Partagez | .
 

 Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Jeu 10 Juil - 17:41

Drinny ✻ Love Runs Out
Depuis cette rencontre fatidique avec Draco, je me sens totalement perdue. Nous ne nous sommes plus vus depuis déjà deux semaines et c’est sans doute pour le mieux. En ce laps de temps, j’ai réussi à me convaincre que j’avais complètement halluciné cette rencontre. Après tout, j’avais pu prendre un coup sur la tête dans ma bagarre avec les pimbêches à la langue fourchue. Il n’y a pas d’autre explication possible à ce qui m’est arrivé. Je suis confuse et évite de repenser à cette rencontre étrange. A-t-il réellement avoué qu’il m’aimait ? Je suis bien incapable de lui retourner ces mots lourds de sens. M’a-t-il vraiment embrassée ? Apparemment. Je n’ai toujours pas trouvé le courage de rompre avec Michael. Je ne sais même pas ce qui me retient. Peut-être la peur d’être sans attache ? Ce n’est certainement pas l’amour que j’éprouve pour lui en tout cas. J’ai été naïve. J’imagine qu’on ne connait vraiment les gens qu’en lui côtoyant un certain temps. Je peux maintenant dire que Michael et moi n’avons en définitive pas grand-chose en commun. Ou alors nous sommes trop semblables pour pouvoir fonctionner correctement… Pourtant, je n’ai toujours pas agi. Tant que j’ai un petit ami officiel, je peux encore justifier mon comportement et ma décision d’éviter le blond sur ma loyauté envers lui. J’ai peur de ce qui pourrait arriver si je continue de côtoyer le serpentard. J’ai donné rendez-vous à mon petit ami dans un des couloirs pour discuter. J’imagine que je verrai le moment venu ce que je veux faire à son sujet. Il se peut que je redevienne célibataire à l’issue de la journée…

A quatorze heures tapante, alors qu’une nouvelle journée à Pré-au-lard était prévue, j’attends Michael devant la statue borgne. Il est en retard en plus le bougre. Décidément, je me demande vraiment ce que j’ai pu lui trouver au départ. Il arrive quinze minutes plus tard, d’un pas lent en plus, comme si son retard n’avait aucune importance. « Pas la peine de t’excuser surtout ! » Je tapote ma montre pour indiquer l’heure. Il roule des yeux, les mains dans les poches. « Tu es une vraie mégère, tu sais ? Ça arrive à tout le monde d’être en retard. » Mon sang ne fait qu’un tour. Il devrait pourtant savoir qu’il ne faut pas me provoquer. Malfoy en avait fait l’expérience dans le train d’ailleurs. Je croise les bras sur ma poitrine, les yeux noirs de colère. « Mégère ?! Ok, tu sais quoi ? Ça ne fonctionne pas. Je me demande bien ce que je t’ai trouvé. Je devais être sacrément malade ce jour là ! Je veux rompre ! » Il semble que mon sale caractère ait décidé pour moi l’issue de cette rencontre. Il s’imaginait sans doute tout autre chose quand j’avais demandé un tête à tête. Désolée pour lui. Michael n’était pas un garçon méchant, du moins j’en étais convaincue jusque là. Mais j’aurai sans doute dû me douter que le fait que je sois celle à rompre titille sa masculinité. Après tout, le quidditch avait déjà été un signe annonciateur... En tout les cas, j’ai eu tort. Il m’attrape les épaules et me plaque contre le mur. Le choc me coupe la respiration. « Toi, tu veux rompre ? Écoute-moi bien, tu ne romps pas avec moi. C’est moi qui décide quand je veux te laisser tomber ! » Je ne suis pas une fille très grande et en cet instant, je n’ai jamais été aussi consciente de cette différence de taille entre nous.

Nous sommes seuls, l’endroit désert. C’est d’ailleurs pour ça que je lui avais donné rendez vous ici, précisément. Afin d’éviter des témoins qui pouvaient blesser son amour propre, même si peu probable. Ils sont tous partis à Pré-au-lard. Je me sens stupide, stupide de l’avoir trahi en pensée avec un ‘ennemi’. Il n’a bien sûr pas la moindre idée de la raison pour laquelle je mets fin à notre relation et pourtant, c’est comme s’il a déjà deviné que je l’ai trahi avec un serpentard, et pas n’importe lequel, Malfoy en personne. Ou alors ma culpabilité parle. « Lâche-moi immédiatement Corner ! » Je tente d’attraper ma baguette, mais il s’en empara et la lance plus loin. Je me sens vulnérable et je déteste ça. Nous sommes supposés être seuls et pourtant, je perçois du coin de l’œil une silhouette solitaire avancer vers nous. Bien sûr, l’ironie veut que ce ne soit pas n’importe qui qui nous surprenne. Je suis partagée entre honte et soulagement. Mon visage tourne cependant à l’horreur quand je vois exactement l’identité de la personne qui nous interrompt. Draco Malfoy… Mes yeux se ferment de dépit. Il ne manquait plus que lui pour que tout soit parfait. J’espère qu’il passera son chemin, tournera les talons en nous apercevant, mais je sens au fond que ce ne sera pas le cas. Ou est ce que je l’espère alors même que je me dis que je dois rester loin de lui ? Est ce que lui aussi a changé d’avis, repris ses esprits et réalisé à quel point il a été stupide en m’avouant son amour deux semaines plus tôt ? Je vais rapidement le savoir apparemment. Tout ça pour l’éviter. Je suis maintenant coincée entre les deux personnes que j’ai le moins envie de voir de tout le château.





© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Ven 11 Juil - 14:02



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

Deux semaines de questionnement intérieur. Deux semaines de silence. Deux semaines de crise. Deux semaines d'attente. Elles sont passées à une lenteur que je décrirais d'abominable. Une à une, les étapes de la dépression me passent dessus comme un rouleau compresseur. D'abord, il y a eu la colère. J'en ai voulu au monde entier, j'ai détesté ceux qui n'avaient pas mes problèmes - ce qui entre nous comprend une grande partie de la population terrestre. Puis, il y eu l'acceptation. Je me suis habitué à mon malheur et j'ai arrêté de me débattre. A quoi bon essayer d'éviter ce qui est de nature inévitable ? C'est là que j'en suis. Heureusement, grâce à Ginny Weasley, j'entrevois à présent une occasion risquée de reprendre ma vie en main. Je ne sais pas encore si je suis capable de trahir ma famille afin d'agir pour le mieux, mais je vais devoir tenter le coup. J'aimerais dire que ce sont ces projets de reconversion qui m'ont tenu en éveil ces quinze derniers jours, mais ce serait un mensonge éhonté. Je n'ai pas réussi à songer à autre chose qu'à ma nouvelle camarade rouquine et à la texture merveilleuse de ses lèvres. C'était doux, moelleux, sucré...

Je me redresse d'un coup lorsque je sens un coup de pied dans le dossier de ma chaise. Agacé, je me retourne pour tomber nez à nez avec Blaise, assit à la table derrière moi et qui me fait signe de regarder devant moi. Lorsque je pivote de nouveau sur ma chaise, je croise le regard désapprobateur de mon parrain. Merde. Je me suis endormi en cours de potion. Je soupire et passe ma main devant mon visage. Je donnerais beaucoup pour une bonne tasse de café et une douche fraîche. Je gratte rapidement sous forme de pattes de mouche ce qui est noté au tableau et décide de piquer le travail d'Arya pour recopier plus tard ce que j'ai raté. Mon amie ne me pose plus de questions concernant mon état. Je crois qu'elle s'est un peu faite à l'idée que je ne lui dirai rien de plus que ce qu'elle sait déjà. Mon père me fait la vie dure et des psychopathes vivent chez moi en permanence, il me semble que c'est une explication suffisante. Je ne lui en veut pas d'être curieuse, elle a le même problème que moi à quelques détails près. Je soupire de soulagement lorsque la sonnerie retentit. Je quitte la salle d'un pas fatigué en évitant soigneusement de me faire remarquer par Severus. Je n'ai pas du tout la tête à supporter un sermon maintenant.

Pour moi, les cours sont terminés jusqu'à demain. Peu pressé d'aller rejoindre la foule dans la salle d'étude, je me promène dans les couloirs à la recherche d'un banc isolé où finir ma sieste. Des éclats de voix attirent mon attention un peu plus loin et je m'arrête avant de passer l'angle du couloir. On dirait une querelle d'amoureux. Je reconnais la voix de Ginny. Il est donc facile de supposer que l'autre voix appartient à sont petit-ami. Mes sourcils se froncent, mais je décide de faire demi-tour. Cela ne me concerne pas et la rouquine a été claire la dernière fois concernant ses capacités à se débrouiller seule. Je fais quelques pas à rebrousse-chemin puis m'arrête de nouveau, l'oreille tendue. On dirait que ça tourne mal cette histoire. Je soupire, conscient que le bruit sourd que je viens d'entendre est celui d'une baguette qui tombe au sol. Étant donné que ce crétin de Gryffondor n'arrive pas poursuivi par des chauves-souris enragées, je dirais que c'est Ginny qui s'est faite désarmer. Que dois-je faire ? Je retourne vers eux pour comprendre ce qu'ils disent. D'après ce que j'entends, la demoiselle est en sale posture. Devrais-je intervenir maintenant ? J'hésite à prendre le risque de me retrouver face à celle qui inonde mes pensées, mais ne rien faire pourrait s'avérer dangereux. Eh bien soit, je décide de prendre mon rôle au sérieux. Je m'avance et entre dans leur champs de vision. Je garde cette démarche nonchalante qui me va si bien. « Eh bien, eh bien... Une querelle entre lionceaux ? Moi qui croyais que les félins vivaient en harmonie avec leurs semblables. » Dis-je avec un ton hautain et méprisant. Je ne souhaite pas avoir l'air de m'inquiéter pour la santé de Ginny, même si l'envie de briser la machoire de son agresseur me titille fortement. Un sourire détestable s'étire sur mes lèvres et mon regard de serpent brille de malice. « Quel dommage qu'aucun membre de la Brigade de l'Inquisition ne soit là pour vous coller... Oh mais attendez, c'est le cas. » Je dois admettre que je m'amuse presque à les menacer. Tous les deux. Pendant un instant, j'oublie presque que les choses ont changées et que Ginny n'est plus complètement mon ennemie. Je me baisse pour ramasser la baguette de la rouquine tout en dégainant la mienne que je pointe vers la brute qui lui sert de compagnon. « Deux pas en arrière, mauviette. Il n'y a qu'un Malfoy qui puisse brutaliser un Weasley. Je n'aime pas qu'on me pique mes proies favorites. » Mon ton est agressif, sadique, presque intimidant.

made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Sam 12 Juil - 16:04

Drinny ✻ Love Runs Out
Je suis littéralement enragée. Enragée que Draco Malfoy m’aperçoive en fâcheuse posture après être déjà intervenu contre des filles de sa maison. Enragée par Corner qui se comporte comme un primitif de base en me malmenant. Personne ne malmène Ginny Weasley. J’ai grandi avec sept frères, je suis plus qu’apte à leur tenir tête. Je ne suis pas faible et je vais le prouver. Je ne veux pas qu’on me prenne pour une de ces demoiselles en détresses ridicules. C’est une question d’orgueil personnel. Il va me le payer. Je suis une fille très rancunière. La prochaine fois qu’on s’affronte en quidditch, il risque de se recevoir un certain nombre de cognards de la part des jumeaux, même s’ils ne sauront pas pourquoi il faut le viser, et je vais lui faire sa peau si on s’affronte en duel durant une des réunions de l’AD. Je retourne à Malfoy en entendant ce ton de voix qui m’a hérissé le poil à chaque fois que je l’entends. Cette fois ne fait pas exception à la règle. Il est un peu trop facile de tourner mon regard noir vers lui alors qu’il s’est approché de nous. S’il joue la comédie, il est très bon je dois le reconnaitre. Il ressemble au Malfoy machiavélique des mauvais jours. A entendre les paroles du blond, personne n’aurait pu penser qu’il y avait la moindre relation plus qu’haineuse entre nous et j’étais profondément soulagée. Au moins, les apparences restaient sauves. Et puis, c’est si facile de retomber dans la routine où je suis prête à insulter le serpentard. Les mots me brûlent la gorge, mais je me tais. La surprise de voir arriver Malfoy a au moins eu un effet positif puisque sa poigne se desserre. J’en profite immédiatement pour le pousser en avant et libérer mes poignets pendant que Michael se tourne vers le nouvel arrivant. « La ferme Malfoy. Ne t’en mêle pas ! Tu n’as rien à voir dans cette affaire ! » Je roule des yeux. Comment ai-je fais pour ne pas réaliser que malgré sa répartition chez les aigles, Corner semblait être atteint de la stupidité de mon frère Ron ? « Et oui, tout arrive. » Je déborde de sarcasme, ma faiblesse passagère toute oubliée. Je ne veux pas m’en mêler et me montrer d’accord avec lui, même sur ça.

Je suis prise entre deux feux. Je peux gérer Corner. Draco en revanche, c’est une autre histoire… En l’occurrence, il n’y a rien avec Malfoy, rien que des mots échangés. Mais les mots ne sont-ils pas pire que les actes quand il s’agit d’amour ? Je ne sais vraiment plus en j’en suis. S’il sait que je romps avec Corner, il risque de s’imaginer. Je ne sais même pas pourquoi j’ai agi comme ça en fait. Il m’a simplement énervée. Ça ne veut pas dire pour autant que j’envisage qu’il se passe quelque chose avec le blond. Tout est arrivé beaucoup trop vite. J’ai été complètement aveuglée et happée par sa présence, et je ne peux pas me permettre de refaire une erreur. Je ne peux pas m’empêcher de douter tout au fait de moi. J’ai déjà été bien assez imprudente avec le journal de Jedusor. Je ne ferai pas la même erreur deux fois. La mention de la brigade me fait carrer la mâchoire. En effet, il fait parti de ce groupe stupide. Tout nous sépare. Si j’avais oublié ces détails quand nous étions isolés vers la cabane hurlante, c’était plus difficile dans les couloirs du château. Il ne va quand même pas oser nous coller ? Et surtout pas tous les deux ensemble, si ? « Nous coller pourquoi ? Tu as un motif ? » Jouer l’imbécile ne me va pas au teint, mais il est hors de question que j’écope d’une retenue en la charmante compagnie de l’affreux crapaud rose. Rester plus de dix minutes à contempler les murs écœurants de son bureau est déjà trop pour moi.

Je jette un bref regard à mon ancien petit ami. Je me doute bien que sa version des faits va être grandement modifié par rapport à la réalité, stupidité masculine oblige, alors autant en profiter pour me faire plaisir. J’ai beau être libre, ça ne suffit pas. La colère bouillonne dans mes veines et m’aveugle. Il m’a tout de même malmené. Pour faire bonne mesure, ma main claque sa joue avec toute la force dont je peux faire preuve. « Espèce de crétin ! » Voilà, maintenant il a un motif pour me coller s’il le souhaite.Je me doute bien que ça ne va pas le calmer, mais qu’est ce que ça défoule bon sang ! J’aurais bien sûr préféré lui lancer un sort de chauve-furie, mais puisque je n’ai pas ma baguette. D’ailleurs où est-elle ? Mes yeux se tournent finalement à contre cœur vers le blond qui tient le bout de bois entre ses doigts et tend la sienne en avant. je serais sans doute supposée me sentir en danger, mais c’est tout le contraire. Je cache un sourire moqueur pour ne pas attirer les soupçons de Corner, même s’il semble plutôt focalisé sur Draco à l’heure actuelle. La répartie du blond me divise. J’ai envie de sourire de manière victorieuse quand je vois la mauviette s’exécuter, le regard mauvais chargé de menaces contre nous deux. Pourtant, son ton est si convaincant que je pourrais presque penser que nous sommes revenus en arrière un mois plus tôt quand j’étais simplement la sœur énervante et amourachée de Potter. Ses mots réveillent aussi cette conversation que nous avons eue deux semaines plus tôt. C’est moi qui étais parvenue à cette explication pour son intervention dans l’altercation. Je me demande si ça a fonctionné ou s’il a eu des ennuis. Maintenant, j’ai envie de savoir. Mais ça devra attendre que Corner ait disparu. Nous sommes supposés nous détester après tout. Je fais quelques pas vers le blond, la main tendue. « Ma baguette Malfoy. Tu ne t’en prendrais pas à une Weasley désarmée ? » Moi aussi je sais jouer la comédie, et je n’ai pas vraiment à me forcer d’ailleurs. Oui, je suis en colère. Contre qui, je ne sais même plus…  






© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Sam 12 Juil - 20:24



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

Intervenir dans cette dispute de couple me semblait déjà être une mauvaise idée au départ, mais là j'en suis persuadé. Le regard que me lance Ginny n'est pas simulé, je peux sentir le feu de sa colère brûler ma peau à distance. Je ne perds néanmoins pas mon précieux calme et écoute attentivement ce qu'ils ont à dire pour leur défense. Je ne prête qu'un très vague intérêt envers l'agression verbale que me témoigne Corner. Une mauviette dans son genre ne mérite pas que je m'énerve. Je suis un Malfoy, je ne m'arrête pas pour un minable de seconde zone. Mes sourcils se froncent, mais c'est tout. Je reste immobile, à quelques pas d'eux, ma baguette tendue vers le Gryffondor qui s’exécute à mes ordres malgré son bel assortiment d'insultes. Je n'en attendais pas moins de lui. La peur émane par tous les pores de sa peau. Il pue littéralement d'angoisse. Je connais cette odeur pour l'avoir régulièrement sur mes vêtements, lorsqu'il est temps pour moi de rentrer à la maison à chaque fin de semaine. Je doute que l'on puisse comparer néanmoins ma terreur face au plus grand mage noir que la Terre ai porté et sa trouille de se faire gronder par le directeur ou ses parents. Pitoyable. La remarque de Ginny en réponse à ma surprise de voir deux gryffons de disputer ne me surprend pas. Elle n'a rien d'agréable, mais elle n'est pas agressive non plus. J'espère qu'elle a compris que je joue la comédie, même si je ne suis moi-même pas certain de ne pas être un petit peu honnête dans mon attitude. Que voulez vous, ce n'est jamais simple d'arrêter d'être celui qu'on a toujours été auparavant. Surtout en si peu de temps.

Comme je m'y attendais, l'idée d'être collés ne les arrange pas vraiment. La rouquine en profite même pour me demander un motif. Un sourire de crapule s'étire sur mes lèvres lorsque je lui répond, avec un naturel à faire enrager un moine bouddhiste. « Violence envers un camarade de classe pour Corner, et trouble de l'ordre public pour toi Weasley. On peut t'entendre l'engueuler depuis l'autre bout du château. » Détendu, je croise mes jambes longues et fines, gardant toujours les deux baguettes en main. Bien entendu, l'ex-petit ami de Ginny a toujours la sienne, mais il a bien trop les chocottes pour oser s'en prendre à un membre de la Brigade Inquisitoriale. Il sait ce que fait Ombrage à ceux qui osent pratiquer la magie. Surtout dans les couloirs. Mon regard s'attarde un instant sur la cicatrice qui barre le dos de la main gauche de Ginny. Cette simple vue suffit à me remettre en colère. Je ne sais pas exactement contre qui je le suis, mais il vaudrait mieux éviter de me pousser dans mes retranchements tout de suite. Et là, à ma grande surprise, mon amie rouquine se tourne vers Corner et lui file la plus belle claque que j'ai jamais vue, bien bruyante, bien douloureuse. Une trace rouge nette se dessine sur le visage du Gryffondor qui voit rouge. D'un mouvement de baguette, je lui rappelle que s'il bouge il est cuit. Frustré, il serre les poings et reste immobile. Je sens que l'envie de dégainer sa baguette lui brûle les doigts. Quel dommage qu'il soit une telle poule mouillée.

Ginny s'avance légèrement et me demande sa baguette. Sa façon de la demander est posée, froide, mais j'y perçois une note de connivence. Je suis soulagé. Elle a enfin compris que je suis toujours celui qu'elle a vu il y a deux semaine à la Cabane Hurlante. Je vais donc continuer de jouer le jeu. « Voilà qui est fâcheux. Je ne sais pas si j'y suis vraiment disposé. » Dis-je sur un ton lent et terriblement agaçant. Puis, finalement je la lui jette au sol. Je ne ferai pas l'erreur de la poser dans sa main tendue, ce serait lui donner trop d'honneur, chose que je ne peux pas faire tant que Corner est avec nous. Il est temps de faire dégager ce gros imbécile. « Tiens. Ce n'est pas comme si j'avais quelque chose à craindre d'une traître à son sang comme toi. Un Malfoy vaudra toujours le double d'un Weasley. » Je suis détestable. Autrefois, dire de telles choses m'aurait été facile, naturel, mais aujourd'hui je souffre en prononçant chaque syllabe. A chaque fois, je crains de la froisser, qu'elle oublie que ce n'est qu'un rôle. Je ne crois pas que je supporterais de retourner dans l'ombre d'où je viens. Dans l'ombre où j'étais avant de la connaitre réellement. Désormais, je me demande comment elle va faire partir Corner. Il serait temps que nous puissions parler sincèrement elle et moi. Ce n'était pas prévu, mais il y a un tas de choses dont il faudrait que l'on discute, à commencer par ce baiser que je lui ai volé la dernière fois. Rien que d'y penser, je sens mes lèvres chauffer.

made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Dim 13 Juil - 23:03

Drinny ✻ Love Runs Out
Je suis tellement furieuse que ma vision semble être réduite à ce que j’ai directement devant moi. Je mérite sans doute bien ma répartition chez les lions pour mon caractère impulsif. Draco joue si bien son rôle que je n’ai aucun mal à me mettre en colère contre lui. Il a sa tête détestable des mauvais jours et il vaut peut-être mieux que je n’aie pas ma baguette, qui peut savoir ce dont je serai capable sinon ? Je prête à peine attention à Michael à quelques pas de moi, entièrement focalisée sur le serpentard. C’est comme faire un retour en arrière. Je répond du tac au tac à ses réflexions, sachant tout de même dans un coin de ma tête qu’il n’est pas l’ennemi. Normalement. Mais je n’ai aucune garantie qu’il n’a pas décidé de mettre un terme à cette folie qui nous guette tous les deux. Quand il menace de nous coller, je perds définitivement le peu de sang froid qu’il me reste. Je n’attends pas vraiment de réponse à ma question. Je suppose qu’il ne peut malgré tout pas s’empêcher de se montrer un peu plus sympathique qu’il l’aurait été avant. Ai-je parlé aussi fort ? Je suis sûre qu’il exagère et je ne me gêne pas pour le montrer. La moitié du château en a profité pour sortir, alors question discrétion, je suis quand même pas mal. Mais j’ai quand même été de mauvaise foi, je sais très bien pourquoi il pourrait nous coller. J’espère encore qu’il ne le fera pas, mais tout le monde sait que les serpents ne sont pas des plus honnêtes. Il suffit de voir les colles de Snape pour s’en convaincre. En voyant son sourire, je suis prête à lui faire ravaler aussi sec. Je ne supplierai pas. Je plisse les lèvres avant de passer mes nerfs sur Corner.

La gifle résonne bruyamment, brisant le silence qui s’est installé. Même le blond ne peut cacher sa surprise. Je suis sûre qu’il ne s’attendait pas à une telle réaction. Je l’affronte du regard, légèrement goguenarde. « Voilà, maintenant tu peux rajouter violence physique à la liste de mes méfaits. » Il l’a sacrément mérité. Je ne me serais jamais permise une telle violence d’ordinaire, mais il ne faut pas pousser. La situation au château a tendance à me mettre sur les nerfs. Ombrage semble bien décidée à nous attraper tous pour nuire à Harry et c’est absolument inenvisageable. Avec le recul, j’aurai peut-être honte de m’être laissée emporter par mes plus bas instincts, mais pour le moment, je me sens libérée et plus que satisfaite par la trace qui commence de colorer sa joue meurtrie. Ce n’est pas la présence de Draco qui change quelque chose. J’aurai agi pareil s’il n’avait pas été là. Et puis maintenant, j’aurai un motif valide à une retenue. L’adrénaline me fait même oublier la légère douleur des mains qui m’ont serrée trop fort. Rien qu’une potion d’Hermione ne puisse soigner de toute façon.

J’exigence ensuite qu’il me rende ma baguette, les idées légèrement plus claires maintenant que je me suis défoulée. Sa réponse me fait rouler des yeux. Il sait être énervant quand il le veut, c’est indéniable. Ce ton insupportable qu’il emploi régulièrement refait son apparition. Le fait qu’il la jette au sol me fait tiquer et j’inspire fortement. Je sais bien que Malfoy ne me l’aurait jamais rendu en mains propres, mais tout de même, il aurait pu me la lancer. J’ai beaucoup de mal à me convaincre de me baisser alors qu’ils sont là à me regarder… « Si elle est cassée, je te fais la peau la fouine. Tu connais ma spécialité il me semble… Ou est ce que tu veux un rappel ? » Je lui lance un bref regard avant de m’agenouiller rapidement pour la récupérer. C’est assez amusant comme nos insultes deviennent presque un jeu. Aux oreilles d’une personne extérieure, rien n’a changé et pourtant tout est différent.

Corner n’a toujours pas bougé, partagé entre colère et frustration d’avoir été interrompu. J’aimerais qu’il dégage d’ici, mais je suppose qu’il n’osera pas s’éclipser tant que Draco ne l’y aura pas autorisé. En plus, c’est un préfet, ça ferait vraiment mauvais genre de ne pas obéir. Je me demande s’il pourrait perdre son poste pour m’avoir malmené… « Est-ce que tu comptes nous retenir ? Si tu dois nous mettre une retenue soit, mais certains avaient prévu de sortir à Pré au lard, tu vois. Certains ont des amis… » J’espère qu’il sait que je ne me moque pas et que je ne dis pas ça dans une intention malveillante. Je  me rappelle encore de sa confession au sujet de sa solitude. Les choses ont changé aujourd’hui et je ne souhaite plus le blesser intentionnellement. Mais il faut donner le change devant ce témoin. Corner est blessé dans son amour propre et je ne veux pas qu’il entraîne Draco dans ma propre chute. Parfois à raconter des bêtises, on est plus près de la vérité qu’on ne le croit. J’espère évidemment échapper à une retenue. D’un autre côté, je serais ravi que Corner en ait une, mais je suppose que l’un ne va pas sans l’autre. Et il doit maintenir sa couverture. Pour éviter des soupçons malvenus, je dois moi aussi hériter d’une retenue. Avec un peu de chance, ce sera avec Snape et pas avec l’horrible folle ou Rusard, son disciple amoureux. En être à préférer faire des corvées pour la chauve souris des cachots est quand même signe que quelque chose déraille.






© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Ven 18 Juil - 20:45



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

Je regarde tour à tour Ginny puis Corner. Je ne peux pas m'empêcher de constater qu'ils n'ont aucun point commun sinon leur maison et leur penchant indéniable pour l'arrogance - mis à part que la rouquine va au bout de sa pensée et qu'elle ne se cache pas comme un escargot dans sa coquille. Je lève les yeux au ciel lorsque cette dernière me dit que je peux maintenant la punir pour violence également. Franchement, elle n'a fait que ce que je rêvais de faire moi-même. Si nous étions seuls, je la remercierait. Dommage que ce ne soit pas le cas. Par contre, sa réaction lorsque je lui rend sa baguette en la jetant au sol me laisse froid. Je sais effectivement de quoi elle est capable, mais je ne la craint pas. Je ne l'ai jamais crainte, alors je ne vois pas pourquoi je le ferai maintenant. De toute façon, je suis sûr à 95% qu'elle bluffe à cause de la présence de son ex-petit ami. Je hausse les épaules, peu enclin à répondre à sa provocation. Je suis un Malfoy, je ne gaspille pas ma salive pour si peu. De toute manière, sa baguette ne peut pas être cassée en tombant simplement de ma hauteur. C'est un bout de bois, ce n'est pas du cristal. « Ferme la un peu Weasley, c'est pas comme si j'allais tenir compte de tes paroles de toute façon. Économise ta salive, tu en auras besoin pour expliquer tout ça à Rogue, en détention. » De cette façon, je répond à la fois à sa seconde réplique acerbe et je lui cloue le bec. Au fond, je ne me reconnais que très peu dans cette attitude que j'ai pourtant toujours eue jusque là. Je n’éprouve aucun plaisir à lui parler méchamment et je dois me mordre la langue pour ne pas m'excuser à chaque instant pour mon impolitesse.

D'un mouvement de ma baguette, je fais apparaître mon patronus. Un gigantesque python argentée apparaît, serpentant dans l'air comme sur l'eau. Je le regarde un instant avec fierté avant de lui donner mes ordres. « Préviens Severus qu'il va avoir deux gryffons pour l'aider à laver les chaudrons. Il est temps que Weasley et Corner apprennent à faire un peu de travaux manuels. » Dis-je avec un sourire narquois. Le réticulé s'éloigne rapidement dans les couloirs, traversant deux ou trois murs. Pointant ma baguette sur le brun, je fais mon oeil noir. « Direction les cachots, minable. Si tu fais un détour, je le saurai. Weasley et moi avons des comptes à régler. » Je le regarde quitter les lieux sans trop se précipiter pour garder la face, mais en étant raide comme un piquet. Cette vue me fait ricaner. Lorsqu'il est finalement hors de vue, je me tourne vers Ginny. Mon expression change alors brutalement. Mon assurance, ma méchanceté, ma force, tout s'évapore d'un coup. Je me sens soudainement très fatigué et très faible. Je pose ma main sur le mur pour me soutenir et je passe ma main sur ma poitrine creuse. Pourquoi ne puis-je pas rester droit et puissant en sa présence ? Je l'ignore. Une partie de moi ne veut simplement plus lui mentir. Je ne me suis jamais senti aussi mal. Ce weekend, il a été question de m'imposer la marque des ténèbres le plus tôt possible, probablement l'année prochaine. Cette idée m'a d'abord fait frémir, à présent elle me fait presque défaillir.

made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Dim 20 Juil - 8:48

Drinny ✻ Love Runs Out
Je roule des yeux en entendant sa réponse à ma critique. Pourtant, en entendant la mention de Snape, je suis aussi légèrement rassurée. Qui aurait cru que viendrait le jour ou moi, Ginny Weasley, je serais presque heureuse d’aller en retenue avec Snape, l’horrible chauve-souris des cachots ? Non, ce n’était pas très gentil de comparer ces adorables créatures à cet homme. J’étais plus que soulagée d’échapper à Ombrage. Mais je n’allais tout de même pas le remercier, il ne fallait pas pousser. Je n’en rajoute pas et préfère me taire. Il n’y a plus rien à dire tant que Corner sera encore là. Je préfère observer. J’attends de voir ce qu’il va faire. Je suis à moitié impressionnée de voir qu’il est capable de produire un patronus corporel. Un python, rien d’étonnant en réalité. C’est une des choses qu’on apprend avec Harry et ce n’est pas si facile de les faire apparaître. C’est d’autant plus révélateur que les mangemorts n’en ont pas. Ce qui me prouve bien une nouvelle fois que j’ai raison d’avoir foi en lui. Apparemment, la retenue aura lieu plus tôt que prévu et en compagnie de Corner. Je ne sais pas si c’est une si bonne idée de nous coincer ensemble dans une pièce… J’espère au moins que Snape évitera ses réflexions, sinon ça risquerait de mal tourner. Je suis sûre que Michael n’a pas apprécié le comportement que j’ai eu avec lui et va me le faire payer d’une façon ou d’une autre. Je ne serais pas étonné que dès demain courre dans les couloirs la rumeur qu’il m’a laissée tomber après m’avoir attiré dans ses draps.  Le point positif, c’est qu’il nous faudra seulement récurer des chaudrons, sans magie évidemment. J’espère juste que ce ne sera pas l’œuvre ratée de nuls en potions. Quand il renvoie le brun en direction des cachots, je hausse un sourcil, ravie de ne pas avoir à faire le trajet en sa compagnie. Et puis, ce sera aussi l’occasion d’avoir une petite conversation avec Draco.

Aussitôt que mon ancien petit ami s’est éloigné, je me sens respirer plus librement. Je suis aussi légèrement nerveuse, considérant la façon dont on s’est quittés la dernière fois. Mes yeux se posent sur le blond qui semble fondre à vue d’œil. J’ai presque l’impression qu’il va s’effondrer. Je n’ose pas bouger. Je ne peux pas exclure que quelqu’un me surprenne en train de faire ami-ami avec l’ennemi juré des Weasley, mais je m’en soucierais un peu plus tard. Je fais quelques pas vers lui, rangeant ma baguette dans la poche de mon jean. Il a l’air fatigué lui aussi, à bout. Je me demande ce qui le tourmente. J’espère que ce n’est pas grave, mais tout le devient quand on appartient à une famille qui sert le plus grand psychopathe de tous les temps. Lui demander si ça va serait d’une platitude sans nom. Peut-être que lui changer les idées fonctionnera mieux. « Apparemment tu es voué à devenir mon sauveur attitré… » Un léger rictus s’empare de mes lèvres. Ça va finir par devenir une habitude. L’idée qu’on me trouve faible m’ennuie parce que ce n’est pas le cas. Mais le plus important, c’est que je sache de quoi je suis capable. Me prendre en traitre ne compte aucunement comme me supplanter. Je masse légèrement mes poignets. Il faudra que je me soigne avant que quelqu’un ne voie les marques. Comme le blond n’a pas assisté à toute notre conversation et seulement au moment où ça a mal tourné, je me sens dans l’obligation de donner la raison à sa colère. « Je suis une femme libre. C’est une bonne nouvelle je suppose ! » Apparemment, c’est aussi laisser la porte ouverte à quelque chose d’autre. Je ne sais pas si je suis prête pour ça. C’est trop tôt. Je crois que rester célibataire quelques temps me fera le plus grand bien. Pour le moment, ce n’est pas à l’ordre du jour et une part de moi préférerait ne pas ne parler du tout. J’ai besoin de savoir ce qui le torture avant tout. « Ça n’a pas l’air d’aller. J’espère que ce n’est pas dû à ce que tu viens de surprendre. Mais j’en doute donc… » Je ne finis pas ma phrase, le laissant décider lui-même s’il veut me parler ou non. Snape pouvait bien attendre quelques temps.







© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Ven 1 Aoû - 15:28



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

Corner parti, les choses auraient pu devenir plus simples, mais en vérité ce n'est pas le cas. Je ne sais pas bien ce que nous sommes l'un pour l'autre avec Ginny. Je me souviens l'avoir embrassée la dernière fois à la Cabane Hurlante, mais je ne suis pas certain que c'était une bonne idée. D'abord, je ne crois pas être amoureux d'elle. Ensuite, je crois qu'elle me supporte plus qu'elle ne m'apprécie réellement. Je soupire et laisse un mince sourire s'étirer sur es lèvres lorsqu'elle me dit que je vais devenir son sauveur attitré si je continue à lui venir en aide lorsqu'on l'embête. Ce titre pourrait me plaire s'il ne sonnait pas si mal à mon oreille. Un Malfoy servant de protecteur à une Weasley ? Et puis quoi encore ? C'est ridicule. « Honnêtement, si tu ne te battais pas dans des endroits publics, je n'aurais pas à tomber sur des conversations qui ne me concernent pas. » Dis-je avec un ton qui se veut courtois mais plein de reproches. C'est vrai quoi, y a plus discret qu'un couloir pour avoir une querelle d'amoureux. Ceci dit, je suis assez content d'être arrivé au bon moment et d'avoir pu punir Corner pour quelque chose. J'ai toujours détesté ce crétin. Je crois bien que je le déteste encore plus à présent.

Je hausse les épaules lorsque Ginny affirme être une femme libre. La liberté. Touchantes paroles en vérité. Quel dommage que cette notion n'existe pas réellement. Certes s'affranchir d'un engagement avec Corner doit être agréable, mais je ne pense pas que cela suffise à faire d'elle une femme libre. « Quelle idée aussi de s’enchaîner à un connard pareil. » Dis-je de façon très impolie. Je ne suis pas spécialement énervé contre elle, c'est juste que je n'arrive pas à imaginer les salles pattes de Corner autour de la jolie taille de la rouquine. Si on me demandait mon avis, ce Gryffondor n'aurait plus rien dans le pantalon qui puisse contaminer quelqu'un. Des ânes dans son genres, ça devrait pas avoir le droit de se reproduire. Un vertige me traverse et me colle mon dos au mur avant de me laisser glisser au sol. Assit sur la pierre froide, je ferme les yeux un instant. La remarque de Ginny est inutile, mais je suppose qu'elle ne sait pas comment entamer une réelle discussion avec moi. Soit, je répondrai à ses piques. « Sans vouloir t'offenser, t'es histoires de coeur sont le cadet de mes soucis actuellement. » Je dis en faisant une grimace. « Bientôt je n'aurai plus à arpenter ces couloirs. L'échéance approche. » Dis-je sur un ton énigmatique. Je lève mon regard vers celui de Ginny pour y trouver un semblant de réconfort. Il y brille une telle force de caractère que je ne peux m'empêcher de l'admirer. Aussi, je décide de préciser ma pensée. « Je vais être marqué. A la fin de l'année. »


made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Dim 3 Aoû - 9:00

Drinny ✻ Love Runs Out
Le voir me provoquer de façon aussi flagrante malgré le départ de Corner me fait mal. Je me mords la lèvre pour m’empêcher de répliquer avant de le regretter. Il n’est pas dans son état normal. Mais ça fait mal quand même. Je ne peux pas l’empêcher. J’ai l’impression que mon cœur saigne. Ça fait mal parce que j’avais pensé qu’on avait dépassé ce stade. Apparemment pas… Je baisse les yeux, toute attitude évaporée. Il a partiellement raison. A la base, j’ai choisi cet endroit public pour empêcher ce genre de scènes, j’avais espéré que ça se passerait mieux si quelqu’un pouvait se trouver à proximité. J’avais eu tort. Vraisemblablement, je passais mon temps à ça. « J’ai eu raison toutefois. Si je n’avais pas perdu ma baguette, je n’aurais pas eu besoin de ton aide. » Mais je l’avais perdue et je n’étais pas physiquement assez forte pour me dégager. C’était frustrant. Il allait falloir que je demande à quelqu’un de m’apprendre à me battre à la façon moldu. Ça pouvait toujours servir. Je ne pouvais pas prévoir à l’avance les moments ou je n’aurais pas ma baguette en cas d’attaque.  

J’imagine qu’être de nouveau célibataire devrait provoquer autre chose que le soulagement intense qui m’envahit à cette minute. Je me sens plus légère. Les mots de Draco auraient pu me mettre en colère. D’une certaine façon, il insultait mes choix en matière de garçon. J’ai envie de lui demander si ça s’applique aussi à lui. Ensuite, je me rappelle que nous ne sommes absolument rien l’un pour l’autre. La situation est bien trop compliquée pour que je me raccroche à quelqu’un d’autre sans prendre le temps de comprendre ce qui ne va pas chez moi. Pourtant, sa réflexion pourrait presque passer pour de la jalousie. Mais c’est ridicule. Il ne peut pas être jaloux. Sauf qu’il m’a embrassé et pas l’inverse. Je suis confuse sur la situation. Il faudrait sans doute qu’on ait une discussion franche sur ce qui se passe entre nous, mais c’est difficile de trouver le courage de la lancer. A la place, je hoche la tête. « Oui, ça n’a pas été ma plus brillante idée. Apparemment, on ne connait jamais vraiment bien les gens. » La preuve, je parle cordialement avec un de mes ‘pires’ ennemies, l’ai même embrassé, mais le garçon que je pensais être fait pour moi s’est avéré non seulement jaloux, mais aussi abusif. Je n’ai pas hâte de le recroiser dans les couloirs. Je ne sais même pas comment je vais faire pour le côtoyer durant les séances de l’AD… Une chose est certaine, si nous tombons l’un sur l’autre en duel, je vais lui botter les fesses pour le remettre à sa place. Il doit savoir que si j’avais eu une baguette la situation aurait été bien différente.

C’est assez amusant de voir que malgré mes propres résolutions, je me sens attirée par le blond. C’est comme dire à un enfant qu’il ne peut pas toucher un objet, il mourra d’envie de l’avoir. Je ne sais vraiment plus ou j’en suis. Je change d’avis toutes les deux minutes, déchirée entre la raison et quelque chose d’impalpable qui me pousse à agir. Le voir au sol me fait m’approcher, pas trop au cas où quelqu’un arriverait dans les couloirs. Ça ferait mauvais genre de trouver le méchant serpentard se faire conforter par une insupportable gryffondor. Je ne sais pas comment réagir alors j’utilise l’humour. Apparemment, il n’est pas vraiment d’humeur pour ce genre de remarques. Je ne prends pas ombrage de sa réaction. Je me doutais bien que c’était loin d’être la cause de sa faiblesse passagère. Je suppose que Snape va se demander ce qui me prend autant de temps, mais je n’en ai absolument rien à faire. Il y a plus important.

Je m’appuie contre le mur, à quelques centimètres de lui, les yeux posés sur le mur d’en face. J’attends qu’il parle. Et tout ce que je peux imaginer ne peut me préparer à la réalité de la situation. Quand j’apprends enfin la raison de sa mauvaise humeur, de sa douleur, je perds toute ma superbe. Ma remarque sur la liberté ne m’a jamais apparue aussi mal placée. Il va être marqué. Ça n’est pas possible. Pas si tôt. Pourquoi ? Qu’est ce qui se passe dans la tête malade de son père pour laisser faire une chose pareille ? Mes yeux trouvent les siens et je me sens envahie de furie contre l’injustice de toute cette vie. Tout ça n’a pas servi à rien. Je vais le perdre. C’est inacceptable. « Non ! Tu ne peux pas laisser faire ça ! » Je ne peux pas laisser faire. Il doit s’enfuir, refuser son sort, inventer n’importe quelle excuse. Je suis prête à l’enfermer dans la salle sur demande pour le faire disparaitre aux yeux du monde. Il ne peut pas abandonner l’école pour aller tuer des gens sur ordre d’un taré. Je me sens en colère contre le Ministère qui ferme les yeux sur la réalité alors qu’à côté Voldemort agit. Son avenir ne peut pas déjà être détruit sans même avoir réellement commencé. « S’il te plait… » Je ne sais même pas pourquoi je supplie exactement. Je refuse qu’il abandonne. On va se battre. Ensemble.


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Dim 17 Aoû - 15:09



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

Je m'attendais à ce que la nouvelle ne soit pas bien accueillie par Ginny, mais jamais je n'aurais pu imaginer qu'elle me supplierait avec autant d'émotion de ne pas me laisser faire. Cruel dilemme. Je ne suis pas sûr d'avoir le courage de refuser ce que mon père et Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom veulent m'imposer de force. Et puis quoi ? Même si je refusais, ce ne serait que pour un court temps. Mes parents seraient torturés voire tués sous mes yeux, avant de les rejoindre dans le plus grande douleur. Ginny préfère donc que je sois mort plutôt que marqué ? Je peux presque la comprendre. Qui voudrait de moi vivant ? J'ai fait tant de mal et tant de peine autour de moi. Je ne peux imaginer un futur où Potter et Weasley discuteraient avec moi amicalement, sans rancune, sans ressentiments. Ce serait tout bonnement irréel. Un petit sourire triste se dessine sur mes lèvres. Je lis dans son regard de la colère, mais aussi de la tristesse, au fond. Non. Je ne veux pas qu'elle soit peinée par ma faute. Je ne mérite ni ses larmes ni ses remords. Il y a fort longtemps que j'ai choisi mon destin, ainsi que mon arrêt de mort. « Ne fais pas cette tête... Tu savais que ça arriverait. » Je lui dit avec une gentillesse et une douceur qui me surprennent. Ceci dit, c'est vrai qu'elle le savait, même si elle refuse de se l'avouer. Je suis né pour être dans l'autre camp, dans celui des méchants. Je la regarde, si belle et si pâle, et je réalise que cette barrière entre nous me déplaît plus que je le croyais au départ.

Je passe ma main dans mes cheveux, puis je défais mes boutons de manchette pour remonter les manches de ma chemise jusqu'à mes coudes. Il ne fait pas chaud dans le château, mais je n'arrive pas à avoir froid avec toute cette nervosité que je ressens. Il y a la pression de mes parents, le fait de savoir que je vais être marqué, le regard de Severus qui me hante partout à l'école, et le souvenir envoûtant du baiser que j'ai déposé sur les lèvres de Ginny l'autre jour. Avec toutes ces émotions, je ne sais vraiment plus où donner de la tête. Parfois, j'ai envie de criser et de frapper dans un mur...sauf que la pierre ça fait mal. Honteux, je murmure presque. « Je suis désolé d'être ce que je suis. » C'est toujours douloureux de se rendre compte qu'on est cette personne qui a fait tous les mauvais choix dans sa vie. Regardez moi, j'ai quinze ans et je n'ai rien d'autre que des regrets. Pas d'envies, pas de rêves, aucune perspective d'avenir. C'est comme si j'avais déjà un pied dans la tombe.


made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Mar 19 Aoû - 16:24

Drinny ✻ Love Runs Out
Je ne sais pas quoi dire. Je me sens abattue. J’ai envie de toute casser. Pourquoi est ce que cela doit se passer comme ça ? Pourquoi est ce que les adultes sont aussi aveugles ? Si je croisais Ombrage, je ne sais pas de quoi je serais capable tellement j’aurai envie de l’étrangler. Les adultes sont supposés protéger les enfants et pourtant, on nous force à grandir trop vite et à réparer les erreurs de nos parents. Cette situation me met dans tous mes états. C’est insupportable de se sentir aussi impuissante. Je n’ai personne à qui parler. J’ai pourtant envie d’aider Draco. Le simple fait qu’il m’ait annoncé cette nouvelle a une importance capitale. Il ne veut pas de cette vie que Voldemort lui trace. Si seulement je savais comment l’aider… Je dois vraiment avoir l’air au plus bas pour que ce soit Draco qui tente de me consoler à sa manière. Un léger sourire plein d’ironie apparait sur mes lèvres avant que mes yeux ne se reposent sur lui. Cela dit, Draco à raison évidemment. Je savais à quoi m’attendre dès le départ. J’ai simplement oublié que l’espoir et l’optimisme ne suffisaient pas toujours à arranger n’importe quelle situation. J’ai tenté d’être pour l’espace de quelques jours une gentille écervelée comme certaines de mes camarades, plus intéressée par les garçons et leur futur que par les problèmes politiques du monde sorcier. J’aurai dû savoir que c’était voué à l’échec dès le départ. « C’est vrai, ça ne veut pas dire pour autant que j’espérais que ce soit aussi tôt. » Je ne comprends pas vraiment l’intérêt de Voldemort à faire disparaitre brutalement de Poudlard un des fils de ses plus fervents partisans. N’est-ce pas totalement contradictoire avec son envie de rester dans l’ombre pour le moment ? Bien sûr, je ne suis pas dans la tête de ce psychopathe, qui peut savoir quelles sont ses véritables motivations…

Draco remonte ses manches et je ne peux pas m’empêcher de fixer l’avant bras pour le moment nu du blond, bientôt défiguré par cette immonde marque de propriété. Ma tête se secoue de déni. Je ne sais pas ce que je ferai s’il part à noël et disparait à tout jamais. Est-ce que ce sera comme ça à l’avenir, on finira par se croiser un jour sur le champ de bataille, chacun dans le camp opposé, devra t-il me tuer, devrai-je me défendre et en serai-je seulement capable ? Je dois me montrer rationnelle. Il reste encore du temps avant qu’il ne doive prendre cette marque. Suffisamment de temps du moins pour trouver un plan. Il s’excuse et je sors de mes pensées brutalement pour lui faire un pauvre sourire. Les situations sont totalement inversées de ce qu’elles devraient être. C’est vrai, il se confie à moi et au lieu de lui donner du courage, je m’effondre. « Tu n’as pas à l’être. Tu es un élève, un serpentard. Tu n’es pas un mangemort. Les choix de ton père ne te définissent pas. On trouvera une solution. » Et j’ai l’impression d’être transportée à notre dernière rencontre en disant ça. C’est un cercle parfait. Les évènements se précipitent trop vite, avant que je n’aie eu le temps de profiter de ce que j’ai. Je dois l’aider d’une façon dont je n’ai jamais aidé personne auparavant. Mais je suis prête à accepter le challenge. Je peux comprendre le dilemme dans lequel il se trouve. Que ferais-je à sa place si on m’ordonnait de devenir mangemort, alors que mon père l’est déjà ? Aurais-je pu refuser cette destinée et risquer de coûter la vie de mes parents simplement par idéal ? Il n’est pas seul. Et même si son père a fait de mauvais choix, ça ne justifie pas qu’il doive payer le refus de son fils de sa vie. L’image du vieux directeur m’apparait soudainement avec clarté. Il faut aller voir Dumbledore. C’était la seule solution. Le sorcier sera capable d’aider Draco et peut-être aussi sa famille si jamais les choses progressent jusque là.


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Mer 3 Sep - 13:41



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

L'heure n'est plus aux lamentations, je dois faire un choix qui aura de fortes répercutions sur notre monde. Il est vrai que je pourrais demander de l'aide à Dumbledore et espérer que le mage noir n'en sache jamais rien, mais c'est un fort gros risque à prendre. D'un autre côté, en regardant Ginny et ses jolis yeux clairs qui brillent, l'idée de devenir un mangemort et de devoir être son ennemi me rebute complètement. Si l'occasion s'était présentée il y a quelques années, je l'aurai tuée sans hésiter juste pour que mon père soit fier de moi. Mais aujourd'hui... Aujourd'hui je crois que je n'en serais pas capable. Vous pouvez me traiter de fou, d'inconscient, de suicidaire, mais plutôt mourir que de lever ma baguette contre elle. Je soupire et ferme les yeux. Ces quelques minutes sont cruciales, je dois peser mes mots. Je sais que ma décision restera à jamais gravée dans ma mémoire, qu'il me faudra vivre et mourir avec. Lorsque je rouvre les yeux, je me noie dans la vue de sa chevelure rousse flamboyante. Mon choix est fait. Délicatement, je pose ma main sur celle de Ginny. « Je ne veux pas être ton ennemi. » Je dis avec la voix rauque. Je sais ce que cette décision implique. A compter de ce jour, je suis dans le camp opposé à mes parents. Serais-je capable de les abattre lorsque le moment viendra ? J'en doute fort, mais je ne peux rester dans cette misère et les laisser diriger ma vie à ma place.

Motivé par cette prise de conscience, je me relève. Cela fait un petit moment que nous sommes là. Severus va commencer à se demander où se trouve Ginny. « Viens, je t'accompagne en retenue. Il ne dira rien si je lui dit que tu étais avec moi. » Je dis en lui faisant signe de passer devant. Il me reste quelques minutes de trajet pour recomposer sur mon visage les traits du parfait imbécile égocentrique que j'étais. Il ne faut pas que mon parrain puisse discerner un changement quelconque. A cet instant, je ne sais plus à qui je peux ou non faire confiance. La seule que je me décide à croire, c'est Ginny, parce qu'elle croit en moi. De cette confiance mutuelle pourrait découler beaucoup de choses positives et négatives. J'espère seulement qu'il me sera donnée la chance d'y assister de mes propres yeux, et non pas depuis une tombe. J'ai encore du mal à prendre conscience de l'impact que va avoir ma décision. Est-ce-que cela signifie que je vais faire partie de l'Ordre du Phénix ? Est-ce-que je suis dans le même camp que Potter ? Je ne sais pas bien comment ce dernier va prendre la nouvelle. Je risque de prendre quelques coups au début. Des coups malheureusement justifiés. J'ai été un vrai connard jusqu'à aujourd'hui.


made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 260
+ MAISON : Gryffondor
+ HOUSE POINTS : 493
+ DOUBLE-COMPTES : Octa.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Sam 6 Sep - 10:12

Drinny ✻ Love Runs Out
L’idée qu’un jour prochain nous nous trouvions dans deux camps opposés m’était intolérable. Je ne pourrais jamais lever ma baguette contre lui et j’espérais qu’il en serait lui aussi incapable. Cela dit, il était aussi impossible de penser qu’il puisse aller contre la volonté de ses parents et en venir à les attaquer. Je ne pourrais pas moi-même me battre contre quelqu’un de ma famille même s’il venait à prendre la marque des ténèbres. Sentimentalisme navrant auraient sans doute dit beaucoup. Mais comme l’avait souvent répété Dumbledore, c’était l’amour et l’amitié qui formaient notre plus grande force. Nous avions quelqu’un pour qui nous battre et ça surpassait tous les idéaux possibles. J’espérais que ma force était communicative, que Draco avait retrouvé un minimum d’espoir. Ça semblait terriblement surfait par ces temps sombres. Pourtant, sans espoir, nous n’avions plus rien. Il fallait avoir foi, sinon en l’avenir au moins en Dumbledore et en Harry. J’avais confiance. Ils réussiraient.

Draco me déclarait qu’il ne voulait pas être mon ennemi. La situation était réciproque, bien que problématique à bien des égards. Mais nous aurions le temps de nous en préoccuper plus tard. Je n’étais pas sure de bien comprendre sa déclaration. J’avais peur d’avoir mal compris. Était-il réellement en train de m’avouer à demi-mots qu’il comptait refuser de prendre la marque des ténèbres ? Je lui jetais un regard plein d’espoir. Il pouvait encore changer d’avis, l’échéance était à la fois proche et lointaine et beaucoup de choses pouvaient arriver d’ici là. J’en étais consciente, mais c’était un énorme pas dans la bonne direction. Et s’il était sérieux, j’allais devoir prendre des mesures. Je n’arrivais pas à tout gérer toute seule. Qui mettre dans la confidence ? Qui aurait l’esprit suffisamment ouvert pour ne pas juger le fils d’un mangemort déclarant vouloir changer de camp ? Devais-je aller voir Dumbledore, laisser Draco faire le premier pas ? Je ne voulais même pas penser aux sentiments troubles que j’éprouvais pour le blond. Ça ne ferait que compliquer un peu plus la situation. Ron aurait déjà suffisamment de mal à penser que Draco pouvait changer pour en plus accepter que sa petite sœur pouvait être attirée par l’héritier Malfoy. Peut-être étais-je trop en train de m’avancer, mais je ne pouvais pas m’en empêcher tant l’espoir rendait soudainement tout plus brillant. Un sourire fleurit sur mes lèvres malgré tout. « Je ne veux pas que tu le sois. » Que voulais-je ? C'était encore flou dans ma tête. Mais je comprenais son dilemme, la situation. Quels que soient les crimes de sa famille, il les aimait évidemment. Il se redressa, imperturbable et le moment de confidence était passé, je m’en doutais bien. J’en avais oublié jusqu’à ma supposée retenue, mais pas lui évidemment.

Quand le blond proposa de m’accompagner jusqu’au bureau de Snape, je lui fis un petit sourire. Draco avait raison, Snape allait finir par se demander où j’étais partie. J’acceptais donc. Snape était bien capable de prolonger ou doubler ma retenue parce que j’avais mis trop longtemps pour arriver. Et je me doutais bien que la retenue n’allait pas se supprimer d’elle-même. Je devais déjà me conditionner pour supporter les brimades de la chauve souris des cachots et nettoyer des substances suspectes à la force de mes mains. Néanmoins, ses sarcasmes ne m’atteindraient pas cette fois, j’étais beaucoup trop optimiste pour cela. Pour une fois, je n’aurais aucun scrupule à profiter de ses relations. J’aurai eu bien du mal à justifier ce laps de temps entre l’arrivée de Corner et la mienne. Cela m’arrangeait qu’il trouve une excuse pour moi, même si le sombre professeur risquait de se poser quelques questions. Bien trop tôt à mon goût, nous arrivâmes devant la porte des cachots et je me tournais vers le blond. « Nous y voilà… Merci Draco. » Ma main serra la sienne avant que je me penche impulsivement pour déposer un baiser sur sa joue, reculant une seconde plus tard à une distance raisonnable. Certainement un comportement dangereux si près du territoire des serpents, mais tant pis.



© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Draco L. Malfoy
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 138
+ MAISON : Serpentard
+ HOUSE POINTS : 326
+ LOCALISATION : Poudlard
+ DOUBLE-COMPTES :
Viper C. Marteen
Hamish R. Fritz
Melody A. Oakenfield
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   Mer 24 Sep - 17:44



Love runs out ♦ Drinny - Chapitre 3

Si j'avais su à l'époque que les choses tourneraient de cette façon, est-ce-que j'aurai agi de la même manière ? Aurais-je été le même ? Mes choix auraient ils menés mes pas plus loin sur le chemin du bien ? Je suppose que je ne le saurai jamais. Tout ce qu'il me reste à comprendre, c'est quel est mon destin et par où je peux le trouver. Ginny semble penser qu'un avenir s'étend devant mes pieds, mais je n'ai pas sa confiance un peu naïve en l'humanité. Je ne crois pas que bien me comporter avec elle pourra un jour rattraper les terribles actes que j'ai commis ou que j'ai envisagé de commettre. Aujourd'hui encore, en faisant face à cet imbécile de Corner, j'ai désiré l'humilier, lui faire du mal. On ne se rachète pas une conduite en si peu de temps. Il y a du boulot avant que je puisse voir mon reflet dans le miroir sans être dégoûté. Parfois j'aimerais presque redevenir enfant, lorsque je n'avais pas conscience du bien ou du mal et que tout était simple.

Je ne peux m'empêcher de traîner un peu les pieds en menant Ginny jusqu'à la salle de Severus. J'ai le sentiment désagréable d'emmener une souris directement dans la cage d'un chat affamé. Ce n'est un secret pour personne, mon parrain déteste les Weasley presque autant que les Potter. Et ce n'est pas peu dire. Je soupire quand nous arrivons malheureusement bien trop vite devant la porte à mon goût. Cependant, la gryffondor fait alors une chose que je n'attendais pas. En fait je ne réalise ce qu'il se passe que trop tard, après qu'elle se soit reculée. Surpris, je lève ma main et dépose le bout de mes doigts sur ma joue, là où se sont posées les délicates lèvres de la rouquine. Un mince sourire s'étire sur mes lèvres et je hoche la tête avant de reprendre ma mine sérieuse et pousser la porte. J'ignore royalement Corner qui a commencé à récurer les chaudrons au fond de la salle et me contente de grogner à l'attention de Severus. « Elle était avec moi. Je te la laisse, j'ai du boulot. » Puis je m'écarte pour laisser entrer Ginny. Avant de partir, je prends le temps d'effleurer sa main de la mienne, comme pour m'excuser de l'abandonner avec ces deux malfrats.


made by LUMOS MAXIMA

_________________




Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ♦️ L’acte d’amour le plus parfait est le sacrifice, cacher ses sentiments pour pouvoir être bon ami. Je t’aime et je crois que je t’aime depuis que nos regards se sont croisés mais si ce que tu veux c’est que je te laisse tomber alors je vais le faire ♦️ D&G
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love Runs Out ≡ Drinny - chapitre III
» « Struggle for life. » Drinny - Chapitre 4
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: HOGWARTS :: les couloirs communs :: Les couloirs de l'école-