Partagez | .
 

 Il faut toujours se fier à son instinct | Arya&Ron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ronald B. Weasley
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 97
+ MAISON : Le lion d'or.
+ HOUSE POINTS : 157
+ LOCALISATION : Dans un trou vivait un Weasley.
+ DOUBLE-COMPTES : Nop.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Il faut toujours se fier à son instinct | Arya&Ron   Mar 11 Fév - 18:45



À la fin de la journée, suite à un cours de potions du professeur Snape, je sentais la fatigue s’installer à l’intérieur de moi.  «Harry, je vais me diriger vers la salle commune, on se verra dans le dortoir, ou demain, si je ne dors pas déjà.» Bien qu’il n’était pas tard et que j’étais fidèle à mes amis à mon habitude, je priorisais mes besoins primaires lorsqu’il n’y avait pas de situations urgentes. Probablement qu’Hermione m’aurait dit que j’avais des travaux scolaires à faire, mais mon sommeil était dans le haut de ma liste de priorité. Harry acquiesça d’un signe de la main et se dirigea vers notre troisième mousquetaire. Pour ma part, je sortis de cette salle qui sentait l’humidité à plein nez. Je me demandai si Severus ou même Flitch nettoyaient les cachots parfois. Cela m’aurait étonné puisque l’un avait toujours les cheveux gras et l’autre avait tellement la dentition jaunie qu’elle allait finir par pourrir et tomber d’elle-même.

En me dirigeant vers l’escalier, je vis un groupe de serpentards se déplacer vers l’entrée de leur salle commune. Cependant, je vis un visage familier s’éloigner sans que personne n’y prête attention. Il s’agissait de Arya Lancaster, ou plutôt Jenna. Je ne comprends toujours pas la raison pour laquelle l’adolescente veut qu’on la surnomme ainsi. Je me prénomme Ronald. Dans ma famille, nous avons tous un prénom hors du commun, mais nous n’en faisons pas un drame jusqu’à se faire appeler par un nom autre que le notre. Je n’ai jamais vraiment aimé le mien, j’ai l’impression d’être plus vieux que je ne le suis, alors au moins le diminutif de celui-ci me ramène à mon âge actuel, qui est de quinze ans. Bref. Je me demandais ce qu’elle pouvait bien faire. Ce qui me surprit à la création de notre groupe, c’est qu’une Serpentard puisse s’y trouver. J’ai toujours pensé que ceux-ci étaient derrière les forces du mal, et ce n’est pas demain la veille que je vais penser le contraire. Il ne faut pas oublier que c’est une amie de seigneur fouine, et nous avons nécessairement les mêmes intérêts et valeurs que nos proches. Il m’était donc impossible de penser que celle-ci pouvait être dans l’Armée de Dumbledore sans avoir un lien avec Ombrage et sa brigade. Je la suivis donc, sans faire de bruit. Elle me semblait suspecte et, en dehors des cours de l’AD, je ne l’avais jamais vu sans ses camarades. Bien que je sois un jeune homme assez maladroit, je suis forcément capable de me montrer discret. Ironiquement, la jeune femme se dirigeait vers la salle de cours de défense contre les forces du mal, le repère de Dolores Ombrage, qui venait tout juste de terminer un cours avec les premières années.

Elle entra dans le bureau de celle-ci. J’entendis le professeur Ombrage se retourner et adresser la parole à Arya. «Miss Lancaster, que puis-je faire pour vous ?», c’est à ce moment que je m’éloignai un peu pour ne pas me faire remarquer, puisque la vieille femme vêtue d’une robe rose vint fermer la porte et poussa l’un de ses petits rires cinglants à vous faire saigner des oreilles. Je n’arrivai pas à attendre le moindre mot de leur conversation. Une dizaine de minutes plus tard, Arya sortit enfin de la salle de classe. Je n’arrivais pas à supporter celle-ci, mais je sentais la colère venir en moi. Comment pouvait-elle être dans l’Armée de Dumbledore, un groupe qui aide les jeunes sorciers à apprendre la défense contre les forces du mal, nous mener tous en bâteau, et aller rapporter ces informations à Ombrage ? Je me demande même pourquoi Harry et Hermione lui font confiance, c’est une Serpentard, après tout. Elle ne me vit pas et continua son chemin. Je continuai à la suivre, jusqu’à me décider enfin à la confronter. «Hey Lancaster !». Arya se retourna vers moi. Surprise, elle fit un visage exaspéré. Décidément, elle non plus ne pouvait pas sentir ma présence. Je m’approcha d’elle. «Il est tard pour se promener proche de la salle de classe de Ombrage, tu ne trouves pas ?», lui demandai-je d’un ton froid. J’espérais qu’elle comprenne le message. Il m’était évident qu’elle était l’une des leurs, et j’allais l’empêcher de dénoncer l’Armée de Dumbledore.

_________________



And it's why we met us
Revenir en haut Aller en bas
Arya J. Lancaster
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 313
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 384
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES : Pas encore mais ça va bien finir par arriver
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il faut toujours se fier à son instinct | Arya&Ron   Mer 12 Fév - 21:42

 

La journée est - enfin terminé. Tu as l’impression d’avoir attendu ça toute la journée. Tu penses t’être endormi en défense contre les forces du mal. Le professeur Maugrey Fol Œil - ou plutôt Barty Croupton Jr . avait beau être un tueur pathologique, ces cours avaient le mérite d’être intéressant. Tu trouves les cours d’Ombrage ridicule, plus que ceux de Lokhart, tu ne tombais sous son charme - pas autant que les autres filles, disons - mais son imbécilité avait le mérite d’être amusant. Ce n’était pas ce qu’on lui demandait, mais c’était toujours mieux qu’Ombrage qui - en plus - de vous offrir un cours dépourvu de tout intérêt, est dépourvu de tout sens de l’humour. Oh si! Ces petits rires de bécasse sont drôles. M’ouais, ce n’est pas excellent mais il va falloir faire avec elle. Tu es contente de pouvoir rentrer au cachot, te reposer même si tu sais que demain, ce sera la même galère. Tu plonges ta main dans ta poche parce que tu y sens quelque chose. « Merde. » C’est la lettre que ton père t’a envoyé ce matin. Il t’a écrit qu’il t’aimait, qu’il espérait que tu te comportais bien, qu’il trouvait ça dommage que tu n’adhères pas à la brigade inquisitoriale. Enfin, bref, le bla-bla habituel. Il t’écrit de plus en plus souvent ces derniers temps, il doit avoir peur que tu te rebelles trop. Il t’a aussi demandé de transmettre une lettre pour le professeur Ombrage. Tu ne sais pas si c’est une lettre d’un parent à un professeur où d’un collègue du Ministère de la magie à un autre. Tu ne sais pas pourquoi il ne lui a pas envoyé directement, au lieu de te demander de jouer au hibou. Peut-être qu’il ressent le besoin de te donner tes petites missions. Tu n’aimes pas trop ça, ton père veut peut-être voir si tu es bien obéissante. Tu espères que la prochaine mission ne sera pas de tuer quelqu’un. Tu sais qu’un jour il te demandera une mission de mangemorte. Plus ce jour sera tard, mieux ce sera. Mais avec le retour de Voldemort, ce jour se rapproche de plus en plus. Que feras-tu quand il arrivera? Tu n’en sais rien, tu n’es pas prête à l’imaginer. Bref, tu vas remettre cette lettre - ce soir à Ombrage, comme ça ton père te verra comme une gentille fille obéissante et il te lâchera peut-être un peu, même si c’est peu probable. Tu attrapes le bras de Drago qui s’apprête à rentrer dans la salle commune des Serpentard. « Il faut que j’aille donner ça à Ombrage. Je reviens dans cinq minutes. A tout à l’heure. » Tu ne sais pas si ça peut se lire sur ton visage mais devoir remonter dans sa classe, ça t’enerve. Tu étais prête à te coucher, mais non. Tout de façon, tu fais l’aller-retour. Tu lui donnes la lettre et tu fais un plongeon dans ton lit. Ca ne va pas durer un éternité. Tu montes les marches quatre à quatre. Tu veux aller vite, très vite, tu dirais même très très très très très vite, plus que vite quoi! Tu frappes à sa porte. La couleur rose te dégouterait presque. Elle ouvre la porte. «Miss Lancaster, que puis-je faire pour vous ?» Sa petite voix fluette te donnera toujours envie de rire. Mais tu te retiens, comme toujours. « Un message. » Tu lui montres la lettre. Elle sourit et te fait entrer. Tu te demandes quel relation ton père à avec le Professeur Ombrage. Tu n’avais jamais entendu parler d’elle avant qu’elle devienne Professeur de Défense contre les forces du mal, ce qui est étrange, tes parents parlent souvent de leur travail, mais ils ne t’ont jamais parlé d’elle. Elle n’a peut-être jamais été très importante à leurs yeux. Tu lui donnes la lettre, elle te fait t’assoir et te fait boire son thé - il n’est pas mauvais - tout en lisant la lettre. C’est tellement étrange, tout a tellement changé par rapport à l’année dernière. Barty Croupton Jr et Dolores Ombrage n’ont manifestement pas les mêmes gouts en matière de décoration. Elle fait un de ses petits rires étranges, tu ne sais pas pourquoi mais si elle trouve ça drôle, c’est bien pour elle. « Merci, miss Lancaster. Informez bien votre père que j‘ai bien reçu sa lettre et que je lui réponds au plus vite. » Tu hoches la tête, lui dit Aurevoir et lui souhaite une bonne soirée. Tu es sortie de sa salle. C’était aussi rapide que ce que tu le désirais.

Tu marches rapidement, limite si tu ne cours pas. Ombrage ne t’a pas fait de mot si tu tombais sur quelqu’un de la brigade ou sur un préfet, même si tu n’es pas certaine qu’ils aient encore du pouvoir, les préfets, pas la brigade. Tu ne sais pas pourquoi tu te poses cette question. Tous les membres de la brigade sont des amis plus ou moins proches, ils ne t’enlèveront pas de points mais te parleront gentiment et avec gaieté. Tu entends une voix derrière toi. «Hey Lancaster !» Tu fronces le sourcils, personne ne t’appelle pas par ton nom de famille. Tu te retournes. Désespoir. Tu veux aller dormir, pas subir cet abrutit. Ron Weasley. Un cas véritablement désespérant. Tu souris, tu te forces, tu es une bonne actrice, mais il doit se douter que tu ne l’adores pas. « Ron! Salut. » Pourquoi est-ce qu’il t’a appelé, vu que vous vous aimez autant l’un que l’autre. Tu es rarement de bonne humeur avec lui mais en état de fatigue c’est encore pire. Il n’a pas peur de ce qui peut lui arriver. Seul un Gryffondor peut agir de manière aussi stupide. «Il est tard pour se promener proche de la salle de classe de Ombrage, tu ne trouves pas ?» Ron n’a jamais eu confiance en toi, tu n’a - d’ailleurs - jamais demandé sa confiance, juste qu’il te foute la paix. Tu pensais que se comporter de manière particulièrement lors des réunions de l’armée de Dumbledore et tout ce que cet abrutit ferait. Mais le voilà, en face de toi, à une heure tardive, près du bureau d’Ombrage ou le professeur qu‘il apprécie le moins - avec le professeur Rogue. Qu’est-ce qu’il fait là? Il n’irait pas jusqu’à t’espionner, tout de même? Tu n’en sais rien, tu ne le connais pas tellement, et tu as de moins en moins envie de le connaitre. S’il t’a suivi, il va beaucoup trop long. S’il avait véritablement confiance en Harry, il ne s’obstinerait pas à l’idée que tu sois une traitre. « Je ne me couche jamais tôt. » Pas faux, en même temps. Tu veilles toujours tard le soir, il y a toujours des Serpentard qui aiment parler avant de s’endormir, tu en fais partie. Il peut arriver aux Serpentard d’être mauvais, mais comparé aux Gryffondor, ils ont toujours été capable d’accepté que tu sois différente d’eux. Aucun d’eux ne te suivra jamais, même s’ils savent que tu ne te comportes pas toujours à la perfection. « Tu sais que je me promène proche du bureau d’Ombrage ou de Rogue, il serait tout aussi tard. La précision était inutile. » Tu le regardes durement, comme si tu allais frapper le mur avec sa tête. Pauvre mur! Tu sais très bien que sa précision sur Ombrage n’étais qu’une manière très mal caché de supposer que tu lui délivrais des informations au sujet de l’Armée de Dumbledore. Si c’était le cas, ça ferait longtemps que l’AD n’existerait plus. S’il était un peu intelligent, il en aurait conscience mais il ne faut pas trop demander à ce pauvre Ron. Tu n’es pas d’accord sur tout ce que font les Serpentard, mais tu pourrais humilier Ron - avec eux - pendant de longues heures. Le rouquin t’est insupportable. « Tu sais, Ron, je n’ai pas l’impression  que ton cerveau d’attardé est saisi cette information mais nous sommes dans le même camp, le même camp. Tu comprends ce que ça veut dire où tu veux une traduction? » Tu es froide et dure mais tu le méprises. Il ne devrait pas jouer au plus malin avec toi, tu n’es pas le genre de fille qui se laisse marcher dessus. Tu t’approches de lui et avec un sourire tu rajoute « J’espère que tu ne m’espionnes pas, Ron. Ca m’embêterait beaucoup, je n’aime pas qu’un garçon stupide me suive comme un chien. Il y a des personnes qui m’aiment bien et il me suffit de claquer des doigt pour qu’elles te démontent. » Les Serpentard sont à ta botte. Ils pensent que l’un d’eux t’est peut-être fiancé. Ca doit leur faire du bien de se dire qu’ils peuvent finir avec toi même si tu ne comprends pas pourquoi ils t’apprécient autant. S’ils savaient que Ron te suit partout, ils seraient furieux. Savoir que ce rouquin t’adresse la parole suffirait à les énerver.
Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut toujours se fier à son instinct | Arya&Ron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..
» Parce qu'il faut se détendre des fois... [ LEYIA ]
» Maeko || « Il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part. »
» TELLIE R. MCMILLER - «Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort.» [100%]
» Il faut toujours respecter ses aînés. [PV Nocty]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: HOGWARTS :: les couloirs communs :: Les couloirs de l'école-