Partagez
 

 Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE] Empty
MessageSujet: Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE]   Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE] EmptySam 8 Jan - 20:53


    Les lumières sont légères et tamisées, une odeur de lys s'élève allègrement dans la pièce, la soie douce de la nappe de table caresse doucement mes genoux. Je n'ai pas l'habitude de ce genre d'ambiance, le romantisme ce n'est pas franchement mon truc. Je ne sais pas trop quoi penser, mais j'ai une sensation qui me chatouille les côtes. Je crois que ça me plait qu'il se soit donné tant de mal, je ne compte pas lui avouer pour autant. Mais je suppose que cette saleté d'air attendri qui orne mon visage parle pour moi, vu qu'il m'offre un gracieux sourire. J'aime son sourire, ça non plus je ne lui dirait pas. Je me sens bizarre, c'est dérangeant, comme si j'étais enfermée depuis des jours dans un sauna avec des cris stridents d'enfants en fond sonore. J'en ai mal à la tête, plus il s'approche de moi et plus mes oreilles bourdonnent. Quelque chose va finir par exploser, je vais finir par exploser. Je n'aime pas cette sensation qui court dans mes veines, comme si une dose massive d'adrénaline excitait tout mes nerfs et obligeait mon sang à courir de plus en plus vite. Je connais cet état, il me fait peur. J'ai l'impression que face à mes yeux tout devient noir, les ténèbres m'entourent. La musique douce est remplacée par ces cris, d'où viennent-ils je ne l'ai jamais su, mais ça me vrille les tympans. Comme toujours je me débat et comme toujours les cris se taisent et sont remplacés par un silence de mort, pesant au point que je me sens que plus écrasée encore. Ce n'est que lorsque mes os semblent prêt à se rompre sous le poids de se malaise sans nom que la lumière m'agresse à nouveau la rétine. Tout se calme, je souffle, je tremble et mes jambes cèdent sous mon poids plume. Mes mains passent sur mon visage, mais une sensation chaude me trouble, elles sont devenues rouges. Pour une fois, je n'ai mal nulle part, ce n'est pas mon sang. Pour ce que j'avais chaud quelques secondes plus tôt, ma température chuta, je devais être passé au blanc. Je n'ose pas tourner le regard, apeurée par ce que j'allais trouver autours de moi. Mes yeux accrochèrent une flaque rouge au sol à mes cotés, elle semblait s'étendre en rythme avec mon cœur semblant battre de plus en plus lentement, menaçant de s'arrêter à chaque impulsion. Je pars, m'essouffle. Dans un sursaut le décor qu'elle voulait fuir sans y parvenir, fut remplacé par le plafond de son lit à baldaquin. Abbigail Rose était de retour dans son lit à Poudlard, monde magique. Malgré elle une larme coula le long de sa joue, alors que ses yeux semblaient encore chercher, dans le bois sculpté, les dernières images d'un mauvais rêve. D'un mouvement rageur elle essuya l'intruse, séchant rapidement ses grands orbes bleus au passage. Il ne fallait surtout pas qu'on la retrouve comme ça, pleurer c'est bon pour les Poufsouffles ! Surtout pour de telles sottises. Il n'y avait aucune raison valable pour qu'elle assassine Ezra, pas même en rêve. Bon c'est vrai qu'ils s'étaient quitté en mauvais termes quelques jours, ou peut être semaines, plus tôt. Mais ce n'était que pacotilles. En fait Abbigail devait avouer qu'elle déclenchait leurs engueulades plus par besoin que malgré elle. Il ne s'était premièrement pas énervé et avait fait son truc de psy. Lui dire que c'était un comportement désespéré car tous ce qu'elle avait connu de trop beau avait fini par éclater devant ses yeux et, pour ne pas perdre cette relation bizarre entre eux, elle faisait tout pour la rendre bancale. Parce que par a+b: si ce n'est pas parfait ça ne peut s'arrêter. A son humble avis, c'était très Gryffondorien comme logique: pas très réfléchie...
    C'est à regret qu'elle passa les longs rideaux du lit pour rejoindre le monde des autres. Quand bien même son monde à elle lui avait fait passé une mauvaise nuit, elle y aurait passé sa journée avec joie. Rien n'était plus difficile que de devoir supporter la gueule des autres quand on a mal dormit. Même sa propre tête devient insupportable dans ces conditions. La pâleur laiteuse de sa peau virait au cadavérique, ses yeux semblaient délavés et l'air grognon qui flottait sur ses traits légèrement tirés par la fatigue, la faisait gronder intérieurement. Heureusement que l'art du maquillage n'a plus de secret pour elle. Après une heure de lutte pas très acharnée, alors que ses compatriotes de Serpentard s'éveillaient à peine, elle paraissait limite de bonne humeur. Ce qui n'était absolument pas le cas, je crois bon de vous le rappeler avant que vous ne finissiez vous aussi pétrifié dans un coin de 'école. Avant de piquer une crise de nerfs monumentale parmi la foule d'élèves se rendant à la Grande Salle pour le petit-déjeuner, Abbi se détacha du groupe et fit demi-tour. Non, elle n'était vraiment pas d'humeur à aller taper causette avec deux trois Serpy ennuyeux, un ou l'autre Serdaigle extra blasés face à leurs travaux de Potion n'avançant pas d'une demi lettre,... en fait, se retrouver parmi toute cette agitation tout simplement. Un coin au calme, pas ou peu de passage, un coin où elle se sent relativement chez elle, c'était ce dont elle avait besoin et aussi bizarre que cela puisse vous paraitre c'est sur le sol de pierres froides d'un cachots qu'elle trouva ce petit jardin d'Eden.

    Un grondement mécontent accompagna le bruit du papier qu'on froisse et chiffonne. Ce devoir de potion lui prenait la tête depuis près d'une heure et demi et, pour la dixième fois en si peu de temps, Abbigail jeta une petit boule de parchemin dans les airs et lui faisait prendre feu à quelques centimètres du sol. De la cendre un peu partout pouvait en témoigner. Elle ne voyait, en effet, pas l'utilité de nettoyer à chaque fois que le parchemin se désagrégeait devant ses yeux. Pas pour le moment du moins car pour sur que quelques nouvelles boulettes viendraient grossir un peu plus les différents petits tas noires passant relativement inaperçu sur le noir sombre et humide des dalles. Après encore deux tentatives elle envoya son bouquin se fracasser contre un mur et grogna ne salve d'insultes colorées en allemand. Sa tête alla se perdre dans ses mains, il fallait qu'elle se reprenne ce n'était qu'un mauvais rêve. Elle se savait violente en période de crise, mais de là à aller tuer quelqu'un c'était peut être exagéré. Non ? Ce n'était pas son genre, mais elle avait pour une fois du mal à se défaire de cette image effrayante et sanglante. Elle lui trottait dans la tête et à chaque fois elle devait se faire violence pour l'éloigné d'un coup de tête et de quelque grondement pour elle même. Il fallait qu'elle arrête, ce n'était qu'Ezra, pour ainsi dire rien ! Malgré elle, elle attrapa tout de même une pièce de parchemin et se mit à écrire. C'était débile et ça lui donnait la nausée, mais elle sentait un étrange besoin de lui, là tout de suite. Faute de ne pouvoir le voir, elle allait lui envoyer une lettre. Rien de bien important écrit dedans, de toute façon qu'aurait-elle pu écrire d'autre que quelques banalités ? Ce n'est qu'une lettre d'elle à une connaissance sans importance et suscitant tout au plus une habile indifférence. Son écriture ronde et fantaisiste empli néanmoins très facilement toute la feuille et lorsqu'elle plia soigneusement le parchemin, elle du réprimer une envie de se relire. Elle ne pouvait pas. Pas sans risqué que, devant l'évidence qu'il y avait bien plus que quelques banalités, la lettre finisse elle aussi en un petit tas de poussière s'envolant au gré d'une brise d'origine incongrue et inconnue. Abbigail releva doucement le nez, qui donc se promenait par ici alors qu'il devait être l'heure où les étudiants se plaisaient à se promener à l'extérieur du château ? Enfin, se plaisaient... avec tout ce qu'il se racontait de nos jours, c'était devenu moins plaisant, ça n'en restait pas moins vital. A croire que l'atmosphère dans l'enceinte de l'école devenait suffisamment pesante pour que certains trouvent refuge sur le bord du lac aux eaux troubles. Peut être qu'on respirait mieux là-bas, dehors. Au coin du couloir, une silhouette se discerna de la pénombre. Une silhouette qu'Abbi connaissait bien, Blue. Prête à accueillir la demoiselle avec humeur elle fut néanmoins contrainte de sourire à moitié face à la tête de cette dernière. Elle semblait... ronchonne, elle aussi. « Blue ma douce.» annonça t-elle d'une voix calme et posé, presque sympathique, en posant ses grands yeux bleus sur la demoiselle d'un air moqueur. « Pourquoi donc fais-tu une tronche pareille ? Une jolie Gryffondor aurait refusé de tes mains dans sa petite culotte ou tu as juste envie de tenter d'effrayer un strangulot » Comment remplacer un "bonjour, comment vas-tu" dans la vie d'Abbigail Rose Haberhäus. Oui, on connait les bonne manières chez eux aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE] Empty
MessageSujet: Re: Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE]   Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE] EmptyMer 12 Jan - 13:51





    La veille, Blue s'était endormie avec une pensée pour Kathryn. Elle était la fille qu'elle voulait, qu'elle aimait de tout son être à s'en faire souffrir et Kathryn ne la regardait même pas où alors, Blueberry ne le voyait pas. Toujours est-il qu'elle n'avait pas réussi à avoir Kathryn et que ça la frustrait. La jeune femme passait ses journées en compagnie de garçons tous plus mignons les uns que les autres pour quelqu'un qui aime les garçons. Ce n'était pas le cas de Blue enfin avec Arthur et Angus dans sa vie, elle n'en était plus trop sûre. Elle savait qu'elle ne voulait pas faire sa vie avec un homme mais elle n'était plus tout à fait sûre de n'être attirée que par les filles. Normalement, cela aurait du être le cas ... Mais Arthur, cet abrutit, l'avait plus ou moins laissé se bourrer et le résultat était qu'elle avait couché avec lui. Le seul point positif de cette aventure, c'était qu'elle ne de souvenait de rien. C'était très bien d'ailleurs. Elle l'avait revu récemment et ça n’avait rien changé de leur relation. Il n’était qu’une personne dans sa vie, une personne qu’elle ne considérait ni comme un ami ni comme un ennemi. Elle ne lui voulait pas de mal mais aurait espéré qu’il soit moins con. Il parlait de sujet douloureux avec tellement de légèreté que Blue avait gardé difficilement son calme. Angus quand à lui n’était au début que le simple fournisseur de Blue mais au fils des semaines, il avait voulu plus de Blueberry que son argent… Elle avait d’abord refusé pour finalement céder alors qu’elle était complètement défoncée. Depuis, Angus attendait patiemment que Blue revienne chercher ses doses … Sauf que cela faisait une semaine qu’il ne l’avait pas vu. En effet, Blue voulait arrêter avec la drogue car ça la faisait devenir beaucoup plus garce qu’elle ne l’était en étant clean.

    Elle n’était pas trop accro et qu’elle ne faisait que fumer des joints, donc elle n’était pas en manque. Cependant, fumer lui manquait. Alors, quand elle se réveilla ce matin là, elle n’attendit pas que les filles de son dortoir, qu’elle ne considérait même pas comme des gens se lèvent pour mettre le souk dans tout le dortoir à la recherche de ses clopes. Elles se réveillèrent une par une par le boucan que faisait leur camarade. L’un d’elle assez folle pour s’opposer à Blue se leva et se planta devant Blue en petite culotte et sans soutien-gorge. Elle avait beau ne pas être au goût de Blue a cause de la blondeur de ses cheveux, la jeune fille ne put empêcher son regard de dériver sur les courbes de la fille… Elisa, puisque c’était son prénom remarqua le regard de Blue et sentit ses joues prendre une teinte rouge. Tout le monde à Poudlard était au courant que Blueberry Danvers avait un penchant plutôt fort pour les filles… Elle-même ne le cachait pas et se moquait de ce qu’on pensait d’elle. Elisa couvrit sa poitrine blanche de ses bras et la brune ne put s’empêcher de pousser un soupir de regret … Il y avait tellement longtemps qu’elle n’avait pas touché de fille que n’importe laquelle ferait l’affaire … Même ses ex… Sauf qu’elle se voyait mal revenir la bouche en cœur pour prendre du plaisir et laisser tomber une nouvelle fois sa partenaire. D’un, elle ne serait pas bien reçu par certaines et de deux, elles risquaient fort de faire attendre Blue et la jeune fille détestait ça. Arquant un sourcil interrogateur, le regard bleu de la brun s’ancra dans celui brun de son interlocutrice.

    « Oui Elisa tu veux quoi ? »

    Son ton était doucereux et un sourire narquois naquit sur ses lèvres…

    « Blueberry, tu as vu l’heure ?? Mais tu es folle ou quoi ? Franchement c’est pas parce que tu es réveillée que tu dois foutre le bordel et réveiller toutes les autres … »

    Elle fut coupée net dans son élan par Blue qui avait finalement trouvé ce qu’elle souhaitait et qui s’enfermait dans la salle de bain afin de se doucher. Elle n’entendait pas Elisa se plaindre aux autres filles, le bruit de l’eau cachant aux oreilles de la sorcière la voix insupportable de la blonde. Presque tous les jours s’était pareil. Elisa ne savait pas rester à sa place comme toutes les autres et il fallait toujours qu’elle ouvre sa bouche pour ne sortir que des conneries. Ce qui était bien quand elle était avec d’autres personnes, notamment Arthur, ils étaient tellement cons l’un comme l’autre à essayer de se détruire physiquement et mentalement qu’au moins ils pouvaient se chercher sans se soucier des conséquences. L’eau lui fit un bien fou et pendant quelques minutes, elle put savourer sa tranquillité. Mais avant d’être bien détendue, Elisa commença à tambouriner à la porte en hurlant qu’elle aussi elle avait besoin de se doucher. Blue tenta le diable et continua sa douche… Puis Elisa entra comme une furie dans la salle de bain sa baguette à la main. Blue était nue et cela ne la dérangeait pas. La pudeur, elle ne connaissait pas et cela se voyait avec les tenues qu’elle abordait les week-end. La sorcière prit tout son temps pour enfiler ses sous-vêtements puis sortit de la pièce en prenant soin de frôler de sa main la poitrine de Elisa rien que pour la gêner. Son geste eut l’effet escompté et à peine eut-elle repris ses esprits que Blue descendait déjà dans la salle commune des rouges et or.

    Elle n’avait pas particulièrement faim ce matin et donc elle prit la direction des cachots espérant voir Kathryn pour lui parler. Seulement, à peine eut-elle dépasser la porte qui menait aux cachots que Kathryn arrivait avec des garçons… Les yeux de Blue se rétrécirent et elle lança un regard noir à tous les garçons rassemblés autour de SA Kathryn… La jeune femme en question n’accorda même pas un regard à celle qui désirait tant avoir d’affection de la part de la rousse. Cette indifférente feinte ou non la mis en colère et elle déambula dans les cachots d’un pas rageur. Comment osait-elle jouer l’indifférente avec elle ? La serpentarde avait bien compris que Blue était là puisque les garçons n’avaient pas put s’empêcher de parler d’elle… Alors qu’elle tournait dans un couloir, elle aperçut la silhouette familière de Abbigail, une fille qu’elle qualifiait d’amie ? … Pas assez en tout cas pour être heureuse de la voir… Blueberry ne voulait voir personne … Elle ne fit aucun effort pour rendre le sourire de Abby… Quand le mot « douce » arriva après son prénom, Blue eut un sourire un peu amer… Quel paradoxe avec son état d’esprit actuel mais surtout avec elle-même ! Elle était tout sauf douce … Enfin, il lui arrivait de temps en temps de l’être mais jamais plus de trente seconde … En fait, même son deuxième prénom était un paradoxe… « Harmonie » … Il n’y avait rien en elle d’harmonieux et elle ne savait pas ce qui était passé dans la tête de ses parents pour l’appeler ainsi… Blue détestait lorsqu’on l’appelait par des petits noms comme cela… La blonde pouvait s’estimer heureuse que Blueberry ne lui saute pas dessus pour l’étrangler … En fait, Abby était une des rares, voir la seule à pouvoir dire ce genre de chose sans que Blue veuille la tuer sur place. La phrase suivante tira le premier vrai sourire de Blue depuis qu’elle s’était levée…

    « Tu as mangé un clown ce matin Abby ? Le sourire de Blue se fit moins grand tandis qu’elle repensait à la scène qui s’était déroulée quelques minutes plus tôt. Non, les Gryffondors ne m’intéresse plus … Elles sont si … comment dire … prévisible … Les Serpentards sont milles fois mieux … Une seule m’intéresse à vrai dire … »

    Blue avait chuchoté la fin de sa phrase au cas où une personne viendrait à entendre leur conversation… Il était tellement rare de voir une Gryffondor et une Serpentarde discuter avec une telle « amitié » … Blue s'alluma alors une clope et en proposa à Abby avant de tirer une latte de la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
 

Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je me suis retrouvé marié à un ananas et moche en plus, mais je l'aimais...[PV BLUE]
» Se retrouver à poil, au mauvais moment. [Pv - Thalia]
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Les couloirs communs-