Partagez
 

 Remus & Severus:Et si on devenait... amis?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyDim 22 Juil - 19:18


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
Longue nuit, très longue nuit. Deux jours auparavant, la pleine lune avait montré son plus joli côté, rendant Lupin particulièrement irritable. La pleine lune était définitivement la partie du mois que l'ancien professeur de défense contre les forces du mal détestait le plus. Depuis une journée, il était enfermé dans le quartier général de l'Ordre du Phoenix. Depuis une journée entière, il tournait en rond, montait et descendait les escaliers sans savoir exactement quoi faire.
Dans ces situations-là, il était incapable de faire quoi que ce soit pendant un ou deux jours, et ce même avec la potion miracle que lui donnait son ancien collègue et ennemi, Severus Rogue.
Il avait la bonté, ou plutôt Dumbledore lui demandait d'avoir la bonté de bien vouloir administrer cette potion à Remus, qui l'aidait d'ailleurs beaucoup à se sentir mieux et à faciliter quelque peu les transformations pourtant encore douloureuses du loup-garou.
Remus appréciait beaucoup le geste, pour la simple et bonne raison qu'il savait que c'était un effort surhumain de la part de l'homme aux cheveux gras de vouloir lui donner cette potion.
Il fallait dire qu'ils avaient tout les deux un, voire même plusieurs précédents de taille. Rogue l'avait toujours vu comme le monstre qu'il savait qu'il était. Seulement voila, c'était beaucoup plus facile d'accepter la critique lorsqu'elle venait de vous-même que lorsqu'elle venait des autres.
Il y avait eu entre eux un incident lors de leur cinquième année à Poudlard: alors que c'était la nuit de pleine lune et que Remus était en pleine transformation, Sirius avait signifié à Severus qu'il pouvait aller voir ce qu'il se passait. Evidemment, Remus n'avait pas été particulièrement heureux de recevoir de la visite ce jour-là et il l'avait bien fait comprendre à Severus. Résultat: il avait été sauvé par James, et ça ne lui avait pas vraiment plu.
James et Severus n'étaient déjà pas de très bons amis à l'époque, ça avait empiré avec l'âge.

Tournant en rond depuis bien trop longtemps, et alors que la plupart des autres étaient partis en mission, Remus resta coincé au Square Grimmaurd avec son meilleur ami, Sirius. Bien sûr, la compagnie de Sirius était très agréable et il ne voyait aucun inconvénient à passer la soirée avec lui, sauf quand Sirius était bien décidé à hurler autant qu'il le pouvait sur sa mère, coincée dans son tableau planqué en-dessous d'un drap.
L'ancien professeur se contentait de lever les yeux au ciel alors qu'ils jouaient une partie d'échecs magiques. Sirius était un piètre joueur, presque aussi mauvais que Rémus ne l'était.
Mais bon, il fallait bien passer le temps avec quelque chose...
Au bout de trois longues, trop longues parties, les deux hommes décidèrent de sortir de la cuisine pour se rendre dans le grand living-room. Mais devinez quoi? Il n'y avait pas beaucoup plus à faire dans cette grande pièce vide que dans celle qu'ils venaient de quitter.
Sirius s'installa au coin du feu alors que Remus s'installa dans le divan, fit apparaitre un livre et commença à le lire de manière distraite.
L'ouvrage portait sur une ancienne forme de magie très intéressante, qu'il ne maitrisait pas du tout mais par laquelle il était fort intéressé.
Sirius décida finalement qu'il était épuisé et qu'il montait se reposer un peu. Après lui avoir fait remarqué qu'il n'était que seize heures et que la journée était encore longue, Remus prit la décision de le laisser monter.

Avez-vous déjà remarqué qu'un livre vous parait toujours plus intéressant quand vous n'avez de toute façon rien de mieux à faire? C'était ce qu'il se passait avec Remus. Plus le temps passait et plus il lisait vite, plus il s'intéressait à son ouvrage. Seulement voila, quand il leva la tête vers l'horloge magique, il se rendit compte que seulement vingt minutes étaient passées depuis que Sirius était monté dans son lit.
Alors qu'il priait pour que quelque chose se passe, la porte du quartier général s'ouvrit puis se reclaqua brusquement. Enfin un peu d'action, enfin quelqu'un avec qui discuter. Quelques bruits de pas, une porte qui se ferme, qui s'ouvre à nouveau, et puis une silhouette.
Génial, la seule personne qui pouvait rendre sa journée encore pire, à part Voldemort bien sûr!
Remus était pourtant bien décidé à reste aussi calme que possible, et toujours civilisé, parce qu'il était comme ça.
Severus aurait beau lui sortir les pires choses, les pires insultes, les pires moqueries, il resterait calme. Après toutes ces années, il avait fini par en prendre l'habitude de toute façon.
Refermant son livre, gardant un doigt à la page à laquelle il était arrivé, puisque la conversation serait probablement brève, il observa le visage de son vieil ennemi.

Bonjour Severus.

Lupin se leva, plus par politesse qu'autre chose, et également parce que ses jambes lui faisaient horriblement mal. Il avait mal partout de toute façon. Il se dirigea vers la cheminée, sortit sa baguette magique et alluma un feu. Il ferait meilleur. A la soirée, il faisait souvent plus froid dans cette vieille bâtisse. Severus était resté planté dans l’entrebâillement de la porte, comme s'il ne savait pas s'il devait saluer ou non son ancien camarade d'école. Souvent, ils tentaient de rester civilisés... souvent!

Comment vas-tu?

Comment ça il continuait la provocation? mais pas du tout allons! Poli, civilisé, calme mais certainement pas provocateur, ça ce n'était pas dans le genre de Remus.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyDim 22 Juil - 20:13

Si Severus n'était jamais très joyeux, il revenait tout juste de mission aujourd'hui et était donc d'une humeur massacrante. Il n'avait pas à supporter ses élèves pendant les vacances mais les adultes n'étaient pas mal non plus dans le genre. Il avait reçu l'ordre de retrouver Dumbledore dès qu'il rentrait à Londres et transplana donc devant le 12, square grimmaurd, priant Merlin, Salazar et jusqu'à Godric Gryffondor pour ne pas tomber sur Black en rentrant. Si l'animagus n'était pas endormi à cet heure, il serait surement dans l'entrée à hurler sur sa mère ou à trainer dans les couloirs en maudissant son sort. Et Severus n'était d'humeur à supporter ni l'un ni l'autre.

Levant les yeux au ciel en espérant donc que la maison était vide, Severus ouvrit la porte et atterrit dans l'entrée du QG de l'ordre. Sirius n'était pas là, mais malheureusement pour Severus, la maison n'était pas vide pour autant. Lupin était allongé dans le canapé du salon un livre à la main et leva les yeux pour voir qui venait d'entrer.

La déception que Severus lut sur son visage aurait suffit à le mettre de mauvaise humeur, en l'occurence, il n'arrangea rien. Au moins Severus aurait peut-être la chance de se défouler un peu sur Lupin en attendant qu'on deigne le laisser tranquille.

Bonjour Severus.

“Lupin.” répondit-il les dents serrées.

Sa colère s'apaisa légèrement lorsque le loup-garou se leva et que Severus aperçut une grimace de douleur sur son visage. C'est vrai que la pleine lune venait de se terminer et d'une certaine manière, cette pensée soulagea le maître des potions. Quel que soit son état, il pouvait au moins se dire que celui de Lupin était pire que le sien.

Severus ne bougea pas de l'entrebaillement de la porte, espérant décourager Lupin de faire la conversation, mais il aurait du savoir que c'était peine perdue. Lupin et son sens du devoir, Lupin et sa pitié, Lupin et sa politesse constante. Il avait le don de rendre Severus dingue.

Comment vas-tu?

Severus retint un petit sourire avant de s'appuyer contre le mur.

“Mieux que toi apparemment. Il faut croire qu'une petite sortie en pleine air n'est pas le remède à tous les maux.”

Non, un simple 'J'ai connu mieux' n'aurait pas suffit. Faire la conversation n'était pas dans la nature de Severus, surtout lorsqu'il s'agissait de la faire avec la personne qu'il détestait sans doute le plus au monde. Après Black évidemment, mais Sirius était hors compétition.

“Je comptais justement te demander si les loup-garous vieillissaient véritablement plus vite que les humains, mais je crois que tes rhumatismes viennent de répondre à ma question.”

Narguer quelqu'un, par contre, était tout à fait dans la nature du maître des potions.

“Ce n'est pas la peine de te demander comment tu te portes. Ceci dit, si je devais passer mes journées avec Black, je serais certainement dans un état plus lamentable encore.”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyLun 23 Juil - 9:25


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
Le ton que Rogue employait systématiquement avec Lupin avait souvent le don de rendre Sirius particulièrement de mauvaise humeur. Lupin n'en avait que faire. Leur passé commun était pour le moins douloureux, et il imaginait bien que de toute façon, le Maître des potions ne le porterait jamais dans son coeur.
Sirius, lui, était beaucoup plus impulsif. Il ne pouvait s'empêcher de chercher constamment leur ancien ennemi, il le cherchait sur tout. Il continuait d'ailleurs à employer le surnom que James et lui avaient trouvé à Rogue. Servilus... Il avait horreur de ce surnom et Lupin ne pouvait que le comprendre. Remus avait toujours essayé de calmer les ardeurs de James et Sirius, mais bien souvent en vain. Ils trouvaient tout les deux que Remus était bien trop gentil, pas assez amusant. Sans doute avaient-ils raison, mais le fait était que Severus ne lui avait jamais rien fait. D'ailleurs, il n'avait jamais rien fait à aucun d'entre eux, alors pourquoi par Merlin Remus voudrait-il du mal à cet homme?
Le Maître des cachots était resté bien ancré à l'entrée de la pièce, signe qu'il n'avait probablement pas très envie de s'éterniser ici. Faire la conversation n'avait jamais été l'une des activités préférées de Rogue. Non, son truc c'était plutôt de tirer sur un homme qui est déjà à terre.
Comment il le fit avec Remus lorsqu'il lui demanda comment il allait. Soyons honnêtes: Severus savait parfaitement comment il se portait. Il savait parfaitement qu'il n'était pas en forme deux nuits seulement après la pleine lune et il ne manqua d'ailleurs pas de le lui faire remarquer.

Il faut croire oui...

Remus préférait ne pas répondre aux attaques de Severus. Il lui préparait sa potion Tue-Loup, il faisait en sorte que ces nuits de pleine lune soient le moins douloureuses possibles, ou en tous cas parce que Dumbledore le lui demandait, alors Remus n'avait pas l'intention de se disputer à ce sujet avec lui.
Non, il préférait lui laisser proférer ses insultes. Si ça pouvait l'aider à se sentir mieux après tout...
Severus s'était maintenant appuyé contre le mur de la pièce, signe que finalement, il resterait bien un peu là à papoter quelques minutes. Papoter papoter... Finalement, Remus se demandait s'il ne préférait pas rester tout seul et terminer son livre. Il avait fini par le poser dans le divan et s'était dirigé vers le cheminée. Après avoir allumé un feu, il était resté planté devant celui-ci, observant le visage de son vieux camarade. Une remarque sur son âge, son statut de loup-garou... Rien de neuf en somme.

Je suppose qu'il est inutile que je te rappelle que tu as le même âge que moi, à peu de choses près sans doute, et que donc tu n'es probablement pas très loin des rhumatismes toi aussi.

Un regard légèrement moqueur que le loup-garou préféra dissimuler aux yeux de son ancien camarade d'école.
Il s'était placé dos à la cheminée, légèrement décalé de l'âtre histoire que ses vêtements ne prennent pas feu. Cela serait sans doute tellement drôle pour Severus de voir son loup-garou préféré se débattre avec ses vêtements. Il ne voulait pas lui donner cette satisfaction...
Severus lui avoua ensuite qu'il ne savait pas comment il se porterait s'il devait passer ses journées avec Sirius. Remus, lui, en avait une idée plutôt précise.
A nouveau, le loup-garou ne put s'empêcher de sourire en imaginant les deux hommes vivant sous le même toit. Image terrifiante au demeurant!
Il tourna la tête vers Severus. Il était vrai que Sirius avait tendance à être particulièrement agaçant, surtout qu'il détestait le fait d'être enfermé ici et de ne pas pouvoir se battre comme les autres.
Il tournait en rond, se plaignait sans cesse et insultait quiconque lui disait de se calmer ou de se taire. Les deux hommes étaient ennemis depuis des années et les choses ne risquaient pas de s'arranger de sitôt.

Si tu devais passer tes journées entières avec Sirius, Severus, l'un de vous deux serait probablement mort à l'heure qu'il est, et je ne parierai pas sur lequel.

Severus était l'un des plus grands sorciers que Remus connaissait. Il était très puissant, il avait une connaissance illimitée, ou presque,, des sortilèges et sa connaissance en potions faisait de lui un sorcier particulièrement dangereux.
Sirius, lui, était très combatif. Il maîtrisait très bien les sortilèges, peut-être moins le reste.
Oui, Remus pensait définitivement que Severus serait le plus fort et qu'il battrait sans le moindre doute Sirius, mais il était hors de question qu'il le lui dise. Être poli et gentil, d'accord, mais pas inconscient!

Sirius est de meilleure compagnie que tu ne le penses.

Une petite grimace secoua les lèvres de Lupin. Il le pensait, bien sûr, mais par moments il avait vraiment envie de se retrouver dehors et d'être séparé un peu de son acolyte, tant son énervement relatif à sa condition était contagieux. Severus au moins pouvait aller en mission sans le moindre problème lui.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyLun 23 Juil - 14:14

Je suppose qu'il est inutile que je te rappelle que tu as le même âge que moi, à peu de choses près sans doute, et que donc tu n'es probablement pas très loin des rhumatismes toi aussi.


Severus pouvait sentir le regard moqueur de Rémus à travers son crâne et le peu de cheveux qu'il lui restait. Mais lui au moins il n'avait pas besoin d'une canne pour réussir à se lever du canapé. D'ailleurs, Severus était plutôt en forme pour un homme de son âge.

“Contrairement à certains, les missions pour l'ordre me tiennent en forme.”

Rémus s'écarta légèrement de la cheminée, certainement par peur de se faire brûler. Dommage, Severus aurait très bien pu imaginer le loup-garou en feu en plein milieu du salon de l'ordre. Severus aurait malheureusement eu des réflexes trop lents. En tout cas c'est ce qu'il aurait déclaré à l'enterrement du Gryffondor.

Si tu devais passer tes journées entières avec Sirius, Severus, l'un de vous deux serait probablement mort à l'heure qu'il est, et je ne parierai pas sur lequel.


Oh, Severus aurait été prêt à parier. Rémus eut du mal à cacher son amusement à l'idée d'imaginer Severus coincé avec Black pour une journée entière sans doute. Personnellement, Snape ne voyait rien de drôle à la situation. Surtout que Rémus se serait senti obliger de laver les restes de Black éparpillés dans toute la maison. Il fallait tout de même avouer que cette image avait un certain charme.

Sirius est de meilleure compagnie que tu ne le penses.


Severus ne manqua pas la légère grimace du lycanthrope et retint lui même un petit sourire satisfait. Il ne savait pas pourquoi il s'acharnait encore à insulter Sirius devant Lupin, leur cas était désespéré. Lupin ne serait jamais capable de comprendre tout ce que Black avait de mauvais en lui et Sirius avait beau être le chien, c'était bien Rémus qui le suivait partout comme un toutou lorsqu'ils étaient à Poudlard.

“C'est vrai que sa compagnie à l'air de te faire du bien. Tu n'es déjà pas dans un état glorieux en règle général mais je crois qu'avoir à supporter Black n'arrange rien.”

Il n'ajouta pas que Rémus ne ressemblait à rien, ça paraissait évident. Il faut dire que la pleine lune avait du être dure ce mois ci et si Severus était honnête, la présence de Sirius n'avait surement aucune influence de ce côté là. Et si elle en avait, elle n'influait que très peu.

“Mais je peux comprendre pourquoi vous êtes inséparables. Vous devez passer des journées passionantes, les fesses collées aux chaises de la cuisine à faire du tricot. Et je suppose que vous vous plaignez tous les deux de l'injustice de votre situation, il faut avouer que ça occupe.”

Severus se demanda s'il était allé trop loin, après tout Rémus allait quelques fois en mission. Mais maintenant qu'il avait commencé, s'arrêter n'était plus une option. In for a penny, in for a pound.

“Mais vous pourriez tout de même trouver des moyens d'utiliser la magie. Je suis sure que la mère Black a de très bons lives sur les sortilèges de nettoyage.”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyLun 23 Juil - 21:05


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
Bon certes, il y avait certains points sur lesquels Severus avait raison: Remus était bien moins en forme que la plupart de ses anciens camarades. Le Maître des potions étaient de très bonne condition, et Sirius était aussi particulièrement en forme, malgré les années passées en prison à Azkaban. Certains avaient pour habitude de dire qu'il était devenu complètement fou là-bas, mais c'était faux. Il avait du se faire passer pour fou, parce que s'adapter à un endroit aussi horrible qu'Azkaban était impossible.
Pendant des années, il avait du se battre pour garder un peu d'espoir en lui alors que tous ses sentiments les plus agréables avaient été aspirés, piétinés et détruits par les Détraqueurs.
Maintenant qu'il était rentré à la maison, il était beaucoup plus en forme. Il semblait se sentir mieux, même si parfois on pouvait voir dans son visage, dans ses yeux, les restes mortifiants de son séjour dans cette horrible prison.
Son meilleur ami n'était plus le même qu'avant. Certains étaient capables de le voir, comme lui, alors que d'autres ne voyaient que le gamin arrogant qu'il était lorsqu'il avait été arrêté pour le meurtre des Potter.
Et ça, c'était bien sûur le cas de Severus. Et puis oui, il avait raison, les missions de l'Ordre avaient le don de les maintenir en forme. Et Severus étant le "préféré" de Dumbledore, il était aussi celui qui bénéficiait du plus grand nombre de missions.

Tu es également beaucoup plus utile que nous.

Il n'avait pas voulu dire ça pour flatter l'orgueil déjà beaucoup trop florissant de l'ancien Serpentard. Non, il ne faisait qu'énoncer une vérité: Severus était plus utile à Dumbledore puisqu'il connaissait parfaitement les deux camps, que ça soit l'Ordre ou les forces de Voldemort. Il connaissait les deux camps et il connaissait leurs approches respectives. Il pouvait donc souvent anticiper les attaques.
C'était un atout puissant à avoir dans sa poche, et tout le monde en avait conscience ici.
Cependant, c'était le genre d'atout avec lequel il fallait être vigilant: parfois, il pouvait se retourner contre vous et vous frapper en plein visage.
Bizarrement, Severus ne semblait pas convaincu par l'affirmation de Remus: pourquoi ne voulait-il pas croire que Sirius pouvait être de bonne compagnie? Mais au fond il devait avoir raison. Il ne s'était jamais senti aussi fatigué que depuis qu'il vivait ici vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
Sirius devenait difficile à supporter, il irritait tout le monde, même les Weasley qui pourtant étaient les gens les plus gentils que Remus ait rencontré.
Molly et son époux faisaient partie de leurs amis de longue date, des gens qui les avaient aidé alors que personne ne voulait y croire. Et pourtant, Molly avait une sainte horreur du comportement qu'elle jugeait d'arrogant et d'égoïste de Sirius. Et elle avait raison, parfois...

Je te remercie Severus, tes sarcasmes font toujours plaisir.

Par contre, bien qu'il avait raison sur de nombreux points, Severus se trompait sur ce dernier: Remus ne se plaignait pas de sa situation. Contrairement à Sirius, il avait le loisir de sortir quand bon lui semblait pour mener l'une ou l'autre mission pour l'Ordre. Seulement, quelques jours par mois, il préférait rester dans la demeure de son ami afin de se remettre et d'être parfaitement opérationnel. Il s'agissait là uniquement d'une volonté de sa part de protéger les siens, ses amis, sa famille.
Et qu'il le veuille ou non, Rogue faisait partie de cette "famille". Remus pouvait comprendre la détresse de son meilleur ami de ne jamais pouvoir sortir de cette maison qu'il détestait au demeurant, mais lui en avait souvent l'occasion.
Décidé à se moquer quelque peu de l'image que Severus pouvait avoir de Remus et Sirius, il décida de marcher dans son jeu.

Tout à fait. Et quand on a fini de se plaindre on se fait des tresses en se remémorant le bon vieux temps...

L'ancien professeur leva les yeux au ciel et se dirigea vers le divan, boitillant légèrement. Il se doutait que la petite pique n'avait pas été nécessairement appréciée par le maître des potions, mais il n'en avait que faire. Et en plus il arrivait à trouver quelque chose à reprocher à l'ordre de la maison alors qu'il n'y était jamais.
Non mais, il se prenait pour qui en définitive? Ce n'était pas la peine de s'énerver mais parfois, Remus avait vraiment l'impression qu'il le cherchait.

Un reproche à faire quant à l'ordre de la maison?

Remus ne s'occupait jamais du ménage, d'ailleurs il se demandait même qui le faisait. Sirius? Sûrement pas! Molly? C'était possible. Granger? Possible aussi. D'ailleurs, il parierait qu'il l'avait vue la veille s'occuper de remettre un peu d'ordre au salon, ce qui expliquait l'aspect presque net de la pièce dans laquelle il se trouvait.

Hermione se charge pourtant de ça quand elle s'ennuie.

Et par Merlin, cette gamine s'ennuyait à mourir par moments. Quand elle n'était pas complètement perdue dans un de ses ouvrages, elle s'occupait du ménage, elle s'occupait des plus jeunes, elle essayait de trouver des solutions aux problèmes de l'Ordre. Granger était une jeune femme brillante qui était sans nul doute d'une grande utilité à l'Ordre, quoi que puisse en penser Rogue.
Il ne la voyait que comme une gamine qui essayait de se faire remarquer par ses connaissances. Mais pourquoi ne le ferait-elle pas après tout?
Elle était brillante, elle était intelligente et il adorait la voir expliquer ses théories. Ca ne plaisait pas à tout le monde, c'était certain.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyMar 24 Juil - 11:01

Tu es également beaucoup plus utile que nous.


Severus mit trente bonnes secondes à essayer de comprendre si Rémus était sarcastique ou non avant de se rappeler que le lycanthrope en était incapable. Malgré les épreuves qu'il avait du affronter, il n'avait jamais eu recours au sarcasme ou à l'ironie pour se défendre. Dommage, il aurait presque pu être intéressant. Severus refusa de penser que sa réfléxion, en plus d'être honnête, était flatteuse et presque sympathique. D'ailleurs, cette idée ne lui traversa pas même l'esprit.

Je te remercie Severus, tes sarcasmes font toujours plaisir.


Le maître des potions avait une réponse toute prête mais resta silencieux pour cette fois ci, du sarcasme il en avait plein les poches, il pouvait bien se permettre de laisser quelques répliques passer. Et peut-être était-ce aussi un moyen pour lui de ne pas énerver de nouveau Lupin après ce qu'il venait de lui confier. Une sorte de remerciement.

“Ne dis pas de bêtises, tu n'as plus assez ce cheveux pour cela.”

Severus préféra ignorer le 'bon vieux temps' auquel Rémus venait de faire allusion. Les Maraudeurs avaient peut-être eu du bon temps dans leur jeunesse mais Severus finissait par se demander s'il ne devait pas tout simplement en effacer la définition dans sa base de données. D'ailleurs, la bande de Potter avait largement contribué au fait et Severus aurait pu le lui rappeler s'il n'avait pas été aussi incertain quant à ses chances de gagner une éventuelle confrontation.

Il se savait incapable de pardonner à Black sa petite plaisanterie de leur 5ème année, mais il avait commencé à comprendre certaines choses avec le temps. La honte et la colère diminuant avec les années, Severus avait commencé à jeter un regard plus lucide sur les aventures de cette nuit là, au point d'être presque prêt à admettre que Lupin n'était pas véritablement responsable de ce qui avait faillit lui arriver. Presque.

Mais s'il était sur le point de se l'admettre à lui même, il avait encore trop d'orgueil pour l'avouer à haute voix. D'ailleurs, s'il arrivait à oublier le rôle qu'avait eu Lupin dans toute cette affaire, il n'aurait plus aucune raison de haïr le lycanthrope, et il avait certainement encore besoin de le faire. C'était plus simple, d'autant plus que si Lupin pensait pouvoir se le permettre, il était bien capable de commencer à parler à Severus, d'essayer de devenir son... le seul mot le fit tréssaillir: ami.

Un reproche à faire quant à l'ordre de la maison? Hermione se charge pourtant de ça quand elle s'ennuie.


La mention de la jeune femme suffit à faire sortir Severus de ses pensées et le maître des potions se retourna instinctivement vers Lupin pour lui lancer un regard suspicieux. Se doutait-il de quelque chose? Il n'y avait rien de suspect entre Severus et Hermione mais Snape ne put pas s'empêcher de se mettre sur la défensive, comme s'il devait se sentir coupable de quelque chose. C'était ridicule, évidemment.

Et pourtant...

“Qu'est-ce que Granger vient faire là dedans?”

Il prit un air désinteressé mais jeta quand même des regards furtifs en direction du lycanthrope pour jauger sa réaction.

“J'aurais pensé qu'elle avait mieux à faire. N'est-elle pas en train d'essayer de mémoriser la librairie entière des Black pendant son temps libre? Il faut bien avouer qu'elle te ressemble sur ce point là, toujours le nez plongé dans un bouquin. Et il faut croire qu'elle a aussi mauvais goût que toi pour choisir ses amis.”

Severus lança un regard mauvais au loup-garou avant de poursuivre.

“Quel dommage, j'ai bien peur qu'à force de trainer avec Weasley et Potter, elle finisse par te ressembler.”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyMer 25 Juil - 15:29


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
Par Merlin! Severus ferait bien d'être très attentif à ce qui était en train de se passer. Il se montrait presque sympathique avec son vieil ennemi Remus Lupin, celui qui l'avait presque tué, comme il n'avait de cesse de le répéter à qui voulait bien l'entendre, cette personne étant bien souvent la même: Albus Dumbledore.
Remus observait le comportement de son ancien camarade d'école et il ne voyait qu'une chose: certes, il répondait aux questions ou aux interrogations par le sarcasme, mais surtout, il y répondait. Il s'agissait là d'un effort considérable quand on savait que le Maître des cachots avait refusé d'adresser la parole à Lupin pendant plus de vingt ans. Ces années, il les avait passées à le détester, à penser qu'il était un rebuts de la société et que le seul endroit dans lequel il devait se trouver était une cage pour protéger le monde de la créature qu'il était réellement.
Avait-il raison? Remus avait tout de même assez de respect pour sa personne que pour accepter de dire qu'il acceptait qu'on le traite de la sorte. Cependant, aujourd'hui le Serpentard n'était pas le même homme. Il semblait différent. Non vraiment, il devait faire attention. Si Sirius le voyait ainsi, il pourrait presque croire qu'il se jouait de son vieil ami pour avoir Merlin seul sait quelles informations.
Lorsque Severus mentionnait le fait que Remus n'avait plus assez de cheveux que pour jouer à se faire des tresses avec Sirius, le loup-garou ne put s'empêcher de sourire. Il jeta un regard dans la direction du visage de Severus et eut l'espace d'un instant l'image de Severus avec des tresses. Image suffisamment hilarante que pour que Remus ne doive se l'ôter tout de suite de la tête.
cependant, il ne manqua pas de faire remarquer à Rogue que lui n'avait peut-être pas assez de cheveux, mais que ce n'était pas le cas de tout le monde.

Toi par contre tu devrais essayer.

Severus ne loupait jamais une occasion de se moquer ouvertement du loup-garou, que ça soit par rapport à son âge, son état de santé, ses cicatrices ou bien d'autres choses encore. A une époque, Remus aurait simplement encaissé sans rien dire mais maintenant, il ne se laissait plus faire.
Il n'avait plus peur de Severus Rogue, il ne craignait plus les réactions violentes qu'il pouvait avoir.
Pendant quelques longues secondes, qui parurent au loup-garou une éternité, le professeur de potions se contenta du silance lourd que la pièce offrait. Il se trouvait toujours à l'entrée de la pièce, perdu dans ses pensées. Remus fit de même, pensant aux derniers jours, à la dernière mission, à sa dernière conversation avec Tonks.
Il ne devait pas pensr à elle, ne surtout pas penser à Tonks, et en particulier en présence de quelqu'un comme Severus, qui analysait la moindre grimace, le moindre regard, la moindre parole et également la moindre pensée. Il était doué pour ça.
Remus savait qu'en présence de son ancien camarade d'école, il devait garder son esprit le plus clair et le plus vide possible.
Mais alors que Severus semblait se plaindre de l'ordre qu'il régnait, ou qu'il ne régnait pas dans la maison de Sirius, il sembla s'animer de nouveau lorsqu'il mentionna le nom de la jeune femme.
certainement une coïncidence de toute façon. Remus porta à nouveau son attention sur Rogue.

Je te l'ai dis, elle s'occupe du ménage avec nous. Enfin, techniquement parlant avec moi.

Oui, il fallait dire que le propriétaire des lieux, Sirius, n'était pas vraiment très actif quand il s'agissait de faire le ménage.
Severus semblait maintenant avoir un regard beaucoup plus perçant vers Remus, ce qui avait tendance à mettre celui-ci légèrement mal à l'aise. Le loup-garou écouta les reproches que le Maître des potions avait cette fois à faire à Hermione, et sourit légèrement lorsqu'il fit remarquer qu'elle lui ressemblait, y compris dans le choix de ses amis.

La bibliothèque des Black est bien trop grande pour qu'elle ait déjà eu le temps de s'y atteler.

Les Black avaient une bibliothèque à faire pâlir les plus riches sorciers d'Angleterre. Remus y avait passé des heures. Il ajouta ensuite:

Et pour ses amis... Si Hermione me ressemble, Harry est définitivement pareil à James. Alors à qui comparerais-tu donc Ron? Peter ou Sirius?

Remus n'avait jamais pensé qu'Hermione et ses amis serait d'un quelconque intérêt aux yeux de Severus. Il fallait croire qu'il se trompait, encore. décidément, Severus était plein de surprises aujourd'hui. Pourvu que ça dure!
La petite pique finale ne surpris guère Remus. Il retrouvait enfin le Rogue qu'il connaissait et n'appréciait pas nécessairement. Des ennemis restaient souvent des ennemis, surtout dans un cas comme le leur où Rogue était incapable de se remettre en question.

Quel mal y a-t-il à ça? J'ai au moins la chance d'être heureux. L'amitié, et dans une moindre mesure l'amour, nous permettent au moins ça. Dans un monde comme le nôtre c'est essentiel Severus.

L'ancien professeur de défense contre les forces du mal observa le visage de son ennemi. Il savait que les vertus de l'amour devaient être parfaitement inconnues à Rogue, et qu'il était bien trop idéaliste pour quelqu'un comme le professeur de potions, qui ne croyait qu'aux vertus du travail, du courage et d'autres... Mais pas l'amour, ni l'amitié.

Sans doute suis-je trop idéaliste pour toi.

Il eut un petit sourire triste. l'amitié l'avait sauvé, lui, après tout.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyMer 25 Juil - 16:53

Toi par contre tu devrais essayer.

Severus se contenta de lancer un regard froid au lycanthrope mais se retint de réaliser les nombreux scénarios de meurtre qui lui passaient par la tête. Il supposait que tuer un membre de l’ordre dans leur QG aurait fait désordre. Quoi que l’idée de savoir qu’il n’y avait aucun témoin lui donne bien des idées, cependant la mention du nom d’Hermione le tira bien vite de ses pensées.

Etrangement, l’aveu de Rémus ne surprit pas Severus, il imaginait très mal Black faire le ménage dans ce qui était pourtant sa maison. Tout comme à Poudlard il semblait que sa devise était ‘Pourquoi faire quelque chose quand on peut manipuler quelqu’un d’autre pour qu’il s’en occupe ?’. Allez savoir s’il n’avait pas même laissé ce tas de ruines à l’ordre pour éviter d’avoir à en prendre soin.

Cependant l’idée d’imaginer Hermione et Rémus travailler ensemble pour remettre la demeure sur pied agaça Severus, pour une raison qu’il préférait encore ne pas tenter de comprendre. Ils s’étaient sans doute bien entendu lorsque Lupin avait enseigné à Poudlard, mais Rémus avait toujours semblé plus proche de Potter et c’était bien la première fois qu’il les imaginait ‘amis’. Et pourtant, il l’avait dit lui-même, ils se ressemblaient énormément, c’était normal. Cette idée ne rassura pas le maître des potions.

La bibliothèque des Black est bien trop grande pour qu'elle ait déjà eu le temps de s'y atteler.

« Elle doit surtout contenir les manuscrits les plus ennuyeux jamais écrits. Et je ne parle même pas des grimoires pleins des comptes de la famille Black. Il me semble pourtant que même ces ouvrages seraient de meilleure compagnie que Potter ou Weasley. Il faut croire que ta compagnie déteint véritablement sur elle. » ajouta-t-il avec une pointe de dégoût dans la voix.

Et pour ses amis... Si Hermione me ressemble, Harry est définitivement pareil à James. Alors à qui comparerais-tu donc Ron? Peter ou Sirius?

« Je ne saurais dire lequel des deux servirait le mieux d’insulte. Mais pour sa défense, Weasley n’est jamais tombé dans le lac de Poudlard avec tous ses livres, contrairement à Pettigrow. Il me semble d’ailleurs que Black l’avait poussé. »

Severus, tentant de conserver sa dignité, garda un visage impassible même si le souvenir lui donnait légèrement envie de sourire. Il se souvenait de ce jour dans le parc, il était assis dans l’herbe avec Lily et elle avait alors annoncé son dégoût pour les maraudeurs. Cependant, vu la tournure qu’avaient ensuite pris les choses, il valait sans doute mieux ne pas y penser.

Il était tout de même étrange que cette image lui inspire plus de nostalgie que de véritable colère ou de regret.

Quel mal y a-t-il à ça? J'ai au moins la chance d'être heureux. L'amitié, et dans une moindre mesure l'amour, nous permettent au moins ça. Dans un monde comme le nôtre c'est essentiel Severus.

« Je peux effectivement voir que tu rayonnes de bonheur. Que t’as apporté leur amitié sinon des ennuis ? Ou dois-je te rappeler le nombre de fois où ils auraient du te faire expulser si Albus n’avait pas été aussi aveuglé par son indulgence pour toi ? Ils auraient même pu faire pire que te faire expulser si tu te rappelles bien… »

Severus laissa sa phrase en suspend, certain que Rémus voyait très bien de quoi il parlait. Leur petite blague à ses dépends aurait pu faire enfermer leur cher ami. Mais apparemment, Rémus avait une mémoire plus sélective que Severus, et il aurait été incapable d’oublier cette nuit même si il en avait eu envie. Il s’en servait aujourd’hui pour alimenter sa colère et le souvenir seul suffisait amplement à lui faire garder son antipathie pour Black et sa bande.

Non idéaliste n’était pas le mot, naïf sans doute. Rémus n’avait jamais été capable de dire non à ses ‘amis’ et cela aurait du le mener à sa perte. Severus n’essayait que de lui ouvrir les yeux après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyJeu 26 Juil - 7:16


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
Remus connaissait bien le regard que Severus venait de lui lancer. C'était le regard qui signifiait clairement: "si seulement nous étions dans un endroit plus reculé, ou personne ne pourrait nous entendre, je t'assure que tu ne serais plus en état de parler." Remus savait cela parfaitement, et il n'avait pas le moindre doute que sa petite blague sur les tresses, qui iraient pourtant très bien à Severus, ne lui avait pas vraiment plu. Bizarrement, il savait bien que cela aurait cet effet, mais le Maître des potions n'avait pas riposté. Il s'était contenté de ce regard noir qu'il lui connaissait si bien.
Un léger sourire satisfait sur les lèvres, l'ancien professeur de défense contre les forces du mal fut surpris quand son vieil ennemi ne trouva rien à redire sur le fait que Sirius ne s'occupait même pas de sa vieille maison et qu'il préférait laisser les autres le faire à sa place. De toute façon, il n'y avait rien qui concerne Sirius qui pourrait un jour trouver grâce aux yeux de Severus. Il détestait Sirius de tout son être, plus que n'importe qui, peut-être même plus que James lui-même.
Il y avait trop de background entre eux, trop de non-dis. Severus avait passé une enfance à poudlard maudite, simplement parce qu'à chaque fois qu'il croisait James ou Sirius, il savait qu'il allait passé un sale quart d'heure.
Oh évidemment, il ne les craignait pas du tout, il n'avait pas peur d'eux, mais ses deux amis avaient toujours tout fait pour rendre la vie du Serpentard impossible.
Remus avait souvent essayé de les raisonner, mais en vain. Il n'avait pas le moindre pouvoir sur ses amis, pas la moindre emprise, malgré toutes ses tentatives.

Le sujet rebondit à nouveau sur la bibliothèque des Black, et le fait que les livres pourtant inintéressants que l'on pouvait y trouver étaient sans doute une meilleure compagnie que Harry et Ron. Il valait mieux acquiescer et passer à autre chose. On ne saut jamais combien de temps pouvait durer une fort intéressante liste d'insultes au sujet des amis de la jeune Granger.
Riant légèrement, Remus jeta son regard dans l'âtre de la cheminée, dans laquelle brûlait un feu vif.

Si tu le dis Severus. Je ne vais plus passer mon temps à justifier mon amitié avec James et Sirius.

Fatigué, las, il n'en pouvait plus. Severus n'accepterait jamais cette amitié, qu'il croyait ne pas en être une d'ailleurs. Il n'avait jamais cru à la relation qui unissait James, Sirius et Remus. En plus, il avait toujours cru que Remus n'était que le bouc émissaire dans cette amitié, le suiveur, celui dont Sirius et James n'avaient que faire. Peut-être aurait-il eu raison à une époque, mais plus aujourd'hui, plus en grandissant.
La comparaison de Ron à Sirius ou Peter fit à nouveau sourire le loup-garou. Il était vrai que leur bande ressemblait en beaucoup de points à celle que les Gryffondor formaient à l'époque.
A quelques différences près bien sûr. Harry n'avait pas l'arrogance de son père, Hermione avait un caractère plus fort que lui et Ron... il était sans doute beaucoup moins leader que ne l'avait été Sirius dans sa jeunesse.

Tu exagères Severus. Il me semble que ta... haine et ton dégoût pour Ron sont beaucoup moins forts que ceux que tu éprouvais pour Sirius. Que tu éprouves toujours d'ailleurs, pas vrai?

Après réflexion, Remus ajouta:

Difficile de faire pire non?

La suite de leur conversation prit une tournure inattendue. Depuis des années, depuis leurs années Poudlard en tous cas, jamais il n'avait fait mention de l'incident qui avait bien failli lui coûter beaucoup plus cher qu'on n'aurait pu l'imaginer. Au cours de leur cinquième année, Sirius avait cru judicieux d'assouvir la curiosité, parfois mal placée, de Severus. Il l'avait emmené dans l'endroit où Remus effectuait ses transformations et il avait bien failli le tuer.
Bien sûr, Remus n'y était pour rien, lui ne pouvait pas se contrôler, mais en plus d'en vouloir à James et Sirius pour cette blague idiote, Severus lui en avait toujours voulu également. Oh, les Maraudeurs formaient un clan très fermé et quand on détestait l'un, on les détestait tous.
pourtant, si Remus avait eu le choix, jamais il n'aurait laissé ses amis faire ça. Evidemment qu'il aurait pu avoir des ennuis, évidemment que ses amis avaient déjà créé des situations impossibles, mais il leur avait toujours pardonné.

Le loup-garou observa le visage du Maître des cachots. La colère qu'il éprouvait encore aujourd'hui, il pouvait la ressentir dans chacune de ses paroles. Le haïssait-il encore à ce point?

Je ne nie pas qu'ils m'ont apporté des ennuis Severus, ni même qu'ils ont commis beaucoup d'erreurs...

Il laissa sa phrase en suspens. Il savait tout ça, c'était évident. Il savait qu'il aurait dû être expulsé un nombre incalculable de fois, mais il avait toujours eu la protection d'Albus.

Ce qui t'ennuie le plus dans cette histoire n'est certainement pas que j'aurais pu être expulsé. Ce qui te met en colère depuis tant d'années, c'est que tu aurais pu être tué.Et tout ça à cause de l'arrogance de James et Sirius.

Certes il était capable de reconnaître les qualités de ses amis, mais il était aussi bien capable de reconnaître leurs défauts. Cette nuit-là, ils avaient probablement fait la plus grosse connerie de leur vie. Et Severus leur en voudrait éternellement rien que pour ça. Ils l'avaient bien mérité!
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyJeu 26 Juil - 21:46

Si tu le dis Severus. Je ne vais plus passer mon temps à justifier mon amitié avec James et Sirius.

Il valait effectivement mieux que Rémus arrête d’essayer de justifier l’amitié qui le liait avec les deux anciens Gryffondors, car aux yeux de Severus elle était inexcusable. Rémus aurait du savoir que l’opinion de Severus sur Black et Potter était fixée depuis longtemps et qu’il n’en changerait pas. Lupin aurait pu, aurait du, lui éviter bien des ennuis à Poudlard mais il s’était contenté de détourner le regard et de faire comme s’il n’avait rien vu. Et c’était quelque chose que Severus n’avait jamais réussi à lui pardonner entièrement.

Il pouvait comprendre que Black et Potter lui en veuillent et s’amusent à le torturer à l’école. Ils n’avaient rien attendu de mieux de leur part, mais à l’époque il avait vu l’attitude de Rémus comme une trahison. Ses amis étaient trop bêtes pour comprendre ce qu’ils faisaient, mais Lupin avait déjà vécu ce genre de situation et il n’avait rien fait, il avait laissé faire, trop content d’avoir trouvé des amis.

Et Severus ne pouvait pas lui pardonner de l’avoir déçu. Il avait cru Lily quand celle-ci lui avait dit que Rémus était gentil et intelligent, et il avait eu tort. Rémus avait renoncé à ses principes simplement pour ne plus se sentir seul et ça, Severus ne l’avait jamais réellement digéré. Et les choses avaient rapidement dégénéré lorsque Severus avait apprit sa condition, il s’en servit comme excuse pour justifier son mépris pour le lycanthrope, c’était plus facile que d’avouer qu’il avait attendu mieux de la part de Rémus.

Tu exagères Severus. Il me semble que ta... haine et ton dégoût pour Ron sont beaucoup moins forts que ceux que tu éprouvais pour Sirius. Que tu éprouves toujours d'ailleurs, pas vrai? Difficile de faire pire non?

« Que j’éprouve toujours, et avec une force renouvelée depuis que je dois le supporter dès que je passe au quartier général. Je n’irais pas jusqu’à dire que Weasley m’inspire des sentiments de dégoût et de haine plus forts que ceux que m’inspire Black, mais il commence lentement à le rattraper. Il s’y prend si bien que j’en viens à me demander si l’imbécile ne le fait pas exprès.

S’il devait être honnête avec lui-même, Severus aurait presque pu dire que Weasley avait dépassé Black sur la liste des gens qu’il tuerait en priorité si la loi le permettait. Son béguin pour la jeune Granger était si évident qu’il en devenait affligeant et cette passion d’adolescent avait le don d’énerver Severus au plus haut point. Seulement, il aurait été difficile d’avouer cela à Rémus, surtout qu’il n’était pas sur de pouvoir se l’expliquer à lui-même.

Je ne nie pas qu'ils m'ont apporté des ennuis Severus, ni même qu'ils ont commis beaucoup d'erreurs...

Severus se tourna alors vers Rémus, un sourcil haussé en signe de surprise. Lupin venait-il d’avouer que ses amis étaient de véritables idiots ? C’était ça à peu de choses prêt, non ? Cette révélation choquait Severus, le forçant (si elle était vraie) à réévaluer une grande partie de sa scolarité et le jugement qu’il avait porté sur Lupin. Il avait toujours supposé que Rémus se mettait toujours du côté des maraudeurs sans poser de question, mais il n’aurait jamais cru le voir admettre que ses amis n’avaient pas toujours eu un comportement exemplaire.

Il avait été trop content d’imaginer que Rémus était aussi cruel que Black et Potter, et il n’avait jamais imaginé que déjà à l’époque, Lupin ai pu trouver quelque chose à redire à leur conduite. Cependant, même si le lycanthrope n’avait pas toujours été d’accord avec ses amis, ça n’excusait pas sa passivité lorsqu’ils passaient leur après midi à le ridiculiser devant toute l’école.

Ce qui t'ennuie le plus dans cette histoire n'est certainement pas que j'aurais pu être expulsé. Ce qui te met en colère depuis tant d'années, c'est que tu aurais pu être tué. Et tout ça à cause de l'arrogance de James et Sirius.

Voilà qui paraissait plus normal, et au moins sur ce terrain, Severus savait naviguer. Il se força à oublier la concession que Rémus venait de faire et répondit d’un ton abrupt :

« Evidemment que c’est ce point là qui me met en colère ! Tu t’attendais peut-être à ce que j’oublie que Black a bien faillit me tuer, et tout ça pour pouvoir s’amuser un peu avec son meilleur ami ! Qu’il a mit en danger et ma santé et ta situation à l’école sans penser une seule seconde aux conséquences de son geste ! »

Severus avait commencé à faire le tour de la pièce à grande enjambées, perdant son calme au fur et à mesure qu’il avançait dans son discours. Ses bras volaient en tout sens, montrant à quel point il avait perdu le contrôle de lui-même.

« Nous nous détestions déjà à l’époque, mais j’avais pensé qu’il aurait un peu plus de considération pour quelqu’un qu’il appelait son ami ! Malgré tous ses défauts, je ne l’en avais pas imaginé capable, mais je suppose que tu n’as eu aucun problème à le pardonner, toi. Que tu as bien vite oublié qu’il aurait pu te faire envoyer à Azkaban sans une seule pensée pour ton avenir, et qu’il n’a même jamais eu besoin de s’excuser pour son geste ! »

Severus était tellement énervé qu’il ne se rendait plus compte de ce qu’il disait, de ce qu’il dévoilait sans le vouloir. Mais il avait besoin de savoir si Black avait au moins regretté son geste, même s’il était persuadé qu’aujourd’hui, des excuses ne serviraient plus à rien.

« Comme d’habitude, tu n’as pas eu le cran de lui dire quoi que ce soit et tu as préféré ignorer le mal qu’il aurait pu faire… » Severus prit une longue inspiration avant d’ajouter à voix basse, presque pour lui-même : « Le mal qu’il avait fait… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyVen 27 Juil - 18:59


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
Remus devait bie avouer une chose: il n'était pas fier du comportement qu'il avait pu avoir par le passé. Aujourd'hui, il savait qu'il était capable de vivre sans l'amitié de James et Sirius, pour la simple et bonne raison qu'il l'avait fait pendant de nombreuses années. pendant douze ans, il avait vécu sans eux, parce que l'un était mort et que l'autre était en prison. Il s'en voulait d'avoir été aussi idiot à l'époque, mais si Severus était capable de vivre sans amis, Remus n'avait pu s'y résoudre à l'époque. Il n'avait pas pu se résoudre à vivre sans ses vieux amis. Il savait que s'il repoussait James et Sirius, jamais plus il n'aurait la chance d'avoir des amis, sans doute de par sa nature.
Pourtant, une autre chose le frappait tout à coup: que se serait-il passé si Remus n'avait jamais été ami avec Sirius et James? Aurait-il pu être amis avec Severus? Celui-ci aurait-il pris la direction des Mangemorts?
Oui, sans doute.... Les choses n'auraient sans doute jamais été différentes mais l'espace d'un instant, il se prit à imaginer que leur vie aurait pu être différente. Au fond, sa nature de lycanthrope n'était peut-être qu'un prétexte...
Mais il ne fallait pas rêver, Severus l'avait toujours détesté parce que c'était la nature des Serpentards de détester les Gryffondors. Cela avait toujours été ainsi et ça le serait sans doute toujours.
C'était triste à voir, mais Remus ne voulait pas croire que la situation aurait pu être différente parce que sinon, cela voudrait dire qu'il avait aussi sa part de responsabilités.
Remus n'était pas contre le fait d'assumer ses responsabilités, mais ici elles n'étaient que potentielles alors il n'y avait pas de raison d'y penser.

Lorsque Severus mentionna les sentiments qu'il éprouvait à l'égard de Sirius, Remus comprit rapidement que rien de ce qu'il pourrait dire ou faire ne pourrait augmenter l'estime de l'ancien Serpentard envers son meilleur ami.
De toute façon, le loup-garou avait laissé tomber depuis longtemps l'idée d'y parvenir. Il préférait l'écouter déblatérer et jeter son venin sur le seul ami qu'il lui restait. Les yeux fermés pendant un court instant, le loup-garou sourit en coin quand Severus se demanda si Ron ne le faisait pas exprès. Il n'avait pas l'air d'y croire et pourtant, Remus avait souvent cette impression aussi. Peut-être que le rouquin voulait simplement se donner l'allure d'un imbécile, de quelqu'un qui préférait faire le pitre pour faire rire ses amis.

Tu n'as jamais songé au fait que c'était peut-être l'explication. Peut-être qu'il se moque simplement de toi, ou de l'autorité en général?

Au fond, Ron n'était pas un mauvais garçon, il était même gentil, et ce même s'il n'était pas aussi courageux que Harry ou intelligent qu'hermione.
En écoutant Severus, Remus ouvrait doucement les yeux sur le danger de la situation à l'époque, quand Sirius avait délibérément décidé de mettre en danger la vie de Severus. Le loup-garou n'avait jamais accepté ce qu'il s'était passé, et Severus le détestait tellement qu'il ne s'était jamais réellement posé la question de comment lui l'avait pris. C'était égoïste de sa part, certes, mais il fallait être honnête: Severus avait toujours eu un comportement exécrable avec lui. Maintenant il comprenait mieux.
Il avait eu peur, peur de perdre sa vie. Il était en colère depuis toutes ces années contre les Maraudeurs. Et le pire là-dedans, c'était que Severus n'était peut-être pas l'être malveillant et incroyablement mauvais qu'il avait toujours donné l'impression d'être.
Severus semblait être en colère véritablement parce que Remus aurait lui aussi pu être renvoyé.
Remus commençait doucement à ouvrir les yeux, mais c'était trop tard maintenant. Alors que Severus s'énervait lentement, tournant en rond dans la pièce, Remus se redressa, s'installa sur le bord du fauteuil et baissa les yeux vers le sol.
Et s'il avait raison? S'il avait fait une erreur en acceptant de couvrir la moindre connerie de ses amis de l'époque?
De toute façon, ça n'était plus important aujourd'hui... Severus ne pardonnerait jamais.

Tu sais que je n'y étais pour rien pas vrai? Je leur ai laissé faire beaucoup de bêtises, beaucoup d'erreurs, mais jamais je ne leur aurait laissé faire si...

Remus fit une pause. C'était assez difficile pour lui de reconnaitre que ses amis n'étaient pas parfaits et qu'ils avaient fait beaucoup d'erreurs par le passé. Il s'en voulait de les dénigrer devant leur pire ennemi mais au fond, James et Sirius savaient que cette erreur avait été celle de trop.

Si je n'avais pas été occupé ailleurs. Tu as raison, nous nous détestions, mais il n'avait pas le droit de faire ça, tout comme James n'avait pas le droit de... te traiter comme il le faisait.

C'était incroyable ça! Après autant d'années de haine, voila que Remus se mettait à regretter la tournure des choses. Peut-être était-ce exactement ce que cherchait Severus au fond. Est-ce qu'il voulait lui faire regretter ses choix passés? Pire, est-ce qu'il voulait l'affaiblir pour une raison ou une autre?
Il le savait déjà faible à cause de la pleine lune passée... Alors sans doute avait-il un objectif, mais pour une fois qu'ils pouvaient se parler honnêtement, autant le faire!
Il y avait cependant un point sur lequel il n'avait pas tort: Sirius ne s'était jamais excusé, parce que Remus ne lui avait jamais demandé de le faire, parce qu'il s'en fichait, et surtout parce qu'il n'était pas au courant de toute l'histoire.
Voila qu'il n'osait même plus le regarder. Mais non, il ne lui ferait pas ce plaisir.
Remus releva la tête et observa le sorcier à la cape noire qui s'agitait toujours, visiblement en colère rien qu'à la mention de l'incident.

Comment veux-tu que j'ai oublié Severus? Et quant aux excuses de Sirius... Quand était la dernière fois où tu l'as entendu en faire? Personnellement, je n'en ai pas le moindre souvenir.

Sirius n'avait sans doute jamais regretté parce qu'il détestait Severus, et qu'il n'avait pas vu le danger de la même façon que lui. Sirius était habitué à Remus en loup-garou, habitué à essayer de le raisonner. Il voulait jouer un mauvais tour au Serpentard à cause de sa curiosité, et ça s'était retourné contre eux.
A cause de ça Remus avait bien failli tuer Severus, et il ne s'en serait rendu compte qu'après coup.

J'étais jeune, je suis un loup-garou, un animal sauvage Severus, tu me l'as assez souvent répété. Je n'ai jamais osé le leur reprocher. Je ne voulais pas croire que j'aurais pu être responsable de ... ça.

Il ne voulait pas le dire, il ne voulait pas avouer que par sa faute, et celle de la bêtise incroyable de Sirius, il aurait pu tuer un être humain, un jeune homme de leur âge qui n'avait rien demandé, qui n'avait rien à se reprocher sinon d'être l'ennemi naturel de James et Sirius.
Plus conscient que jamais de ce qu'il aurait pu se produire, et surtout de la façon dont cela avait changé et fait basculer la vie de Severus, Remus, toujours assis sur le bord de son divan, le regard perdu dans le vide, se contenta de répéter deux fois ces quelques mots, qui changeaient complètement sa vision de sa cinquième année à Poudlard:

J'aurais pu te tuer...

Il avait le regard perdu dans le feu de cheminée qui mourrait tout doucement. Il commençait à frissonner. Il n'arrivait pas à croire que cela aurait pu prendre une tournure aussi tragique. James; Sirius et même Albus avaient toujours minimisé les faits, sans doute pour ne pas qu'il s'inquiète.
Maintenant il savait, enfin...
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptySam 28 Juil - 11:24

Severus était en colère, évidemment qu’il l’était, reparler de l’incident avec Rémus n’avait jamais fait partie des choses qu’il espérait faire avant de pouvoir enfin mourir. Mais plus qu’énervé, le maître des potions était surtout mortifié. Choqué d’en avoir autant dit sur lui-même et sur cette nuit là sous le coup de la colère, en quelques minutes il en avait plus dit sur sa scolarité que depuis sa sortie de Poudlard. Et il avait parlé de tout ça à quelqu’un qu’il avait toujours considéré comme un ennemi (à un moindre degré que Black certes, mais tout de même), à quelqu’un pour qui il avait perdu tout respect des années auparavant, à tort peut-être commençait-il à comprendre.

Severus continua à faire le tour de la pièce d’un pas furieux bien qu’il sentit sa colère s’apaiser rapidement pour faire place à de la peur. Il ne savait pas comment Lupin pourrait réagir, ni comment lui-même pourrait réagir à en juger par son discours. Il n’avait jamais été dans une position pareille et la peur de l’inconnu le prit au ventre. Heureusement pour lui, il avait encore assez de cervelle pour masquer son malaise derrière une façade de haine et de rancœur qui était devenue sa maison au fil des années.

Tu sais que je n'y étais pour rien pas vrai? Je leur ai laissé faire beaucoup de bêtises, beaucoup d'erreurs, mais jamais je ne leur aurait laissé faire si...

Le maître des potions s’arrêta net, assez choqué pour le faire abandonner sa ruse un instant. Est-ce que Rémus était en train de… de s’excuser ? De lui demander pardon ?

Si je n'avais pas été occupé ailleurs. Tu as raison, nous nous détestions, mais il n'avait pas le droit de faire ça, tout comme James n'avait pas le droit de... te traiter comme il le faisait.

Il fallait croire que oui, et les paroles du lycanthrope firent monter en lui une vague d’émotions qu’il eut bien du mal à trier. De la surprise, tout d’abord, qui s’effaça rapidement pour laisser place à une sorte de reconnaissance. Elle non plus ne dura pas plus de quelques secondes, la rancœur reprenant immédiatement le dessus.

Lupin s’était excusé et avait même reconnu que James était un véritable fils de Sombral (car il fallait bien l’admettre), et alors ? Ce qu’il disait aujourd’hui ne pouvait pas changer ce qu’il avait fait à l’époque, et Severus en avait sans doute trop souffert pour pouvoir pardonner l’attitude de Rémus pendant leur scolarité. Et pourtant, maintenant que Severus s’était un peu calmé, il se rendit compte que la rage qu’il attendait n’arrivait pas.

Rémus venait d’avouer que Sirius n’avait pas ressenti le besoin de s’excuser, et Severus s’en fichait presque, trop choqué par ce que Lupin avait dit ensuite pour y prêter beaucoup d’attention.

J'étais jeune, je suis un loup-garou, un animal sauvage Severus, tu me l'as assez souvent répété. Je n'ai jamais osé le leur reprocher. Je ne voulais pas croire que j'aurais pu être responsable de ... ça.

Severus tourna immédiatement le dos au lycanthrope, incapable de masquer le fait que son visage avait blanchi en l’espace d’une seconde. Oui, il avait souvent rappelé à Lupin sa condition, par vengeance plus que par véritable cruauté et ce que Rémus venait de dire l’aidait à comprendre certaines choses. Il en avait voulu aux maraudeurs pendant toute sa vie, mais il n’avait jamais eu le courage de se venger que contre Lupin, par facilité et parce qu’il savait que c’était ce qui risquait de faire le plus de mal à Black.

Il s’était acharné sur Lupin, à l’époque en prétendant être dégouté par sa nature, un dégoût qu’il pensait utiliser pour masquer sa peur. Mais aujourd’hui il commençait à comprendre quelque chose qu’il avait toujours refusé de voir. Il s’en était pris à Lupin justement parce qu’il avait été le seul maraudeur à être innocent dans l’histoire, c’était plus facile de lui en vouloir que d’admettre que le lycanthrope avait autant été la victime de cette blague que lui-même. C’était plus facile de le blâmer entièrement que d’admettre que Lupin n’avait jamais rien fait contre lui.

J'aurais pu te tuer...

Les derniers mots de Rémus résonnèrent dans sa tête et Severus s’en voulu de reconnaître le regret dans sa voix, et quelque chose qui ressemblait à du chagrin. Pire que cela, il ne comprenait que trop bien pourquoi Rémus avait cherché à oublier cette nuit là, pour la bonne et simple raison qu’il s’était retrouvé dans une situation similaire quelques années plus tard. Qu’il avait lui aussi causé beaucoup plus de mal qu’il ne s’en serait cru capable, sauf que Severus ne pouvait se cacher derrière aucune excuse pour justifier ses actes. Il n’avait que lui-même à blâmer, et le mal qu’il avait causé était bien réel, lui.

Lupin avait eu de la chance, et Severus se rendit compte que s’il avait pu présenter ses excuses à Lily aujourd’hui, il l’aurait fait sans la moindre hésitation. Il se serait roulé par terre, mais il savait bien que la jeune femme ne l’aurait jamais pardonné. Et c’est peut-être la douleur que fit venir cette idée qui poussa Severus à répondre.

« Ce n’est pas à toi que j’en ai voulu. » Il prit une profonde inspiration avant de poursuivre : « Cette nuit là n’était pas ta… »

Severus s’arrêta net lorsqu’il entendit le plancher grincer au dessus de sa tête et la panique le prit soudainement. Black était debout, et ses bruits de pas dans l’escalier ne pouvait indiquer qu’une seule chose : il allait bientôt les rejoindre. Severus fit volte face pour regarder Lupin et lui lança un regard noir, il ne pouvait pas se permettre que Black le trouve en train de parler de ses sentiments avec Lupin, il en entendrait parler jusqu’à sa mort (ou jusqu’à ce qu’il tue Black).

Il remarqua que le feu de la cheminée avait commencé à décliner et sortit sa baguette, le rallumant d’un coup de poignet avant de lancer un sourire mauvais au lycanthrope.

« Je ne te croyais tout de même pas assez lamentable pour ne plus être capable de raviver une flammèche, Lupin. Quelle déception. »

Il pouvait presque sentir la présence de Sirius dans son dos et pria de toutes ses forces pour que son ton soit convaincant. Mais après la discussion qu’il venait d’avoir avec le loup-garou, rien n’était moins sur.

« Il faudra peut-être t’entrainer un peu vu que Black est incapable de pratiquer la moindre sorte de magie pour t’aider. »

Il avait déjà fait mieux et il le savait, mais il aurait aussi pu faire pire. Il frissonna en imaginant Sirius les observer pendant leur discussion passée et remercia Merlin pour son ouïe bien développée.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black
SORCIER
Sirius Black

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 394
+ HOUSE POINTS : 427
Voir le profil de l'utilisateur

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyLun 30 Juil - 13:33

Imaginez un lion en cage. Très bien. Maintenant, imaginez Sirius Black coincé dans une maison. Pas n’importe laquelle, celle dans laquelle il a grandi, qui porte tous les souvenirs de son enfance désastreuse et des membres de sa famille qu’il déteste tant. A présent, ajoutez-lui la compagnie forcée de son elfe de maison dont le seul sentiment qui les lie est une haine mutuelle. Parfait, vous avez obtenu grossièrement un aperçu de l’enfer quotidien que subissait le Maraudeur. Irritable comme jamais, Sirius avait déployé mille efforts pour ne pas être trop désagréable avec son meilleur ami. Preuve en était, il avait même consenti à faire une partie d’échecs sorciers. Ses piètres talents de joueur tenaient plus à son impatience naturelle qu’à un manque de réflexions. Bref, les passages au QG des membres de l’Ordre se faisaient de plus en plus rares et l’animagus, à force d’isolement, se sentait inexorablement glisser vers la misanthropie. Néanmoins trop fier pour admettre que la présence de Rémus le réconfortait quelque peu, Sirius s’obstinait à être relativement désagréable pour traduire le mécontentement de son enfermement. Il avait certes fait fi de cette condition plus d’une fois, notamment pour éclaircir l’affaire Lestrange, mais il fallait rendre les choses crédibles en râlant. Et puis, toute cette histoire avec sa cousine l’effrayait réellement. Etait-il vraiment devenu fou ? Souvent, quand il réalisait avec effroi ce qui s’était passé Allée des Embrumes, l’horreur venait soulever son cœur en de violents hoquets. L’esprit obnubilé par sa cousine, le fils Black s’esquiva finalement et prétexta un coup de fatigue pour monter dans sa chambre s’isoler et réfléchir.

Allongé sur son lit, Sirius tenta de faire le point.

Il haïssait Bellatrix. Du plus profond de ses entrailles, une colère intarissable le secouait. Elle le rendait cinglé, lui volait tous les plaisirs de son existence d’une manière affreusement insidieuse. Premier point et pas des moindres, elle lui ôtait l’envie de la tuer. Sa quête frénétique contre les Mangemorts en prenait un sacré coup. Deuxième point, elle le forçait à s’isoler de son meilleur ami et à mentir quand il se plaignait d’être toujours seul ou en mauvaise compagnie. Torturé par la confusion totale de ses sentiments, le sorcier aurait aimé s’écraser la tête contre le mur pour en finir une bonne fois pour toute. Au lieu de ça, il se contenta d’envoyer un poing rageur contre le mur. La douleur du choc ne le calma pas du coup (bien au contraire) et Sirius s’énerva de plus belle. Des éclats de voix à l’étage attirèrent son attention. Avec une certaine délectation, l’Animagus reconnu la voix de Snape. Une lueur vengeresse s’anima dans le regard de l’ancien Gryffondor : Severus tombait à pic. Un punching-ball sur un plateau d’argent, c’était inespéré, exactement ce qui lui fallait. Il allait payer pour Bella, pour être bête, prétentieux, rancunier et pour avoir les cheveux gras.

« Il faudra peut-être t’entrainer un peu vu que Black est incapable de pratiquer la moindre sorte de magie pour t’aider. »

Lentement, Sirius descendit les escaliers. Les trois quarts de la conversation des deux sorciers ne lui avait pas échappé mais ce n’était pas présentement ce qui importait le plus. Non, le plus important, c’était de répondre en bonne et due forme à l’insulte que Snape venait de lui envoyer. Ensuite seulement, il aurait une discussion avec Rémus pour comprendre cette soudaine trêve envers l’ennemi. Il fallait reconnaître que le loup-garou avait toujours été le moins impliqué dans tous les tours que James et lui avaient pu jouer à Snape à Poudlard et que sa sagesse, de notoriété publique, l’empêchait certainement d’éprouver une quelconque forme de rancune. Pour Sirius, les choses étaient un peu différentes. Il ne pouvait se résoudre de faire confiance à Severus et il estimait qu’il avait quand même bien le droit de se défouler sur ce dernier à vue des circonstances.

Provocateur, Sirius stoppa sa marche à quelques mètres de Snape. Il avait autours du cou une écharpe qu’il n’avait pas quittée de la journée, utilisée pour masquer la marque que Bellatrix lui avait gentiment légué dans le cou.

- Vraiment, Snape ? Tu veux peut-être que je te montre de quoi je suis capable ?


Sa voix était glaciale et teintée d’insolence. Rogue avait frappé là où ça faisait mal : Sirius ne supportait vraiment pas savoir qu’il était inutile à l’Ordre et devait se cantonner au rang de pot de fleurs.

- A moins que tu ne préfères que l’on règle ça autrement…
proposa Sirius en sortant sa baguette de sa poche. Toutes les excuses seraient bonnes pour dérouiller cet abruti, magie ou pas magie. Rémus, tu meurs d’envie de faire du thé dans la cuisine, non ?

Sirius n’avait jamais été diplomate mais au moins le message était clair. La présence de son ami gênait pour deux raisons : le sorcier ne voulait pas replonger Lupin dans les années Poudlard qu’il venait de dépeindre avec Rogue et en plus, il l’empêcherait certainement de le frapper tant qu’il serait dans la même pièce.

_________________
Remus & Severus:Et si on devenait... amis? C_est_10

I'm old enough to know that a longer life isn't always a better one. In the end you just get tired. Tired of the struggle. Tired of losing everyone that matters to you. Tired of watching everything... turn to dust. If you live long enough, the only certainty left is that you will end up alone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyMar 31 Juil - 7:16


Et si on devenait... amis?
Ft. Remus & Severus
La discussion avait pris un tournant parfaitement inattendu. Lorsque Remus avait vu Severus dans l'entrebaillement de la porte, jamais il n'aurait imaginé que leur conversation se tranformerait en une espèce de jeu de confidences, et que Remus finirait presque par s'excuser pour le mal fait par le passé, même si au fond il n'y était pour rien. Il n'avait jamais eu assez de pouvoirs que pour empêcher James et Sirius de faire exactement ce qu'ils voulaient. Il ne leur en avait jamais voulu non plus, parce qu'il les aimait comme des frères et qu'ils étaient les deux seules personnes à l'avoir accepté exactement comme il était. Cependant, il avait toujours regretté la grave erreur commise par Sirius d'emmener Severus dans leur planque cette nuit-là.
Il y avait tout de même une très grande différence entre le fait d'ennuyer quelqu'un, de vouloir se moquer de lui, et le fait de l'emmener dans un endroit où la mort lui était assurée.
Remus n'avait jamais fait montre de sa colère à propos de ce sujet, bien trop effrayé à l'idée de perdre les seuls amis qu'il avait.
C'était donc un Remus complètement abasourdi, complètement épuisé par une telle conversation que l'on retrouvait sur le divan à cet instant. Il n'arrivait pas à croire, à imaginer un seul instant qu'il aurait pu le tuer, il aurait pu tuer Severus Rogue.
Bien sûr, il savait parfaitement que cette nuit avait bien failli tourner en tragédie, mais l'entendre de la bouche du principal concerné avait quelque chose de... différent. A aucun moment Remus ne s'était imaginé qu'il avait vécu les choses ainsi, que cette histoire vieille de vingt ans pouvait encore le mettre dans une telle colère.
Remus avait toujours pensé que le dégoût de Rogue pour sa personne ne venait que du fait qu'il était un Maraudeur, mais c'était en réalité beaucoup plus profond que ça. La blessure de l'époque était toujours bien présente.

Alors que Rogue venait de commencer à parler, lui dire que cette nuit-là n'était pas sa faute, il l'avait parfaitement compris, il s'arrêta brusquement. Une vague concentration de la part de Lupin lui fit comprendre que Sirius venait de se réveiller, et qu'il descendait les escaliers. La conversation allait prendre un autre tournant, sans nul doute.
Mais Lupin était toujours assis au bord du fauteuil. Il essayait tant bien que mal de retrouver ses esprits, mais sans grand succès, il fallait bien l'avouer.
Apprendre, se rendre compte après tant d'années que l'on avait bien failli tuer quelqu'un alors que l'on était qu'un adolescent devait avoir ce pouvoir sur les gens, les remuer au lus profond de leur être.
Une pique de Severus dans sa direction, juste pour éviter que Sirius ne sache qu'ils étaient dans un moment assez... compliqué, sentimental. Severus ne voulait certainement pas que Sirius sache qu'il s'était confié à un Maraudeur.
Contrairement à lui, son vieil ami n'était pas encore prêt à faire la paix avec leur ennemi commun. Lui ne le serait sans doute jamais.
Lorsque Remus entendit ensuite le mot "déception" sortir de la bouche de Severus, il leva son regard, un regard noir, empreint de tristesse, de colère envers lui-même, de dégoût envers lui-même et lui répondit simplement:

Sur toute la ligne...

C'est ce moment que choisit Sirius pour entrer dans la pièce. Moqueur, provocateur, parfaitement éveillé d'après ce qu'il pouvait voir, son meilleur ami était bien décidé à se jouer un petit peu de son vieil ennemi. Ces deux-là ne s'étaient jamais entendus, et il semblait bien que rien ne pourrait jamais changer cet état de fait.
Remus partageait son regard froid, fatigué et inquiet entre les deux hommes. Sirius s'était déjà rapproché, se plaçant à quelques pas à peine de Severus.
Remus baissa la tête, écoutant les menaces proférées par l'un et par l'autre. Ils ressemblaient vraiment à deux gamins qui se battaient dans la cour de récréation quand ils s'y mettaient.
Quand Sirius sortit sa baguette de sa poche, Remus su instantanément qu'il fallait arrêter la situation maintenant, avant que ça ne dégénère.

Sirius, ta baguette. Ce n'est ni l'endroit, ni le moment, tu ne crois pas?

Comme à chaque fois, Remus était le médiateur, celui qui empêchait Sirius de faire des âneries, et bien souvent, c'était pour l'empêcher de se battre avec Severus. C'était loin d'être la première fois qu'il essayait d'intervenir dans une dispute entre ces deux-là. Souvent, ils étaient interrompus par quelqu'un qui entrait au QG, ou simplement Sirius se calmait et Severus finissait par partir. Mais une fois n'étant pas coutume, les choses pouvaient très bien se passer autrement.
De plus, à l'origine, Remus était tout de même venu s'allonger dans le canapé parce qu'il était épuisé, que la pleine lune était passée depuis seulement deux jours et que chaque partie de son corps lui était encore douloureuse.
Puis Rogue était arrivé, ils avaient discuté et maintenant, le loup-garou se retrouvait à nouveau avec des douleurs particulièrement virulentes un peu partout.

Et si ça ne vous ennuie pas, vous connaissez très bien la date d'aujourd'hui tout les deux, et vous connaissez mon état. J'étais ici pour me reposer, je n'en ai pas vraiment eu l'occasion. Serait-il donc possible d'aller régler votre ... conflit, dans la cuisine?

Il lança un regard presque supplicateur dans la direction de Sirius. Il n'allait pas bien, et son état actuel n'avait probablement rien à voir avec la pleine lune. Sirius l'avait senti, il le connaissait trop bien. Remus avait besoin de calme, et bien que son meilleur soit chez lui, il avait certainement vu, sur son visage, qu'il était dans un état proche de la dépression en cet instant. Tout ce dont il avait besoin, c'était d'avaler les paroles de Rogue, et aussi de savoir qu'il n'était pas le monstre qu'il venait de se dépeindre dans son esprit.
Mais par précaution, il était resté assis sur le bord du fauteuil, attendant la décision que Sirius prendrait.
Remus perdit son regard dans le feu de cheminée ravivé quelques instants plus tôt par le Maître des cachots, incapable d'affronter ou l'un ou l'autre.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? EmptyDim 5 Aoû - 18:47

Severus pria de toutes ses forces pour que Black n’ai rien entendu de sa conversation avec Lupin, mais il avait peu d’espoir. Il s’était laissé emporté et avait haussé le ton, Black avait peut-être beaucoup de défauts mais l’âge ne l’avait pas rendu sourd. Il comprit la dernière remarque de Rémus avant que son ami n’entre dans la pièce mais resta silencieux. Il en avait trop dit déjà et il savait qu’il s’en voudrait un jour d’avoir été aussi honnête avec Lupin. La franchise n’avait jamais mené personne nulle part mais ce n’était pas le moment de s’en occuper pour l’instant car Black venait justement de faire son entrée.

Severus remarqua l’écharpe que Sirius portait autour du coup et fronça les sourcils l’espace d’un instant. Il ne se souvenait pas d’avoir déjà vu son ancien bourreau porter un tel accessoire mais peut-être que la présence de Lupin l’avait tellement féminisé qu’il ressentait désormais le besoin de porter des accessoires. Quelle que fut la réponse, Severus s’en moquait pas mal pour l’instant, trop occupé à foudroyer Sirius du regard pour l’empêcher d’approcher plus près qu’il ne l’était déjà. Severus ne pouvait jamais être trop loin de l’ancien Gryffondor et il se devait de prendre quelques précautions, au cas où Sirius soit contagieux.

L’ancien Maraudeur, toujours aussi brave (ou stupide, les deux lui convenaient selon Severus), ne perdit pas de temps avant de défier son ancien ennemi d’école. Snape était prêt à accepter le défi pour lui montrer que ses menaces n’impressionnaient plus personne mais Rémus répondit avant lui. Il était logique que Rémus attende que Severus puisse se défendre pour essayer d’empêcher son ami de s’attaquer à lui. Mais après leur conversation, il ne pouvait pas véritablement en vouloir au lycanthrope d’essayer de racheter ses erreurs passées. Essayer étant le mot le plus important dans son raisonnement.

Severus avait déjà commencé à attraper sa baguette dans la poche de sa robe lorsque Rémus leur demanda d’aller régler leur dispute ailleurs. Un réflexe plus défensif qu’autre chose puisque Severus n’avait aucune envie de se battre pour l’instant, la journée avait été longue et Rémus lui avait déjà fait perdre assez de temps comme cela, ce n’était pas la peine de donner l’occasion à Black d’en rajouter. Oui mais voilà, Severus n’avait jamais pu écouter les moqueries des maraudeurs et rester silencieux, il n’avait jamais pu le supporter et n’avait pas appris à le faire depuis leur sortie de l’école.

« Je ne suis pas sur que ce soit sage, Black. On m’a dit que tu étais incapable de lancer ne serait-ce qu’un sort de désarmement depuis ta sortie d’Azkaban. »

Severus n’avait rien entendu de tel mais un peu de provocation ne faisait jamais de mal, et Sirius avait commencé (oui, Severus était très mature parfois). Il fit un pas de côté pour contourner Black, sa main serrant sa baguette au travers du tissu de sa robe.

« On peut dire ce qu’on veut sur ta famille, Bellatrix a hérité de tout le talent pour la magie. » répliqua-t-il avant de se diriger vers la porte du salon, bien décidé à s’en aller maintenant que Black les avait rejoint. Les insultes n’étaient qu’un bonus. « Range ta baguette, Black, ou jette la dans l’âtre de la cheminée. Je crois que ton pauvre ami commence à avoir froid, et elle ne te servira plus à rien de toute manière. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty
MessageSujet: Re: Remus & Severus:Et si on devenait... amis?   Remus & Severus:Et si on devenait... amis? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Remus & Severus:Et si on devenait... amis?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Remus & Severus:Et si on devenait... amis?
» Les aventures d' Albus Severus Potter et de ses amis
» Un truc pour nos amis les chats.
» Les vrais amis
» diorama : de très vieux amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Les habitations :: Londres-