe argentée. Un long moment de silence s’installa dans le bureau et Rex fixait avec force un pompon de son fauteuil qui ne cessait de ronronnait paisiblement jusqu’à ce Miss Ombrage se tourna vers lui et lui demanda d’une voix douce, bien différente de celle qu’elle avait employé pour interroger Miss Nymphadora :

-Dites-moi Rex, vous ne pensez-pas que ce que je demande à Mademoiselle Tonks est légitime ? Sinon, vous pourriez me dire ce que vous comptez enseigner globalement aux élèves car vous avez dû faire votre choix dans le programme proposé par le Ministère. Et...

Mais elle fut interrompue par un jeune homme que Rex avait plus d’une fois eu l’occasion de voir dans l’ascenseur. Ils parlèrent un instant ensemble, sans se soucier des deux autres personnes attendant la suite des événements et le nouveau professeur en profita pour jeter un coup d’œil bref à l’Auror au bord de la crise de nerf. Pour une fois, Rex était content d’être à sa place en ce moment même. Quand enfin, Dolores Ombrage conclue cette brève parenthèse dans cet entretien, Miss Nymphadora en profita pour reprendre la discussion là ou elle s’en était arrêté.

-Bref... et pour ce qui est des professeurs, je n’ai rien à dire. Je ne doute pas qu’ils ne soient pas compétents... Je ne mets aucunement en doute les competences pour ma part... et d’ailleurs...

Elle se tourna vers Rex et celui-ci se sentit comme happée dans la conversation. Le regard toujours plein d’énergie de l’Auror lui donnait l’impression d’être presque agressé mais les jambes croisés, le sourire toujours aux lèvres et le visage aimable, il lui accorda toute son attention

-... Et d’ailleurs, félicitations Monsieur Helsing pour le poste. J’espère... Que vous saurez être digne du poste

Il abaissa la tête en signe de gratitude et lui répondit avec une amabilité dans le ton un peu moins forcé que celui de l’Auror

-Je vous remercie beaucoup. J’aspire juste par ces temps de crise arriver à distraire ludiquement mes futurs élèves et remplir leurs têtes de connaissance sur les magnifiques merveilles bestiales qui nous entourent

Grande leçon pour ne rien dire et être complaisant aux yeux de tous. Même temps s’il avait dut dire qu’il avait accepter ce poste juste par ordre du Seigneur des ténèbres, Miss Nymphadora l’aurait tué aussi sec et s’il avait avoué qu’il trouvé les directives du Ministère concernant sa matière complètement stupide, il ne s’en serrait certainement pas sortit vivant avec une Grande Inquisitrice comme Miss Ombrage. Heureusement pour lui, on lui demanda pas d’approfondir un peu plus sur ses motivations ou intentions car il fut à nouveau chassé de la conversation, à son grand plaisir par Dolores Ombrage qui réattaqua encore à vif le sujet

-Alors, vous vous décidez à me dire ce que vous faisiez à l'allée des embrumes ? Ou vous continuez de vous opposer à ma volonté ?

Il s’étonnait de voir tout un ramdam pour un médaillon. D’ailleurs, à ce sujet, Rex se demandait bien pourquoi le Survivant avait pris le risque de se faire tuer en sortant de sa cachette pour récupérer cette relique vieille de milliers d’année ? Il était déjà surprenant qu’il soit arrivé dans de tel main car le nouveau professeur aurait mit sa main à couper que Les Ombrages ne devaient certainement descendre d’une telle lignée et encore moins posséder un tel bijou depuis des décennies. Rex voulait bien admettre qu’il avait de la valeur certainement mais de là à ce que le grand Harry Potter risque sa vie pour l’avoir, ça le dépassait. Sans oublier que le Seigneur des Ténèbres avait ordonné sur le champ à tous les Mangemorts disponibles de le récupérer et qu’il était rentré dans une rage folle à voir ses partisans revenir bredouille. Pourquoi le désirait-il autant tous ? Avait-il des pouvoirs ou des facultés si incroyable que tout le monde désire ainsi s’en emparer ? Mérite-il de sacrifier ou de jouer autant de vie humaine ? Un large mystère sibyllin tournoyait autour de ce médaillon mais Rex n’était pas assez fou pour s’y intéressait de prés, il ne voulait pas se mettre à dos son maître car tout bonnement, il tenait à sa vie. En tout cas, si Tonk savait quelque chose, elle cachait bien ses songes et était prête à emporter ses secrets dans la tombe. Un peu de véritaserum ou quelques sortilèges Doloris ou même encore un peu de légimancie devrait sans doute délier sa langue, dommage que cela ne soit pas autorisé… En tout cas, l’Auror était bien décidé à ne rien dire

-Je vous l’ais déjà dit, la vérité C’est totalement par hasard que je me suis trouvée là au même moment…

La discussion commençait à tourner un peu en rond, on aurait crut des enfants se chamaillant : « Donne le moi ! » ; « Non ! » ; « Mais donne le moi !! » ; « Mais naneuh !!! ». Mais alors que Rex se replongeait dans le formulaire, il déglutit en voyant l’une des dernières phrases : « Le professeur doit bien entendu respecter les directives du Ministère et en aucun cas déborder de la théorie ». Autrement dit, interdiction de sortir des clous et aucun animal pour étayer le cours

-HEIN ?!?!!

Il n’avait put s’empêcher de réagir et se mordillait la lèvre inférieure comme punition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Ven 17 Déc - 16:37

La patience de Dolores commençait à se dégrader fortement à son goût. La dernière fois qu'on lui avait tenu tête, c'était lors de sa période durant laquelle elle marquait son pouvoir à l'école de magie Poudlard. Cette affaire était d'ailleurs réglée depuis assez longtemps. Mais Dolores ne tolérerait aucune autre parole de son interlocutrice. Cette jeune femme insolente était complètement butée et d'une mauvaise voie à en faire rougir le plus pâle des chats de Dolores. Lorsque la longue complainte de Tonks se conclut, Dolores se leva d'un bond et pointa un doigt boudiné et accusateur pointé vers la jeune auror. Une couleur écarlate se dégagea sur les joues de Dolores. La tête droite, elle s'écria de sa voix la plus éraillée et aigüe :

« Silence ! Vous n'avez pas autorité à me parler ainsi ! Vous faites partie de l'élite DU ministère de la Magie et pas de celle de ce soi-disant monde et encore moins des moldus ! Vous travaillez exclusivement pour le Ministère de la Magie. Si vous voulez que le Ministre vous le rappelle je me ferai le plaisir de l'appeler. Si vous me parlez ainsi encore une fois sur ce ton, vous ne mettrez que très peu de temps à faire vos cartons ! De plus, vous n'avez reçu aucun ordre ni fait passer de note de service et vous n'avez prévu personne ! Dois-je vous rappeler que vous étiez absente pour raison de convalescence pas de promenades ! Croyez-moi, je crois que votre dossier va être vite chargé ma chère Nymphadora. Ce qui fait un bon auror, c'est de se tenir aux ordres de votre supérieure, pas de votre propre chef ! Il n'y a pas de place pour les initiatives de chacun. Quand on enfreint cette règle, on devient comme Fol Oeil, c'est à dire fou et paranoïaque et pour finir dans le collimateur du Ministère de la Magie. »

Dolores se rassit et but une gorge de thé, qui était d'ailleurs devenu froid, pour soigner sa gorge de cette intervention qui fut pour le moins criarde. Elle reprit d'une voix plus calme :

« Je puis vous assurer que Dumbledore est l'un des plus mauvais directeurs que Poudlard n'ait eu. L'éducation et le niveau se sont dégradés à cause d'un laxisme épouvantable et inadmissible. Ce qu'il a fait dans notre monde, ce fut d'avoir manipulé le Ministère pendant tant d'années et il s'est rendu responsable de la mort de personnes. Comme ce pauvre Diggory par exemple. Certes Poudlard fut sécurisée, mais à cause de la situation qu'il avait provoqué ! Ce n'est pas un grand homme mais un homme sombre et sordide malgré les apparences. A cause de lui et d'autres, on a crée une racaille de sorciers se sentant à part et cela donne que des simples aurors fassent preuve d'insolence face à des hauts dignitaires de l'Etat. C'est intolérable ! Désormais, vous serez surveillée, au travail et à l'extérieur. Nous ne pouvons nous permettre de négliger la sécurité interne du Ministère de la Magie à cause d'employés non fiables. »


Elle contourna son bureau et glissa le plus discrètement à l'oreille de Tonks :

« Je sais que vous étiez là et croyez-moi, le jour où j'aurais des preuves vous ne ferez pas long feu ici mais dans un endroit où vous étiez censé mettre les ennemis du Ministère. »

Elle alla se rasseoir et après le programme très succin du cours qu'allait dispenser Rex Helsing, Dolores ne put s'empêcher un commentaire :


« Vous savez, essayez de distraire les élèves dans un cours et ils n'apprendront rien. Tentez une méthode plus stricte et progressive »

Puis le futur professeur s'écria d'un « Hein ?! » peu distingué. Dolores, plus qu'étonné regarda le parchemin qu'il était en train de remplir et rit copieusement d'un rire de jeune fille.

« Eh bien, vous semblez surpris. Savez-vous que les élèves n'ont besoin que de savoir le nom des créatures et leurs différentes propriétés, pas de jouer avec eux. Et puis, les ouvrages de Scamander offrent une vue très éducative des théories des hyb..., des différentes créatures. Il faut ajouter à cela que les créatures que vous ferez étudierez sont très dangereuses et prohibées par le Ministère ».

Un mauvais élève dans le bureau de Dolores suffisait, pas besoin d'un autre !
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8859
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9226
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Ven 17 Déc - 19:50

    … Si Tonks avait espéré intérieurement en félicitant Rex Helsing qu’il laisse échapper quelques détails sur la manière dont il pourrait bien enseigner, c’était raté... Plusieurs minutes se déroulèrent pendant lesquelles elle réfléchit et analysa chacun de ses mots mais tout ce qu’elle put observer fut son ton assez plaisant.... Pour lequel cependant elle ne put se dire qu’il fallait se méfier. Quelquefois, c’était les voix les plus polies, les plus suaves et innocentes, dont il fallait le plus se méfier car elles pouvaient dissimuler leur véritable nature...

    C’est alors que le doigt boudiné et accusateur de Dolores se posa sur elle... Elle semblait assez en colère. Tonks eut un petit mouvement de surprise mais ne bougea pas ; elle soutenait autant ses paroles que son regard ; elle était persuadée de ses mots et ce n’était pas elle qui allait la faire changer d’avis... Malheureusement, elle savait également qu’elle ne devait pas trop la pousser à bout où les conséquences s’avéreraient désastreuses. Elle ferait bien de mettre en application les conseils que lui avait dit Rémus avant que cela ne dégénère... non pas que cela la gènerait de régler son compte à Ombrage, non pas qu’elle ne répugnait pas lui laisser avoir le dernier mot...

    “Ce qui fait un bon Auror c’est qu’il prends à coeur les intérêts de son monde et des dangers qui l’entoure, avant toutes choses et également la manière dont il réagit pour le défendre envers et contre tout”, marmonna t-elle d’une voix infatiguable et à mi-voix non sans que son ton reste des plus graves en avançant cette vérité.

    … Et si faire le bien et combattre le Mal de la bonne manière signifiait se mettre le ministère à dos, alors peu importait. Mais cela, mieux valait se retenir de dire et de faire profil bas, cette fois.

    “Sauf votre respect madame Ombrage,” (à moins que ce soit ‘mademoiselle’ Rolling Eyes ) et ce terme eut beaucoup de mal à sortir d’entre ses lèvres mais ils le parvinrent tout de même.... “Il y a une faille à votre raisonnement.... Madame. Faut-il envoyer des notes de service si urgence il y a ?! si nous n’avons pas le temps de prévenir, si nous sommes pris sur le fait ? Faut-il demander l’autorisation des mangemorts pour nous permettre de prévenir le ministère ?... Nous sommes dans le monde réel, madame...”

    Elle voulait du respect ? Elle voulait du ‘madame’? Elle en avait eu... Tonks n’ajouta rien d’autres ; il n’y avait aucune utilité à échanger des arguments avec une femme aussi entêté qu’elle - entêtée dans le mauvais sens du terme - car évidemment, Tonks était elle aussi entêtée, mais dans un meilleur sens...

    Pas question. Elle ne travaillait par POUR le ministère, pas avec des gens ainsi qui y travaillait. C’était LE monde de la magie, SON monde qu’elle servait ; c’était uniquement pour lui avant tout qu’elle combattait. Elle ? Se battre pour le ministère ? C’est-à-dire pour... elle aussi, la sous secrétaire d’état aussi bornée pouvait-elle être, stupide, et... ?? Elle ne parvenait pas même à exprimer le dégoût qu’elle ressentait par des mots tellement il lui était insupportable de penser qu’elle travaillait pour elle.

    “Si vous le dites, madame, je travaille donc pour le ministère”, ajouta t-elle simplement en dissimulant ses pensées et d’un ton neutre et plus contrôlé qu’elle ne se serait attendu, bien que nettement tremblant sous l’impulsivité qui régissait son être en entier à ce moment présent.

    La jeune Auror se sentit piquée au vif lorsqu’elle évoqua de nouveau Dumbledore, lorsqu’elle... dénaturait la vérité, lorsqu’elle.... Serrant les dents, ses yeux semblaient lancer des éclairs tout en s’efforçant de se concentrer et se contenir devant ce discours complètement ahurissant, faux et hallucinatoire.... Comment était-ce possible qu’elle fut aveugle à ce point ?! Il s’agissait de PURE mensonges ! Elle n’avait jamais entendu pires calomnies que celles qu’Ombrage avançait à cet instant présent.... Elle fut tellement estomaquée de ce qu’elle pouvait dire là, qu’elle...
    … Qu’elle ne sut même pas que répliquer, tellement tout ceci n’avait aucun sens. Elle était en plein cauchemar, n’est-ce pas ? Elle allait se réveiller ! Cela ne valait même pas la peine de répliquer à tout cela tellement c’était n’importe quoi ! Elle resta immobile, à la regarder, les yeux ronds comme des soucoupes, une horreur complète teinte dans son regard alors qu’elle n’osait croire qu’elle pouvait dire tant de choses qui n’avaient aucun sens...
    Toujours aussi incrédule, elle la regarda s’approcher sans même esquisser un seul geste ; elle entendit lui dire à voix basse que lorsqu’elle aura les preuves de sa présence ce jour-là, elle ne la loupera pas... Elle la croyait sur paroles, mais n’eut pas la moindre envie de répliquer quoique ce soit. Elle allait la surveiller, alors qu’elle la surveille si cela l’enchantait. Elle n’avait pas peur d’elle ; si elle trouvait un jour les preuves, si tant est qu’elle les trouve, alors elle serait même prête à démissionner et à quitter le ministère avant même qu’elle la vire ; elle ne lui donnerait pas le plaisir de la virer... Mais pour le moment, elle devait faire profil bas.
    Tout simplement, elle la dégoûtait. Il n’y avait aucune mots et elle continuait à l’observer avec cette incrédulité et une horreur non feinte toujours avec en mémoire ce qu’elle avait osé dire sur Dumbledore... Qu’y avait-il à dire à cela ? Que pouvait-elle dire après pareilles... sornettes ?

    Dolores revint à sa place. Lorsqu’elle l’entendit s’adresser à Rex Helsing, ce fut sans nul doute le summum de tout et elle ne put réellement s’empêcher de demander alors...

    “Excusez-moi... madame”, ajouta t-elle précipitamment, Distraire les élèves ?... Des cours où ils n’apprendront... rien? C’est ainsi que vous voulez diriger l’école de Poudlard? Ainsi que vous voulez... remplacer Albus Dumbledore dans son école ? A quoi cela sert d’aller dans une école si on apprends... rien ? C’est ça que vous voulez... Que le ministère veut... faire de cette école...?

    Peu à peu, sa voix s'éteignit jusqu'à devenir murmure. Elle était interloquée par ce qu'elle venait d'entendre... Et elle se disait vouloir changer l'école...
    ça, pour réformer l'éducation le ministère le faisait. Mais de cette manière, c'était tout simplement intolérable... C'était à en perdre la parole. Comment les élèves pouvaient-ils apprendre en telles circonstances.... ?!

    … C’était ça la méthode du ministère ?! ça ?! Et on voulait l’assimiler à ‘ça’ ?
    Jamais. On ne l’assimilerait JAMAIS à cela ! Tonks n’en croyait pas ses oreilles, absolument pas. Elle allait se réveiller, ce n’était pas vrai, elle allait se réveiller...

    Il y avait décidément beaucoup de choses qu’elle aimerait dire. Des choses qu'elle aurait aimé dire...

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Lun 20 Déc - 10:13

Le conflit commencé à monter en pression sans pour autant avancer. La curiosité déplacée de Rex s’était transformée en gène plus que sincère. Il n’avait jamais apprécié le déballage de sentiment sans préambule, à brut. Alors dans un cadre d’un rose bonbon à entendre la colère, la rage et les reproches fuser ainsi, il se sentait comme un enfant de trois ans dans un cinéma morbide à voir un documentaire sur les langouste : autrement dit….qu’est-ce qui foutait là !!! Toujours assis, les jambes croisés, son regard fixé le formulaire un peu dans le vide et quand les deux dames se crêpaient le chignon, il aurait put très bien chanté en tutu sur la table qu’elles ne l’auraient même pas remarqué. Un instant, la Grande Inquisitrice se pencha prés de l’oreille de l’Auror pour lui susurrer des mots que Rex ne parvint pas à distinguer et celle-ci lui répondit en marmonnant dans sa barbe. Le débat ennuyé férocement le nouveau professeur, il avait l’impression de voir deux chiens se grognant à tour de rôle pour défendre son maître adoré. Désabusé, il regarda avec cette fois une véritable attention son contrat sous les yeux et lorsqu’il lâcha un « Hein ? » peut gracieux et involontaire qui ne fut pas ignoré par Miss Dolores Ombrage. Celle-ci ne tarda pas à rétorquer à la légère pointe d’indignation qu’avait manifesté Rex.
-Eh bien, vous semblez surpris. Savez-vous que les élèves n'ont besoin que de savoir le nom des créatures et leurs différentes propriétés, pas de jouer avec eux. Et puis, les ouvrages de Scamander offrent une vue très éducative des théories des hyb..., des différentes créatures. Il faut ajouter à cela que les créatures que vous ferez étudierez sont très dangereuses et prohibées par le Ministère

Rex regarda un instant sans trop comprendre Miss Monde-tout-rose et un instant il crut qu’il allait perdre de sa superbe et de sa politesse à tout épreuve mais la sérénité lui revint rapidement et d’une voix douce et avec un visage aimable.

-Bien entendu Miss Ombrage mais pour ce qui est des créatures inoffensives tel qu’une Belette des mers, des verres soie d’or ou des Sniffeur ? Ces êtres sont loin de présenter un réel danger pour ces chères enfants et après tout, lors de l’examen et de l’épreuve pratique, ne serrait-il pas mieux qu’il y était au moins confronté un instant pour acquérir un peu…d’expérience. Après, pour ce qui est des dragons, des sphinx, hyppogriffes à la rigueur, je comprends tout à fait de telles mesures…

Il s’arrêta voyant bien que son discours n’avait pas l’air de convaincre le moins du monde son interlocutrice. Rex était assez sidéré de voir que les années à venir en tant que professeur serraient peuplé de livres, de théories mais en aucun cas de griffes, de poil ou de museau. Lui qui se faisait un plaisir de présenter de si belles merveilles aux élèves (en ne perdant pas de vue sa mission pour le Seigneur des Ténèbres bien entendu), ses espoirs venaient de s’envoler. Lui qui s’était toujours sentit très éloigné des êtres humains, il avait toujours vu les Créatures magiques et les animaux comme ses seuls amis capables de le comprendre et de ne pas entraîner son exaspération, son incompréhension ou son ennuie. Mais alors qu’il voulait continuer à défendre sa cause sans pour autant s’attirer les foudres de la Grande Inquisitrices, il fut « secourut » par Miss Nymphadora en des termes, avec une hypocrisie criante dans ses formes de politesses qui à elle seule avait l’air de détruire tous espoirs de pouvoir persuader leur hôtesse.

-Excusez-moi... madame. Distraire les élèves ?... Des cours où ils n’apprendront... rien? C’est ainsi que vous voulez diriger l’école de Poudlard? Ainsi que vous voulez... remplacer Albus Dumbledore dans son école ? A quoi cela sert d’aller dans une école si on apprends... rien ? C’est ça que vous voulez... Que le ministère veut... faire de cette école...?

Rex se tourna un instant vers l’Aurore qui venait ainsi de » prendre la parole. Il fut partager par l’envie de la remercier pour son aider et de lui dire de se taire pour le peu de finesse qu’elle avait donné à sa réponse. Il était clair que maintenant, Miss Ombrage se ferrait certainement un plaisir de ne pas accéder à la requête de Rex pour asseoir son autorité et par défi contre la jeune Miss Nymphadora. Un peu dépit caché par un visage toujours neutre voir souriant, il attendait le verdict sans trop d’espoir. Il était peut être puéril de réagir ainsi de la part de Rex, lui qui était toujours calme, condescendant à tout instant, qui ne vivait sans trop d’emportement et qui ne prenait se poste que sous les ordres du Seigneur des Ténèbres mais, à parlait vrai, il y avait très peu de chose qui faisait battre le cœur du nouveau professeur, et ceci en faisait partit…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Lun 20 Déc - 23:03

Dolores avait la particularité d’être une sorcière particulièrement imposante. Sans la connaître, on pourrait la qualifier d’aimable femme pleine de bonnes intentions et légèrement gâteuse vu son goût envers les couleurs rosâtres. Mais l’on se détrompait fortement quand on attrapait quelques bribes de son caractère. C’était une femme droite, disciplinée et ayant un certain goût pour le pouvoir doublé d’une intolérance considérable. Son autorité était telle que même Nymphadora Tonks avait du changer de ton et adopter le ton subalterne que devait prendre chaque personne qui apostrophait Dolores, excepté le Ministre de la Magie évidemment. Des ministres, Dolores en avait connu beaucoup sans que ceux-ci ne s’opposent à leur sous-secrétaire d’Etat : Bagnold, Fudge, Scrimgeour… Tous avaient renoncés à leur souveraineté pour s’accommoder avec Dolores sans oser ne serait-ce que penser la remercier. Elle était déjà devenue trop puissante car elle possédait, métaphoriquement, une grande partie des sièges du Magenmagot, une majorité qui lui aurait été fidèle. Dolores était une femme de pouvoir, née pour exercer l’autorité suprême. Son poste de directrice de Poudlard en parallèle avec sa carrière ministérielle était très jouissif malgré les désagréments qu’elle avait dû subir après la fuite de Dumbledore, abandonnant lâchement son école au lieu de coopérer. Mais malgré l’intérêt que Dolores portait à cette tâche, elle en oubliait presque sa présente interlocutrice. Celle-ci maintenant corrigée ne s’avoua tout de même pas vaincue, ce qui poussa Dolores hors de ses gonds malgré l’air calme et maîtrisé qu’elle prenait, cachant une colère profonde.

« Non mademoiselle, ce qui fait un bon auror c’est ce qui est écrit dans le statut de leur fonction. Leur rôle est d’obéir aux ordres et d’être prêt, en désapprouvant les initiatives personnelles et en opérant avec la confiance et l’aval du Ministère et donc du Ministre. Il est insensé de réagir autrement et si vous ne comprenez pas une notion peut être abstraite pour vous, je me presserais de porter une modification du statut d’auror sur le bureau du Ministre et de faire passer les nouveaux textes au Magenmagot où je suis sûre qu’ils seront approuvés par une assemblée de personnes ayant pour unique objectif de veiller à la tranquillité des concitoyens désireux de vivre en paix. Ceci est ma tâche. Dois-je également vous rappeler comment utiliser une note de service ? Je vais vous montrer. »


Dolores sortit un parchemin écrit quelques lignes d’une écriture soignée et donna un coup de baguette sur la feuille qui se plia et tel comme un pliage d’avion s’envola par la porte qui s’était ouverte d’elle-même laissant passer la note. Dolores, avec son attitude hautaine reprit.

« Eh bien cela m’a prit trente secondes. Si vous voulez savoir ce qu’il y avait écrit dessus je vous le dis tout de suite. Il s’agit du renvoi immédiat d’une employée ne satisfaisant pas aux critères du Ministère. Ce sort pourrait être un jour pour vous. Je vous rappelle que le Ministère garde totalement la main sur la société et malgré quelques légères failles, nous maîtrisons la situation et la formatons jusqu’au but voulu. »

Fut-ce un lapsus ? Tâchons de le cacher. Passons à Monsieur Helsing. Après son étonnement, Dolores le regarda avec des yeux ronds comme si cette situation paraissait naturelle et commença à expliquer sur un ton anormalement doux ce qu’était la juste et bonne méthode du Ministère.

« Monsieur Helsing, qui a parlé d’examen pratique ? Et puis, la théorie forme à la pratique si on l’assimile bien et longuement donc rien ne sert de prendre d’inutiles risques. Mais je vous en parlerais plus en détails à Poudlard, en tant que Grande Inquisitrice bien sûr. »

Mais comme prévu, Tonks ne put s’empêcher de s’interposer et d’émettre un avis évidemment non-raisonné. Furieuse, Dolores lui répliqua agressivement.


« Mademoiselle Nymphadora Tonks. Je vous préviens. Ce n’est pas à une auror peu expérimentée que j’ai à subir les réactions émotives. Je sais ce qui est bon pour Poudlard. A quoi cela sert-il aux élèves de savoir monter sur le dos d’une sale bestiole d’hyppogriffe alors qu’il ne leur arrivera pareille chose. Il faut apprendre au contraire à leur esprit la hiérarchie des humains et des animaux sous une approche théorique qui font utiliser la réflexion et la logique et non les jambes ou les bras.
»

Dolores s’avança dans son fauteuil en s’adressant droit dans les yeux à ses deux hôtes.

« Du thé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8859
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9226
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Mar 21 Déc - 14:39

    Il y avait en effet énormément de choses qu’elle aurait voulu dire mais qu’elle ne pouvait. Quoiqu’il en soit, elle ne désirait en ce moment qu’une seule chose c’est que sa présence ne soit plus nécessaire et qu’elle puisse sortir de ce bureau dont l’ambiance commençait - seulement commençait ? - à l’étouffer. N’avait-elle pas terminé d’essayer de la pousser à bout ? Que ce soit volontairement ou involontairement... Quoique, pouvait-elle le faire ‘involontairement’? Cette bonne femme, elle s’en méfiait comme la peste, et à n’en pas douter que tous ses gestes n’était jamais fait sans arrière pensées ou objectifs ‘pernicieux’... en d’autres mots, nuisibles, dangereux. Dangereux pour elle. Elle le savait en plus ! Elle savait qu’elle devrait chaque fois se taire, ne pas dire trop sinon elle finirait par avoir des ennuis, plus d’ennuis qu’elle n’avait besoin... Rémus l’avait prévenue. mais c’était impossible avec cette bonne femme de parvenir à conserver son calme !!!! Comment certains y parvenaient-ils donc ?! Elle, elle n’y arrivait pas, elle lui tapait tellement sur les nerfs... Elle n’arrivait pas à faire semblant ! Et elle n'avait jamais réussi à tenir sa langue quand les choses avancées étaient trop fortement incohérentes et stupides ! Totalement stupides ! Et si elle mettait encore une fois l'excuse de son 'jeune âge' sur le tapis, elle allait voir... Parce que cela n'avait rien à voir, rien du tout.
    La preuve étant donné qu'Ombrage, bien qu'elle soit plus âgée, était cent plus stupidement aveuglée que Tonks l'était... Mille fois plus même.

    Rex parla ; elle n’entendit ses paroles que comme lui parvenant de très loin. Comme dans un rêve... Un cauchemar plutôt Ce ne pouvait être qu’un cauchemar étant donné qu’il y avait Mademoiselle la sous-secrétaire d’état ! Elle tressaillit lorsque le silence s’installa après ses mots. Après ses dernières paroles, elle savait également qu’elle n’aurait pas dû dire cela et automatiquement, elle se mordit la lèvre pour s’imposer dorénavant le silence alors que son regard continuer toutefois de brûler d’une rage contenue et quelque peu démentielle... Respire, Tonks, respire ! ce n’est simplement qu’une ridicule bonne femme imbue de sa personne qui croit que toute la terre tourne autour de sa personne simplement par le fait parce qu’elle a réussi à faire que même les ministres et les plus haut placés en hiérarchie lui mangent dans la main! Ce n’est rien d’autres que cela... ! Oui, et c’était déjà beaucoup !
    Un véritable cauchemar.
    Elle avait en horreur l’idée même d’appartenir présentement au ministère... Et de devoir ‘obéir’, de devoir s’abaisser, à ça.
    Elle ne regarda que d’un œil distrait Ombrage lui montrer... Comment rédiger une note de service ? Ce qu’elle se fichait bien de ça, elle n’en avait que faire... et bien qu’elle ne répondit rien, son regard devait surement parler pour elle et désapprouver totalement les paroles que Miss Ombrage lui avait lâché sur le rôle des Aurors ainsi que la rapidité d’adoption qu’une loi rédigée par elle pourrait être apportée pour les Aurors... Elle n’en doutait pas un instant de la rapidité à vrai dire... Reste à savoir par quels moyens elle les convaincrait ; elle n’avait aucune confiance en elle. Néanmoins, elle ne voudrait certainement pas - par sa faute - que le reste des Aurors aient à accuser un changement dans leurs fonctions, et que leurs actions et libertés de mouvements soient plus bloquées encore qu’elles ne l’étaient pour le moment.

    “ Je sais comment faire une note de service, merci”, eut-elle seulement marmonner sans même daigner jeter un œil à la lettre qui s’envolait par la porte. Mais même parfois, une seconde est une seconde aussi précieuse qu’une vie...”

    Les paroles suivantes qu’elle prononça manquèrent de la faire étouffer de rire. Ils contrôlaient la situation... Oui, bien sur ! Mais qu’elle était aveugle ! C’est pour cela qu’à présent, il n’y avait plus de prison et que tous les mangemorts y ayant été détenus étaient actuellement en liberté ; malgré les membres du ministère qui avaient été envoyés ils n’avaient pu les arrêter, mais hormis ceci, le ministère maîtrisait la situation. Parfait alors, tout simplement parfait. Déjà que Tonks culpabilisait de n’avoir pu être là ce jour-là à se battre ! Mais alors là, elle, - Ombrage -, ne risquait pas de culpabiliser... Non, elle croyait fortement qu’elle tenait toutes les ficelles. Ridiculement ridicule. D’ailleurs, avait-elle ne serait-ce un jour culpabilisé pour quelque chose ?! Permettezà Tonks d’en douter fortement.
    Qui plus est, elle ne craignait pas d’être renvoyée... Elle ne soumettrait jamais au ministère ; elle se battait pour son monde, pour y ramener le Bien, y exterminer le Mal - et actuellement elle considérait Ombrage comme étant l’incarnation du mal en personne - bien qu’il était inutile de le répéter encore et il lui serait même comme un soulagement de ne plus devoir venir ici, ne plus rencontrer cette bonne femme aux allures de petites filles pernicieuses... Mais, dès l’instant où elle sentirait son existence mise en danger ici, alors on ne l’y verrait plus ; d’elle-même elle disparaitrait d’ici, elle ne travaillait pour eux non, malgré tout ce qu’Ombrage pourrait lui dire, et malgré tout ce qu’elle pourrait la menacer de faire.
    Néanmoins, en attendant, elle comptait bien sur le fait de tenter d’éviter de donner la moindre occasion qu’Ombrage ne la renvoie. Ce n’était pas le fait de se faire renvoyer qu’elle craignait, mais celui de se faire renvoyer... par ‘elle’. Etrange...

    D’un ton énervé ensuite, ombrage lui répliqua encore... Des imbécilités. Une de plus ou de moins vous me direz, ce n’est guère important ! A ce rythme-là, elle pourrait remplir écrire et publier un livre de plus de mille pages “Best sellers des imbécilités de Dolores ombrage : analyse textuelle de ses plus grandes bêtises”.

    … Elle savait ce... qui était ‘bon’ pour... Poudlard?! Une nouvelle fois, la jeune femme faillit s’étouffer de rire... et d’énervement à la fois. Elle émit un rire aigre avant de décliner poliment l’invitation au “thé” (jamais elle n’accepterait quoique ce soit à boire ou manger venant d’elle !) et elle répondit d’un ton qui indiquait clairement qu’elle ne croyait pas ses oreilles de l’entendre proférer telles stupidités, tels propos irrespectueux également...

    “La théorie ne prépare pas les élèves à la pratique. Jamais.... On peut être très bon en théorie, et être nul en pratique si on ne se donne pas les moyens de mettre ce qu’on a apprit en pratique. Évidemment, je n’ai pas dit non plus d’inviter des... dragons en cours, c’est ridicule, et dangereux ! Mais... Ce que vous dites est totalement incohérent ! Qu’en savez-vous si plus tard ils n’auront jamais à monter sur le dos d’un hyppogriffe ? Qu’en savez-vous ce qui leur arrivera une fois à l’extérieur de Poudlard... ?! S’ils ne peuvent se défendre... S’il leur arrive quelque chose... Qu’en savez-vous donc ?!”

    La vérité était qu’elle s’en fichait totalement en réalité, autant qu'elle se fichait de la sécurité des élèves. Tout ce qui l’intéressait c’était asseoir son pouvoir, que tout le monde la respecte - d’un respect plus grand que ce qu’elle méritait ! - Elle n’aspirait qu’à cela, elle n’aspirait seulement qu’au confort de sa petite personne et à pouvoir gravir des échelons dans la hiérarchie, sans qu’elle ne le mérite toutefois,... De l’avis de Tonks.

    La hiérarchie des humains, laissez-moi moi rire... , songea t-elle sur un ton amer. Surtout quand elle avait des humains (humaine) comme celle qui se tenait devant elle en cet instant, elle doutait fortement de leur supériorité... Pas supériorité de l’intelligence en tous les cas, ni aucunes valeurs dignes d’attendrir qui que ce soit... Supériorité d’une prétention arrogante, d’une suffisance complètement déplacée et d’une vanité sans bornes par contre, oui... ça, elle devait bien l’admettre, Ombrage était bien supérieure en cela à n’importe qui qu’elle avait pu rencontrer.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   Mar 21 Déc - 16:02

Plus l’emportement emportait ces deux femmes, plus Rex se disait que c’était dommage de ne pas avoir le droit d’avoir des sujets vivants pour étayer ses cours : il avait en face de lui deux beaux dragons cracheurs de feu ou plutôt de remarques mordantes. Là, il était d’accord, il y aurait danger pour les élèves et pour sur qu’il y serait confronté pour après Poudlard…. Bien entendu, le nouveau professeur garda ses réflexions pour lui, il n’avait pas non plus envie de mourir spécialement aujourd’hui. La retenue, c’était ce qui avait presque caractérisé sa vie et c’est ce qui caractérisait cet entretien. En même temps comment vouliez-vous placer un mot face à deux furies comme les qui réglées ainsi leurs comptes. A cet instant, Rex se sentait vraiment mal à l’aise, si les Détraqueurs n’étaient pas encore revenue, il avait trouvé leurs remplacent idéals… Enfin, sérieusement, la destruction de la prison avait fait beaucoup de bien dans les rangs des Mangemorts et il était encore étonné que Miss Ombrage soit aussi impétueuse et aussi fier du Ministère avec une défaite comme celle là entre les dents.

Il dut s’empêcher de rire quand la Grande Inquisitrice se moqua ouvertement de Miss Nymphadora en envoyant une note de papier et lorsque celle-ci répliqua, il avait vraiment l’impression que la colère avait fait place au cynisme et à l’ironie. Rex regardait sa montre. Décidément, les secondes étaient devenues des minutes et les minutes des heures. Par moment il croyait entendre ses tics tacs ralentir et se demandait si les aiguilles ne revenaient pas sur leurs pas lorsque Rex arrêtait de les fixer.

Il sortit enfin de ses songes lorsque après avoir essayé de défendre sa cause, Miss Dolores lui répondit avec amabilité

-Monsieur Helsing, qui a parlé d’examen pratique ? Et puis, la théorie forme à la pratique si on l’assimile bien et longuement donc rien ne sert de prendre d’inutiles risques. Mais je vous en parlerais plus en détails à Poudlard, en tant que Grande Inquisitrice bien sûr

Rex acquiesça et voulut répondre mais Miss Nymphadora avait répondu derechef. Décidément la retenu n’était pas son fort et on devrait de temps en temps lui rappeler le dicton « Tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler ». Pourtant, il n’avait aucune animosité envers elle mais à surenchérir tout le temps face à Ombrage, c’était aussi utile et dangereux que de tremper son corps dans un gros bol de sauce mayonnaise face à un dragon.

Tonks répliqua bien sur mais Dolores ne laissa pas bien entendu passé impunis

- Mademoiselle Nymphadora Tonks. Je vous préviens. Ce n’est pas à une auror peu expérimentée que j’ai à subir les réactions émotives. Je sais ce qui est bon pour Poudlard. A quoi cela sert-il aux élèves de savoir monter sur le dos d’une sale bestiole d’hyppogriffe alors qu’il ne leur arrivera pareille chose. Il faut apprendre au contraire à leur esprit la hiérarchie des humains et des animaux sous une approche théorique qui font utiliser la réflexion et la logique et non les jambes ou les bras.

-La théorie ne prépare pas les élèves à la pratique. Jamais.... On peut être très bon en théorie, et être nul en pratique si on ne se donne pas les moyens de mettre ce qu’on a apprit en pratique. Évidemment, je n’ai pas dit non plus d’inviter des... dragons en cours, c’est ridicule, et dangereux ! Mais... Ce que vous dites est totalement incohérent ! Qu’en savez-vous si plus tard ils n’auront jamais à monter sur le dos d’un hyppogriffe ? Qu’en savez-vous ce qui leur arrivera une fois à l’extérieur de Poudlard... ?! S’ils ne peuvent se défendre... S’il leur arrive quelque chose... Qu’en savez-vous donc ?!

Elle avait certes raison pour tout l’or du monde, il ne l’aurait pas reconnus devant Miss Ombrage. Il se disait juste que si les paroles ne marchées, il essayerait de faire passer quelques Créatures en douce dans le dos de Dolores Ombrage….ce qui n’était pas gagné. La tasse de thé offerte par Miss Ombrage que Rex avait accepté juste par politesse et remercié avec un fin sourire, était posé entre ses doigts.

-Même pour les Sniffeurs, il me serrait interdit d’en emmener un ?

C’est toute petite bête de poil était aussi doux qu’un chiot. Dans sa réflexion personnelle, il n’avait jamais entendu parler d’un cas où un Sniffeur avait tué quelqu’un…on ne pourrais pas de câlin ou des tas d’or enfouis sous terre qu’il pouvait trouver
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Discussion tendue sur fond rose [PV'Rex et Tonks]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La mauvaise foi est l'âme de la discussion ✝ rose (terminé)
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Londres :: Le Ministère-