Partagez | .
 

 There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Remus J. Lupin
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 210
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 346
+ LOCALISATION : London
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Ven 23 Jan - 18:51

Il ne voulait pas qu'elle se sente obligée de rester en sa compagnie. Aussi lui dit-il qu‘elle pouvait partir, si elle le souhaitait. Après tout, il n’y avait pas besoin d’être deux pour surveiller… si ? Il préférait bien sûr qu’elle reste. Il pourrait lui parler, la contempler encore un peu, observer les traits de son visage… Mais il se doutait qu’il n’était pas d’une compagnie très agréable, et qu’elle devait s’ennuyer un peu. Cela faisait déjà un moment qu’ils étaient là, et elle devait en avoir assez. Et puis, si elle rentrait, il la saurait en sûreté. Tandis que là, il y avait toujours un petit risque qu’ils soient découverts et qu’il lui arrive quelque chose… Il ne voulait même pas l’imaginer. Il se sentait déjà prêt à la protéger au prix de sa vie.

Sa réponse fut directe, et le surpris. Comme si elle souhaitait vraiment rester. Il lui adressa un timide sourire, content qu’elle décide de rester. « J’suis bien là. », disait-elle. Lui aussi, il était bien, là. Avec elle. Ce n’était sans doute pas ce qu’elle avait voulu dire, mais il en était content. Elle ne semblait pas être agacée de sa présence. Si ça avait été le cas, elle aurait sauté sur l’occasion de partir, non ? Et la façon dont elle avait répondu précipitamment… Peut-être l’appréciait-elle un peu, finalement. Il avait tellement peur qu’elle ne l’aime pas, qu’elle le trouve ennuyeux, barbant… Il avait envie de lui plaire. Il avait toujours envie de plaire aux gens, de se sentir accepté… C’était donc normal que cela lui fasse également ça avec Nymphadora. Même si celle-ci n’était pas au courant de sa lycanthropie. C’était comme pour d’autres, il voulait simplement qu’elle l’apprécie un peu, et qu’elle lui parle comme… comme un ami. Oui, à un ami, rien de plus ni de moins. N’est-ce pas ?

- Comme tu veux. Mais si jamais tu en as assez, tu peux rentrer. Je comprendrai.

Il comprendrait qu’elle soit fatiguée, ou qu’elle en ait marre de sa compagnie. Qu’elle s’ennuie, et qu’elle le trouve ennuyeux. Qu’elle souhaite rejoindre quelqu’un… Un ami. Enfin, un ami moins ennuyeux que lui, puisqu’elle semblait malgré tout le considérer comme un ami – idée qui lui réchauffait le cœur. Être l’ami de Nymphadora… C’était déjà inestimable. Il ne comprenait même pas pourquoi elle faisait l’effort de lui parler alors qu’elle devait le trouver vieux et inintéressant. Enfin, peut-être pas… Après tout, elle s’était confiée tout à l’heure. Remus avait remarqué cette tendance des gens qui l’entouraient, à se confier à lui. Peut-être parce qu’il était silencieux et les écoutait. Il pouvait être une oreille attentive, oui. Il était rare qu’il ne soit pas attentionné envers quelqu’un, qu’il ne l’écoute pas. Lui-même ne prenait la parole que pour dire des choses qui lui semblaient intéressantes, mais cela ne l’avait jamais dérangé d’écouter les autres. À Poudlard, lorsque Sirius n’en pouvait plus d’entendre James lui rabâcher les oreilles avec Lily, Remus prenait souvent la relève. Et lorsque le couple se disputait, il avait le droit aux plaintes des deux, étant donné qu’ils faisaient tous les deux partie de ses meilleurs amis. Cette période lui manquait… Il était vraiment heureux à l’époque. Il était encore insouciant. Du moins, comparé à aujourd’hui.

Nymphadora le sortit une fois de plus de ses pensées. Il sourit à sa remarque, et un frisson le parcourut à son rire. Il aimait ce son… Son cœur sembla rater un battement.

- Si besoin, je t’emmènerai à l’hôpital. Mais mieux vaut éviter, oui.

Il profita du fait qu’elle ne le regarde pas pour la contempler ouvertement, sans aucune gêne. Avec son visage en forme de cœur, sa peau claire et ses yeux sombres mais brillants, il la trouvait magnifique. Elle avait un menton volontaire qui montrait bien son caractère, et des cheveux dont la couleur exprimait son extravagance. Sauf ce soir, puisqu’ils étaient en mission et devaient se faire discrets. Il se demandait à quoi elle ressemblerait sans son don de métamorphomage. Connaissant ses parents, elle aurait peut-être les cheveux bruns… Ressemblerait-elle davantage à son père ou sa mère ?

Il la vit frissonner de froid, et remonter sa cape sur son cou. Inquiet, il hésita à enlever la sienne pour la lui donner. Lui-même tremblait de froid, mais c’était tous les jours. Ses vêtements n’étaient pas assez chauds. Mais s’il donnait sa cape à Nymphadora, peut-être n’aurait-elle plus froid, elle… Mais en voudrait-elle seulement ? Il manqua le lui demander, mais elle brisa le long silence qui s’était installé, pour lui demander s’il s’était déjà senti stupide en présence de quelqu’un. Son ton était détaché, mais il se demanda s’il y avait quelque chose derrière cette question. Aussi mit-il un moment à répondre, bien que la réponse soit évidente.

- Oui, bien sûr. Ca nous arrive tous un jour. Pourquoi ?

Son regard, posé sur elle, était doux. Il était intrigué par cette question étrange. Cela lui était arrivé très souvent, de se sentir idiot en présence d’une personne. Lorsqu’il s’était aperçu que ses amis étaient au courant depuis bien longtemps pour sa lycanthropie qu’il mettait pourtant toute son ardeur à cacher. Lorsqu’il avait réalisé que Sirius était innocent, quand Harry lui avait dit voir Peter Pettigrow sur la carte… Il s’était senti tellement bête, après. Tellement stupide, lorsqu’il avait ensuite retrouvé son meilleur ami. Cela lui était arrivé un bon nombre de fois, oui. Dumbledore était fort, également, pour le faire se sentir stupide. Cet homme était tellement intelligent… À croire qu’il savait tout, qu’il devinait même parfois l’avenir. Il semblait lire dans les gens avec facilité. Du moins avait-il su le percer à jour.

Remarquant que Nymphadora continuait de temps à autre à frissonner, il lui demanda, inquiet :

- Tu as froid… ?

La jeune femme semblait garder le regard rivé sur l’entrepôt, ce qui lui laissait tout le loisir de continuer à l’observer.

_________________


Mischief Managed ~ She deserves better.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8860
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9227
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Sam 24 Jan - 22:52

En avoir assez ? Elle pouvait s'en aller si elle en avait assez qu'il lui avait dit. La jeune femme se retint de justesse d'éclater nerveusement de rire.  Oh, non, ça alors, elle n'en aurait jamais assez. Il lui semblait que jamais elle ne se lasserait d'être à ses côtés. Sans forcément lui parler mais simplement à ses côtés. Non, elle ne savait pas comment un jour elle pourrait simplement se lasser de sa présence qui avait pour elle quelque chose de rassurant. En clair, chaque fois qu'elle était là près de lui, elle n'avait peur de rien, sentait qu'elle ne risquait rien et ce n'était rien encore par rapport à ce qu'elle ressentait lorsqu'elle croisait son regard si doux, si chaleureux... Il y avait une force en lui qu'elle ne savait déterminer, et en même temps une fragilité qu'elle ne pouvait non plus déterminer. Elle lui donnait l'envie irrésistible de l'enlacer et de le garder contre elle aussi longtemps qu'elle le pouvait. Quand il était près d'elle, plus rien d'autre n'existait.

« Non mais vraiment, je tiens à rester. » insista t-elle encore une nouvelle fois. « Partenaires jusqu'au bout. » ajouta t-elle avec un clin d'oeil à son adresse.

… Et puis, elle avait encore tant de choses à apprendre sur lui bien qu'il ne soit pas des plus bavards ! Néanmoins, elle était convaincue d'une chose, il était bien plus intéressant qu'il ne voulait le faire croire ou même qu'il ne le pensait lui-même. Il semblait également très sensible au regard qu'avaient les gens sur lui et prêt aussi à se dévaloriser facilement. A plusieurs reprises, elle avait remarqué combien il s'effaçait pour laisser la place à quelqu'un d'autre, combien de fois il s'enfonait dans l'ombre au profit de quelqu'un d'autre. Au Square Grimmaurd, elle le voyait souvent se reculer seul dans son coin à lire les dernières nouvelles de la gazette... Et chose plus qu'étrange aussi, elle avait remarqué ses fréquentes absences – au moins une fois par mois. Les membres de l'Ordre lui disait qu'il partait dans ces moments-là en mission ou même qu'il était malade, mais le professeur Rogue avait de drôles remarques d'ironie à ce sujet-là et Tonks s'interrogeait. Cela semblait être en tous cas un sujet délicat puisque personne ne semblait bien à l'aise en en parlant. A part Rogue qui semblait trouver cela particulièrement amusant. Il ne lui avait pas fallu bien longtemps pour que Tonks comprenne qu'entre lui et Remus, ce n'était pas les grands amours.

Elle lui avait dit espérer ne pas faire sa maladroite de nouveau et bien entendu, toujours prévenant des autres, il lui avait répondu qu'au besoin il l'emmènerait à l'hôpital. Insouciant du fait qu'il l'observait en ce moment même sans aucune gène, la jeune femme gardait son attention fixés sur l'entrepôt à la recherche du moindre mouvement. C'était plus facile ainsi de garder sa concentration. Si elle tournait la tête pile maintenant, un autre moment de gêne et d'embarras s'ensuivrait et elle ne pouvait prévoir ce qui se passerait vraiment. La seule pensée de tourner la tête vers lui, croiser son regard et se perdre tout simplement dans ses yeux faisait battre son cœur à la chamade. Néanmoins, elle ne devait pas y succomber, elle ne devait pas...

En attendant, elle attendait toujours la réponse à sa question – à savoir s'il s'était déjà sentit stupide en présence de quelqu'un, mais vraiment stupide. La réponse qu'il lui fit, après un long moment de silence qu'elle n'osa interrompre, lui fit se poser encore plus de questions qu'auparavant. Fronçant les sourcils, elle tourna la tête brusquement vers lui, laissant échapper un « Vraiment ? Ça t'ait arrivé ? Quand ça ? » fit-elle, soudainement intéressée avant de reporter rapidement son regard sur l'entrepôt. Elle ne sentait même plus le froid s'infiltrer sous sa cape et la faire frissonner tellement son cerveau s'était mis à tourbillonner par le flot de questions que la réponse de Remus avait fait naître. Il s'était déjà sentit stupide en présence de quelqu'un ?  En présence de qui Remus Lupin pouvait-il bien s'être sentit stupide ? Lui qu'elle voyait si intelligent, si parfait, et qui semblait si en contrôle de ses émotions en tous instants...

La jeune femme fut ramenée à la réalité lorsque son partenaire lui demanda si elle avait froid et elle réalisa alors qu'elle frissonnait par moments. « Il fait un peu frais en effet... Mais ça va t'inquiète ! » Elle le sentait presque capable de retirer sa cape pour la lui donner si jamais elle avait froid et ça, elle ne voulait pas. Déjà que ses vêtements ne semblaient pas des plus épais, alors elle ne voulait assurément pas le priver de sa cape. Une idée lui vint alors soudain et ce fut avec un léger rire qu'elle dit : « Bien sûr, on aurait plus chaud si on se resserrait un peu. » La chaleur humaine les tiendrait bien au chaud. Il fallait faire avec ce qu'on avait sous la main, n'est-ce pas ? « J'accepterai avec plaisir de partager ta cape ! » fit-elle en se sentant soudainement et bizarrement un peu plus téméraire. Elle avait bien dit 'partager'. Des amis pouvaient bien partager leurs vêtements de temps en temps et se tenir chaud quand la température était plutôt fraîche. Ça servait à ça les amis !

Oui, ça servait à ça… Enfin, seulement dans tes rêves Tonks.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remus J. Lupin
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 210
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 346
+ LOCALISATION : London
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Dim 25 Jan - 22:34

Il acquiesça lorsqu’elle insista, et en fut rassuré. Une étrange chaleur sembla se répandre en lui. « Partenaires jusqu’au bout », oui. Il ne demandait que ça ! Son clin d’œil le fit sourire. Il aimait lorsqu’elle se montrait si complice avec lui. Comme s’ils étaient de très bons amis. Elle le traitait de façon normale, et il adorait ça. Il adorait la voir plaisanter, lui sourire, agir en amie avec lui. Sa question l’étonna cependant. Bien sûr, qu’il s’était déjà senti stupide en présence de quelqu’un. Plus d’une fois, d’ailleurs ! Il lui demanda pourquoi elle posait cette question, mais elle n’y répondit pas. À la place, elle lui demanda davantage de précisions. Un léger frisson le parcourut lorsque son regard croisa le sien. Il resta cependant impassible. Son regard était doux et posé sur elle, mais en dehors de cela, son visage n’exprimait aucune expression en particulier. Il était neutre. Remus avait toujours été très doué pour cacher ses émotions. Pour les refouler aussi, d’ailleurs… Que ressentait-il exactement, là ? Cette chaleur dans son ventre, d’où venait-elle ? Il n’avait pourtant pas bu d’alcool. Il chassa ces pensées pour se concentrer sur la question de la jeune métamorphomage, qui attendait une réponse.

Le problème, c’était que cela lui était arrivé très souvent. C’était pourquoi il trouvait la question de Nymphadora un peu étrange. Peut-être l’avait-il mal comprise ? Il se demandait en tout cas pourquoi elle lui demandait ça. Il tenta donc de faire un peu d’humour, pour lui montrer qu’il en était capable.

- Eh bien par exemple, à chaque fois que je me retrouve avec Dumbledore. Cet homme est un génie…

Il esquissa un sourire en coin. Ne voulant cependant pas prendre sa question à la dérision, il ajouta :

- Plus sérieusement… eh bien par exemple, lorsque j’ai réalisé que Sirius était innocent, que c’était Peter le traître… Je me suis senti plus que stupide, face à eux.

Il fronça légèrement les sourcils. Ce n’était pas très joyeux. Mais c’était le premier souvenir qui lui venait en tête, en ce qui concernait la sensation de se sentir stupide en présence de quelqu’un. Enfin… il y avait aussi… Parfois, lorsqu’il était avec elle, il se sentait vraiment stupide. À ne pouvoir s’empêcher de la regarder, à ne pas pouvoir détourner son regard du sien, à le chercher. À aimer le moindre contact avec elle. À répondre un peu trop précipitamment, à se comporter comme un adolescent amoureux. Il se sentait ridicule. D’autant plus que ce n’était pas vraiment de l’amour. Pas du tout, même ! C’était juste… une attirance physique. Nymphadora était une très belle femme, et il n’était pas indifférent à son charme. C’était horrible, étant donné la différence d’âge entre eux… Il se dégoûtait de se sentir ainsi attiré par elle. Mais tant qu’elle ne restait qu’un fantasme, et qu’elle ne connaissait pas ses pensées… tout allait bien. Il avait peur parfois, qu’elle puisse lire sur son visage son attirance pour elle. Il en avait honte. Elle était l’une des rares personnes à lui faire perdre un peu ses moyens. Juste un peu. Mais c’était déjà beaucoup trop, pour lui…

Inquiet de la voir frissonner de froid, il lui posa la question. Il profitait qu’elle continue de regarder l’entrepôt pour continuer à la contempler. Elle était si belle… et elle avait froid. Elle venait de le confirmer. Il hésita à retirer sa cape pour la lui donner, n’était pas sûr qu’elle en voudrait… Il allait le lui proposer lorsqu’elle rajouta en riant qu’ils auraient plus chaud si ils se resserraient un peu. Il se sentit rougir et se maudit. Détournant un instant le visage pour qu’elle ne le remarque pas, il l’entendit alors ajouter qu’elle partagerait avec plaisir sa cape. Il posa à nouveau le regard sur elle. Qu’entendait-elle par « partager » ? Est-ce qu’elle voulait… qu’il la prenne contre lui ? Pour que sa cape puisse la couvrir aussi… ? Non, certainement pas. L’idée le ravissait vraiment, il en rêvait. Mais il délirait complètement. Ce n’était pas ce qu’elle avait voulu dire… elle lui demandait simplement s’il accepterait de lui passer sa cape. De la partager avec elle, et elle la lui rendrait ensuite. C’était cela qu’elle entendait par « partager ». Parce qu’elle avait froid. Il acquiesça donc, un fin sourire sur les lèvres, le regard doux, et dénoua sa cape pour la retirer.

- J’allais te le proposer, répondit-il.

Il s’approcha davantage d’elle, timidement, et posa sa cape rapiécée sur ses épaules. Du fait de la proximité, son parfum lui envahit les sens et il prit exprès son temps pour en profiter une seconde de plus. Elle sentait vraiment bon… était-ce son parfum ou son odeur naturelle ? Dans les deux cas, c’était une odeur envoûtante. « Son » odeur.

Les joues de nouveau rouges, il s’écarta d’elle, tentant de reprendre contenance. Cela l’avait troublé. Il était vraiment ridicule de réagir de façon aussi excessive… Il fallait vraiment qu’il se reprenne. Lui qui était pourtant connu pour son flegme légendaire ! Par Merlin, mais que lui arrivait-il ? Pourquoi fallait-il qu’elle lui fasse autant d’effet ? Il aurait pu être son père ! C’était vrai malsain de sa part… Il fallait absolument qu’il se reprenne en main, qu’il retrouve son calme et des pensées correctes. Et que son cœur cesse de battre aussi vite lorsqu’il se trouvait à proximité d’elle. Il lui battait tellement aux oreilles qu’il avait l’impression qu’elle allait finir par l’entendre.

_________________


Mischief Managed ~ She deserves better.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8860
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9227
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Lun 26 Jan - 18:31

La jeune femme se vit hocher légèrement la tête devant la réponse de Remus qui lui avoua se sentir stupide parfois quand il se retrouvait avec Dumbledore. Là, il n'y avait pas à le contredire car à vrai dire, qui ne se sentirait pas stupide en se retrouvant dans la même pièce que Dumbledore ? Il était si intelligent et si puissant – le seul sorcier qui faisait vraiment peur à Vous-savez-Qui quand même ce n'était pas rien – n'importe qui se sentirait stupide en sa présence. Alors si Remus se sentait stupide devant lui, que donc irait dire Nymphadora sur le sujet...  Déjà qu'elle se sentait stupide en se trouvant avec Remus, alors imaginez quand elle se trouvait dans la même pièce que Dumbledore... Mais en même temps, il y avait quelque chose de si bienveillant chez le vieux mage qu'il vous mettait facilement à l'aise. Un peu comme un vieux grand-père à l'écoute de ses petits-enfants... Cela pouvait rendre confuse. Tonks avait pensé ainsi depuis sa toute sa première année à Poudlard.

Par contre, elle fut surprise qu'il se soit sentit stupide en apprenant que Sirius était innocent, que Peter était le traître... A ses mots, la jeune Métamorphomage tourna les yeux vers lui pour l'observer un instant. Il avait beau se blâmer, ce n'était pas forcément sa faute. Il n'avait pas de raisons de se sentir stupide : Peter avait trompé tout le monde. Pas que lui. Tout le monde avait pensé que Sirius avait tué Peter... Pourtant,  si elle ne se trompait pas, Remus avait été leur ami, cela était sûrement la raison pour laquelle il se blâmait davantage pour ne pas avoir reconnu le vrai coupable. Nymphadora aurait voulu poser une main sur son bras pour l'apaiser, mais à la dernière seconde s'en retint... Ce n'était peut-être pas une bonne idée. Elle répondit néanmoins doucement :

« Tout le monde le croyait coupable. Peter Pettigrow en a trompé des centaines par son stratagème. » Après une légère pause, elle finit par ajouter tout en se remémorant cette période... « A l'époque, j'avais 7 ans, j'avais encore l'image d'un cousin super génial qui m'faisait sauter sur ses épaules chaque fois qu'il venait rendre visite à ma mère... Et j'avoue n'avoir pas compris pourquoi brusquement il avait arrêté. Souvent, on m'a trouvée sur le pas de la porte assise sur les marches extérieur à l'attendre. Pour me déplacer de là, il fallait que ma mère doive me porter jusqu'à ma chambre car je refusais de bouger jusqu'à ce que je le vois arriver. J'étais certaine qu'il finirait par venir. » Elle avait beaucoup de facilité finalement, beaucoup trop, à se confier en Remus. Elle n'avait encore jamais parlé de cela à personne auparavant ; c'était ça qui la surprenait un peu ! Il y avait des gens en qui on pouvait parler sans craindre qu'ils se moquent, ou qui vous donnait vraiment l'impression de vous écouter et ça c'était important. Remus faisait partie de ces personnes-là.

Puis, elle posa brièvement une main sur le bras de Remus tout en ajoutant : « Ça a dû être vraiment difficile à cette période pour toi. »  fit-elle avec une émotion non dissimulée. Contrairement à Remus qui  pouvait très bien cacher son émotion, ce n'était pas dans la nature de Tonks donc son visage reflétait toujours chaque émotion qui l'envahissait et quand son visage n'exprimait rien, son don de métamorhomagie la trahissait de toutes façons donc d'une façon ou d'une façon elle était incapable de dissimuler ce qu'elle ressentait. Elle était juste vraie à elle-même et envers les autres. Il n'y avait aucune peur à avoir de toutes façons. Ressentir était humain.

Elle retira pourtant bien vite sa main, sentant bien vite le trouble qui avait envahit son compagnons et détournant la tête elle se concentra sur l'entrepôt qu'ils surveillaient. Cependant, le souvenir de sa paume sur le bras de Remus était toujours ancré dans sa mémoire ainsi que ce long frisson dont elle s'était sentie envahie à ce contact. Quelques minutes plus tard, il lui proposait sa cape et ce fut avec une grosse déception au creux de l'estomac et une boule dans la gorge qu'elle le vit du coin de l'oeil retirer sa cape pour la mettre sur ses épaules. La jeune femme sentit alors très contrariée car ce n'était pas tout à fait ce à quoi elle s'était attendue. Pas du tout même à vrai dire. Avait-il fait exprès de ne pas comprendre ?

« Dis-moi, visiblement on n'a pas la même notion du mot 'partager', n'est-ce pas ? » Son visage se faisait rieur bien que le fixant un moment avec sérieux. « N'attrape donc pas froid juste pour moi, je suis sûre que ta cape est suffisamment grande pour nous contenir tous les deux. » Pour sûr, elle avait l'impression de nager dedans tellement elle était trop grande pour elle. Sur ces mots, elle ouvrit un pan de la cape pour la poser elle-même sur l'épaule de Remus. « Tatata, je ne veux aucune objections. » fit-elle alors qu'elle le voyait ouvrir la bouche pour répliquer quelque chose.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remus J. Lupin
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 210
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 346
+ LOCALISATION : London
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Mer 28 Jan - 1:02

Peter Pettigrow les avait tous trompés, oui. Remus était cependant certain que James n’aurait jamais douté de Sirius, lui. Qu’il aurait eu confiance en lui jusqu’au bout. Il aurait dû en être pour lui. Au fond de lui, il n’avait jamais réussi à le croire complètement. Pendant toutes ces années, il avait cherché à comprendre cette tragédie, à comprendre pourquoi et comment Sirius aurait pu faire cela. Comment lui, qui haïssait sa famille et les idées qu’elle transmettait, aurait pu se retrouver de ce côté-là. Il n’avait jamais compris… et il aurait dû savoir que son ami n’aurait jamais pu faire cela. Qu’il aurait préféré mourir plutôt que des les trahir. Il se souvenait de cette nuit dans la cabane hurlante. « J’aurais préféré plutôt que de les trahir ! », avait-il crié. Parce que Sirius avait toujours été un ami fidèle et courageux. Il se souvenait de cette nuit également, beaucoup plus lointaine, où il avait amené Severus dans la Cabane Hurlante. Remus lui en avait énormément voulu, l’avait vécu comme une trahison de sa confiance. Il avait mis du temps à lui pardonner, et le pauvre Padfoot avait eu le droit à un Remus en colère. Un Remus rare mais terrifiant. Par la suite, son ami lui avait promis de ne plus jamais recommencer, et le blesser ainsi. C’était arrivé… mais il n’en était pour rien. Pettigrow était le coupable. Le cœur serré de douleur en songeant à toutes ces années de solitude, il écouta Nymphadora tenter de le rassurer, et lui raconter une anecdote. Enfant, elle avait continué à attendre Sirius, persuadé qu’il allait venir. Sirius qui avait été emprisonné à Azkaban pour une trahison qu’il n’avait pas commise… Comment avait-il fait pour supporter tout cela ? Nombre de fois il avait voulu venir le voir, demander un parloir. Il avait de nombreuses fois manqué de le faire… mais il s’était toujours trouvé une bonne excuse. Que Sirius ne méritait pas qu’il lui parle. Que de toute façon, étant donné qu’il était un lycanthrope, cela aurait pris un temps fou, et on aurait sans doute fini par le lui refuser. Il aurait certes pu demander à Dumbledore, mais pour être tout à fait honnête, il ne s’était pas senti capable de faire face à Sirius. Lui aurait-il ri au nez ? Était-ce ce qu’il avait pensé qu’il ferait, à l’époque ? Il avait eu peur, en tout cas. L’aurait-il cru, si Sirius lui avait dit qu’il était innocent ? Il ne savait pas… Au début, non. Il était aveuglé par la douleur, et croyait Pettigrow mort. Peter vivant, ça changeait tout. Sirius pouvait être innocent. Il y avait songé, à cela. Au fait que James et Lily avaient pu changer de gardien du secret. Après tout, peut-être ne lui faisaient ils pas suffisamment confiance… Il avait beau être un homme, et leur ami, il restait un lycanthrope. Et ils avaient presque tous rallié Voldemort, à l’époque. Il pouvait comprendre qu’ils n’aient pas confiance en lui, d’autant plus qu’il y avait un traître parmi eux et qu’on ne savait pas de qui il s’agissait… Mais croyant Pettigrow mort, cette théorie n’était pas possible. Pourtant il l’aurait préféré… Peter avait toujours fait partie de ses amis, mais il s’était toujours senti plus proche de Sirius et Lily. Le cœur serré, Remus songea aux choses qui auraient pu être différents. Sirius et lui se seraient aidés, soutenus, et reconstruits ensemble…

Le contact de la main de Nymphadora sur son bras le fit relever les yeux vers elle et lui procura un frisson, du fait du manque d’épaisseur de ses vêtements. Il lui jeta un regard surpris… avant qu’un éclat de douleur passe dans ses yeux, à ses paroles. Il détourna rapidement le regard pour cacher au mieux sa tristesse intérieure. Oui, ça avait été une période difficile. La pire de sa vie… Pire que tout ce qu’il avait pu vivre, et pourtant, sa vie était loin d’avoir été rose. Mais ces années… surtout les premières… Il avait fini par se reconstruire un peu, avec le temps. Il restait cependant un homme brisé à l’intérieur, et cela se voyait un peu sur lui, à ses quelques cheveux gris, à son visage fatigué et à ses vêtements miteux…

Submergé par les émotions, il se contenta d’acquiescer et répondre avec difficulté :

- Oui.

Sa voix était rauque, et il déglutit avec difficulté. Un silence suivit ce moment, et ce n’est qu’en la voyant frissonner à nouveau qu’il reprit la parole, ayant retrouvé son calme, lui demandant si elle avait froid. Par la suite, lorsqu’elle proposa qu’il partage sa cape, il la retira pour la lui donner, dans un acte de générosité, d’altruisme. Avec ou sans, de toute façon, il avait froid lui. Il lui jeta cependant un regard d’incompréhension, lorsqu’elle souligna qu’ils n’avaient pas la même notion de « partager ». Perplexe, il attendit qu’elle éclaircisse son propos, ne comprenant pas ce qu’il avait fait de mal. Elle ne voulait pas de sa cape ? Il fronça légèrement les sourcils, attristé, bien que Nymphadora affichait un visage rieur… et pourtant sérieux. Elle ajouta alors qu’il ne devait pas attraper froid pour elle, et que sa cape était suffisamment grande pour eux deux. Un « Oh… » se forma sur ses lèvres, alors que l’idée faisait à nouveau son chemin jusqu’à son cerveau. Par « partager », elle voulait donc vraiment dire… « partager ». Il se sentit piquer un fard, à l’idée d’un tel rapprochement. Rapprochement qu’elle entreprit, posant un pan de cape sur son épaule, et se collant pour ce faire à lui. Le cœur battant à mille à l’heure, il ouvrit la bouche pour protester et refuser poliment, mentir en disant qu’il n’avait pas froid, mais elle l’interrompit, disant qu’elle ne voulait aucune objections. À croire qu’elle commençait à le connaître un peu. Il n’eut pas la force de protester, aimant trop l’avoir contre lui. De toute façon, il ne faisait rien de mal… Ils n’étaient que deux collègues et amis en mission, qui cherchaient à se réchauffer un peu. Avec une cape, bien entendu ! Rien d’autre.

- Merci, murmura t'il.

Déglutissant à nouveau avec difficulté, plus que troublé par cette proximité, il se permit alors une folie : il se rapprocha d’elle, calant mieux la cape sur eux. Il sentit son bras se coller au sien, et un frisson le parcourir le long de sa colonne vertébrale. Il aurait voulu la prendre contre lui… la serrer dans ses bras. Approcher son visage du sien et…

Non. Non, il ne pouvait pas penser ça ! Nymphadora n’était qu’une… une collège. Peut-être une amie… Pas plus. Rien de plus ! Elle était bien trop jeune, il ne pouvait pas se le permettre. C’était malsain… Il « était » malsain. Sans doute ressentait-il cette attirance parce qu’il ne l’avait pas fait depuis un moment. Le loup en lui était frustré… l’homme lui-même l’était, pour ne rien arranger. Il allait falloir qu’il assouvisse ses besoins… comme un vulgaire animal. Mais si cela pouvait permettre qu’il n’ait plus ce genre de pensées déplacées sur Nymphadora, alors ça devenait vraiment nécessaire. C’était de toute façon la seule chose qu’il pouvait s’offrir. Une nuit avec une inconnue rencontrée par hasard dans un bar. Rien de plus… C’était pathétique. Il était de toute façon pathétique, et sa vie l’était. Mais c’était ainsi, et il ne pouvait rien y changer. Il était un lycanthrope, et aucune femme ne voudrait être un loup-garou – et avec raison. Il était voué à une vie de solitaire. Il avait fait une croix dessus depuis longtemps, et il le savait. Et pourtant… pourtant, il n’arrêtait pas de revenir dessus… Parfois, il s’imaginait ce qu’aurait été sa vie s’il n’avait pas été un loup. Tant de choses auraient été différentes, il en était certain. Mais cela ne servait à rien de se faire du mal ainsi. Ce qui était fait était fait, et la lycanthropie, même s’il ne l’avait jamais vraiment acceptée, faisait pourtant aujourd’hui partie intégrante de lui. Elle contribuait également à faire de lui l’homme qu’il était devenu. Mais quel homme…

Perdu dans ses pensées, il regardait de nouveau l'entrepôt, mais sans vraiment le voir, restant silencieux.

_________________


Mischief Managed ~ She deserves better.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8860
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9227
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Jeu 29 Jan - 15:32

Pensive, la jeune femme était demeurée un instant. Oh oui, elle avait bien vu que Remus était quelqu'un qui avait beaucoup souffert dans sa vie et sachant qu'il était amie avec Sirius – et donc avec James et Lily aussi – il se doutait ô combien la vie n'avait pas été facile pour lui à l'époque où il les avaient perdus... Perdu quasiment en même temps qui plus est. En premier, James et Lily, assassinés tous les deux par Voldemort, puis Sirius qui avait été emprisonné peu après. Il s'était retrouvé tout seul... Même s'il n'était pas du genre à se confier, elle pouvait aisément lire dans son regard la douleur de ce qu'il avait vécu. De plus, son « oui » prononcé d'une voix rauque et envahi par l'émotion fut suffisant pour le lui faire comprendre. Il n'avait pas d'en dire plus. Un simple « oui » suffisant pour lui resserrer de cœur douloureusement.  

Alors qu'elle voyait tout cela, une douleur grandissait dans son estomac. Elle aurait aimé pouvoir faire plus que de poser une main sur son bras en signe d'apaisement. Elle aurait aimé draper ses bras autour de lui et le protéger de tout cela le plus longtemps possible... Oui, vous avez bien compris. Même si elle n'était qu'un petit bout de femme bien plus jeune que lui penserait-il... D'ailleurs, c'était probablement ce qu'il penserait. Il devrait penser, que du fait de son âge, elle ne pourrait pas comprendre. Elle était trop jeune, trop « volatile »... Pourtant, du haut de ses vingt-trois ans, elle était Auror et en plus de cela s'était engagée dans l'Ordre du Phénix, était prête à combattre le mal sous toutes ses formes et à sauver des innocents. Si quelqu'un d'aussi jeune ne pouvait rien comprendre, elle n'aurait pas décidée de s'engager autant. Elle savait reconnaître le mal, et le bien quand elle le voyait tout comme elle savait reconnaître la souffrance dans les yeux de quelqu'un. Elle aimait aimé pouvoir faire plus que ce simple geste d'affection pour lui montrer qu'elle était là. Le serrer dans ses bras pour lui faire oublier les douleurs passées, glisser une main dans ses cheveux ou sur sa jour juste pour lui montrer qu'il n'y avait pas que souffrances qui existaient mais aussi tendresse.

Tonks se força à revenir à la réalité. Difficilement, elle se rendit compte que bien que son regard fixait droit en face à elle, elle n'accordait pas réellement une réelle attention à ce qui l'entourait. Sa concentration était là sans être là. Son esprit était tout entier concentré sur Remus. « Pas bon, vraiment pas bon » se dit-elle. Pense à autre chose.

La suite fit desserrer un peu l'étau qu'elle avait précédemment senti se refermer sur son cœur lorsqu'il mit un temps fou à comprendre sa suggestion de « partager » sa cape et le « » qui se forma sur ses lèvres lorsqu'il réalisa ce qu'elle avait voulu dire la fit presque éclater de rire. D'une main sur la bouche, elle s'en empêcha cependant. (ce n'était guère le moment d'attirer l'attention de quiconque). Néanmoins, elle n'en demeurait pas moins attendrie par son comportement en même temps qu'amusée.

Ayant sans doute compris qu'avec lui, il fallait toujours (ou presque toujours) prendre les devants, elle avait déjà posé un pan de sa tête sur lui et s'était rapprochée avant même qu'il ait trouvé quelque chose à dire. D'ailleurs, il semblait même être un peu à court de mot et... Etait-ce juste une impression où il avait piqué un fard ?.. Non, sûrement une impression. Ce ne pouvait... De toutes façons, comment aurait-elle pu s'en rendre compte ; il faisait bien trop sombre dans la ruelle. Pourtant, une chose était certaine, il ne semblait pas des plus à l'aise. Elle se concentra cependant sur le sentiment de joie intérieur qu'elle ressentit au contact si proche avec lui et se prit même à fermer les yeux quelques secondes pour mieux savourer cet instant. Elle était quasiment certaine que ce moment resterait aussi réel et vivant au moment de se coucher lorsqu'elle serait dans son lit. Il lui suffirait de fermer les yeux pour à nouveau sentir la présence de son corps si proche, son bras qui touchait le sien, son cœur qui... Attendez, était-ce son cœur à elle qui battait si fort ou était-ce le sien ? Il semblait qu'ils battaient tous deux exactement au même rythme, mais si fort... Qu'elle en serait presque devenu sourde. Non, c'était sûrement le sien qu'elle entendait, pas celui de Remus. C'était fou, c'était dément ces sentiments, cette attirance... Elle n'avait jamais ressenti autant de choses en même temps pour une seule et même personne. Et  elle avait même du mal à tout contrôler. Elle n'avait qu'une seule envie en cet instant, c'était embrasser l'homme qui était à présent à ses côtés. Une envie folle et irrésistible. « Surtout ne tourne pas la tête, surtout ne tourne pas la tête. » Elle se mit à prier intérieurement : pourvu que son don ne la trahisse pas, pourvu que son don ne la trahisse pas...

Ainsi confondue dans ses émotions et pensées, elle n'avait même pas remarqué que tous les deux étaient aussi silencieux l'un que l'autre et encore moins depuis combien de temps. Elle n'osait respirer, elle n'osait même faire un seul mouvement.

Des bruits de pas, des voix. De l'autre côté de la rue là où se trouvait l'immeuble et cela la força à se concentrer à nouveau sur ce qui se passait. Sans doute que ce n'était pas la peine et qu'il l'avait déjà entendu, mais elle chuchota simplement : « Regarde, là... » De toutes façons, il n'y avait nul besoin de parler bien fort. Vu la distance qui les séparait, elle était persuadée qu'il l'entendrait. Elle pouvait presque sentir le souffle de sa respiration juste à côté de sa joue gauche... Ce qui n'arrangeait guère son état de nervosité alors qu'un long frisson la traversait de part en part. Sans oser bouger, ou même s'éloigner un millimètre de Remus, elle sortit ses multiplettes et les réajusta devant ses yeux. Trois personnes masquées étaient sorties de l'immeuble qu'ils surveillaient et semblaient échanger quelques paroles à voix basse bien que Tonks ne put comprendre ce qu'ils disaient mais quelques minutes plus tard, ils se séparèrent et partirent dans une direction chacun. Apparemment c'était fini, mais afin de ne pas attirer l'attention, les mangemorts quittaient par petit groupe.

Pour nos deux compagnons tapis dans l'ombre, il allait falloir qu'ils patientent tranquillement jusqu'à ce que tous se furent éloignés. Ainsi soit-il. Nymphadora était de toutes façons bien calée et n'avait pas, mais alors pas du tout envie, de bouger.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remus J. Lupin
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 210
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 346
+ LOCALISATION : London
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Lun 2 Fév - 22:25

Remus était troublé par la proximité de leurs corps. Il pouvait sentir son bras contre le sien, et les cheveux de la jeune femme lui effleuraient parfois la joue. Il pouvait sentir son odeur, au-delà de son parfum. Il pouvait presque entendre son cœur battre… où était-ce le sien ? Il battait si fort. Et de façon si rapide. Il ne comprenait pas sa propre réaction… pourquoi ses jambes lui semblaient-elles soudain en guimauve ? Pourquoi était-il incapable d’avoir une pensée claire ? De réfléchir correctement ? De se concentrer sur leur mission ? Certes, la nuit était propice à ce genre… d’idées. Deux personnes seules en mission au milieu d’une nuit froide, qui doivent attendre…oui, forcément, l’ambiance y était propice. Mais c’était tellement malsain, pour eux ! Il était un lycanthrope, et elle était… elle était très jeune. Terriblement jeune, comparé à lui. Il ne pouvait pas avoir ce genre de pensées. Il ne « devait » pas. Il savait que c’était simplement parce qu’il n’avait pas eu de relations depuis très longtemps. Et Nymphadora était très jolie. Mais… c’était horrible de sa part. Il se trouvait horrible, d’être de la sorte attirée par une jeune femme aussi pure et jeune qu’elle. Il l’avait connu petite ! Avec Sirius, il était venu une ou deux fois, la garder. Elle n’était à l’époque qu’une petite fille de quatre ans. Alors avoir aujourd’hui ce genre de pensées envers elle… Il ne se comprenait pas. Il se dégoûtait…

Pourtant, son cœur battait fort, comme s’il essayait de lui faire comprendre quelque chose. Et si ce n’était pas juste de l’attirance physique… ? Et si… Stop. Ce n’était qu’une attirance physique. Remus n’avait pas l’occasion de se satisfaire vraiment sexuellement. Ou du moins, il n’aimait pas tellement les nuits d’un soir, même si c’était tout ce qu’il pouvait avoir. La seule chose qui lui était possible. Il avait, au fond de lui, toujours rêvé une vie meilleure, plus saine, et où il pourrait avoir une famille à lui. Trouver une personne, tomber amoureux, se marier, avoir des enfants… Fonder une famille restait l’un de ses rêves les plus chers. Et les plus inaccessibles, car directement lié à sa lycanthropie.

Trop troublé par cette proximité, n’osant pas s’éloigner de peur de se trahir et ne pouvant de toute façon pas pour le moment, du fait de la cape, il resta immobile. Il ne bougea pas d’un poil, en oubliant presque de respirer et devant se rappeler d’inspire et d’expirer à des rythmes réguliers. Son regard restait figé sur l’entrepôt qu’il regardait sans vraiment le voir. Lui non plus n’avait pas remarqué qu’ils étaient tous les deux extrêmement silencieux, perdus dans leurs pensées. Si cela était commun pour lui, ça l’était beaucoup moins pour Nymphadora qui se montrait d’ordinaire plutôt bavarde. Il n’en prit conscience que lorsqu’elle se remit à parler, lui indiquant la sortie des mangemorts. Il prit alors conscience que la réunion devait être finie. Il observait sans observer, et la remarque de Tonks le fit revenir à la réalité. Il cligna des yeux et se morigéna d’être si distrait dans une mission pourtant importante. Espérant se rattraper un peu envers sa conscience, il tenta de reconnaître des visages, des voix, n’importe quoi qui permettrait de les identifier…

Trois mangemorts venaient d’ailleurs de sortir. Il vit Nymphadora sortir les multipliettes et chercha de son côté des indices de leur identité. Ils avaient apparemment décidé de partir en petits groupes ce qui d’un côté, les aidait. Sortir tous en même temps aurait pu attirer l’attention, certes, mais cela les aurait empêché de les distinguer. Tandis que là ils partaient par petits groupes et parlaient en plus. Il tendit l’oreille, essayant de reconnaître des voix, et utilisa sa vue, plus développée que la moyenne, pour tenter de distinguer leurs traits. L’un n’avait pas de capuche, et il le reconnut. Mais les deux autres avaient leurs capuchons. Impossible de voir quoi que ce soit, malgré une nuit plutôt claire, grâce à la lune. Ils continuèrent donc de les observer pendant bien une heure. Remus devait prendre son mal en patience et user de toute sa force morale pour rester concentré. Comment une femme pouvait-elle lui faire autant d’effet ? Il allait falloir qu’il règle ce problème… Il était en manque, c’est tout. La pleine lune approchait, et le loup désirait s’accoupler… rien de plus. Après, ça passerait. Ou bien s’il donnait ce qu’il souhaitait au loup… Pas avec Nymphadora, bien sûr ! Comme si elle pouvait être attirée par lui ! Et il ne la voyait pas le faire simplement pour… le faire. Elle méritait quelqu’un de bien, une vraie relation… Quelqu’un qui l’aimerait, et qui l’aimerait en retour.

Mais la sentir ainsi contre lui… il s’obligeait à ne pas la regarder, mais il pouvait sentir son odeur, sentir son corps contre le sien. Elle avait d’ailleurs tendance à se reposer un peu sur lui… inconsciemment, sans doute… mais ça le rendait fou. Il fallait qu’il s’écarte d’elle avant de faire une bêtise qu’il regretterait amèrement et qui la lui ferait peut-être perdre. Il fallait qu’il la protège et se protège lui-même de ses propres instincts animaux. Mais il ne pouvait pas, pour le moment, et c’était une véritable torture… Délicieuse, certes, mais cruelle. Il n’osait bouger d’un millimètre, et avait presque cessé de respirer. Il tentait néanmoins de retenir des visages, des voix, pour pouvoir ensuite aider à les identifier. Voire même en donner les noms, s’il les connaissait déjà. Il fit donc de son mieux, mais lorsque plus aucun mangemort ne sortit, il en profita pour s’éloigner avant de craquer et de commettre une grosse bêtise. Peut-être son geste fut-il un peu trop précipité, car il jugea nécessaire d’expliquer :

- La mission est terminée…

Il déglutit avec difficulté, et proposa :

- Nous devrions peut-être faire un compte rendu rapide des personnes que nous avons reconnu avant de nous séparer… ?

Histoire d’être en mesure de les répéter demain à l’Ordre, et de confirmer ceux qu’ils avaient tous les deux bien reconnu. Peut-être était-ce une manière également de faire durer un peu le temps avec elle… mais de peur d’essuyer un refus, il se sentit obligé d’ajouter :

- Si tu préfères, nous pouvons aussi faire cela individuellement, et nous mettrons en commun demain, avant la réunion. Je sais qu’il est tard…

Elle devait être épuisée. Lui-même commençait à ressentir un peu la fatigue. Et le froid mordant, s’il le tenait éveillé, puisait toutes ses forces. Son corps avait du mal à se réchauffer.

_________________


Mischief Managed ~ She deserves better.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8860
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9227
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Ven 6 Fév - 13:52

Deux par deux ou trois par trois, les mangemorts quittaient les uns après les autres la bâtisse. Nymphadora avait ses multiplettes sur les yeux, en essayant de reconnaître une silhouette, une démarche ou encore des voix mais de là où elle était, elle ne percevait pas suffisamment ce qu'ils disaient. Sans compte que la majorité quittaient en silence, leur capuche dissimulant en partie leur visage. Elle fut en tous les cas convaincue d'avoir bien reconnu Lucius Malefoy (même si son appartenance ne lui était pas un secret) ainsi que celle de Bellatrix, la « chère » sœur de se mère avec ses épais cheveux noirs et sa voix reconnaissable entre mille...  La jeune femme, dans sa cachette, sentit son sang ne faire qu'un tour mais se força à demeurer calme.

Le ciel était plus clair qu'en début de soirée où leur surveillance avait commencé. Quelques nuages s'étaient dégagés et la lune éclairait la rue en contre-bas bien que dans leur cachette, Tonks et Remus en étaient protégés. Pour en revenir à nos deux compagnons, Tonks profitait de chaque seconde de proximité avec son coéquipier même si elle savait que cela ne pouvait durer indéfiniment. D'une minute à l'autre, une fois que tous les mangemorts seront partis, Remus se lèvera  et ce petit moment qu'elle savourait personnellement sera terminé. Alors pour le moment, elle s'autorisa à déguster en silence chaque contact qui se faisait entre deux, même s'il ne s'agissait que de son bras effleurant le sien. Au travers du tissu qui empêchait leur peau de se toucher, elle pouvait sentir des frissons la traverser. Elle était consciente du silence qui s'étendait entre eux depuis plusieurs minutes mais momentanément, elle ne savait pas vraiment de quoi parler. Encore une fois, c'était bien contraire à son habitude. C'était à peine si elle s'autorisait à respirer, alors quant à parler...

Les secondes s'égrenèrent, lentement mais sûrement. Un à un, les mangemorts quittaient le bâtiment et s'éloignaient et Tonks ne reconnut personne d'autre comme ça de loin. Au moins, elle pouvait se rassurer en disant qu'elle n'aurait pas été tout à fait inutile puisqu'elle avait reconnu au moins une personne travaillant au ministère de la magie. Ce John Stanfield qu'elle avait brièvement croisé au ministère à plusieurs reprises en compagnie de Fudge. Lorsque le dernier des mangemorts se fut éloigné, ce fut Remus le premier qui parla et s'écartant d'elle par la même occasion... Un peu trop brusquement ne put-elle s'empêcher de remarquer avec une pointe de déception qu'elle ne put refréner. Soupirant légèrement, elle se redressa elle aussi avec de s'étirer un peu. Ayant passés deux bonnes heures accroupie, ça allait les courbatures !

- … Oui, la mission est terminée... Fit-elle en réponse et avec une légère pointe de déception transparaissant dans la voix.

Elle l'observa un instant avec une certaine intensité mais de peur de paraître trop... Insistante, elle détourna rapidement le regard, les joues rougissantes tout en se redressant elle aussi et époussetant ses vêtements de la poussière de la rue. Elle réarrangea sa cape autour d'elle alors que Remus reprenait la parole. Il lui suggérait de faire un compte-rendu rapide des personnes qu'ils avaient reconnu avant de séparer. La jeune femme trouvait que cela était une bonne idée – et surtout cela voulait dire qu'elle allait passer du temps supplémentaire en sa compagnie ce soir et il fallait bien le dire, elle s'en réjouissait. C'est ainsi qu'elle hocha la tête... Mais elle n'eut pas le temps de répondre que Remus lui disait également qu'ils pouvaient aussi bien faire leur compte-rendu individuellement et mettre tout en commun le lendemain avant la réunion de l'Ordre. Evidemment, cette idée plaisait beaucoup moins à la jeune Métamorphomage qui aussitôt secoua la tête et lui fit comprendre sa préférence.

« Oh, je n'suis pas encore fatiguée ! C'est une excellente idée, autant faire le compte-rendu maintenant... Une fois de retour au QG du moins à l'abri des oreilles indiscrètes. Et autour d'une tasse de thé bien chaude... » ajouta t-elle avec un sourire. C'était qu'après toutes ces heures dehors, elle avait un peu froid tout de même... Même si Remus lui avait permis de se réchauffer un peu durant la seconde partie de la mission, et pas des moindres !  Pour une raison qui lui était inconnue, il semblait dégager une chaleur corporelle deux fois plus importante que certaines personnes et cela la rendait perplexe. Après ces mots, elle s'accrocha à son bras en ajoutant, déjà prête pour le transplanage simultané : « J'suis prête quand t'es prêt ! » fit-elle avec enthousiasme.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remus J. Lupin
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 210
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 346
+ LOCALISATION : London
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Jeu 19 Fév - 17:35

La mission était terminée, oui. Et ils allaient se quitter, à présent. Remus devrait d’ailleurs déjà être dans son lit, car la pleine Lune était pour bientôt et il devait se reposer avant la nuit blanche. Histoire de ne pas se réveiller dans un état complètement lamentable, et de s’en remettre plus vite. Pourtant, au lieu de partir, il proposa de mettre en commun les identités découvertes, pour mieux se les remémorer et savoir si l’autre pensait les avoir aussi reconnu. Il ajouta cependant qu’ils pouvaient le faire le lendemain, avant la réunion. Mais Nymphadora préféra le faire maintenant. Il esquissa un mince sourire. Il allait rester encore un peu avec elle. Il allait pouvoir profiter encore un moment de sa présence, pouvoir la regarder discrètement, lui parler, l’écouter… Il aurait voulu que cette nuit ne s’arrête jamais. C’était sans doute la seule chose qu’il pourrait avoir d’elle : une nuit à surveiller des mangemorts. Deux collègues amis. Il ne pouvait rien attendre de plus d’elle, et elle ne devait pas attendre davantage de lui. Ils n’étaient pas faits pour être ensemble, pour être davantage que de simples amis. C’était déjà beaucoup, et inespéré au vu de leur différence d’âge et de caractère. Remus ne s’était tout d’abord pas intéressé à la jeune femme. Il l’avait saluée à son arrivé, mais ne s’était pas attardé sur elle. Et puis un jour, il l’avait entendu faire une blague qui avait provoqué un fou rire chez Sirius, et qui l’avait fait sourire, lui. Elle était restée le soir avec Sirius et lui, et ils avaient davantage discuté. Ou du moins, Sirius et elle avaient discuté, et Remus avait écouté, découvrant la jeune femme à travers cette conversation Au fur et à mesure de la soirée, il avait néanmoins fini par se détendre, et s’était ouvert un peu, prenant part à la discussion – d’autant plus que les deux cousins n’avaient cessé de le prendre à parti dans leurs débats. Il s’était montré à la jeune femme autrement que comme le Remus sage et calme. Il lui avait laissé entrevoir le côté maraudeur que seul Sirius connaissait véritablement. Il s’était senti libre d’être lui, avec elle, comme avec Sirius. Libre de laisser retomber son contrôle continu, de se laisser un peu aller…

Il gardait un bon souvenir de cette soirée. Mais ce soir-là, cette nuit-là, Sirius n’était pas là. Et il y avait peu de chance qu’ils le croisent au Square Grimmaurd, il devait sans doute dormir, vu l’heure.  Ils seraient donc tous les deux… une fois de plus. Et il ne comprenait pas pourquoi, mais l’idée le réjouissait. Aussi esquissa t’il à nouveau un sourire lorsqu’elle s’accrocha à son bras. Il fit un petit signe de la tête, et transplana dans une ruelle, non loin du Square Grimmaurd.

- Ca va ?, lui demanda t’il.

Il espérait que le transplanage n’avait pas été trop brusque. Une fois qu’il eut sa réponse, ils se dirigea donc avec elle vers le Square Grimmaurd. Ils entrèrent silencieusement, et Remus lui emboîta le pas vers la cuisine où il fit du thé chaud. Il les servit ensuite et s’assied en face d’elle, un sourire en coin, bien qu’épuisé.

- Souhaites-tu rester dormir ce soir ? Je suis sûr que Sirius approuverait et il y a de nombreuses chambres d’amis, dit-il de sa voix douce avant de boire une gorgée du thé chaud.

Il souffla dessus pour le refroidir avant de relever son regard doré vers elle.

_________________


Mischief Managed ~ She deserves better.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8860
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9227
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Dim 8 Mar - 14:32

La jeune femme s'accrocha au bras de Remus comme si sa vie en dépendait mais espéra bien cependant qu'il n'allait pas s'en rendre compte. Dans sa poitrine, son cœur cognait d'un rythme rapide. Elle allait passer encore un quelques temps supplémentaire ce soir-là avec Remus et cette simple pensée l'emplissait d'un bonheur étrange. La mission était terminée, mais elle ressentait une certaine étincelle de cet enthousiasme qui l'habitait généralement le jour d'avant la coupe du monde de Quidditch. Cette comparaison était parfaite et représentait bien son engouement présent. Pourtant, il n'y avait sans nul doute aucune raisons pour cela. C'était stupide, ils allaient juste parler de la soirée, faire la liste probablement des mangemorts qu'ils avaient reconnu et qui étaient venus ce soir à la réunion. Rien d'autre n'allait se passer évidemment... (et d'ailleurs, ce qui s'insinuait dans sa pensée était impossible et ne se produirait sans doute jamais). Elle ne pouvait néanmoins s'empêcher d'être heureuse car pour quelques temps supplémentaire, elle allait pouvoir rester en sa compagnie.

Toujours accrochée au bras de son compagnon, Remus transplana avec elle et ils atterrirent dans une ruelle non loin de Square Grimmaurd. Ce fut à regrets qu'elle se détacha de lui et alors qu'elle lui libéra le bras, il lui demanda si ça allait. Tonks ne pouvait évidemment que répondre la stricte vérité qui était... « Très bien. » comment le contraire aurait-il pu ? Même si le transplanage n'avait pas été confortable de toutes façons, jamais elle n'aurait été le lui dire sinon il n'accepterait probablement jamais de refaire du transport d'escorte avec elle et elle lui tiendrait plus le bras de nouveau pour cet effet. Et puis, entre nous, elle n'avait jamais trouvé que le transplanage était le plus confortable des moyens de transports de public sorcier. Quoiqu'il en soit, ils se dirigèrent ensemble vers le numéro 12 de la rue et y entrèrent silencieusement. Oui, même Tonks y parvint cette fois. Elle redoubla de vigilance en enjambant le porte-parapluie et fut rassurée de passer le seuil de la cuisine sans avoir renverser quelque chose.

Aussitôt, Remus leur prépara du thé chaud dont ils pourront s'abreuver tout en discutant de la mission. Tonks prit, elle, place à la table de cuisine et retira sa cape ainsi que sa veste qu'elle posa sur le dossier de la chaise. Remus ne tarda pas à venir lui-même la rejoindre à la table et s'assit en face d'elle, un sourire en coin. Pourquoi, mais pourquoi avait-il un sourire aussi adorable ? Comment pouvait-on se concentrer  avec un sourire pareil ? … Il lui demanda ensuite si elle souhaitait rester dormir ici et appuya sa suggestion en disant que Sirius serait sûrement d'accord et qu'il y avait pleins de chambres d'amis. Il but ensuite une gorgée de thé avant de relever vers elle un regard doré et Tonks sentit son estomac papilloter.

Tonks sentit en elle-même qu'elle ne devait pas abuser sa chance et refuser l'offre – pourtant si gentiment faîte – de Remus. Certes, il avait raison sur ces deux points : Sirius approuverait sûrement, et il y avait bien assez de chambres dans la maison... Se réveiller ici le lendemain matin et trouver sa cousine là, elle était certaine qu'il aimera le fait qu'il y ait une présence de plus dans la vieille maison de ses parents avec qui partager le petit-déjeuner. Sirius reprochait si souvent à la maison d'être trop silencieuse et déserte. Il ne l'aimait pas, elle le savait.

D'un autre côté, elle pouvait rentrer dormir chez elle pour la nuit (son lit et sa chambre lui était définitivement plus confortables que lui était les chambres ici) et revenir ici juste pour le petit-déjeuner. Pourtant, le regard doré posé sur elle ajouté à la douceur de la voix utilisé pour cette offre... Elle ne voyait pas comment la refuser. Cela lui paraissait presque inhumain de refuser ceci. « … Pompom va avoir le lit entier pour lui tout seul je sens... » fit-elle avec un sérieux... très sérieux, presque inaccoutumé. « Mon chat chez moi, » ajouta t-elle pour clarifier les choses devant la perplexité et le doute qu'affichait Remus (et qui était presque risible). Elle rit légèrement sous cape. « Un amour. C'est l'amour de ma vie. Faudra que je te le présente, un jour. Je suis sûre que vous allez vous adorer réciproquement ! »

Elle rapprocha enfin sa tasse de thé d'elle et pendant quelques secondes, laissa la chaleur de cette dernière réchauffer ses mains. « Merci pour le thé. » Elle lui adressa un sourire sincère.

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remus J. Lupin
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 210
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 346
+ LOCALISATION : London
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Ven 13 Mar - 22:08

Le lycanthrope resta un moment perplexe, devant sa réponse. Pompom ? Comment ça, Pompom ? La seule Pompom qu’il connaissait était infirmière à Poudlard. Est-ce que Nymphadora était… ? Après tout, elle était excentrique et ne faisait rien comme personne, alors peut-être… peut-être… ?

Il sentit un soulagement qu’il ne comprit pas l’envahir lorsqu’elle précisa qu’il s’agissait de son chat. Un chat ! Il en eut un sourire, se sentant bête. De toute façon, même s’il s’était avéré d’une femme, Nymphadora avait tout à fait le droit d’être en couple. Avec une femme. Même si ça signifiait qu’elle était prise et qu’il n’avait aucune chance… pas qu’il en ait réellement une, mais rêver ne faisait de mal à personne. Et même si Remus s’en sentait honteux, la jeune femme n’en saurait jamais rien.

Il sourit à la suite de ses paroles. Qu’il avait été bête. Elle lui avait pourtant dit n’avoir personne dans sa vie, un peu plus tôt dans la soirée. Mais cela lui semblait tellement improbable qu’il s’attendait à tout moment à ce qu’elle lui annonce avoir quelqu’un. Elle avait tout pour elle. Il se sentait jaloux de ce chat… il devait avoir le droit à des câlins, à des caresses, à des baisers… Il aurait aimé en avoir, lui aussi. De la jeune femme. Une lueur de tendresse passa dans son regard, lorsqu’elle parla de lui présenter son chat Pompom.

- Avec plaisir, répondit-il sans le moindre sarcasme.

Il but une gorgée de la boisson chaude, et un sourire doux découvrit à nouveau ses lèvres, lorsqu’elle le remercia pour le thé. Il lança alors un accio et quelques secondes plus tard, du papier et un crayon surgirent.

- Alors, ce compte-rendu…

Autant se mettre au travail de suite. Plus tôt ils auraient fini, mieux ce serait. Et ils pourraient rejoindre leurs lits… Remus nota donc les noms de personnes qu’il avait reconnues, et précisa ceux que Nymphadora et lui avaient tous les deux repérés. Avec l’obscurité, ils pouvaient s’être trompés, mais s’ils l’avaient repéré tous les deux, alors il y avait de grande chance de ne pas avoir mal identifier la personne. Une demi-heure plus tard, ils avaient fini. Remus plia le papier et le glissa consciencieusement dans sa poche. Il le remettrait en personne à Dumbledore lors de la réunion, le lendemain. Il se leva alors, et rinça les deux tasses à présent vides, avant de les laver rapidement. Il les essuya, les rangea, puis se tourna vers Nymphadora. Qu’allaient-ils faire, à présent ? Dormir ? Sans doute. Elle devait être épuisée. Lui l’était, du moins… mais il avait envie de continuer à parler avec elle. Peut-être même en apprendre davantage sur elle. Il savait que ce n’était pas très sage, surtout qu’il avait encore du sommeil en retard, mais il était rare qu’il se retrouve seul avec elle… il avait envie d’en profiter. Ne voulant cependant pas abuser, il ne dit rien et lui jeta à la place un regard interrogateur pour savoir ce qu’elle comptait faire. Ils pouvaient aller dans le salon et continuer à discuter… ou bien aller se coucher. Il était persuadé qu’elle choisirait la seconde option, mais espérait que peut-être… qui sait ?

- J’imagine que tu vas aller dormir ?, lui demanda t’il d’une voix douce.

Une manière de connaître son choix sans qu’elle ne se sente obligée à rien envers lui. Pour connaître sa véritable envie.

_________________


Mischief Managed ~ She deserves better.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8860
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9227
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   Lun 16 Mar - 17:45

- Avec plaisir, répondit-il sans le moindre sarcasme.

Tonks rougit furieusement devant la force de ses pensées et détourna les yeux en les plongeant dans sa tasse encore fumante. Par Merlin, comment pouvait-on avoir un tel sourire ? Un tel sourire qui donnait une sérieuse – et furieuse – envie d'embrasser les lèvres qui en était à l'origine. La force de sa pensée la ramena rapidement sur Terre et elle fut bien contente qu'il ne pouvait probablement lire dans ses pensées. Le regard plongé dans sa tasse, elle se mordit les lèvres. Il fallait absolument qu'elle se ressaisisse. Absolument. Dans le cas contraire, elle finirait par faire quelque chose qu'elle allait regret... Comment pourrait-elle jamais le regretter d'un côté ? Enfin bref, elle devait absolument se ressaisir sinon Remus finirait par devenir suspicieux des pensées de la jeune femme et, enfin de ce qu'elle avait vu de l'homme jusque là elle craignait un peu sa réaction. Sans doute qu'après une bonne nuit, elle aurait les idées plus en place. Quoique peut-être que dormir dans la même maison à deux chambres de lui ou même la chambre voisine n'était pas une si brillante idée qu'elle le pensait. Ça avait de quoi faire naître des idées... Bizarres.

Après cela, elle termina sa tasse rapidement et la reposa sur la table alors que Remus lui rappela la mission. Il lança un Accio et alors qu'un papier/crayon apparaissaient , il entreprit de faire le compte-rendu des mangemorts qu'ils avaient reconnu. Tonks lui rappela John Stanfield. Lui, elle allait garder un œil sur lui au ministère, songea t-elle. Ils notèrent bien le nombre de mangemorts ayant été présents histoire d'avoir une idée du nombre de leurs opposants, prirent note de ceux qu'ils avaient reconnus et ceux qu'ils ne connaissaient qui étaient sûrement des nouvelles recrues ? En tous cas une partie d'entre eux devaient l'être.

Remus se leva ensuite pour laver leurs tasses ménagers et Tonks prit tout son temps pour l'observer son profil de dos (qui était tout aussi avenant que l'autre côté qui lui souriait si sincèrement et lui parlait si agréablement. Néanmoins elle dû rompre son observation lorsqu'il se retourna vers elle. Elle se prit alors d'attention pour la fenêtre se trouvant à la gauche de Remus au travers de laquelle elle ne pouvait rien voir étant donné qu'il faisait nuit noire au-dehors. Le léger croissant de la lune devait être dissimulé par des nuages se dit-elle. La voix de Remus lui parvint alors de nouveau, et elle concentra son attention de nouveau sur lui. Il supposait qu'elle voulait aller dormir maintenant et la jeune métamorphomage prit le temps de la réflexion. Si elle avait envie d'aller se coucher, clairement la réponse était non. La réponse la plus sage cependant était effectivement de se dire bonne nuit maintenant et monter se coucher.

Léger flottement dans son esprit, guère décidée à aller dormir. Cependant, son regard se dirigea vers la pendule de la cuisine et ses yeux s'écarquillèrent en voyant l'heure. « Par Merlin, déjà 3 heures ! » s'exclama t-elle clairement prise de surprise. « Le temps passe si vite. Je devrai probablement aller me coucher oui... Et je travaille demain. » Elle laissa échapper un léger rire. Ce n'était pas la première fois qu'elle se couchait à cette heure-là mais généralement quand elle était seule chez elle, son chat la forçait à s'endormir aux environ de 22 heures heure tapantes. Elle n'avait rien d'autre à faire de toutes façons. « … Mais en attendant que le sommeil me vienne, une partie d'échec me tenterait bien. Pour, disons, une demie-heure et hop au lit. Ça te dit? » Damn Echec ? Que lui était-il passé par la tête ? Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas les échecs, mais elle n'y était pas une experte.

Elle avait toujours perdu contre Charlie... Pas assez de concentration : c'était son point faible il lui disait. Alors imaginez la jouer contre Remus... Déjà, même sans jouer aux échecs, son taux de concentration était relativement faible, alors jouer aux échecs contre Remus elle ne voulait même pas y penser. Pourquoi donc avait-elle eu cette idée stupide franchement ?! Juste pour passer une demie-heure supplémentaire en sa compagnie bien sûr. Une demie-heure c'était toujours une demie-heure, mais tout de même.

« Enfin tu veux sûrement aller te coucher toi-même, alors... Je crois que j'vais aller me poser dans le salon, attendre que le sommeil arrive... M'amuser un peu avec les pièces d'échecs. Tu vas au lit toi ? » Elle lui jeta un regard interrogatif, espérant silencieusement et priant tous les dieux s'ils existaient de le faire renoncer à aller au lit aussi. Pour quelques temps du moins. Elle se leva ensuite et se dirigea vers le réfrigérateur qu'elle ouvrit. Une exclamation victorieuse lui échappa après quelques secondes. « Ah, je savais bien que Sirius ne laisserait jamais le frigo vide de quelque chose à boire ! » Elle se retourna avec une bouteille de Bierreaubeurre dans les mains et referma le frigo à l'aide du pied. « C'est pas en une demie-heure que j'vais la vider de toutes façons... » Elle retraversa la cuisine, s'arrêtant devant Remus et le surprenant autant qu'elle-même elle déposa un bisou sur sa joue. « Bonne nuit Remus. » Elle se dirigea vers la sortie de la cuisine mais s'arrêta dans l'encadrement de la porte. « Si tu es pris d'insomnie aussi, tu sais où me joindre. Du moins pour quelques temps. » Elle se retourna brièvement et lui fit un clin d'oeil, lui souriant malicieusement.

Son cœur battait fort dans sa poitrine par l'angoisse qu'elle ressentait. Qu'allait-il choisir ?

_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}   

Revenir en haut Aller en bas
 

There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» There are some magic moments in life that we don't always understand... {Fe Remus}
» Moments difficiles pour nos vieillards!
» Life in UCLA
» Moments, citations et dialogues mémorables
» 06. My life would suck without you (part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: THE WORLD IS OURS :: Les habitations :: Londres-