Partagez | .
 

 ♥ Stupid Cupid ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: ♥ Stupid Cupid ♥   Dim 6 Fév - 12:44

•♥ Bruno Mars • Marry You ♥•

It’s a beautiful night,
We’re looking for something dumb to do.
Hey baby,
I think I wanna marry you.

Is it the look in your eyes,
Or is it this dancing juice?
Who cares baby,
I think I wanna marry you.








    Eryn avait l'impression d'être en sécurité, que jamais rien ne lui ferait de mal, pas même la Mort elle même. Immortelle dans les bras de son aimé, la sorcière eu un sourire inconscient dans son sommeil. La tête posée contre le torse de Peter, Eryn sentait son cœur battre paisiblement. Il était vivant, en pleine santé, et pour une femme hantée depuis des années par les fantômes de son passé qui devinrent au fil du temps sa seule compagnie, ce n'était pas rien. Ça faisait des mois que tout était parfait entre eux. La sorcière et l'Auror continuaient leur petite chasse aux Mangemorts mais plus ils étaient heureux en couple plus leur soif de vengeance s'étanchait pour finalement devenir un devoir de justice en général. Plusieurs fois Eryn s'était demandée pourquoi aller à la course aux méchants, pourquoi se battre avant de finalement se lever le cœur coupable.

    « Eryn ? » dit une voix à son oreille. La sorcière remua lentement dans ses couvertures, sachant très bien à qui elle appartenait sans même se rendre que compte que ce n'était justement pas normal. « Eryn ? » appela à nouveau la voix dans un murmure. La sorcière grogna légèrement avant de finalement ouvrir les yeux et se tourner en direction de la voix, c'est à dire de l'autre côté du lit, là où n'était pas Peter. Les yeux grands ouverts, la jeune femme rousse sursauta violemment en se rendant compte de la personne qui était à son chevet, accroupi et souriant tendrement, comme si c'était un beau matin comme les autres.

    « Ja...Ja...Jackson ! » bégaya-t-elle sentant soudain son cœur s'emballer et la culpabilité l'empêcher de respirer. Jackson était là alors que Peter dormait dans son lit, à côté, que trouverait-elle à dire ? « Comme tu le vois Jackson, depuis que tu es mort, ton meilleur ami a bien pris soin de moi » ou « Pardon Jackson mais je suis amoureuse de Peter et je ne vois plus ma vie sans lui » ? Aucune solution ne fonctionnait et Eryn avait encore du mal à se dire qu'elle aimait Peter. Elle le ressentait, elle le savait, mais formuler ces simples mots « je t'aime » était pour elle comme dire « j'ai abandonné mon mari ». C'était au dessus de ses forces, trop cruel. D'un réflexe particulièrement débile, la rouquine saisit son drap et couvrit Peter d'un geste rapide comme si de rien était. « Qu...Qu'est-ce que tu...hum...Tu fais ici ? » demanda Eryn avant de se rendre compte que c'était la première fois depuis qu'elle se croyait en train de parler avec Jackson qu'elle lui posait cette question.

    Le jeune homme eu un faible rire amusé comme si tout ça, il s'y était attendu. Ce n'était pas si faux puisqu'il était la création de l'esprit de Eryn. La sorcière senti son cœur périr en revoyant son mari sourire. La perfection de sa bouche, le bleu de ses yeux, le blond de ses cheveux. Tout était beau, tout faisait mal à voir car tout ça elle ne l'aurait plus. Presque immédiatement la sorcière senti les larmes monter mais Jackson fut plus rapide. « hé.... Ne pleure pas mon amour, je ne suis pas venu pour ça... » murmura-t-il en s'asseyant au bord du lit et prenant Eryn dans ses bras, Peter le visage toujours sous les couvertures. Il avait l'air limite mort. La sorcière serra son mari contre elle, respira son parfum mais se rendit compte que ce n'était plus comme avant, juste après la mort de Jackson. Quand elle était encore une jeune veuve, Eryn pouvait simplement fermer les yeux et se souvenir la fragrance qu'avait son mari mais maintenant le souvenir du parfum n'était plus, seule restait l'impression qu'elle ressentait à chaque fois. Eryn savait qu'elle aimait l'odeur de Jackson, elle savait que la respirer la rendait paisible ou au contraire électrique mais maintenant, elle était incapable de se la remémorer. Le temps avait fait effet. Et Peter aussi.

    « Je suis désolée » s'excusa-t-elle de elle ne savait quoi. Jackson eu un autre sourire avant de reculer légèrement pour pendre le visage de sa femme entre ses mains. Eryn vit qu'il portait toujours son alliance, tout comme elle. La rouquine dévisagea son époux avec émotion. Après tout ce temps, après toutes ces heures à le regarder, Eryn le trouvait toujours aussi beau, elle se sentait toujours capable de tomber encore plus amoureuse de lui à nouveau à chaque instant. Comme là maintenant. Jackson caressa les cheveux de son épouse, un sourire paisible aux lèvres tout en l'admirant. Ils restèrent ainsi à se regarder un long moment – oui Peter toujours sous le drap – avant que le jeune homme ne prenne la parole. « Joyeuse Saint Valentin mon amour ». Eryn cligna des yeux, surprise. C'était la St Valentin ? Elle n'en souvenait pas... Il fallait dire qu'avant sa mort, avec Jackson c'était la fête des amoureux tous les jours dans sa vie et depuis qu'il était mort, Eryn souffrait d'aimer. Pas de quoi fêter ce jour en somme. Mais pourquoi était-il ici ? Seulement pour dire ça ? Comme s'il l'avait entendu, Jackson répondit « Je viens te dire au revoir. Je dois partir » Il lui caressa à nouveau les cheveux.

    « Quoi ?! » demanda Eryn en sursautant. Son cœur s'emballa et elle commença à avoir mal à la tête. « Où tu vas ? Pourquoi tu pars ? C'est à cause de Peter ? Je peux … ! Je... peux... » La rouquine cessa brusquement de retenir Jackson, se rendant compte qu'elle ne savait pas ce qu'elle pourrait faire pour l'empêcher de partir. Demander à Peter de la laisser ? Non, c'était impossible. Et pourtant, si elle venait à le choisir lui au lieu de son mari, était-elle une mauvaise personne ? Ou serait-elle plus cruelle en chassant Peter de sa vie, alors qu'il n'avait qu'elle, pour retenir un fantôme que trop cruel car aimé ? Jackson eu nouveau sourire comme s'il savait bien que même si Eryn prétendait vouloir tout quitter pour le garder, elle ne le ferait pas. Elle avait changé. Ce n'était pas plus mal, elle avait l'air plus heureuse maintenant. « Il est temps que tu te réveilles, tu as une grosse journée qui t'attends, crois moi. Je t'aime » lui dit-il avant de l'embrasser sur le front. Eryn ouvrit la bouche pour le retenir mais Jackson n'était plus là. Le visage se tordant soudain de douleur, la jeune femme hurla dans son sommeil à cause de la souffrance ressenti avant d'ouvrir brusquement les yeux.

    Le cœur battant à tout rompre, la rouquine se rendit compte qu'elle était à nouveau dans le lit de Peter Adams, le meilleur ami de son défunt mari. Le mari de sa défunte amie, je gros bordel quoi. La seule différence avec son rêve était qu'il n'était pas endormi à ses côtés et qu'il faisait non pas jour mais nuit. Visiblement elle avait passé la journée à rattraper son sommeil. Peter devait être allé faire un saut au Ministère pour rendre leur rapport sur la dernière mission. Avec un soupire, Eryn se laissa tomber sur les couvertures et resta dans l'obscurité à écouter les bruits de Londres animée. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas rêvé de Jackson. Avait-il raison ? Etait-ce vraiment la Saint Valentin ? Curieuse, la sorcière se leva et alla dans le salon, à la recherche d'un calendrier. Le seul problème avec les missions, c'est que lorsque l'on en revient, on n'a plus la notion du temps. La jeune femme alla dans la cuisine, rien. Dans le salon, pas de calendrier. Peut être un agenda dans le tiroir du bureau ? Mal réveillée, ses gestes étaient peu moins précis quand elle ouvrit le tiroir ce fut pourquoi elle y mit un peu trop de force et le fit tomber par terre, manquant de peu de se faire mal au pied.

    Eryn soupira et se mit à croupi tandis qu'elle ramassa les affaires de Peter. Pourquoi est-ce qu'elle cherchait à ce point à savoir la date ? Peut être pour ne pas se concentrer sur le reste du rêve. Surtout la partie dans laquelle elle ne pouvait pas sacrifier Peter contre Jackson. Et dire qu'il y avait encore quelque mois, Eryn aurait donné sa vie pour le rejoindre. Maintenant elle n'y arrivait plus, pas même en rêve... Dans le fouillis, la jeune femme trouva une petite boîte en velours. Les sourcils froncés elle la saisit dans la main et se demanda si Peter avait conservé les bijoux de Selena. Surement mais pourquoi en avoir ici dans ce tiroir ? Curieuse, la jeune femme ouvrit la boîte et y trouva une alliance. Elle était couleur argent, surement de l'or blanc, c'était ce qu'elle préférait en tout cas avec de magnifiques et discrets diamants dessus. Eryn la trouva magnifique, tout en élégance et force. La bague semblait neuve, Peter l'avait surement emmenée pour la faire nettoyer. Avec un soupire la rouquine regarda sa propre alliance. Qu'était-elle en train de faire à Jackson ? Les clés furent mises dans la porte.

    « Eryn ? » appela immédiatement Peter avant même de prendre le temps de regarder autour de lui. « Ah, tu es là ! Ça va ? La réceptionniste du Ministère était une vraie furie aujourd'hui, encore pire que d'habitude » dit-il avec un grand sourire qu'il perdit en voyant la jeune femme assise en tailleur par terre, la bague dans la main. « Eryn ! Qu'est-ce que tu fais avec ça ! » s'emporta-t-il en se précipitant vers elle et lui arrachant la bague des mains. La jeune femme senti son cœur s'emballer mais aussi la culpabilité. Surement n'étaient-ils toujours pas assez proches pour qu'elle puisse regarder les bijoux de Selena sans qu'il ait envie de les lui prendre des mains.
    « Je suis désolée ! Je ne voulais pas ! Je cherchais un calendrier et j'ai fait tomber le tiroir alors j'ai ramassé et je suis tombée sur la bague de Selena » se justifia-t-elle brusquement en se redressant d'un bond et mettant de la distance entre elle et Peter, nerveuse. Elle n'aimait pas le mettre en colère, du moins quand ce n'était pas parce qu'elle pensait avoir raison. Il ne méritait pas ça, lui avait ses problèmes. Cependant à sa grande surprise, le jeune homme soupira violemment et hocha la tête avant de prendre la bague dans sa main. Il se redressa et fit face à Eryn, le visage presque triste et nerveux ?

    La rouquine l'observa un instant, se rendant compte à quel point elle le trouvait beau. Il n'était pas parfait, ses traits n'étaient pas toujours « normaux » mais elle aimait la finesse de ses lèvres, le dessin de son nez, le pétillant de ses yeux, le doré de ses cheveux. Elle aimait regarder la courbure de son cou dont l'odeur était marquée, réelle. Eryn était folle de son torse, de ses mains qu'il posait sur elle comme s'il n'en revenait pas être autorisé à le faire. Mais la sorcière aimait également son sens des responsabilités, le fait qu'il soit tout simplement gentil, qu'il la respecte. Oui, en le regardant comme ça, Eryn se rendit compte qu'elle n'arrivait pas à se lasser de Peter même après toutes ces années, même après tous leurs interdits. « Eryn... Ce n'est pas la bague de Selena » commença-t-il doucement comme ça lui coûtait de dire ça. La jeune femme refusa de comprendre et resta silencieuse à dévisager Peter. Sa bouche était devenue sèche et ses mains tremblèrent. « Je ne voulais pas te le demander comme ça ! » reprit-il avec agacement. « J'avais tout préparé pour que ce soit romantique et... normal, contrairement à tout ce qu'on a fait depuis le début. Mais bon, maintenant qu'on y est... » marmonna-t-il avant de respirer profondément tandis que Eryn avait toujours le même air stupide.

    Peter mit un genoux à terre.

    « Oh mon dieu ! » s'exclama Eryn en sursautant tandis que Peter lui saisit doucement la main avec un sourire angélique bien que nerveux. La jeune femme le regarda faire, le cœur battant à tout rompre, la tête lui faisant mal. C'était impossible. Peter Adams était en train de la demander en mariage. Mais elle ne pouvait pas. Il était le meilleur ami de Jackson et l'épouser signifiait qu'elle avait définitivement tourné la page, elle ne pouvait pas.
    « Eryn, veux me faire l'honneur d'être ma femme ? » demanda-t-il un genoux à terre, la main gauche de la sorcière dans la sienne. Cette dernière respira puis suspendit son souffle dans l'air. Les yeux grands ouverts, un long et douloureux silence s'installa. Il dura tellement que Peter finit par reprendre la parole.

    « Euh... Eryn ? »
    « Non » répondit-elle avec le même air effrayé que s'il lui avait demandé de se faire manger par un lion avec lui.
    « Non ? » demanda-t-il sans comprendre.
    « Non, je peux pas ! » s'exclama Eryn qui retira vivement sa main et recula de quelques pas en proie à une crise de nerfs.
    « Comment ça tu peux pas ? Tu ne m'aimes pas ? » demanda Peter qui commençait à s'énerver, blessé.
    « Non ! Si ! Ça n'a rien à voir, ok ?! Je ne peux pas t'épouser Peter ! » s'écria Eryn qui commença à circuler nerveusement dans la pièce, en pyjama.
    « Je ne te suis pas Eryn ! Si tu m'aimes et que je t'aime pourquoi est-ce que tu refuses de m'épouser ? » cria Peter définitivement en colère tandis que Eryn faisait des aller et retour en hochant la tête de gauche à droite, sans répondre. Il l'appela plusieurs fois avant qu'elle ne se décide à répondre.
    « MAIS PARCE QUE J'AI DEJA UN MARI ! » s'écria-t-elle brusquement en fondant en larmes. « Je suis Eryn Peters, la femme de Jackson Peters ! Tu ne peux pas me demander de renoncer à ça pour toi » termina-t-elle sans crier mais toujours aussi mal.

    Eryn sentait ses jambes fléchir sous son poids, ses mains trembler, son cerveau prendre feu. Il n'avait pas osé... Il n'avait pas osé lui faire un coup pareil, une telle trahison. Peter venait de lui demander de choisir entre lui et Jackson c'était impossible, elle ne pouvait pas faire ça à son mari, à l'amour de sa vie. Et pourtant maintenant sa vie c'était lui, Peter Adams. Eryn ne se voyait pas sans lui, chacune fibre qui était morte en même temps que Jackson reprenait vie en contact de la peau de Peter. Il était l'air dans ses poumons, le sourire sur ses lèvres, le battement de son cœur, il était la raison pour laquelle elle se raccrochait à la vie, à sa nouvelle vie. Etait-ce donc normal d'avoir une nouvelle âme sœur ? Eryn avait-elle été chanceuse au point d'être aimée deux fois dans une vie comme certaines ne le seraient jamais ? Peter eu un rire qui n'annonçait rien de bon. Effectivement quand elle vit son visage habituellement si tendre, il exprimait une colère intense.

    « Je n'ai pas le droit de te demander d'y renoncer ? Et tu crois que je le vis comment moi de t'aimer ? » demanda-t-il avec colère en se désignant lui même du doigt. « Tu crois que j'ai ressenti quoi quand je me suis rendu compte que je ne me voyais plus vivre sans toi ? Que je t'aime au point de faire de toi ma femme ?! » il criait un peu plus à chaque mot.
    « Je.. Je... » marmonna Eryn prise de court, sentant qu'elle n'arrivait de moins en moins à réfléchir.
    « Moi aussi j'ai tourné le dos à l'amour de ma vie, bordel ! Tu crois que Selena ne me hante pas la nuit quand tu dors dans mes bras ?! Que je ne souffre pas à chaque fois que je te fais l'amour ?! Alors Eryn, ne fais pas comme si tu étais la seule en deuil ici ! »

    La rouquine ne pouvait plus respirer. Peter avait raison. En s'aimant ils s'étaient autant aidés qu'ils s'étaient fait du mal. Cependant maintenant ça ressemblait surtout à une grosse erreur. Ils ne devaient pas aller jusqu'au mariage, c'était trop réel, trop cruel. « Peter je t'aime ! Je te le jure, je veux être avec toi ! Je ne peux pas me séparer de Jackson, de faire son deuil ! Pourquoi se marier ? On était bien comme ça, sans se poser de question ! » se défendit-elle en s'approchant brusquement du jeune homme et prenant son visage dans ses main mais il détourna les yeux comme s'il la dégoutait. Eryn pleurait à chaudes larmes. « Peter je t'aime » murmura-t-elle. Le jeune homme eu un geste impatient de la tête avant de finalement repousser doucement Eryn et se passer une main sur le visage d'un air épuisé.
    « Visiblement pas assez pour faire le deuil de Jackson et définitivement passer à autre chose » dit-il d'un air blessé qui fait encore plus mal à la rouquine qui senti sa poitrine exploser sous le poids de la culpabilité.
    « Parce que toi tu te crois capable de renoncer définitivement à Selena ? » demanda Eryn qui espéra pendant quelques secondes que Peter lui donne raison. Le jeune homme resta silencieux à la regarder comme si c'était la première fois qu'il la voyait vraiment. Il finit par hocher la tête, désabusé.
    « Si tu me poses cette question ça veut dire qu'en fait, tout ça c'était une erreur. Je me demande même si j'ai raison de t'aimer... » dit-il avec un calme cruel. Puis il laissa tomber la bague par terre avant de tourner les talons pour sa chambre dont il claqua la porte, laissant Eryn seule. Elle resta un instant à regarder la porte du couloir par laquelle Peter était sorti avant de finalement se pencher et ramasser la bague qu'elle garda au creux de la main.

    La jeune femme pencha la tête en arrière avec un soupir avant d'aller jusqu'à la chambre de l'Auror. « Peter ? » appela-t-elle doucement en frappant. Sans réponse. Elle pleura silencieusement avant de partir à son tour. Eryn se rendit dans le salon où elle saisit sa paire de bottes et sa veste en cuir qu'elle enfila par dessus son pyjama, c'est à dire un t-shirt gris et un short court en coton noir. Elle allait mourir de froid dans Londres mais peu importait, la culpabilité la ferait crever avant. Dans la rue, la rouquine senti ses jambes découvertes brûler et devenir rouges face aux basses températures tandis qu'elle marchait les poings enfoncés dans les poches – dont un tenant toujours l'alliance – et le dos vouté pour faire face au vent. Les gens la dévisageaient tandis qu'elle progressait dans les rues de la ville, l'esprit embrouillé, le visage ruisselant de larmes et ses cheveux de feu dansant autour d'elle. C'était de la folie. Alors que tout se passait bien dans sa vie pour la première fois depuis la mort de Jackson, tout était brisé. Eryn qui avait enfin retrouvé l'envie d'ouvrir les yeux le matin, qui se sentait humaine, moins fantôme, aimée de l'homme envie de le plus parfait pour elle et pourtant, elle avait tout perdu en une fraction de seconde, en une question.

    Pourquoi Peter avait-il ressenti l'envie de l'épouser ? D'officialiser une relation interdite dès le départ. Non seulement ils étaient amis depuis des années, ils avaient partagé une vie de famille mais en plus, ils étaient veufs. Leur amour n'était pas saint, ils n'avaient pas le droit de prétendre à s'unir jusqu'à ce que la mort ne les sépare. Eryn pleura un peu plus. Elle savait exactement pourquoi elle ne voulait pas épouser Peter, pourquoi elle n'en avait pas la force. Tête baissée, la sorcière marchait dans le froid de Londres tandis qu'elle bouscula quelqu'un. « Désolée » dit-elle sans même lever les yeux, surtout par réflexe.
    « C'est rien » répondit d'un air amusé une voix familière. Eryn sursauta tandis qu'elle leva les yeux vers la personne en question. Jackson était là, vêtu également d'une veste en cuir. Il semblait content ne pas souffrir du froid. Eryn quand à elle ouvrit les yeux en grand et commença à sérieusement paniquer. Ok, soit elle était en train de faire un deuxième rêve dans le premier soit elle avait définitivement perdu la raison parce qu'elle se mettait à voir son mari partout. Paniquée, elle regarda autour d'elle et se remit à marcher, pensant alors échapper à son illusion mais le jeune homme ne l'entendait pas de cette oreille. Jackson trottina pour se mettre à sa hauteur tandis qu'il marchait à reculons, l'air totalement détendu.

    « Je ne dors pas, tu es mort, tu ne devrais pas être là » marmonna Eryn aussi discrètement que possible. Elle était devenue folle, c'était officiel. La barbe.
    « Non tu ne dors pas et oui je ne devrais pas être là mais tu m'as appelé. Tu fais que ça depuis que je suis mort. Même si ces derniers temps le signal est moins fort. » répondit son mari d'un air dégagé avant de reprendre le sens de la marche les mains dans les poches.
    « Comment ça je t'ai appelé ? »
    « Eryn, dans chacun de tes battements tu souffres de ne pas m'avoir. Je t'ai entendu, je suis venu » expliqua Jackson comme si ça coulait de source.
    « Je suis devenue folle » s'exclama Eryn d'une voix étranglée.
    « Mais nooon... Pff ! Tu n'arrives pas à prendre une décision cruciale sans mon avis, alors ton cerveau te donne l'illusion de me parler. Ouais en fait je crois que tu perds la tête ! Mais rassures toi, tu la retrouveras dès que je serai parti. Enfin j'espère !  » termina Jackson d'un ton léger et amusé tandis que Eryn commença à manquer d'air.

    Perturbée, la jeune femme s'appuya contre la vitrine d'une boutique, la main sur la poitrine et tachant de respirer autant que possible. « Eryn ? Ça va ? Tu veux que j'appelle quelqu'un ? » s'inquiéta Jackson avant de regarder autour de lui tandis que la sorcière perdit patience.
    « T'es dans ma tête ! Personne va t'entendre bordel ! » s'exclama-t-elle tandis que des passants la regardaient comme si elle n'était qu'une sorte de malade mentale. Ce qu'elle était en fait.
    « Evite de crier, on va croire que t'es folle » dit Jackson vraiment amusé par la situation. En voyant le regard de sa femme, il eu un sourire et se mit face à elle pour lui parler d'un ton rassurant. « Eryn... T'es pas folle. Tu craques juste un peu mais rien de grave. C'est juste parce que t'as peur d'admettre que tu veux épouser Peter et que ça te bouffe » lui dit-il tranquillement. Eryn leva les yeux et essaya de se défendre mais Jackson lui coupa la parole « N'essaye pas de négocier. Je suis fabriqué par ton esprit. Ça veut dire que ce que je pense, tu le penses aussi. T'as juste besoin que ce soit moi qui te le dise »

    La rouquine fondit en larmes en pleine rue, se laissant tomber par terre sur le trottoir sale devant les passants. Peu importait, tout allait mal dans sa vie. Elle voyait son mari mort en train de lui dire qu'elle était désormais amoureuse du meilleur ami de ce dernier. De quoi vraiment devenir folle. Jackson s'accroupit devant sa femme et lui caressa les cheveux d'un air tendre avant de lui prendre la main gauche. « Eryn, il est temps pour toi de faire ton deuil. Tu n'es pas obligée de cesser de m'aimer pour aimer Peter comme il le mérite. Au contraire. Et c'est parce que je t'aime, parce que tu seras toujours ma femme que je te laisse être celle de Peter, dans la vie » ajouta-t-il avec un sourire comme s'il ne fallait pas pousser le bouchon un peu trop loin. Il souriait mais Eryn savait qu'il souffrait puisqu'elle même se sentait vidée de tout son sang. Jackson posa la main sur l'alliance de sa femme et commença à la retirer, Eryn voulu l'en empêcher mais elle n'y parvint pas, le bijoux glissait tout seul. Une seconde plus tard, Jackson n'était plus là et Eryn tenait sa bague dans la main. Elle avait elle même retiré son alliance.




    Eryn défonça presque la porte de l'appartement de Peter quand elle revint un peu plus tard avec des allures de cowboy. Elle se rendit directement dans la chambre de ce dernier. Ouvrant brusquement, elle fit sursauter le sorcier qui était allongé sur son lit visiblement en train de méditer. Eryn était encore en pyjama, sa veste et ses bottes de motard sur le dos, les cheveux trempés – il avait plu sur le retour – et le souffle court comme si elle avait couru pour revenir ici. Son visage exprimait une détermination agressive. Peter la dévisagea un instant ne sachant apparemment pas s'il devait prendre sa baguette ou non. « Je t'aime » lui dit-elle avec agressivité.
    « Okay... » répondit Peter pas le moins du monde rassuré.
    « Je t'aime vraiment ! Je veux passer le reste de ma vie avec toi mais si j'ai peur de t'épouser c'est pas seulement à cause de Jackson ! C'est... » elle se passa une main dans les cheveux nerveusement. « Et si tu meurs ? Hein ? Et si tu disparais ? Je vais devoir te venger toi aussi ? Je vais devoir supporter ton deuil ? J'ai pas la force de perdre deux maris. Tant que je ne porte pas ton nom, tu peux mourir et être heureux de retrouver Selena. Mais si je suis ta femme ? Tu m'abandonnes ! Tu me laisses seule derrière toi ! Je veux pas Peter ! Je peux pas imaginer te perdre ! J'ai trop besoin de toi ! Je t'aime trop ! » Eryn pleurait, incontrôlable. La sorcière parlait de plus en plus vite, elle se passa les mains sur les tempes pour se permettre de réfléchir mais c'était impossible. Elle avait plus de choses à dire, plus intelligentes mais son discours si soigneusement préparé était désormais oublié. Peter était encore assit sur le lit, la regardant sans en croire ses yeux, à court de mot. « Et quand on sera mort tous les deux, est-ce que je dois simplement retourner auprès de Jackson et toi Selena ? Comme si je ne t'avais pas aimé tout une vie ? Je pourrais pas te regarder retourner auprès d'elle, j'en crèverais ! Mais je ne peux pas choisir entre toi et Jackson ! » poursuivit-elle.

    Peter se leva du lit et approcha lentement pour prendre Eryn dans ses bras cependant elle recula légèrement avant de poursuivre son plaidoyer. « Il me manque tellement Peter » dit-elle en craquant.
    « Je sais... A moi aussi il me manque » murmura-t-il en la prenant contre lui et caressant ses cheveux humide.
    « Je le vois encore, parfois il me parle. Au début je pensais que je ne pourrais pas souffrir plus de le savoir assassiné mais en t'épousant, j'ai l'impression de le quitter moi même. Je suis désolée Peter mais je ne peux pas cesser de l'aimer pour t'aimer toi, il sera toujours là » s'excusa la sorcière qui pleurait comme un bébé. Peter se pencha légèrement vers elle et la regarda dans les yeux.
    « Eryn, je ne t'ai jamais demandé de cesser de l'aimer, simplement de me faire officiellement une place dans ta vie. On a changé, on est plus les mêmes. Et je n'ai pas l'intention de mourir et de te laisser seule derrière moi. Et puis, qui te nourrirais ? » plaisanta-t-il. Quand Eryn se mit à sourire il la serra à nouveau contre lui.

    La sorcière ferma les yeux et se laissa bercer dans ces bras si rassurants, aimants et vivants. Maintenant elle savait, c'était terminé. Il était temps pour elle d'admettre la vérité. Elle aimait Peter, elle ne voyait pas sa vie sans lui alors pourquoi continuer à nier les faits ? La rouquine recula légèrement et renifla avant de mettre la main dans sa poche d'où elle sorti son alliance, celle que Jackson lui avait offert alors qu'elle n'était qu'une jeune fille de dix sept ans. Peter sembla remarquer que pour la première fois depuis ce jour, elle l'avait retirée. « Eryn ? » demanda-t-il sans comprendre. La sorcière garda les yeux baissés avant de renifler et demander d'une voix incertaine et cassée :
    « Est-ce que tu veux m'épouser ? »
    Il y eu un silence pendant lequel Peter regarda Eryn sans comprendre avant d'avoir un faible éclat de rire qui ressemblait surtout à un soupir de soulagement.
    « Tu me demandes en mariage après avoir refusé ma demande et après t'avoir dit que notre histoire était une erreur ? » dit-il sans en revenir.
    « Oui » répondit Eryn avec un air d'excuse.

    Peter eu un éclat de rire en hochant la tête avant de prendre Eryn contre lui et la serrer avec force. La jeune femme huma son odeur, senti ses courbes sous ses mains et embrassa son cou chaud. Quand ils se séparèrent, Peter prit la bague qu'il avait acheté et la passa au doigt de Eryn puis cette dernière en fit de même avec la bague que Jackson lui avait achetée. « Jusqu'à ce que la mort nous sépare... » murmura-t-elle en regardant Peter glisser l'anneau à son doigt.
    « Et au delà » ajouta-t-il avant d'embrasser la jeune femme comme si sa vie en dépendait.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: ♥ Stupid Cupid ♥   Dim 6 Fév - 20:01

Lady Gaga • Bad Romance

I want your ugly
I want your disease
I want your everything
As long as it's free
I want your love
(Love-love-love I want your love)

I want your drama
The touch of your hand
I want your leather-studded kiss in the sand
I want your love
Love-love-love
I want your love
(Love-love-love I want your love)






    Saraelle était assise dans un coin de sa chambre sur une chaise où elle posait habituellement ses vêtements, les jambes repliées sur elle même, le regard inlassablement tourné vers son lit. La nuit n'allait pas tarder à tomber tandis que l'Oubliator était déjà éveillée. Cela faisait des années que Saraelle ne travaillait plus de jour pour une raison plutôt stupide. Au départ, elle avait été affectée aux missions de nuit parce que tout le monde devait y passer et puis elle y restée parce que cet emploi supposait vivre en décalage du monde normal, ne pas avoir de vie sociale. Or la jeune femme n'en avait justement pas de vie sociale. Pas de famille, pas d'amis, pas de petit ami. Seulement Heathcliff... En pensant au Vampire, Saraelle senti son cœur s'emballer. Il était là, magnifiquement allongé sur son lit à l'abri des rayons du soleil. Il était là depuis des semaines et maintenant, son éducation était quasiment achevée, elle le savait. Le Vampire se contrôlait en sa présence, devant du sang, il parvenait à doser sa force et la confiance en lui qu'il ressentait quant à sa nature de Vampire avait littéralement augmentée. En quelques sortes, Heathcliff était redevenu lui même un peu plus chaque jour, parvenant à dominer la bête sauvage en lui. Certes il y avait eu des accidents mais rien de bien affolant. Saraelle était fière de lui, de ce qu'il avait accompli en si peu de temps et se dire qu'elle était une part de cette réussite la touchait. Pourquoi ? Parce qu'elle était amoureuse de lui comme ça ne devrait pas être permis.

    Le soleil ne tarderait pas à se coucher, cela faisait dix bonnes minutes que Saraelle aurait du être habillée et préparée mais elle n'y arrivait pas. Elle aimait regarder Heathcliff dormir bien qu'il ait l'air tellement... mort. Et pourtant il l'apaisait étrangement. Combien de fois s'était-elle demandée ce qu'elle ressentirait si elle aussi n'était plus humaine. Serait-elle plus belle ? Plus forte ? Moins inutile ? L'aimerait-il un peu ? Non, elle ne devait pas être stupide. La sorcière se leva finalement avant que la nuit ne tombe et que Heathcliff ne se rende compte qu'elle passait une bonne demi heure tous les jours à le regarder dormir sans voir le temps passer. Dans son salon, cape sur le dos, la jeune femme alla rapidement dans la cuisine boire un verre d'eau. Ce fut sur la porte du frigo où se trouvait le calendrier qu'elle remarqua alors la date, le 14 février. La St Valentin. Les joues soudain rouge prononcé, la sorcière reposa son verre un peu trop brutalement et se rendit jusqu'à sa cheminée pour se rendre au Ministère. Cependant alors qu'elle empoignait de la poudre de cheminette, la jeune femme hésita sur la destination. C'était peut être l'occasion... Les flammes apparurent et la sorcière n'était plus.

    Saraelle arriva au Ministère alors que la nuit était déjà bien tombée. Son petit détour par l'Allée des Embrumes l'avait retardée et honnêtement, elle aurait aimé éviter ce genre de déplacement mais la situation était exceptionnelle, il lui fallait un cadeau pour Heathcliff. Le paquet en main entouré d'un ruban, la jeune femme sorti des flammes vertes du Ministère et s'empressa de traverser l'Atrium pour se rendre à son étage. Saraelle senti une âme meurtri non loin. « HEY ! MYLES ! » l'interpella violemment une voix. Saraelle sursauta manquant de faire tomber son paquet. Avec une exclamation elle le saisit de justesse et se tourna vers son interlocutrice qui approchait d'un pas féroce. La démarche assurée et élégante, le regard pénétrant, l'air suffisant, perchée sur ses hauts talons, Amanda St James, la réceptionniste du Ministère se rendit jusqu'à Saraelle qui se recroquevilla sur elle même à chaque pas.

    « Oui ? » demanda-t-elle entre la timidité et la terreur.
    « Qu'est-ce que c'est que ça ? » demanda Amanda en faisant un signe de tête en direction du paquet que tenait Saraelle en main. La jeune femme blonde avait l'air d'une humeur massacrante. « Qui t'as offert un cadeau pour la St Valentin ? Je croyais que tu n'avais pas de vie sociale Myles ? » questionna Amanda, les mains sur les hanches et en plissant les yeux d'un air suspect.
    « Je... Je... Non j'ai pas de... J'ai personne... C'est un cadeau que j'ai acheté... C'est pour un ami c'est tout... » se défendit Saraelle comme elle le pu mais Amanda ne sembla pas se calmer pour autant.
    « Tu as quelqu'un dans ta vie ? Non mais je rêve ! Je HAIS la St Valentin ! Et je te hais toi aussi ! » s'emporta Amanda prit brusquement le paquet des mains de Saraelle et qui le balança par terre à ses peids.
    « Non ! » s'exclama la pauvre Saraelle en se penchant pour le ramasser, les larmes aux yeux.

    Soudain, touchée par un sentiment de tristesse, la sorcière parvint moins à contrôler son pouvoir d'empathie pour finalement perdre le contrôle. Une seconde plus tard, Saraelle se redressait de toute sa hauteur et fit face à Amanda qui perdit bien vite son petit sourire suffisant.
    « Je vais t'apprendre moi... Sale garce ! » s'exclama Saraelle qui ressenti brusquement toute la colère, toute la frustration de Amanda, toute sa peine. L'Oubliator colla une bonne droite en pleine figure de la réceptionniste qui tomba sous le choc (ou à cause de ses talons plus justement). Tout le monde cessa toute activité pour regarder la scène. Tous ici savaient que Saraelle souffrait de son don d'empathie bien qu'elle parvienne à le contrôler au Ministère mais là, avec Amanda, c'était impossible. Sans même savoir pourquoi, la jeune femme se mit à pleurer et regarda la réceptionniste au sol, la main sur le nez. « J'en ai marre d'être traitée comme une moins que rien ! De ne pas être aimée à ma juste valeur ! Je mérite l'amour moi aussi ! Nom d'un Sombral ! »

    Amanda la dévisagea la bouche grande ouverte. Saraelle retrouva brusquement contenance et regarda la jeune femme, choquée d'en être venue aux mains. Sans demander son reste, Saraelle tourna les talons, son paquet sous le bras avant de prendre la première cheminée venue. De nouveau dans son appartement de Londres, Saraelle donna l'impression en déposant un pied dans le salon qu'elle avait échappé de justesse à un tueur fou tant ses cheveux étaient en bataille, son souffle court et son visage couvert de suie. « Saraelle ? Ça va ? » demanda Heathcliff qui était désormais réveillé et qui la regardait l'air inquiet. Ce simple fait eu le dont de la perturber au plus haut point. C'était toujours étrange pour elle de se dire qu'en rentrant, Saraelle allait trouver quelqu'un pour lui demander comment s'était passée sa journée, comment elle allait. Laisser partir Heathcliff serait décidément bien douloureux. Encore tremblante, la jeune femme retira sa cape avec maladresse et laissa tomber son paquet sur le canapé. Quand elle s'en rendit compte, la sorcière s'empressa de le reprendre comme pour le cacher mais évidemment, c'était trop tard. Rien n'échappe à des yeux de Vampire.

    « Qu'est-ce que c'est ? » demanda-t-il curieux. Dans ces moments là, il avait des airs d'enfant tellement craquants que Saraelle elle même aurait aimé être moins timide, plus à l'aise avec son corps et ses pulsions. La sorcière se mit à rougir un peu plus et se passa une main dans les cheveux d'un geste nerveux tandis que Heathcliff se mit à genoux sur le canapé, les bras croisés sur le dossier où il posa le menton, attendant sagement qu'elle veuille bien répondre. Sérieusement ? Il était magnifique. Saraelle détourna le regard et avança jusqu'au jeune homme qui se redressa au fur et à mesure qu'elle approchait. Quand elle fut derrière le canapé, Heathcliff était désormais à sa hauteur, toujours à genoux.
    « J...Joyeuse St Val...lentin » bafouilla-t-elle en lui tendant le paquet les bras tendus droit devant elle et toujours sans le regarder. Heathcliff eu un sourire tout en canines, visiblement content.
    « Merci même si je sais déjà ce que c'est » dit-il avec un air tellement magnifique que Saraelle en aurait pleuré en posant les yeux sur lui. Comment la nature pouvait-elle créer des créatures aussi parfaites et la société en avoir peur ?

    Saraelle eu un sourire gêné. Évidemment qu'il avait deviné son cadeau puisqu'il l'avait senti. La sorcière ne savait pas vraiment quoi lui offrir alors elle avait opté pour la source sure. Et dans ce cas elle était sanguine. C'était peut être stupide mais Saraelle avait offert une pochette de sang à Heathcliff pour la St Valentin, de son groupe préféré. En le voyant sortir le cadeau du paquet, elle se rendit compte à quel point elle était ridicule. « Je suis désolée, c'est complètement nul comme cadeau ! Je sais pas pourquoi j'ai fait ça »s'empressa-t-elle de dire en voulant reprendre le sachet des mains du Vampire cependant une seconde plus tard il était dans la cuisine en train d'ouvrir le sachet et de se servir. Évidemment quel Vampire aurait rendu un tel présent ? Saraelle n'osa sourire que lorsque le jeune homme fut à nouveau dans le salon. Il bu une gorgée avant de poser la tasse sur la table basse. « Il est délicieux, merci »
    « Et personne n'est mort pour le donner ! » voulu-t-elle plaisanter avant de se rendre compte que c'était de mauvais goût. Meurtrie de honte elle voulu quitter le salon et laisser le Vampire seul cependant il lui barra la route, manquant de la faire tomber en arrière. Il eu cependant le réflexe de la retenir avec fermeté par les poignets. S'il avait fait ça il y a quelques semaines, il les aurait brisé.

    Saraelle resta un instant à regarder Heathcliff, le cœur battant à tout rompre. Quand elle posa les yeux dans ses pupilles sanglantes, jamais elle n'avait autant souhaité être une autre, être celle qu'il avait aimé pour pouvoir lui rendre la tendresse qu'il lui inspirait avec liberté. Le Vampire était de bonne humeur et visiblement paisible ce qui se ressenti immédiatement sur la sorcière qui se détendit et eu presque envie de sourire. « Joyeuse St Valentin Saraelle » murmura-t-il d'un ton involontairement sensuel elle n'en savait rien, elle n'arrivait plus à respirer. La jeune femme senti une légère dose de nervosité mais aussi de gêne provenant du Vampire. Etait-ce parce que lui n'avait pas cadeau à lui offrir ? Surement. Mais Heathcliff ne savait pas que sa simple présence dans la vie de Saraelle était déjà le plus beau des cadeaux. Puis, le cœur de la jeune femme s'emballa tandis que Heathcliff se pencha légèrement pour embrasser sa joue. Cependant, déjà que c'était une étape monumentale dans la vie sentimentale de la sorcière, Saraelle ressenti une envie, une besoin qui venait d'elle ne savait où. Avant même de comprendre ce qu'elle était en train de faire, la sorcière tourna légèrement la tête, manquant d'embrasser le Vampire.

    Ils restèrent un instant à se regarder droit dans les yeux, le souffle suspendu dans l'air, à s'évaluer, se dévisager, tenter de se comprendre. Saraelle n'avait jamais été touchée par un homme, elle n'avait jamais eu de premier baiser même âgée de maintenant vingt six ans. Elle découvrait tout car n'ayant jamais eu la curiosité d'en apprendre un peu plus avant. Mais Heathcliff était dans sa vie et elle était assoiffée de connaissance plus que jamais. Saraelle senti que son envie était partagée par le Vampire, ce fut ce qui compliqua littéralement les choses. Heathcliff se pencha et s'empara des lèvres de la jeune femme avec douceur. Saraelle ferma automatiquement les yeux parce que c'était comme ça que faisaient les gens dans les livres. Elle aurait aimé oublier que le monde existe tandis que le Vampire l'embrassait mais c'était impossible, tout était trop nouveau, trop soudain pour s'empêcher d'analyser, de comparer avec l'idée qu'elle s'était faite. Heathcliff était doux, il se retenait elle le sentait. Le contact de ses lèvres était un délice si enivrant que Saraelle oublia de fermer son pouvoir au Vampire. Une seconde plus tard, elle était ravagée par le désire et ressentait tout ce que vivait Heathcliff.

    Elle lui donnait soif, il avait envie de la croquer avec une telle force que Saraelle ne put s'empêcher de croiser les bras sur la nuque du Vampire et l'embrasser avec fougue. En réalité c'était étrangement naturel d'embrasser quelqu'un. Il suffisait d'en avoir envie et dès que le baiser était rendu, l'échange était total. Saraelle avait peur, elle ne savait pas quoi faire, si le peu qu'elle faisait déjà était bien, le corps de Heathcliff pressé contre le sien, c'était une sensation inédite, effrayante. Pour une femme qui n'avait jamais eu le moindre contact en vingt six ans d'existence c'était beaucoup trop d'un coup. Lui avait déjà eu une femme, il l'avait touchée, aimée. Mais Saraelle n'avait jamais rien eu de tout ça. Affolée, la sorcière voulait arrêter tout en ayant l'envie de se perdre dans les bras du jeune homme. Elle sentait que lui aussi avait peur, il était terrorisé. Et si elle lui faisait mal ? Et si elle lui brisait les os ? Il avait l'air tellement fragile... Saraelle fronça les sourcils, elle recommençait à se pendre pour un Vampire...

    Leur baiser cessa un instant, Saraelle sur la pointe des pieds dans les bras de Heathcliff. Elle était essoufflée et son cœur qui n'avait que trop peu servit n'en pouvait plus de battre subitement à une telle vitesse. Le silence ce fit un instant pendant lequel le couple ne cessa de se regarder, de se tester. Le pouvaient-ils ? Etaient-ils à la hauteur ? Saraelle eu un mouvement maladroit qui signifiait qu'elle voulait à la fois reculer et l'embrasser à nouveau. Lentement, elle posa une main sur la joue glacée du Vampire, caressant son cou. Heathcliff la serra contre lui, tâchant de ne pas la briser tandis que la jeune femme parcourait son cou du nez. Il lui caressa les cheveux, huma son parfum ayant de plus en plus soif. Et quand Heathcliff avait soif, Saraelle avec envie de lui. Sans même comprendre ce qu'elle faisait, avec une assurance qui n'était liée qu'à l'habitude – qu'elle n'avait pourtant pas – la sorcière tourna le visage en direction de celui du Vampire et s'empara brusquement de ses lèvres qu'elle embrassa avec faim. Sa légère preuve de brutalité anima Heathcliff qui reprit les commandes. Il n'en fallut pas plus pour les deux pour se perdre.

    Le jeune homme saisit la sorcière et la porta contre lui tandis que cette dernière montra à nouveau des canines invisibles, agrippant sa nuque comme si elle voulait le griffer, lui faire mal, l'embrassant comme s'il était à manger. Une seconde plus tard elle touchait le matelas de son lit, Heathcliff canines visibles au dessus d'elle. Saraelle vécu alors le moment le plus douloureux de sa vie. Le Vampire se pencha, l'embrassa, la toucha tandis qu'elle appréciait tout en se rendant compte qu'elle n'en avait pas envie, elle ne voulait pas, pas comme ça, pas maintenant. Heathcliff pressa son corps contre le sien. Saraelle soupira, elle n'arrivait plus à réfléchir. Il avait soif. Elle avait envie sans en avoir l'envie. Son don d'empathie lui donnait l'illusion d'apprécier mais la sorcière ne voulait pas. Le désire qu'elle ressentait pour Heathcliff était bel et bien présent mais son empathie la poussait à agir contre sa propre volonté. C'était une sorte de viol passif et pratiquement toléré. Il n'y avait pas de mot pour décrire la complexité du pouvoir de Saraelle et de ses sentiments envers Heathcliff. Surtout pas quand elle embrassait ses lèvres, sentait sa langue sur la sienne, son corps prendre littéralement feu. Si c'était ça aimer, c'était perturbant et pourtant difficile à abandonner.

    La sorcière montra à nouveau des canines invisibles. Heathcliff la saisit par la taille et la ramena à lui, Saraelle désormais en amazone sur lui, ses longs cheveux blonds cachant leurs visages. Le Vampire les dégagea d'un geste lent et délicat avant de l'embrasser à nouveau. Elle le sentait, il avait peur lui aussi mais c'était très faible comparé à son envie. Après tout il était une sorte d'animal, elle... n'était pas mieux, ouais. Saraelle le laissa parcourir son cou, sentant ses canines frôler la courbure. Elle lui faisait confiance, il n'allait pas la mordre, pas maintenant. Et pourtant ça aurait été pratique pour mettre fin à cette torture. Saraelle ne voulait pas de sexe. Elle en avait encore peur, elle ne savait pas comment ça fonctionnait, ce qu'il fallait faire. De plus, son corps était-il assez beau pour celui de Heathcliff alors que elle même n'était pas à l'aise avec sa propre nudité ? Tellement de questions sans réponse. Le Vampire glissa les mains sous sa robe, la faisant frissonner avant de remonter doucement tout en l'embrassant. Saraelle senti qu'elle allait exploser. Ressentir ses propres émotions dans ce genre de cas était déjà douloureux, ressentir celles d'un Vampire en plus était insupportable.

    « Heath... » marmonna-t-elle dans un soupire incapable de prononcer son nom jusqu'au bout puisqu'il l'embrassa à nouveau. « Heathcliff arrête » parvint-elle enfin à marmonner. Le Vampire cessa immédiatement et la regarda sans comprendre. Honteuse, Saraelle se poussa et se mit à genoux devant lui, ses longs cheveux blonds masquant son visage.
    « J'ai fait quelque chose de mal ? » demanda-t-il visiblement mal à l'aise. Saraelle eu encore plus honte qu'il en vienne à croire que le problème c'était lui. Au contraire, il s'était montré très doux et surtout concentré quant à sa nature de Vampire. Pas une seule tentative de morsure.
    « Non ! Tu as été très très très bien » se défendit Saraelle toujours sans le regarder et en jouant avec ses couvertures d'un geste nerveux. « C'est moi... Je ne suis pas une experte en... en matière de s...sexe. » avoua-t-elle avant de se passer une main sur le visage honteuse. Heathcliff eu un sourire tout en canines avant de toucher les cheveux de Saraelle et lui embrasser le crâne.
    «  C'est que ça ? » dit-il à la fois amusé et soulagé. « Saraelle, moi non plus tu sais. Pas depuis la mort de ma femme et maintenant que je suis un Vampire j'ai l'impression que ça change tout. C'est un peu comme une première fois » tenta-t-il de la rassurer.

    Saraelle leva les yeux vers lui, littéralement paniquée si bien que Heathcliff afficha un air totalement affolé pendant deux secondes. Il avait aggravé la situation ? Les poings serrés, la jeune femme tenta de respirer normalement. Elle avait chaud, son cerveau lui faisait mal et elle le savait son sang circulait avec rapidité dans ses veines, chose que le Vampire pouvait percevoir. « Heathcliff... Moi ça ne sera pas 'comme' une première fois. Ça sera la première fois » dit-elle paniquée à l'idée de coucher avec un homme en général, encore plus quand il s'agissait de celui de ses rêves. Le Vampire ne dit rien pendant plusieurs secondes comme si son cerveau n'arrivait pas à assimiler l'information. Il ouvrit la bouche avant de finalement se taire. Il l'ouvrit à nouveau, hésita puis parla, l'air perdu.
    « Mais tu n'as jamais... ? » demanda-t-il avec ce qui était presque de la politesse.
    « Non je n'ai jamais touché un homme en vingt six ans. Je suis vierge Heathcliff et je n'avais jamais embrassé avant il y a quelques minutes. » balança-t-elle d'une traite les yeux fermement clos comme si elle allait sauter dans le vide. Saraelle eu envie de pleurer, quelle idiote elle faisait !
    « Oh » fut la réponse de Heathcliff.

    Saraelle soupira et se cacha le visage des mains, honteuse. Elle était ridicule, quel genre de femme restait vierge aussi longtemps ? Surement pas celles dignes d'être aimées. Morte de honte, elle avait presque envie de sauter par la fenêtre et disparaître cependant Heathcliff qui était un peu perdu, elle le sentait eu la plus belle des réactions. Doucement, il prit dans ses mains froides les mains brûlantes de la sorcière et se pencha légèrement pour croiser son regard, un sourire rassurant aux lèvres. Saraelle le regarda, les yeux perlés de larmes. Il était aussi beau à l'extérieur qu'à l'intérieur, autant dire qu'il était une merveille de la nature. Cette simple pensée la fit pleurer un peu plus. Heathcliff St John, l'homme qui méritait d'être aimé plus d'une vie. Saraelle renifla doucement et baissa à nouveau les yeux. Le jeune homme embrassa son front et la prit contre lui, la berçant doucement avant de dire avec tendresse « C'est pas important. J'ai toute l'éternité devant moi ».







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: ♥ Stupid Cupid ♥   Jeu 10 Fév - 14:23

•♦ Hold It Against Me ♦•






    Loxia sautilla légèrement sur place, les mains enfoncées dans les poches de son manteau. Ça faisait des plombes qu'elle était là dans la rue en pleine nuit à poireauter comme une idiote. Mais ce n'était pas ça le pire dans l'histoire, loin de là... La jeune femme reçu une cacahuète sur la tempe et leva les yeux au ciel, les dents serrées. Le coin était désert, il ne pleuvait pas mais sérieusement, il caillait. Pourtant la jeune femme était russe, elle avait grandit dans des températures bien plus basses mais avec les années, elle s'était « occidentalisée ». Loxia reçu une autre cacahuète suivit d'un faible rire. Perdant patience, la jeune femme saisit son flingue dans la poche arrière de son jean et le pointa entre les deux yeux de Demeter « Lance moi encore une cacahuète et je t'explose la cervelle Dem' » menaça-t-elle d'un air terriblement convainquant. Demeter perdit son sourire et commença à se demander s'il n'était pas allé trop loin cette fois avant d'éclater rapidement de rire, bien que ce soit nerveux. Loxia le menaçait toujours de son flingue pour lui faire vraiment peur, pour un sorcier, c'était plus effrayant qu'une baguette.

    « Lox' calme toi, je m'ennuyais juste. T'es vraiment sur les dents » ajouta-t-il tandis que la sorcière soupira en rangeant son arme. Elle n'aimait pas quand elle se montrait aussi inutilement agressive avec Demeter, il était comme son frère, sincèrement, mais il pouvait se montrer parfois tellement lourd ! La sorcière soupira et remit les mains dans les poches après avoir frissonné. « C'est à cause de la St Valentin ? » demanda Demeter avec un air amusé. « Je sais que t'es folle de moi Lox', mais n'espère pas de déclaration d'amour de ma part » La jeune femme brune leva les yeux au ciel avec un sourire.
    « Oui parce que je n'attends que ça d'être aimée par un troll comme toi » répliqua-t-elle avec ironie tandis qu'elle donna un léger coup d'épaule à son ami. Le jeune homme se mit à rire avant de reprendre, inlassable.
    « Mais si c'était Jynx ? » demanda-t-il avec un air explicite. La sorcière fut tellement prise de court qu'elle ne trouva rien à redire. La bouche ouverte elle prit un air indigné avant de finalement démentir en riant à moitié jaune.
    « Mais non... ! Pff ! N'importe quoi ! Jynx ? Tss... SHUT UP ! » acheva-t-elle comme elle le faisait tout le temps quand elle était à court d'argument. Demeter eu un petit rire satisfait tandis que Loxia se retenait de lui mettre sa raclée.

    Une légère lumière se mit à briller au loin à trois reprises. « C'est bon. Jynx est sorti » dit Loxia tandis qu'elle fut suivie de près par Demeter. Les deux sorciers traversèrent plusieurs rues tandis que Enid les suivait discrètement sur les toits. La jeune femme russe était toujours contre le fait de l'emmener avec eux mais il fallait l'admettre, elle faisait un guet terriblement efficace. Jynx retrouva ses deux compagnons tandis que Enid descendait à son tour. Regroupée la bande se sépara à nouveau. « On se retrouve à la maison » ordonna Jynx. Le chef parti en compagnie de la petite sous le regard réprobateur de la sorcière. Loxia ne supportait pas ne pas avoir l'œil sur son chef déjà parce qu'elle ne pouvait donc pas le protéger mais aussi parce que Jynx s'entêtait à vouloir garder Enid près de lui histoire qu'elle soit en sécurité. Oui mais qui couvrait ses arrières à lui dans ce cas ? Les dents serrées, la jeune femme les regarda partir, ne comprenant pas vraiment pourquoi ce simple fait lui donnait envie de tout casser.
    « Lox' qu'est-ce que tu fous ? Lox' ! Tu attends que la police vienne nous cueillir ou quoi ? » murmura avec empressement le jeune homme blond. La sorcière russe resta un instant à fixer les ombres de Jynx et Enid dans la nuit noire avant de lentement tourner les talons puis finalement courir en direction de Demeter. A peine Loxia arriva à sa hauteur que le jeune homme la saisit par le bras et la prit contre lui, profitant de l'impulsion involontaire de la sorcière pour pivoter et transplaner avec elle dans un endroit sûr.

    Arrivés au pied de l'immeuble dans lequel toute la bande vivait, Loxia se sépara de Demeter et tous les deux remontèrent en silence jusqu'à leur appartement. Entrée, la sorcière retira son manteau et frissonna à cause de la différence de température. Enid était dans la cuisine en train de grignoter, rapidement rejoint par Demeter qui avait toujours faim de toute manière. Seul restait Jynx dans le salon qui était en train d'ouvrir les boutons des manches de sa chemise qu'il retroussa avec une élégance négligée. La sorcière le regarda du coin de l'œil, inconsciemment attirée. Ce fut d'un ton neutre que le jeune homme prit la parole « Tu as une robe pour ce soir ? » demanda-t-il le regard sur ses manches. Loxia bloqua un instant sans comprendre. Il était minuit passé, parlait-il de ce soir là ou de celui du lendemain, donc celui de la St Valentin ?
    « Euh... Non... » répondit lentement Loxia qui était légèrement perdue. Elle reposa son manteau doucement et approcha sans comprendre, les sourcils froncés. Jynx eu une expression fatiguée avant de se tourner vers elle et la regarder de ses yeux bleus électrisants si bien que la jeune femme russe perdit le fil de ses pensées l'espace d'une seconde. « Pourquoi ? » demanda-t-elle avec toujours le même air.
    « Je ne t'ai pas dit ? Mince... J'ai réservé une table au restaurant pour toi et moi. Tenue correcte exigée » précisa-t-il avec un sourire séduisant. Il passa à côté de la jeune femme pour se rendre à son tour dans la cuisine.
    « O...kay... » dit Loxia qui n'avait pas bougé bien qu'elle soit désormais seule dans le salon. Son cerveau s'était arrêté l'espace d'une minute. Elle était en train de rêver ou Jynx venait de lui dire qu'il avait préparé une soirée visiblement romantique pour le soir de la St Valentin ? C'était une fête que la jeune femme avait découvert que depuis seulement quelques années et bien qu'elle porte le nom de Caine, jamais elle n'avait osé espérer envisager la fêter avec Jynx.

    Légèrement perdue, la sorcière se mit une main sur le front et soupira, dos à la cuisine ouverte sur le salon. Après un instant, Loxia se tourna pour regarder ce qui était désormais sa nouvelle famille, les bras croisés sur sa poitrine. Demeter venait de défier Enid de battre son record de cacahuètes directement arrivées dans sa bouche après les avoir lancées. La petite commençait à perdre foi tandis que le sorcier les déviait légèrement d'un discret coup de baguette. Jynx les regarda faire, amusé avant de finalement dénoncer son ami de peur que Enid ne se sente vraiment misérable. Cette dernière se mit à se chamailler avec Demeter hilare. Loxia eu envie de pleurer. Comment ne pas avoir envie de rentrer chez sois lorsque l'on pouvait voir ce genre de scène ? Ce genre de sourire sur les lèvres ? La jeune femme renifla doucement et battit des paupières pour empêcher ses larmes de couler. Jynx était appuyé contre le comptoir et riait avec eux. Demeter avait vraiment le don de le faire sourire et pour cette raison, Loxia ne trouverait jamais assez de mots pour le remercier. Emue, elle resta encore un instant à observer la scène debout près de la table basse, à l'endroit exacte où Jynx l'avait laissée. Ce dernier finit par la regarder de ses yeux bleus si pénétrants et la jeune femme russe en fut certaine, malgré la distance il devait se douter qu'elle était chamboulée. Cependant elle ne se voyait pas expliquer pourquoi puisqu'elle même ne le savait pas vraiment. Loxia lui adressa un rapide sourire pour l'empêcher de se poser des questions. « Bon, je suis un peu fatiguée je vais me coucher » dit-elle l'épaule appuyée contre le mur de la cuisine, les mains dans les poches arrières de son jean.
    « Repose toi bien pour demain » lui dit Jynx sur un ton qu'elle ne su interpréter. Loxia tâcha de masquer son air surpris avant de hocher la tête, le regard fuyant.
    « Ne la laissez pas se coucher trop tard » rappela la sorcière aux deux jeunes hommes avant d'adresser un rapide sourire à Enid. Elle ne l'engueulait pas ni rien, elle était simplement jeune et avait besoin de sommeil.

    La sorcière russe retourna dans sa chambre où elle resta allongée sur son lit, habillée à penser à ce qu'elle était censée faire le lendemain avec Jynx, comment se préparer mais surtout à quoi s'attendre ? C'était la St Valentin, Loxia s'attendait à la passer dans un bar ivre, ou peut être devant un film avec Enid qui ne semblait pas encore attirée par les hommes, peut être avait-elle autre chose en tête. Mais une jolie robe, une table dans un restaurant... Soudain, la jeune femme visualisa la scène dans la cuisine, cependant, alors qu'elle approchait pour annoncer qu'elle allait se coucher, Jynx tendit la main pour l'inciter à venir près de lui et la serrer dans ses bras. Loxia souriait. Elle se blotti contre lui et regardait d'un œil tout aussi amusé Demeter faire le pitre pour amuser la galerie. Avant de partir, elle aurait embrassé Enid sur le front comme une mère l'aurait fait, la considérant comme une enfant et non comme une sorte de rivale potentielle. Loxia mit un léger coup sur son matelas. Non, elle ne devait pas penser comme ça, c'était n'importe quoi. Si Jynx était ne serait-ce qu'un peu attiré par elle, il lui aurait fait sentir depuis longtemps. Après tout ils étaient mariés, ils s'étaient embrassés à plusieurs reprises pour jouer la comédie en public. Pourquoi ne réagir que maintenant ? Oui mais pourquoi pas ?



    Le lendemain matin, Loxia se sentait nerveuse les yeux à peine ouverts. Ce fut comme si dès l'instant où son esprit avec reprit le contrôle, l'évènement du soir lui était revenu à l'esprit en premier, avant même son humeur, ses sentiments. Avec un grognement agacé, la sorcière se redressa dans ses couvertures et se passa une main dans les cheveux. Elle avait mal au dos. Surement avait-elle dormi dans une mauvaise position. Les muscles tendus, la sorcière se leva et sorti de sa chambre sans prendre la peine de saluer qui que ce soit pour filer dans la salle de bain. Dans ces cas là ce n'était pas qu'elle n'avait pas envie de parler ou parce qu'elle était de mauvaise humeur, simplement elle avait tellement mal dormi que Loxia avait besoin d'une douche avant d'être définitivement réveillée. Elle ne voulait pas qu'on la voit dans cet état surtout qu'elle était alors du genre à ne pas comprendre quand on lui parlait.

    Ce fut quand elle se déshabilla qu'elle se rendit compte avoir dormi habillée. Encore une fois. L'eau chaude coulant sur son dos endoloris, la jeune femme apprécia la sensation de bien être qu'elle ressenti presque immédiatement. Il pleuvait dehors et il faisait très certainement froid. Rien que d'y penser elle augmenta l'eau chaude manquant de se brûler. Pas grave. Il fallait qu'elle aille faire les boutiques aujourd'hui pour trouver une robe et des chaussures pour ce soir. Rien que d'y penser Loxia senti un nœud se former dans son estomac. Sérieusement ? Un rendez-vous avec Jynx ? Et puis c'était quoi cette manière de demander ? D'accord elle n'était pas particulièrement romantique mais un minimum s'imposait. Visiblement il avait en plus oublié de lui en parler. Une partie d'elle avait envie de dire que c'était normal, Jynx avait toujours l'esprit embrouillé si bien que la sorcière avait souvent secrètement souhaité être une pensine pour l'aider à avoir l'esprit plus tranquille. Mais une autre part d'elle se disait que l'on ne peut pas oublier d'inviter quelqu'un pour la St Valentin, surtout pas elle, sa femme.

    Loxia sorti de la douche et s'habilla rapidement, les cheveux encore mouillés attachés en un chignon. Ça lui avait fait du bien et elle venait de sauver son humeur pour la journée, dieu merci.
    « 'alut okch' » lui dit Demeter, la bouche pleine de brioche ce qui l'amusa comme tout les matins. Mais quel boulet il faisait... Enid resta discrète comme toujours bien que la jeune femme russe se montre beaucoup moins sauvage depuis quelques temps.
    « Bonjour Loxia » lui dit Jynx avec un air tellement magnifique. Elle adorait la manière qu'il avait de prononcer son prénom. De sa bouche, ce mot semblait être le plus beau du monde.
    La jeune femme eu un sourire nerveux se contentant de hocher la tête rapidement en signe de salut et saisir le jus d'orange pour se servir. Jynx était toujours agréable au petit déjeuner, il aimait y passer du temps alors que pour elle, avant de le connaître ça n'avait pas vraiment d'intérêt. Le petit déjeuner se passa comme d'habitude. Loxia était encore debout, appuyée contre un plan de travail à regarder la scène de loin, comme une spectatrice avant de finalement retourner dans sa chambre pour la ranger, ouvrir la fenêtre et se préparer à aller faire les boutiques.

    Cependant, quand elle entra, la jeune femme trouva un mot sur son lit soigneusement plié. Curieuse elle le prit et lu. Au fur et à mesure que les mots défilaient sous ses yeux elle était un peu plus perplexe avant de finalement faire la moue et soupirer. « DEEEM ! » appela-t-elle avant de regarder à nouveau le mot en souriant presque et secouant la tête.
    « QUOUAAAH ? » cria le sorcier de l'autre bout de l'appartement visiblement pas décidé à se déplacer.
    « VIEEENS ! » renchérit Loxia qui se jura qu'elle ne serait pas celle qui bougerait en premier.
    « POURQUOUAAAH... Argh ! Aïe Jynx ! Ok ok j'y vais !  » entendit Loxia de sa chambre ce qui eu le don de la faire sourire. « Qu'est-ce que tu veux Lox' ?!» demanda-t-il avec impatience, une main sur la poignée de la porte et l'autre sur le mur. Demeter jeta un rapide coup d'œil au morceau de papier que la sorcière tenait dans sa main avant de reporter son attention sur elle.
    « Sérieusement , Dem ? Une lettre d'amour ? » demanda Loxia avec un sourire motivé par la pitié. « Même toi tu peux faire mieux ! Avant même d'arriver à la fin j'ai su que c'était toi. Pas une seconde j'aurais pu croire que c'était de la part de Jynx ! » dit la sorcière en approchant encore souriante avant de plaquer le morceau de papier sur le buste du jeune homme afin qu'il le saisisse. Loxia quitta la chambre, laissant Demeter seul avec la lettre.
    « Ouais... » murmura-t-il pour lui même. « Sauf que c'est pas de la part de Jynx... » Puis il froissa la lettre.

    Dans Londres, Loxia se demanda dans quel genre de boutique elle devait se rendre pour choisir sa robe. Elle aurait bien invité Enid à venir avec elle ce qui leur aurait permit de passer un peu de temps ensemble mais elle ne savait pas pourquoi, la jeune femme russe ressentait le besoin d'être seule. Si elle discutait avec une autre personne de ses plans pour la soirée, elle risquait de commencer à se faire des films et imaginer des scénarios plus improbables les uns que les autres. Et Enid n'était peut être pas encore la meilleure personne pour ça. Ce fut à cet instant que Loxia réalisa à quel point il était temps pour elle qu'elle se fasse une amie... Et puis, la plaisanterie de Demeter n'était vraiment pas pour aider. Quelle idée d'essayer de les caser elle et Jynx ensemble.

    Loxia opta pour une boutique plutôt chic. Certes avec son jean, ses bottes et son pull bordeaux à coll roulé sans style particulier sous son manteau qui n'en avait pas plus, la jeune femme était un peu en décalage avec l'environnement. Mais au moins elle avait les moyens de payer même si l'envie de voler se faisait toujours plus grande. C'était une vraie maladie ce truc, une fois qu'on était capable de le faire sans se faire prendre, on avait envie de voler partout pour tout. Les vendeuses la regardèrent d'un œil suspect si bien que Loxia se permit de dire « J'ai de quoi payer » de son accent russe qui était presque une garantie de richesse dans les boutiques de ce genre, ce qui mit les vendeuses mal à l'aise. La sorcière fit le tour de la boutique à la recherche de la robe parfaite. Il y avait tellement de modèles, de merveilles... La jeune femme se décida sur une robe qu'elle prit et emmena vers les cabines pour l'essayer. C'était impressionnant comment dès qu'elle mettait des vêtements légèrement plus féminins, tout son corps semblait changer. La robe était d'un bleu sombre pourtant vif et lui arrivait au dessus des genoux. Elle faisait très cocktail. La couleur allait très bien avec sa peau blanche et ses cheveux bruns, mais aussi, elle le savait, avec les yeux de Jynx. Pour mieux se voir elle sorti de la cabine et recula légèrement. Ce fut à cet instant qu'elle entendit quelqu'un renifler doucement et sangloter dans la cabine d'à côté. Loxia n'était pas douée pour s'occuper des gens, sauf de sa bande et encore moins aller les consoler. Elle fit donc semblant de ne pas entendre.

    Le rideau de la cabine voisine fut brusquement tiré, faisant sursauter Loxia qui essayait de se voir de dos. La jeune femme était blonde, avec une beauté qui pouvait faire d'elle la plus jolie des anges comme la plus redoutables des démones. Son maquillage avait légèrement coulés et ses yeux étaient gonflés. Quand elle se rendit compte que Loxia la regardait, elle s'empressa d'essuyer ses larmes et de renifler. « Est-ce que vous pouvez m'aider à l'attacher ? » demanda la jeune femme blonde avant de se mettre dos à Loxia et face au miroir de sa propre cabine. Prise de cours, la sorcière russe accepta et entreprit d'attacher la robe de la jeune femme. Tandis qu'elle agissait, Loxia ne put s'empêcher de remarquer dans leur reflet à quel point la demoiselle blonde avait l'air malheureux. Elle ne pleurait plus mais ses grands yeux verts perlés de larmes lui serrèrent le cœur.
    « Voilà. Elle est très belle » dit Loxia qui se montra gentille sans vraiment savoir pourquoi. Peut être parce qu'elle se reconnaissait un peu chez cette femme.
    « Merci. Amanda. » se présenta-t-elle en tendant sa main.
    « Loxia. Quelque chose ne va pas ? » demanda-t-elle bêtement. Évidemment que quelque chose n'allait pas. Dans sa robe blanche, Amanda avait l'air d'une mariée de force au bord du suicide. Elle était pourtant terriblement belle et sa tristesse avait quelque chose d'enfantin, comme une jolie petite fille qui sanglotait encore après une grosse crise de caprice.
    « Rien de grave, la St Valentin, la routine. » répondit Amanda avec un sourire faux avant de regarder son reflet sans grande conviction. Loxia opina lentement, ne trouvant pas quoi ajouter avant de retourner dans sa cabine, se changer et prendre sa robe. En se rendant vers la caisse, elle jeta un rapide coup d'œil par dessus son épaule et vit que la dénommée Amanda semblait encore sécher ses larmes.

    Le shopping fut plus court que prévu. L'après midi n'était pas encore terminé que Loxia avait sa robe et ses chaussures. Pendant tout le reste de la journée, la sorcière ne pu s'empêcher de revoir le visage triste de cette femme dans la boutique. Quand on lui parlait elle était un peu dans la lune et Demeter était étrangement calme, voire bizarre. Il était toujours le même, à sourire et plaisanter mais quelque chose sonnait faux. Trop préoccupée par ses propres pensées, Loxia n'eut pas l'idée de lui demander ce qui n'allait pas, ce qu'elle aurait peut être dû faire. La journée se passa de manière plutôt ordinaire. Pas une seule fois Jynx n'a donné la température de la soirée à venir car peut être ce n'était rien du tout, peut être n'était-ce qu'un moyen de « jouer » au couple sans grande intention. Et pourtant, bien que la sorcière ne cesse de se répéter ça, elle ne pouvait s'empêcher d'envisager Jynx autrement. Tandis qu'il circulait dans le salon alors qu'elle était dans la cuisine, la jeune femme le regarda comme elle ne s'était jamais permise de le faire. Il était grand et sa musculature solide. Son assurance était ce qu'il y avait de plus séduisant, autant que son air toujours aussi sérieux voire redoutable. Loxia réalisa soudain qu'il était peut être le plus bel homme qu'elle n'ait jamais rencontré.

    Dans sa chambre, douchée et séchée, la sorcière se regarda dans le miroir. Sa robe était-elle trop décontractée ? Elle aurait tout aussi bien pu entrer dans un club. Mais dans un sens elle ne savait pas où ils allaient dîner le soir même, ce n'était pas vraiment évident de choisir un vêtement en circonstance. Loxia se regarda, les cheveux soigneusement attachés, son maquillage en place avant de soupirer avec force. Ce n'était qu'un repas, elle l'avait déjà fait, ce n'était que Jynx, rien de plus. Que ce dîner ait lieu le soir de la St Valentin ne changeait strictement rien entre eux. Elle fit quelques exercices de respiration avant de saisir son sac à main ainsi que sa baguette. Ce soir pas de flingue bien qu'elle se sente nue sans. Emporter ça dans un restaurant n'était pas spécialement bien vu. Dans le salon, Demeter et Enid étaient avachis sur le canapé en train de discuter vivement tandis que Jynx était en train d'enfiler son manteau. « Je suis prête » déclara Loxia nerveuse en regardant Jynx. Les conversations cessèrent un instant tandis que la bande observait la jeune femme.
    « Tu es très jolie » osa la complimenter Enid ce qui lui valu un sourire sincère de la part de la sorcière. Oui, même elle s'attendrissait face à un compliment.
    « T'as l'air grosse » lui dit Demeter sur le ton de la plaisanterie après l'avoir longuement regardée. Loxia se mit à rire nerveusement, attendant toujours la réaction de l'homme à qui tout ça était destiné : Jynx. Ce dernier lui lança un rapide regard du coin de l'œil.
    « Parfait » dit-il sans vraiment faire attention tandis qu'il arrangea le col de sa veste. Loxia ouvrit les yeux en grand et masqua son air blessé. Bien. « Bon à plus tard » dit Jynx qui ouvrit la porte et laissa Loxia passer avant lui avant de refermer derrière eux. « On va transplaner » lui dit-il une fois dans les escaliers en tendant le bras. La jeune femme hésita un instant avant de finalement se laisser faire et le saisit.

    A quelques kilomètres de là, en plein Londres, le couple de sorciers réapparu sous la pluie battante. Jynx s'empressa de retirer sa veste qu'il mit sur leurs têtes tandis qu'ils se précipitèrent en direction du restaurant. Entrés, on leur indiqua la table (« Monsieur et Madame Caine ») et on les installa. La sorcière ne pu empêcher ses yeux de briller. Elle aimait les belles choses et tout ici était beau. Assise face à Jynx elle eu pour la première fois vraiment l'impression que leur relation pourrait mener à quelque chose qui n'était pas professionnel ou administratif. Il était vraiment beau dans son costume noir avec son air toujours sérieux qui était presque amusant quand on savait qu'il était capable de faire le pitre en présence de Demeter ou de se montrer doux avec Enid. Et avec Loxia ? Le repas fut commandé et la conversation avait quelque chose de nerveux, de pas naturel. La sorcière ne savait pas quoi dire, trop gênée pour ça tandis que Jynx ne cessait de jeter des regards discrets en direction de l'entrée. Subitement, le jeune homme saisit la main de la sorcière et la caressa. Loxia sursauta presque en le sentant faire, manquant de le frapper par réflexe. Et bien, c'était un départ clair et net. Les joues en feu, elle ne le quitta pourtant pas des yeux tandis que Jynx porta sa main jusqu'à ses lèvres qu'il baisa. Déstabilisée, elle manqua de lui demander à quoi il jouait mais au fond d'elle, Loxia ne voulait pas savoir. Ce fut quand Jynx caressa la main de la jeune femme de ses lèvres qu'elle commença à se poser des questions. C'était trop flagrant... Trop direct... Quelque chose clochait.

    « Loxia soit plus convaincante ils sont là » murmura Jynx sans cesser ses caresses.
    « Pardon ? Qu...Qui est là ? » demanda-t-elle en clignant des yeux et tendant l'oreille, n'osant y croire.
    « Les Johnson. Je t'avais dit qu'ils étaient notre nouvelle cible » poursuivit-il discrètement mais pourtant l'air agacé.
    « J'y crois pas... ahah ! Quelle idiote ! » dit Loxia en riant jaune avant de retirer vivement sa main de celle de Jynx. « J'y crois pas ! » répéta-t-elle la main sur le front en souriant toujours bien que le cœur n'y soit pas.
    « Que se passe-t-il Loxia ? A quoi tu joues ? » demanda Jynx qui ne comprenait plus.
    « Justement Jynx, moi je ne joue pas ! » s'exclama-t-elle en se levant. Elle saisit sa serviette et la jeta sur la table, les mains sur les hanches. Elle avait perdus ses manières de grande dame. Jynx quand à lui était désormais en colère car pour la discrétion, ils pouvaient repasser. C'était malin !
    « Comment ça tu ne joues pas ? » demanda-t-il en se levant, les mains à plat sur la table et le regard redoutable. Il essayait de rester discret mais évidemment tout les regards étaient posés sur eux. Une scène de ménage en plein restaurant c'était déjà rare, mais encore plus le soir de la St Valentin. Cependant, alors qu'il vit Loxia fondre en larmes malgré elle et tâcher de garder un air digne, Jynx comprit qu'en effet, elle ne jouait pas. « Loxia je suis désolé ! »
    « C'est pas grave Jynx, c'est moi » coupa-t-elle en reculant.
    « Loxia attends ! »
    « Laisse tomber c'était une erreur ! » dit-elle en traversant la salle à grands pas tandis que Jynx se mit à courir pour la rattraper.
    « Loxia ! » appela-t-il dans la rue. Cependant la sorcière profita de la foule pour transplaner, se fichant royalement de la réglementation magique. Elle ne voulait surtout pas s'expliquer avec Jynx maintenant, dehors et encore moins sous la pluie. La sorcière rentrerait chez elle où Demeter et Enid seraient là pour empêcher toute conversation à propos de ce dîner et le lendemain, cette soirée n'aura jamais existé.

    Dans son immeuble, la sorcière monta les escaliers en courant, trempée et manquant de tomber à plusieurs reprises à cause de ses talons. Elle pleurait comme une adolescente au cœur brisé, comme Amanda rencontrée un peu plus tôt dans la boutique. C'était peut être pour ça qu'elle s'était reconnue dans les larmes de la jeune femme blonde. Loxia avait senti que cette soirée serait désastreuse, qu'elle aurait le cœur brisé.
    « LOXIA ! » appela une voix dans le hall. En reconnaissant la voix de Jynx la sorcière se mit à pleurer encore plus tandis qu'elle couru pour mettre de la distance entre eux. C'était relativement stupide étant donné qu'ils finiraient bien par se retrouver dans le même appartement. Mais si elle arrivait avant lui, elle pourrait s'enfermer dans sa chambre et par conséquent avoir la paix pour de bon. Pourquoi pas mourir dans son sommeil ? Deux étages plus haut, la sorcière cessa un instant pour reprendre son souffle pleurant toutes les larmes de son corps si bien qu'elle n'arrivait plus à marcher. La main sur le cœur elle avait mal. C'était comme si un inconnu avait transpercé sa poitrine pour en arracher les organes. Elle étouffait, elle avait mal au crâne et ses pensées étaient réduites à ses seuls instincts. Courir et pleurer. Quand Loxia se rendit compte que Jynx arrivait au même étage qu'elle, la jeune femme se remit à courir dans les escaliers. « Loxia ! » appela-t-il à nouveau.

    « Fou moi la paix ! » s'écria-t-elle tandis qu'elle avait de moins en moins la force de se sauver. C'était comme si son corps ne voulait qu'une chose : tomber au sol et se laisser mourir.
    « Loxia ! » Jynx arriva sur le palier et saisit la sorcière par le poignet pour la forcer à le regarder. « Écoute moi ! » s'énerva-t-il tandis qu'elle essayait de se libérer. Il avait perdu son calme l'espace d'un instant tandis qu'il la poursuivait et maintenant que Jynx avait de nouveau Loxia sous la main, il retrouva ses airs habituels. Cependant la sorcière refusait de le regarder dans les yeux, détournant délibérément le regard, pleurant encore. « Regarde moi » Le jeune homme mit une main sur sa joue pour la forcer à croiser son regard, Loxia lutta un instant puis céda. Quand elle le fit, ce fut sur un air de défit. Les sourcils froncés, ils se fixèrent un instant, le souffle court comme s'ils étaient autant sur le point de se battre que de s'embrasser. « Je suis dés...» commença-t-il mais elle ne lui en laissa pas le temps. A peine Jynx avait commencé sa phrase que Loxia tournait les talons « Si c'est pour entendre que t'es désolé c'est pas la peine Jynx ! »
    « Quand vas-tu enfin m'écouter ?! » s'emporta-t-il d'un ton terriblement autoritaire. Loxia se retourna vers lui, le fixant avec toute la fierté du monde avant de se mettre à rire jaune.
    « Je n'ai aucune raison de t'écouter car dans cette conversation tu n'es pas mon boss ! » lui dit-elle d'un ton menaçant en se rapprochant tout près de lui dans le but de le faire reculer, ce qu'il ne fit pas, évidemment. Loxia était à quelques centimètres de Jynx, le défiant du regard, lui tenant tête avec toute l'effronterie du monde, le souffle court. Le jeune homme la fixa un instant avant de finalement la saisir par la nuque et l'embrasser avec ce qui aurait pu être de la violence. Loxia se retrouva brusquement plaquée contre le mur et cessa de réfléchir.

    Elle ne savait pas ce qu'elle avait dit ou fait pour faire réagir Jynx ainsi mais elle avait obtenu ce qu'elle ne savait pas désirer avant ce soir. Le cœur battant à tout rompre, la jeune femme resserra son étreinte autour de son mari réalisant alors que ce baiser elle en avait toujours crevé d'envie et qu'à cet instant elle se sentait plus que vivante. Jynx contre elle, Loxia perdait la notion de la réalité et se sentait surhumaine, bénie. Les deux jeunes gens s'embrassaient comme s'ils étaient en colère l'un contre l'autre comme si au contraire, ils étaient en train d'exploser de désir trop longtemps contenu l'un pour l'autre. Pourquoi avant ce soir il n'y avait eu aucun signe ? Ou peut être en avait-il eu depuis toujours, cependant le couple avait refusé de les voir, aveuglés par leur soit disant collaboration platonique. Ce fut épique mais Loxia et Jynx parvinrent à monter le dernier étage sans pour autant cesser de s'embrasser et se déshabillant à moitié. Leurs souffles étaient bruyants et parfois entre deux marches, ils cessèrent d'avancer uniquement pour se presser l'un contre l'autre avec fougue et passion. Vint le moment de rentrer dans l'appartement, au dernier moment, Loxia fut prise de conscience. « Dem' et Enid ? » demanda-t-elle sans pour autant quitter les lèvres de Jynx et sur le même ton que si elle avait dit « et les enfants ? ».
    « Ils sont au cinéma et ils iront manger un truc après » répondit Jynx tout en embrassant Loxia tandis que cette dernière essaya d'ouvrir la porte alors qu'elle était de dos, les deux étant incapables de se séparer ne serait-ce qu'une seconde. Ils avaient déjà perdu assez de temps comme ça. Souriante, Loxia entra à reculons dans l'appartement tandis que Jynx la porta contre lui et claqua la porte du pieds. Monsieur et Madame Caine fêtèrent alors la St Valentin comme ils se devaient de le faire.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: ♥ Stupid Cupid ♥   Dim 13 Fév - 16:53

•♦ Lily Allen • 22 ♦•



She's got an alright job but it's not a career
Whenever she thinks about it, it brings her to tears
'Cause all she wants is a boyfriend, she gets one night stands
She's thinking how did I get here, I'm doing all that I can

It's sad but it's true how society says her life is already over
There's nothing to do and there's nothing to say
'Til the man of her dreams comes along
Picks her up and puts her over his shoulder
It seems so unlikely in this day and age





    Amanda n'avait pas encore ouvert les yeux qu'elle se sentait déjà malade. Sa tête pesait des tonnes, sa bouche était pâteuse et à la manière dont ses lèvres collaient, elle ne s'était pas démaquillée avant de se coucher. Les yeux toujours clos, Amanda su qu'elle ne parviendrait pas à quitter son lit dans cet état. Son corps était en miettes, piétiné, souillé. Quand elle trouva enfin la volonté de reprendre conscience avec le monde, la sorcière réalisa alors qu'il était dix heures passées. Bien, elle était plus qu'en retard au travail. A l'atrium ils allaient gérer sans elle mais la jeune femme en connaissait un autre qui allait saisir cette occasion pour lui passer une charge. Grognant à l'idée de devoir rendre des comptes, elle se tourna dans ses couvertures et empêcha une violente nausée de la faire vomir dans son lit. La gueule de bois, quelle horreur... D'un pas incertain et dans un état effrayant, Amanda se rendit jusqu'à sa salle de bain, se prenant la porte au passage et prit une de ses potions spéciales « lendemain de soirée ». D'ici un quart d'heure, elle serait parfaitement en forme. En attendant, la sorcière prit une douche, sentant progressivement les effets de la potion agir sur son corps endoloris mais aussi son cerveau anesthésié par l'alcool.

    En serviette dans le salon, Amanda observa les dégâts. Il n'y avait pas plus de bazar qu'habituellement, on aurait jamais pu croire que la jeune femme était rentrée chez elle dans un tel état, ce qui supposait qu'elle avait bu seule dans un bar et était rentrée tout aussi seule avant de s'étaler dans son lit. Amanda s'assit sur son canapé lentement, les larmes aux yeux. A quoi ressemblait sa vie ? Elle avait l'air d'une vieille fille alcoolique sans avenir, sans valeur. Elle avait honte d'elle même, d'être ce qu'elle était. Le regard vide, porté sur sa vie, la jeune femme resta ainsi un moment, les cheveux trempés et simplement vêtue de sa serviette de bain, la peau encore humide. Elle avait bientôt vingt six ans et sa vie était un gros bordel. Pas de relation stable, pas de travail digne de ce nom, pas de projet, un compte en banque qui a vécu une guerre mondiale et aucun objectif d'avenir. Ce n'était plus possible. A cet instant, Amanda se sentait si misérable, si nulle qu'elle regretta être née. La main sur le front, en larmes, la jeune femme se demanda où elle avait raté sa vie. Etait-ce en commençant, déjà petite, à se rebeller contre ses parents encouragée par Spencer Browning ? Etait-ce à Poudlard quand elle se fichait royalement de ses études ? Ou alors qu'elle pensait avoir rencontré l'homme de sa vie, Mikhaïl Verkhovenski qu'elle n'avait pas su traiter avec tout l'amour et tout le respect qu'il méritait ? A moins que ça ne soit maintenant, alors qu'elle avait la possibilité de s'en sortir avec son poste d'assistante pour Merrick Herondale et qu'elle n'en faisait qu'à sa tête ? Comment en était-elle arrivé là ?

    Ce fut une heure trente plus tard que Amanda arriva au bureau. Elle était comme toujours magnifique. Ses cheveux étaient brillants, son regard vif, sa bouche malicieuse, sa démarche assurée. Et comme toujours, Amanda affichait des airs qui cachaient volontairement la profondeur de ses pensées, de sa vie. Personne ne devait savoir qu'elle souffrait, qu'elle n'était pas heureuse sinon on la considèrerait comme une moins que rien. La sorcière avait absolument tout eu dans la vie pour réussir. Des parents riches, une beauté flagrante, un charisme unique. Et pourtant, elle avait quand même tout raté. C'était pathétique. La jeune femme afficha comme toujours sa « Poker Face » et ne montra rien, avançant d'un pas conquérant jusqu'à sa place derrière le comptoir de l'Atrium.
    « C'est à cette heure là qu'on arrive ? » lui dit sa collègue grosse et moche qui, depuis qu'elle travaillait ici, avait assisté à à peu très tous les déboires de Amanda au Ministère. Que ce soit ses retards, son manque de professionnalisme, ses amants qui viennent la chercher pour « déjeuner » ou pour une partie de cache cache, tout y était passé.
    « C'est la St Valentin aujourd'hui. Mon petit ami m'a gardée au lit avec lui, j'ai eu du mal à m'échapper » répliqua-t-elle avec mesquinerie. Quand Amanda commençait à mentir sur sa vie sentimentale, c'était que vraiment, elle avait honte. Et pourtant c'était tout ce qu'elle avait pour se consoler : rendre jalouse une pauvre fille qui était surement moins pathétique qu'elle en mentant délibérément.

    La sorcière posa ses affaires et se rendit directement aux ascenseurs afin de rejoindre Herondale, son patron. Travailler pour lui en même temps qu'à la réception n'était pas évident pour Amanda à gérer. Elle avait deux boulots pour le même salaire et comme Marc l'avait si bien fait remarquer, elle était surement punie pour toutes ces années passées payée à ne rien foutre. Mais ce qui était plus difficile à supporter était que surement depuis l'instant où elle lui était premièrement rentrée dedans par accident et qu'il lui avait sincèrement sourit, Amanda était tombée raide folle de son patron. Cependant il ne lui rendait pas la vie facile entre ses moments de douceur et de dureté qu'il alternait sans cesse si bien que parfois Amanda jurait ne jamais pouvoir en aimer un autre tandis que cinq minutes plus tard, elle voulait juste lui arracher les yeux. Il ne s'était encore rien passé entre eux pour une raison simple : Amanda le refusait (ou Merrick n'en avait pas envie mais ça c'était tout simplement non envisageable pour elle). La sorcière en avait plus que marre des one-night-stands, de ces hommes qui ne voyaient en elle qu'un corps à savourer. Amanda avait envie d'amour, de romantisme, de stabilité. Voilà pourquoi elle s'était juré que si son patron n'avait pas envie de quelque chose de sérieux, elle ne lui donnerait rien. Combien de fois n'avait -elle pas pensé devenir folle à force de contenir une passion aussi forte et compliquée pour lui qui ne voyait rien ? Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et Herondale se trouvait là (magnifique) , visiblement en train d'attendre et clairement en colère. Amanda eu un sursaut et par réflexe elle chercha des yeux où se cacher.

    « J'ai reçu une note pour m'informer de votre venue. Bien » dit-il avant de regarder sa montre « Vous êtes presque en avance pour demain. Avec un retard pareil je n'ai pas besoin de vous. Retournez donc glander à l'Atrium. Et envoyez ça par hiboux au passage, ça vous rendra utile » lui ordonna-t-il avant de lui fourrer brusquement un document dans les mains. Amanda ouvrit la bouche et ne trouva rien à redire tandis que son patron s'éloignait. Elle l'observa tandis que les portes de l'ascenseur se refermaient lentement. Herondale était magnifique, élégant, brillant, drôle, gentil et toutes ces qualités faisaient que dans ces moments là, Amanda le détestait plus que tout au monde parce qu'elle savait que si ça n'allait pas entre eux, c'était forcément de sa faute à elle. Lui était bien trop parfait. A l'Atrium Amanda lança le document à sa collègue qui en profita pour se plaindre mais elle était déjà loin. Courant presque, la sorcière blonde se rendit dans les toilettes du rez-de-chaussé, s'enferma dans une cabine et se mit à pleurer comme une petite fille. Avec Herondale qui lui parlait sur ce ton elle se sentait encore plus misérable. La main sur le ventre, elle n'arrivait pas à respirer convenablement à cause de ses vêtements trop serrés. A quoi bon être aussi belle, à se donner autant de mal si au final on n'avait pas d'amour ? Etait-ce là où elle avait eu faux pendant tout ce temps ? Ce n'était pas les gens beaux qui étaient aimés mais ceux qui le méritaient ? Amanda était-elle aussi mauvaise pour avoir une vie aussi misérable ? La jeune femme pleura comme si on lui avait annoncé que ce jour était celui de sa mort pendant un bon quart d'heure.

    « St James ? » appela une voix familière. Amanda sursauta brusquement et ouvrit les yeux en grand. Merrick Herondale était dans les toilettes des dames et l'avait entendu pleurer ! « St James, ça va ? » demanda-t-il visiblement soucieux. La jeune femme renifla doucement et retint un sourire. Il était inquiet. Mais comme elle l'avait bien vite apprit avec lui, quand Herondale se montrait gentil, peu après il retournait sa veste. Amanda ouvrit la porte des toilettes et tenta de masquer le fait qu'elle ait pleuré, retrouvant ses airs dignes. Elle resta debout devant lui, les épaules fières avant de passer à côté pour se rendre directement aux lavabos et se laver les mains, comme si de rien était. « Que voulez-vous ? Ce sont les toilettes des dames ici » demanda-t-elle en regardant Merrick dans le miroir.
    « Je vous cherchais et on m'a dit que je vous trouverai ici » répondit-il avec un rapide sourire divin avant de retrouver son sérieux et approcher de quelques pas. « Je tenais à m'excuser pour la manière dont je vous ai accueilli ce matin. C'était indélicat de ma part, même étant donné votre retard » ne put-il s'empêcher d'ajouter si bien que Amanda leva les yeux au ciel en soupirant. Elle se tourna vers lui, une main sur la taille, l'observa de haut en bas avant d'ajouter avec un petit sourire qui était faux de A à Z – elle avait envie de mourir tant elle se sentait malheureuse – et le regard pétillant « Ce n'est rien »
    « Bien » dit le jeune homme. Il y eu un léger silence pendant lequel aucun des deux ne sembla savoir quoi ajouter. Herondale se racla la gorge avant de sortir des toilettes. Amanda resta un moment à le regarder partir et à fixer la porte, même une fois seule.

    Elle était folle amoureuse de lui.




•♦ The Cardigans • LoveFool ♦•



So I cry, I pray and I beg

Love me love me
Say that you love me
Fool me fool me
Go on and fool me
Love me love me
Pretend that you love me
Leave me leave me
Just say that you need me





    Amanda hésita un moment sur le fait de retrouver Merrick dans son département et travailler pour lui. Il n'avait pas sollicité son aide mais le fait qu'il lui ai demandé pardon était-il suffisant ? Après une bonne demi heure à ne rien faire à l'Atrium à part hésiter, la sorcière se rendit brusquement jusqu'aux ascenseurs afin de rejoindre son patron. Comme toujours on la regardait du coin de l'œil ou avec moins de discrétion mais si à une époque ce comportement l'aurait flattée, désormais Amanda en avait plus que marre. Elle ne supportait plus être observée ainsi, avec désire et gourmandise et non avec tendresse et respect. Elle arriva devant la porte du bureau de son patron et frappa doucement avant d'entrer. Oui Amanda était épuisée d'être ainsi observée par tout les hommes de la terre. A quoi bon si aucun n'avait l'intention de la rendre heureuse ? A quoi bon attirer les regards de la terre entière si l'homme de ses rêves reste obstinément aveugle ? « Ah St James, j'avais besoin de vous » lui dit Herondale sans lever les yeux du document qu'il était en train de lire. Amanda avança de quelques pas et attendit qu'il ait terminé, silencieusement, mais surtout qu'il croise son regard. « J'ai besoin que vous fassiez signer ce document à Bones au plus vite, donc maintenant. Merci bien » dit-il en lui tendant le document.
    « Bien » Alors qu'il était sur le point de lever les yeux vers elle, Merrick fit tomber des papiers au sol, détournant son attention. Amanda fit le tour du bureau et se mit à croupi pour l'aider à ramasser son bazar tandis que le sorcier descendant de son fauteuil.
    « Non laissez, c'est ma faute » s'empressa-t-il de dire, poli.
    « Je vous en prie, ce n'est rien » répliqua Amanda qui ne cessa pas pour autant de ramasser, les yeux fixés au sol. Merrick tenta de l'en empêcher mais dans leur empressement commun, ils se cognèrent la tête l'une contre l'autre. Après avoir échappé une exclamation, le jeune homme eu la main sur le front tandis que Amanda était elle tombée sur le fesses à cause de l'équilibre précaire de ses talons.
    « Je suis désolé » s'excusa-t-il en souriant.
    « C'est ma faute je suis maladroite » dit la sorcière qui se mit à rire elle aussi. Merrick avait un sourire tellement merveilleux qu'il en aurait arrêté des guerres.
    « Non, non, c'est moi » insista-t-il encore si bien que Amanda le regarda un instant sans ciller, un petit sourire au coin des lèvres. Elle posa la main sur la sienne comme pour le rassurer avant d'ajouter d'un ton calme comme si elle parlait à un enfant « Je vais faire signer le document » puis elle retira sa main, se redressa et quitta le bureau d'un pas léger, laissant Merrick derrière elle.

    Dans le couloir, Amanda avait un petit sourire aux lèvres, celui qu'ont les adolescentes lorsqu'elles sont heureuses en amour. Merrick la rendait folle un peu plus chaque jour mais dans tous les sens du terme. Il était capable de la rendre heureuse comme de la déprimer d'un simple claquement de doigts. Amanda l'aimait tellement qu'il était une sorte de baromètre sur lequel elle se basait totalement. Dans ces moments là, la sorcière blonde se sentait stupide à l'idée de faire aussi peu preuve de personnalité mais c'était Merrick Herondale. Il était brillant, cultivé, il avait réussit, c'était quelqu'un de bon, d'éduqué, de généreux, de droit. Elle n'était que Amanda St James. Une petite peste superficielle qui pouvait se montrer vulgaire à ses heures et surtout sans aucune estime d'elle même. Vouloir lui ressembler était-ce un crime ? Etait-ce une marque de faiblesse que de laisser de côté sa personnalité si imparfaite pour une autre bien meilleure ? Cela faisait-il de Amanda une hypocrite à se forcer à être meilleure ou au contraire quelqu'un d'encore plus bon car elle n'était pas née, n'avait pas été formatée pour agir ainsi, mais elle en avait fait le choix ?

    « Voilà » dit Amanda une fois dans le bureau de Herondale en lui tendant le document. Quand elle en avait envie, la jeune femme faisait bien son travail de secrétaire/assistante ce qui pouvait en surprendre plus d'un, et Merrick lui même qui ne pouvait s'empêcher de hausser les sourcils à chaque fois que la tâche était non seulement remplie mais avec de l'avance. « Merci. Pourriez vous commander un bouquet de fleurs par la même occasion ? C'est pour offrir »
    Amanda cligna des yeux un instant, perturbée. S'il lui demandait de passer la commande à sa place alors le bouquet n'était pas pour elle, aussi parce qu'il ne se doutait visiblement pas qu'elle en espérait un de sa part. Vexée, la sorcière saisit un morceau de papier et un stylo sur le bureau de son patron et prit note, tâchant de masquer ses sentiments réels. « Des roses rouges je suppose ? » demanda-t-elle.
    « Non, des acacias » répondit Merrick qui n'avait apparemment pas remarqué le léger froid qui s'était installé dans la pièce, occupé avec ses nombreux document. Son travail semblait tellement ennuyeux comparé à son premier emploi de « chevaucheur de dragon ». Des acacias ? Surprenant, pensa Amanda mais elle prit note.
    « Ça sera tout ? »
    « Non, demandez à y insérer un message par la même occasion avec écrit... Mmmh... 'au premier amour de ma vie'. Je pense que ça va lui plaire » ajouta Merrick d'un ton léger avant de sourire à Amanda comme si de rien était. Cette dernière qui était sur le point d'écrire ouvrit les yeux en grand avant de serrer son stylo avec force. C'était une blague ? Son humeur venant de chuter à nouveau, elle prit note. « A quel nom ? »
    « Achetez le bouquet et apportez le moi ici, je le donnerai en main propre dans la soirée »
    Amanda hocha la tête et quitta à nouveau le bureau d'un pas beaucoup plus agressif se sentait autant sur le point de tout casser que de fondre en larmes.
    « Où vous allez comme ça, St James ? » lui dit sa collègue de l'Atrium.
    « Herondale veut que j'aille lui chercher un bouquet de fleurs pour son rendez-vous de ce soir » répondit simplement d'un ton las la sorcière qui n'avait même plus la force de se montrer méchante.

    En ville, Amanda marchait d'un pas automatique, sans vraiment savoir où elle allait. Les fleuristes affichaient comme toujours pour la St Valentin des centaines et des centaines de roses toutes plus belles les unes que les autres. En passant devant un stand particulièrement magnifique, la sorcière fut prise d'une telle dose de colère que d'un coup discret de baguette elle coupa les têtes d'un bonne vingtaine de roses rouges. L'amour, quelle arnaque ! La St Valentin, quelle perte de temps ! Hargneuse, la jeune femme se rendit dans le meilleur endroit du monde pour oublier ses soucis : une boutique chic. Parfaitement à sa place, la sorcière se mit à errer dans les rayons à chercher quoi essayer. Trois quatre robes au bras, elle entra dans une cabine et se déshabilla lentement. Plus elle retirait ses vêtements plus Amanda avait envie de pleurer. Elle se sentait anodine, sans valeur. Comme si pendant tout ce temps, toutes ces années, cette image de femme assurée et heureuse n'était que du vent. Elle n'était pas si belle en fait. Son corps était trop maigre ou trop gros elle ne savait plus. Ses traits étaient tirés, elle était laide. Ses cheveux tombaient sans vie, sans personnalité, comme elle. Amanda se trouva inutile dans le reflet de la glace. Sans valeur. Pourquoi un homme l'aimerait-il alors qu'elle avait si peu à offrir ? La première robe en main, la jeune femme la passa et se regarda. Toujours rien. Le vêtement était beau mais pas suffisamment pour lui redonner ne serait-ce qu'un peu d'estime d'elle même, de son image. Avant même de s'en rendre compte, la sorcière se mit à pleurer dans la cabine. Les larmes coulaient encore, blessantes, brûlantes, insurmontables. Sa vie était merdique, il n'y avait pas à dire. Démoralisée, elle leva les yeux au ciel et respira profondément. Pas en public, elle ne devait pas, elle devait survivre, surmonter les épreuves. D'un geste brusque, elle ouvrit le rideau de sa cabine.

    Une jeune femme se trouvait déjà là, vêtue d'une ravissante robe bleu électrique. Amanda l'observa un instant, surprise et espérant ne pas avoir été entendue en train de pleurer, mais au regard que lui adressa la brunette, c'était le cas. Gênée, Amanda prit la parole. « Est-ce que vous pouvez m'aider à l'attacher ? » demanda-t-elle avant de se mettre dos et face au miroir de sa propre cabine. Gentille, la jeune femme brune accepta et entreprit d'attacher sa robe. Pendant qu'elle le faisait, Amanda se regarda dans le miroir et se trouva petite, laide, sans forme, misérable tandis que la femme derrière elle était si belle. Sans maquillage, sans artifice. Surement cette robe était pour l'homme de sa vie. Il n'en fallu pas plus à Amanda pour remarquer la bague de mariage à sa main gauche.
    « Voilà. Elle est très belle » dit la jeune femme brune avec un joli sourire poli.
    « Merci. Amanda. » se présenta-t-elle en tendant sa main.
    « Loxia. Quelque chose ne va pas ? » demanda la dénommée Loxia qui avait évidemment remarqué les yeux gonflés de Amanda. Cette dernière eu presque envie de vider son sac à cette inconnue mais ne fit rien. La sorcière blonde n'avait pas vraiment d'amis à disposition dans ce genre de cas et il était hors de question d'embêter James alors qu'il était si heureux. Elle devrait faire sans lui, donc seule.
    « Rien de grave, la St Valentin, la routine. » répondit Amanda avec un sourire faux avant de regarder son reflet sans grande conviction. La jeune femme resta un instant seule devant sa cabine à se regarder dans sa robe blanche. Le blanc lui faisait toujours penser au mariage. C'était triste mais il ne se passait pas un jour sans lequel Amanda ne se dise au moins une fois qu'elle n'y aurait jamais droit. C'était toujours la même chose, les mêmes sales types qui ne la respectaient pas, qui ne la pensait pas sérieuse et qui lui brisaient le cœur. Mais Merrick ? Soudain, avant même de s'en rendre compte, Amanda s'imagina dans ses bras, portant une alliance qu'il aurait lui même mit à son doigt. La jeune femme était élégante de l'extérieur plus sage, plus mature, mais elle n'en restait pas moins Amanda. Elle continuait à le faire rire même des années plus tard, à l'exaspérer mais il adorerait ça car elle n'était pas conforme aux règles, parce qu'il aimait la surprise et ne supportait pas l'ennui. Amanda était alors la femme de sa vie. Et parce que Merrick l'aimait, la respectait, la rassurait plus que tout, il serait alors celui de la sienne.

    De retour au bureau, Amanda passa devant le comptoir de la réception sans s'arrêter, son manteau encore sur le dos et des sacs de shopping à la main. Elle n'essaya même pas de cacher le fait qu'elle était allée faire les boutiques sur son temps de travail, quand bien même aurait-elle essayé de mentir, personne ne l'aurait cru. Avec un peu moins de douceur qu'en début de journée, la sorcière frappa à la porte du bureau de Merrick Herondale. « Voilà vos fleurs » dit-elle en les posant avec un peu trop de brutalité sur le bureau de son patron qui haussa les sourcils. Encore une fois, ils allaient se disputer, avec ces deux là c'était sans arrêt, ce qui l'épuisait plus que tout. Amanda mit les mains sur les hanches et attendit une réaction. Merrick soupira et prit doucement les fleurs qu'il senti avant de les poser délicatement derrière lui dans un vase qu'il fit magiquement apparaître et qu'il remplit d'eau de sa baguette. Dos à la sorcière qui était jalouse du soin qu'il portait à ces fleurs destinées à une autre, il poursuivit, décidé à ne pas se battre à nouveau avec elle parce que ça le fatiguait. « Que faites vous ce soir pour la St Valentin ? » demanda-t-il en arrangeant les fleurs avant de se tourner vers son assistante et s'asseoir à nouveau à son bureau. Il était magnifique que Amanda en oublia un instant quel était son nom (♪ ♫ Oh na na What's my name ? ♫ ♪).
    « Hum... euh... » commença-t-elle prise de court. Que dire ? La vérité ? Je suis une femme séduisante de vingt cinq ans sans relation stable et petit ami pour la St Valentin ? Ça faisait pathétique. Mentir ? Mon petit ami parfait et moi avons une soirée parfaite de prévu ? Mouais. Mais si c'était une invitation de la part de Herondale ? S'il voulait l'inviter à dîner ? Amanda posa les yeux sur le bouquet de fleurs dont elle ne connaissait pas la signification. « Mon petit ami a prévu une soirée romantique » répondit Amanda avec un sourire malicieux et un air dégagé. Merrick sembla sincèrement surprit et elle ne su si elle devait être vexée ou non.
    « Ah ? Je ne savais pas que vous étiez en couple. Bien. Dans ce cas je vous laisserai partir plus tôt ce soir. » dit-il avec un rapide sourire avant de baisser les yeux vers ses documents qu'il trifouilla. Amanda resta un instant à le regarder mais il ne leva plus ses pupilles magnifiques en direction de la sorcière. Blessée, mal à l'aise, elle tourna encore une fois les talons et quitta le bureau. Quand la porte fut fermée, Merrick leva les yeux et soupira.

    Quand Amanda retourna pour la énième fois de la journée dans l'Atrium, elle était d'une humeur massacrante. Son envie de pleurer s'était progressivement transformée en une envie de tout casser. Selon elle, c'était moins pathétique que de pleurer dans les toilettes des dames ou dans une cabine d'essayage. A l'Atrium, les rares imprudents qui avaient osé lui adresser la parole c'étaient prit de charges monumentales (dont Peter Adams qui s'était brûlé à lui demander un renseignement administratif). Ce fut pire quand la sorcière se retrouva alors obligée de signer des reçus pour des livraisons de fleurs, de cadeaux romantiques en tout genre si bien qu'au final, jalouse, en colère, blessée, elle commença à en endommager certains. Quelques bouquets arrivèrent donc sur le bureaux sans tête, ses cartons sans cadeau etc.
    « Vous n'avez pas honte ? Je vais vous dénoncer ! » menaça sa collègue tandis que Amanda ouvrait une boîte de chocolat. Elle en prit un dans sa bouche avant de répondre la bouche pleine.
    « Faites donc. Si je suis virée de la réception je serai toujours l'assistante de Herondale » répondit Amanda avant de faire la grimace et recracher le chocolat mâché dans la boîte où se trouvaient les autres et la refermer. Soudain Amanda ouvrit les yeux en grand en voyant Saraelle Myles traverser le hall, un paquet à la main. Là c'était la meilleure. Si même cette cruche encore plus pathétique que Alexiel avait un amoureux pour la St Valentin Amanda voulait bien prendre dix kilos ! Quoique...

    « HEY ! MYLES ! » hurla-t-elle comme si elle se trouvait dans un stade de Quidditch. Saraelle sursauta manquant de faire tomber son paquet. En voyant son expression apeurée, Amanda se senti surhumaine. C'était pour ça que les méchants s'en prenaient aux plus faibles, c'était tellement bon ! Et tellement facile... Cependant la sorcière avait oublié un détail : l don d'empathie de Saraelle.
    « Oui ? » demanda-t-elle en se recroquevillant légèrement sur elle même tandis que Amanda, quant à elle, se grandit.
    « Qu'est-ce que c'est que ça ? » fit-elle en désignant d'un signe de tête le paquet que tenait Saraelle en main. « Qui t'as offert un cadeau pour la St Valentin ? Je croyais que tu n'avais pas de vie sociale Myles ? » questionna Amanda, les mains sur les hanches et en plissant les yeux d'un air suspect.
    « Je... Je... Non j'ai pas de... J'ai personne... C'est un cadeau que j'ai acheté... C'est pour un ami c'est tout... » se défendit Saraelle comme elle le pu mais Amanda ne sembla pas se calmer pour autant. Alors comme ça Myles avait un homme en vue et comptait bien se déclarer ce soir ? Si même elle y parvenait à trouver l'amour alors que Amanda échouait sans cesse ? C'était quoi ce délire ? Pourquoi tout le monde autour d'elle se sentait amoureux ce jour là ? Pourquoi tout le monde s'obstinait-il à lui faire comprendre à quel point sa vie était merdique ? Amanda le savait, elle le savait bien ! Inutile de le lui rappeler à coups de cœurs et de chocolat ! STUPID CUPID !
    « Tu as quelqu'un dans ta vie ? Non mais je rêve ! Je HAIS la St Valentin ! Et je te hais toi aussi ! » s'emporta Amanda qui prit brusquement le paquet des mains de Saraelle et qui le balança par terre à ses pieds.
    « Non ! » s'exclama la pauvre Saraelle en se penchant pour le ramasser, les larmes aux yeux qui eu le don de faire faiblir légèrement la frustration de Amanda.

    « Je vais t'apprendre moi... Sale garce ! » s'exclama Saraelle. Amanda ouvrit la bouche en grand choquée par une telle réaction de la part d'une personne aussi faible que Myles mais ce n'était rien comparée à la suite. Amanda se ramassa un puissant coup de point en pleine figure. Ce fut comme si la scène c'était passée à une vitesse hallucinante et au ralenti à la fois. Amanda ne senti la douleur qu'une fois au sol, que lorsque son cerveau eu comprit ce qui c'était passé. « J'en ai marre d'être traitée comme une moins que rien ! De ne pas être aimée à ma juste valeur ! Je mérite l'amour moi aussi ! Nom d'un Sombral ! » La jeune femme blonde, le nez en sang, regarda l'Oubliator crier à tout le monde dans l'Atrium ce qu'elle avait sur le cœur. Son don d'empathie avait parlé à la place de Amanda et entendre quelqu'un d'autre formuler ses angoisses et ses problèmes lui fit encore plus mal. Mais pour la première fois, la réceptionniste eu l'impression d'être enfin comprise de quelqu'un. Saraelle parti en courant, laissant Amanda au sol qui pleurait en gémissant « Mon nez... Mon nez... Mon si joli nez ! » Certaines personnes se mirent à applaudir et siffler. Oui Amanda n'avait pas que des amis au Ministère. Mais le silence revint radicalement quand on entendit une voix, claire et nette se démarquer.
    « ST JAMES ! » Amanda sursauta en voyant Merrick Herondale dans le hall s'étant visiblement déplacé pour partir, le bouquet de fleurs à la main, manteau sur le dos. La sorcière chercha où se cacher mais évidemment, c'était impossible. Elle était au sol, le nez en sang et personne ne semblait disposé à l'aider. Plus que jamais, Amanda se senti seule. Son patron soupira avec colère avant de se rapprocher d'un pas rapide. Il la saisit par le bras et la força à se redresser rapidement et brusquement.
    « Vous me faites mal ! » se plaignit-elle les larmes aux yeux.
    « Silence et venez avec moi » dit-il sans la regarder, les sourcils froncés. Tout le monde regarda Merrick embarquer Amanda qui trottinait tant bien que mal sur ses talons, le nez en sang. Il avait l'air un père qui avait que trop longtemps été patient avec sa fille.

    Merrick ouvrit d'un geste colérique et assuré de la main la porte des toilettes des dames et lâcha Amanda qu'une fois devant les lavabos. Cette dernière se massa le bras le visage plein de sang. « Approchez » lui dit-il plus doucement mais pas moins en colère. Amanda hésita ce fut pourquoi Merrick avança d'un pas et prit le visage de la jeune femme entre ses mains et l'observa délicatement. « Tss » grimaça la sorcière tout en appréciant le contact des mains de Merrick sur son visage. De le voir de si près.
    « Elle ne vous a pas raté. Et vous ne l'avez pas volée » ajouta-t-il en arquant un sourcil et sortant sa baguette. « Pourquoi avoir fait cette scène si vous êtes aussi heureuse en amour ? » demanda-t-il en nettoyant doucement le visage de la sorcière de sa baguette.
    « Parce que je ne le suis pas » avoua Amanda avec colère ce qui surprit le jeune homme. « Je suis célibataire et je n'en peux plus des relations sans lendemain. J'ai besoin de quelque chose de sérieux. Je rêve d'amour, de mariage... Aïe »
    « Désolé. Voilà c'est terminé. Je ne m'attendais pas à ça de votre part. Ici tout le monde dit que vous êtes... libertine » dit-il prudemment. Amanda fit la grimace et se regarda dans le miroir. Elle répondit en regardant Merrick dans le reflet de ses yeux « Eh bien ils ne me connaissaient pas » elle se tourna vers lui et ajouta « Merci pour le nez et... je vous souhaite une bonne St Valentin avec votre petite amie »
    « Pardon ? Euh... Ce n'est... Non » commença-t-il mais Amanda partait déjà. Seul dans les toilettes des dames, Herondale prit son bouquet de fleurs qu'il regarda un instant avant de soupirer en secouant la tête. Il se frotta l'arrière du crâne avant de partir à son tour « Ah... quelle plaie cette Amanda... »



•♦ Glee Cast • PYT (Pretty Young Thing) ♦•


I Want To Love You (P.Y.T.)
Pretty Young Thing
You Need Some Lovin' (T.L.C.)
Tender Lovin' Care
And I'll Take You There





    La soirée avait déjà bien commencé tandis que Amanda était désormais dans son bar favoris. Celui où elle avait ivre morte la veille au soir. C'était pathétique à voir une femme aussi belle et charismatique boire seule à un bar mais c'était son quotidien, son unique moyen d'oublier, d'essayer d'aller mieux. Cependant, contrairement à la soirée précédente, Amanda ne bu pas tellement, elle était encore sobre pour voir les autres célibataires désespérés enchaîner les alcools, pleurer sur leur propre petit sort. Certains vinrent l'accoster mais Amanda se montrait ferme et méchante. Ce soir était celui de la St Valentin, elle resterait seule et déprimée. « Pourquoi tu es seule ici ce soir Mandy ? » demanda le barman qui avec le temps était devenu un ami. La sorcière soupira tandis qu'il essuyait ses verres et son comptoir. Il n'y avait pas tellement de monde, c'était plutôt calme.
    « J'en ai marre des relations foireuses. Alors je me suis dit qu'il valait mieux être seule que mal accompagnée » répondit-elle avant de vider son verre. Elle regarda à travers le fond avant de poursuivre avec un sourire triste « Et comme tu peux le voir, je suis seule »
    « Aller, celui là c'est pour la maison » dit le barman en resservant la jeune femme qui le remercia. Elle était assise avec élégance au bar et ne prenait pas la peine de regarder autour d'elle, encore moins quand quelqu'un entrait. De toute manière ce bar était fréquenté que par une classe sociale qui n'attirait pas Amanda qui rêvait de richesse. Quelqu'un s'approcha.

    « Si vous n'êtes pas l'homme de ma vie ce n'est pas la peine » dit Amanda sans regarder le nouvel arrivant.
    « L'homme de votre vie je ne sais pas, mais votre patron oui » dit une voix familière. La jeune femme blonde sursauta violemment et se tourna vers Merrick Herondale qui lui souriait tendrement presque amusé par la situation. Il s'assit sur le siège voisin et retira son élégant manteau, dévoilant un costume qui l'était tout autant.
    « Que faites-vous ici ? Vous n'avez pas rendez-vous ? » demanda Amanda qui ne comprenait pas. Il était tellement élégant, tellement magnifique que sa simple présence dans le bar avait donné une ambiance plus chic au lieu. Amanda elle même se senti plus belle à ses côtés. Il eu un sourire divin.
    « Marc m'a dit où vous trouver ce soir. Moi aussi je suis seul pour la St Valentin. Avec mon travail je n'ai pas le temps pour trouver l'amour en dehors du Ministère. A moins qu'il ne soit à l'intérieur même » dit-il en regardant Amanda qui ne su comment interpréter ses paroles troublantes. Cependant elle fronça les sourcils et dit d'un ton suspect.
    « Mais le bouquet de fleurs ? C'était pour qui ? »
    « Ma mère » répondit-il naturellement avant de commander un verre à son tour. Amanda ouvrit la bouche et eu un éclat de rire sans joie. « Quoi ? Que se passe-t-il ? »
    « Vous m'envoyez acheter un bouquet de fleurs pour votre mère le jour de la St Valentin avec comme message 'pour le premier amour de ma vie' ?! Ne me prenez pas pour une idiote, s'il vous plait ! » s'emporta la jeune femme en retrouvant ses airs agaçants qui irritaient si bien Merrick. C'était fou comme avec elle, il avait l'impression de constamment devoir se justifier, ce qu'il finit par faire comme un imbécile.

    « Oui, parce que vous en connaissez beaucoup vous des hommes qui aiment une autre femme avant leur mère ? » répondit-il tout à fait certain de la pertinence de ses propos.
    « Mais c'est la St VA-LEN-TIN ! Pas la fête des mères ! » s'emporta vivement Amanda qui se mit à parler de plus en plus fort dans le bar, attirant les regards et l'exaspération de son patron. Pourquoi il était venu déjà … ?
    « Et alors ?! Toutes les occasions sont bonnes pour faire plaisir à ma mère ! » s'emporta-t-il à son tour. Maintenant il avait l'air d'un vieux garçon, ça craignait. « Et je ne vois même pas pourquoi je me justifie face à vous ! Pas avec le genre de femme que vous êtes ! » cria-t-il.
    « Ah oui ?! Et je suis quoi exactement comme genre de femme ?! » renchérit Amanda qui descendit de son tabouret pour faire face à son patron, les mains sur les hanches. Le jeune homme la regarda, les sourcils froncés avant de finalement descendre du sien à son tour, son visage exprimant clairement sa colère.
    « Le genre de celle qui me font perdre mon temps déjà si rare ! » dit-il avec froideur. Amanda pinça les lèvres avec colère mais ne dit rien. C'était comme si le ciel s'obstinait à lui faire comprendre qu'elle était qu'une moins que rien. Maintenant même son patron dont elle était amoureuse lui disait qu'elle lui faisait perdre son temps. Trouvez plus triste. C'était ironique mais c'était Merrick qui faisait battre le cœur de Amanda qui venait justement de le lui briser. Formidable. Joyeuse St Valentin Mandy...

    Un autre client déjà bien imbibé se permit d'intervenir et passa son bras autour du coup de Amanda. « Allons, vous n'allez quand même pas embêter la petite dame, surtout quand elle est aussi bien roulée » Amanda fit la grimace et força l'homme à la lacher. Merrick fronça les sourcils.
    « Ceci est une conversation privée et je vous pris de ne pas me dire comment agir. Personne n'en a le droit » répliqua Merrick toujours aussi classe. Cependant Amanda eu un rire ironique tandis qu'elle repoussait l'homme comme s'il était une sorte d'autiste. « Quoi ?! » demanda-t-il les sourcils froncés.
    « Depuis que je vous connais vous ne faites que ce qu'on vous dit. Remplir des papiers, les rendez vous, les responsabilités. Je n'ai jamais connu quelqu'un d'aussi soumit que vous ! » répliqua Amanda dans le but de le vexer, ce qu'elle réussit.
    « A parce qu'agir comme une fumiste comme vous serait peut être la solution ? Moi j'ai des responsabilités contrairement à d'autres ! Vivre comme une adolescente ne fera pas votre bonheur St James ! »
    « Ah parce que vous avez l'air TELLEMENT plus heureux que moi, Herondale ! » cria la jeune femme en tenant tête à son patron.
    « Vous êtes virée » lui dit-il d'un air redoutable.
    « Mphf ! Je m'en fiche, j'ai toujours la réception ! » répliqua-t-elle avec mesquinerie en haussant les épaules.
    « Bon ma jolie tu veux pas le laisser ce vieux plouc et t'amuser avec moi ? » renchérit le boulet avant de mettre la main aux fesses de Amanda. Il n'en fallu pas plus pour Merrick pour intervenir. Le jeune homme saisit l'alcoolique par le col et lui colla une bonne droite en plein visage. Cependant ce dernier après s'être écroulé sur le bar se redressa et renchérit. Ce qui était une simple main aux fesses devint alors une bagarre dans un bar. Amanda poussa un cri en voyant Merrick se prendre un autre coup mais ses yeux brillèrent d'admiration quand finalement, des deux, il fut celui encore debout. Son costume élégant était couvert de sang et il était essoufflé. Il renifla avec des airs de mauvais garçon qui contrastait merveilleusement bien avec ses allures de prince charmant. Merrick regarda Amanda avec ce qui était entre la passion et la colère avant de tourner les talons et sortir d'un pas incertain sous la pluie torrentielle de Londres nocturne. La sorcière resta un instant figée avant de se jurer que cet homme, elle ne pourrait pas vivre sans.

    « Herondale ! Herondale attendez ! » cria Amanda en courant tant bien que mal perchée sur ses hauts talons. Il pleuvait à torrent si bien qu'en quelques secondes la jeune femme fut littéralement trempée. « Tout ça c'est votre faute Herondale ! » hurla Amanda en pleine rue faisant sursauter quelques passants pressés. Merrick leva les mains au ciel avant de se retourner vers la sorcière l'air parfaitement hors de lui.
    « QUOI ?! Parce que maintenant c'est MA FAUTE ?! A cause de vous je viens de me battre dans un bar ! » l'accusa-t-il en revenant rapidement sur ses pas si bien que la jeune femme recula légèrement.
    « Je ne vous ai rien demandé, Herondale ! Admettez le ! Vous l'avez fait parce que votre vie manque cruellement d'aventure ! Vous vous ennuyez ! » continua de crier Amanda en faisant à nouveau un pas en avant pour tenir tête à son ancien patron. Ils étaient tellement trempés qu'on aurait pu croire qu'ils venaient de sauter dans la Tamise. Merrick afficha un air choqué et rageur avant de répliquer :
    «  St James, vous me faites chier ! » de sa bouche, cette phrase était tellement décalée que Amanda manqua d'avoir un fou rire si elle n'avait pas été aussi en colère.
    Ce fut pourquoi elle ne trouva rien de mieux à répondre sur un air de bourgeoise indignée « HAN ! Et bien sachez que.... vous pouvez aller vous faire voir Herondale ! » Ce dernier afficha la même expression tandis que la jeune femme blonde tourna les talons pour traverser la route en dandinant son popotin à cause de sa marche rapide. C'était terminé, elle jetait l'éponge. Elle ne voulait plus entendre parler de lui. Néanmoins, Merrick n'avait pas dit son dernier mot. Toute la journée elle lui avait prit la tête, depuis qu'il était arrivé au Ministère de la Magie elle le faisait tourner en bourrique, ce soir il était d'humeur à tout balancer.

    « ST JAMES ! » cria-t-il en courant derrière Amanda qui essayait d'aller aussi vite que ses talons hauts lui permettaient. Ce fut en plein milieu de la route, sous la pluie battante que le jeune homme la rattrapa. Il lui saisit le poignet pour la forcer à se tourner vers lui. « Vous êtes virée ! » lui cria-t-il sans savoir pourquoi. C'était débile.
    « Je suis DEJA virée ! » répliqua Amanda qui se dégagea vivement. « Vous êtes vraiment imbuvable ! » renchérit-elle. Amanda et Merrick étaient en plein milieu de la route, les voitures étaient désormais arrêtées et les conducteurs klaxonnaient. Un bouchon était en train de se former mais les deux sorciers n'avaient pas l'air décidés à bouger tant qu'ils ne se seraient pas craché toute la vérité à la figure. Depuis trop longtemps ils se retenaient, ce soir serait la bonne.
    «  QUOI ?! JE SUIS IMBUVABLE ?! Vous m'avez prit la tête TOUTE LA JOURNEE ! Je devrais dire que vous êtes la PIRE chose qui me soit JAMAIS ARRIVE ! » s'égosilla Merrick sous la pluie tout en faisant de grands gestes. Lui et Amanda donnaient l'impression d'être sur le point de se taper dessus ou d'être des acteurs de film muet tant ils gesticulaient.
    « OH ! PARCE QUE TRAVAILLER POUR VOUS A ETE LA PLUS BELLE CHOSE DE MA VIE PEUT ÊTRE ?! JE NE SUIS MEME PAS AUGMENTEE ! » cria encore plus fort Amanda qui sentait sa voix sur le point de casser. Et pourtant leurs cris couvraient presque les voitures et les insultes des conducteurs. Des passants s'étaient arrêtés pour observer la scène bien que la pluie soit torrentielle. Désormais, même leurs sous vêtements étaient trempés.
    « C'EST POUR ÇA ?! C'EST A CAUSE DE L'ARGENT QUE VOUS ME POURRISSEZ LA VIE ? » demanda Merrick hors de lui mais qui commençait à y voir plus clair.
    « ÇA N'A RIEN A VOIR ! »
    «  ALORS POURQUOI ?! »
    « PARCE QUE ! »
    « PARCE QUE QUOI ?! »
    « PARCE QUE JE VOUS AIME BORDEL DE MERDE ! ET QUE J'AI ENVIE DE VOUS ARRACHER LA TÊTE TELLEMENT VOUS M'EXASPEREZ A NE PAS COMPRENDRE ! » hurla Amanda de toutes ses forces.
    Il y eu un silence pendant lequel les deux sorciers se fixèrent sous la pluie, se défiant du regard. Amanda l'avait enfin dit. Elle aimait Merrick et pourtant à cet instant, elle avait envie de lui en coller une. Envie visiblement partagée.
    « Vous êtes la pire des emmerdeuses, St James ! » déclara Merrick le souffle court. Puis brusquement il saisit Amanda par le bras pour la faire venir à lui et l'embrasser avec fougue.

    Il pleuvait comme une fin du monde, les conducteurs de taxis, les particuliers klaxonnaient, insultaient le couple tandis que certains passants, des gens aux fenêtres étaient en train d'applaudir, de siffler ce couple qui avait faillit ne jamais se former. Amanda embrassait Merrick comme si sa vie en dépendait, comme si elle venait de naître. Le jeune homme contre elle, elle senti ses pieds légèrement quitter le sol tandis qu'il la soulevait dans son étreinte passionnée. Les larmes aux yeux, trempée, la sorcière embrassait son amour. Elle adorait tout chez lui, de sa perfection la plus complète à ses défauts les plus insupportables. Il était Merrick Herondale et alors qu'elle l'embrassait, Amanda savait que jamais plus elle ne voulait d'autre homme car elle venait de trouver celui de sa vie. Elle aurait aimé mourir cent fois pour revivre, tomber amoureuse de lui cent fois.

    Quand ils se séparèrent, Merrick posa les mains sur le cou fin de sa nouvelle compagne. Amanda pleurait parce que c'était la plus belle chose qui lui soit arrivé depuis des années mais ça ne se voyait pas à cause de la pluie. Ils se mirent à rire en se regardant, n'osant croire avoir enfin fait le pas. Pendants des semaines Amanda avait rêvé de ce baiser mais jamais elle n'aurait imaginé qu'il puisse se passer ainsi. Elle n'aurais encore jamais parié sur le fait que Merrick puisse éprouver la même chose qu'elle. Voilà pourquoi pendant tout ce temps elle était devenue folle. Amanda n'avait pas essayé de séduire le jeune homme par le charnel, de peur de tomber dans une relation qui ne menait à rien mais parce qu'elle voulait qu'il l'aime. Et jusqu'au bout, la sorcière avait cru ça impossible, pas un homme comme lui, pas quelqu'un d'aussi parfait. Certains conducteurs étaient sortis de leurs voitures pour les insulter de plus près tandis qu'il y avait un peu plus de monde dans la rue, la pluie mouillant toujours plus. « Tu vas me rendre dingue... » lui dit Merrick apparemment le premier surpris par ce qu'il venait de faire.
    « Moi je suis déjà folle de toi ! » répliqua Amanda avec un sourire ému et enfantin si craquant que le sorcier ne pu résister à l'envie de l'embrasser à nouveau, comme s'il tenait la femme de sa vie dans ses bras.















    « Est-ce que ça veut dire que je ne suis plus virée ? »
    « Amanda ! »


•♦ The Supremes •This Old Heart Of Mine (Is Weak For You) ♦•


Ooo, this old heart of mine been broke a thousand times
Each time you break away I fear you're gone to stay
Lonely nights that come, memories that go
Bringin' you back again, hurtin' more and more.
Maybe it's my mistake to show this love I feel inside
Cause each day that passes by
You got me never knowin' if I'm comin' or goin'
But I, I love you, this old heart, darling, is weak for you
I love you, yes I do







The End
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: ♥ Stupid Cupid ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

♥ Stupid Cupid ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Welcome in my stupid world ♫
» stupid comments by hillary clinton!!!!
» Because I'm so stupid [Yong Ran]
» We are so stupid | Ezeckiel
» vodou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Galeries :: OS et fanfictions-