Partagez | .
 

 Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steven J. Fergusson
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 27
+ MAISON : Ex-Poufsouffle :)
+ HOUSE POINTS : 81
+ LOCALISATION : Au coin du feu, un manuscrit sur les genoux avec une tasse de café fumante dans les mains... Ou alors au ministère.
+ DOUBLE-COMPTES : Nymphadora Tonks (compte principal)
Voir le profil de l'utilisateur http://unbreakable-vow.forumactif.org/t3527-steven-j-fergusson-d

MessageSujet: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Mar 6 Jan - 19:43

Mélody ∞ Steven
Sometimes reality doesn't seem very...  real. But because that doesn't seem right, it doesn't mean that's not real.
Steven revenait d'un petit congé de quatre jours qu'il avait passé avec sa famille dans le château familial. Revoir sa sœur, son frère et ses petites nièces qui grandissaient à vue d'oeil lui faisait toujours du bien et ce weekend-là ne faisait pas exception. L'aînée de ses nièces commençait à se faire grande pour pouvoir la porter avec aise comme sa cadette de 5 ans ou celle de 7 ans mais Steven la faisait encore tourner en l'air comme un tourniquet comme si elle était de papier ! Ces petites lui donnaient toujours une bouffée d'air. Chaque fois qu'il les voyait, c'était toujours la même chose. Il avait parlé romans avec sa sœur Lyanna et Quidditch avec son frère Brandon – ils étaient tous deux aussi passionnés l'un que l'autre. Il avait d'ailleurs rencontré sa nouvelle fiancée (il en changeait tous les trois mois mais apparemment cela semblait être plus sérieux avec cette dernière et Steven en était ravi pour eux deux). Il avait eu l'occasion de parler un peu avec elle et elle avait l'air absolument douce et gentille. A présent, Steven était le dernier de la famille à ne pas être casé comme le lui avait dit Brandon avec humour mais Steven ne s'en formalisait pas. Leur père se portait plutôt malgré son âge malgré des problèmes de rhumatisme et c'est sur une note positive que Steven était retourné à Londres au lundi matin.

Il avait trouvé dans sa boîte aux lettre le courrier de quatre jours – quelques lettres de fans, une de sa maison d'éditions et quatre journaux. Il avait tout déposé sur la table de sa cuisine et n'y avait jeté un coup d'oeil seulement aux environ du déjeuner après une bonne douche et deux heures d'écriture dans sa chambre. Alors qu'il dégustait son bacon et son œuf l'oeuf sur le plat qu'il s'était fait, il entreprit d'ouvrir son courrier, déposant les lettres dans une pile nette sur la table. Il ouvrit alors les journaux, décidé à rattraper les nouvelles des derniers jours. Un regain d'intérêt le prit lorsque ses yeux tombèrent sur un gros titre et une photo en gros de lui et Mélody – celle prise par le photographe. « Quand les artistes se rencontrent. » … Il commença de lire l'article tout en reprenant un morceau de bacon qu'il étala sur un bout de pain mais faillit l'avaler de travers lorsque ses yeux parcoururent les mots « … d'anciens amants que le destin a rejeté dans leurs bras... »

Bien, ce n'était pas vraiment la surprise qui le prit car il était habitué depuis le temps à voir la presse tenter leur chance et le coupler avec quelques autres célébrités qu'il avait croisé, mais ce fut davantage de la confusion qui le saisit. Une confusion qui fit tressauter son estomac par une émotion qu'il pensait oubliée. Il continua de lire un peu plus loin et cette fois, il écarquilla les yeux lorsqu'il lu les mots... « perdu son mari il y a quelques mois... » Il arrêta sa lecture. Les mots continuèrent de danser devant ses yeux. Comment ça, perdu son mari ? Comment n'avait-il rien lu à ce sujet auparavant ? … Elle était veuve... ? Mélody était veuve ? … Tu m'étonnes que les journalistes voient là une histoire en or. Une artiste peintre qui perds son mari et rencontre son ex petit-ami sur le chemin de traverse lors d'une séance de dédicace. Steven ne savait pas trop quoi en penser.

Il repoussa le journal sur le côté, termina son déjeuner avant d'écarter la chaise et de se lever lorsqu'un hibou frappa au carreau. Il alla ouvrir la fenêtre par laquelle l'oiseau s'engouffra et ce dernier se posa sur la table de la cuisine avant de tendre sa patte. Steven prit le message qui y était accroché et y vit le sceau de Ste Mangouste. Fronçant les sourcils, il déroula le parchemin tandis que le hibou avait trouvé un morceau de gras de bacon sur le bord de l'assiette et entreprenait d'en faire son repas. Qui donc le contactait de l'hôpital Ste Mangouste ? Il s'agissait d'un sceau officiel en plus. L'un de ses amis avait-il eu des problèmes de santé ? Dans l'angoisse de cette hypothèse, Steven se hâta de lire la lettre... Ses yeux s'écarquillèrent au fur et à mesure et il dut la relire à deux reprises. Il devait y avoir une erreur. Mélody ? Mélody Oakenfield était à Ste Mangouste et elle avait demandé à ce qu'on l'appelle ? Pourquoi se trouvait-elle à Ste Mangouste ?… Remarque, peut-être qu'elle n'avait personne d'autre à contacter, mais pourquoi lui ?

Steven n'avait pas remarqué qu'il était debout devant la table depuis dix bonnes minutes et même que le hibou, ayant terminé son gras de bacon, s'était envolé par la fenêtre. Il contemplait toujours la lettre, comme s'il essayait de déceler un quelconque détails qui lui dirait qu'il dirait d'une blague mauvaise. Une blague des journalistes peut-être après l'article paru dans le journal ? Non, impossible, il n'y croyait pas. La meilleure façon d'en avoir le cœur nette était de se rendre à l'hôpital et de voir si oui ou non c'était vrai. Sur ces pensées et comme s'il venait de prendre une décision soudaine, il sauta sur ses pieds et attrapant sa veste ainsi que sa baguette qu'il glissa dans sa poche intérieur, il sortit de son appartement.

Une fois arrivé dans le hall de l'hôpital, il se dirigea vers le bureau d'accueil pour demander à quel étage se trouvait Mélody Oakenfield. On lui indiqua l'étage ainsi que le numéro de la chambre et Steven se hâta vers l'ascenseur, toujours peu croyant qu'il s'agissait bien de la même Mélody Oakenfield qu'il connaissait. Une fois au bon étage, il parcourut le couloir tout en recherchant le numéro 153. Il y arriva au moment où quelqu'un en sortait et il reconnut la blouse de Ste Mangouste munie du logo. « Excusez-moi monsieur. J'ai reçu un hibou il y a une heure me disant que je devrais venir ici à la demande … de Mélody Oakenfield ? Je suis un peu perdu. Que se passe t-il donc ? » Le médicomage referma la porte derrière lui avant de prendre Steven à l'écart. L'air grave de ce dernier fit monter l'anxiété de Steven.

« Madame Oakenfield est arrivée aujourd'hui pour son examen mensuel... »

Examen ? Elle a des examens à faire ? Pensa Steven, déconfit. De quoi parlait-il ? Pourquoi devait-elle faire des examens ?!

« … et je n'ai pas de bonnes nouvelles. Sa maladie a avancé un peu plus même si dans les dernières semaines elle s'était stabilisée... »


Cette fois, Steven ne put s'en empêcher et demanda :

« Attendez une seconde... Maladie ? Que voulez-vous dire par là ? Elle est malade ? »

Pendant quelques instants, le médicomage le considéra comme s'il se demandait si Steven se foutait de lui, mais l'air sincère de l'homme face de lui le persuada qu'il ne blaguait pas. Aussi, il répondit :

« Votre amie est attente de la maladie de Parkinson, une maladie qui... »

Il n'avait pas besoin d'en savoir et il n'entendit pas un mot de plus du médicomage. Il savait ce qu'était cette maladie non-magique de toutes façons. Steven cligna des yeux comme s'il n'était pas certain d'avoir bien entendu. Il manqua demander encore si c'était une plaisanterie mais s'en abstint.

« Vous voulez entrer? »

« Hein ?... Entrez... ? » Entre où ? Puis, il sembla enfin retrouver ses esprits et hocha la tête lentement avant de suivre le médecin qui le fit entrer dans la chambre. Celui-ci entra lui aussi et se rapprocha du lit de Mélody.

« Madame Oakenfield ? Vous avez de la visite.  »

Steven n'avait toujours pas bougé. Quelque part, jusqu'au moment d'entrer dans la chambre, il avait espérait qu'il ne s'agirait pas de la même Mélody qu'il connaissait. A présent il devait bien admettre que cela n'avait rien d'une mauvaise blague.


code by Silver Lungs

_________________
Couleur rp : steelblue.

in my dreams, i still hear the sound of your voice. all my life,
it accompanied me like an angel was looking over me and your laughter
is haunting me at night. but i know it is only a dream... and then i wake up.
I wake up, and you are not here. Not anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Melody A. Oakenfield
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 23
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 78
+ LOCALISATION : Londres
+ DOUBLE-COMPTES :
Hamish R. Fritz
Draco L. Malfoy
Viper C. Marteen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Mer 7 Jan - 12:52


Melody Oakenfield & Steven Fergusson
« Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. »

C'était un matin comme tant d'autres lorsque Melody s'était éveillée dans son grand lit. Fidèle à ses habitude, elle avait commencé par regarder l'espace vide et froid à ses côtés avant de se lever. Elle avait attrapée sa robe de chambre posée sur la coiffeuse et l'avait enfilée sans grande conviction. La maison était silencieuse, pour cause : personne d'autre qu'elle ne vivait là. La solitude parfois savait la ronger si fort que la douleur emplissait son espace. Tout aurait pu ressembler à un jour quelconque, mais ce ne fut pas le cas. En descendant l'escalier, Melody ressentit une vive douleur dans ses articulations et fit une violente chute jusqu'en bas. Elle n'eu la vie sauve que grâce au tapis moelleux qui recouvrait les marches et l'empêcha de se rompre le cou. Incapable de bouger, elle était restée des heures immobile sur le sol avant qu'un domestique ne la trouve et l'emmène d'urgence à Sainte Mangouste. Là-bas, on lui demanda son nom, son âge, ce qui lui était arrivé et quelle personne contacter en cas d'urgence. Elle répondit simplement qu'elle ne voulait pas voir qui que ce soit. Pendant une longue semaine, elle se rétablit. Pouvant se lever, elle se rendit dans un autre département de l'hôpital afin de procéder à son examen mensuel. Le médecin, après avoir vu les résultats, ordonna qu'on la mette sous sédatif et la ramène dans sa chambre, aux soins intensifs. La gentille infirmière qu'elle avait croisée lors de son entrée dans la clinique revint alors la voir, la mine soucieuse.

« Madame, il me faut vraiment le nom d'un proche à contacter. Votre état l'exige. Qui devons-nous appeler ? » Dit-elle.

Melody fit un petit sourire fatigué et donna le nom de la seule personne en qui elle avait confiance : Steven. Bien sûr elle aurait préféré qu'il ignore l'existence de sa maladie et la mort de son époux, mais elle n'avait plus tellement le choix. Une véritable armada de médecins tournaient autour de sa chambre comme des requins et personne ne voulait lui dire clairement ce qui n'allait pas. En effet, la sorcière se sentait plus faible que d'ordinaire, mais elle était loin de se douter de la gravité de son cas. Après avoir noté le prénom et le nom soigneusement sur son calepin, l'infirmière s'approcha de la potence et injecta une potion blanche dans la perfusion. Melody n'eut qu'à compter jusqu'à trois et le noir inonda sa vue. Elle ne s'éveilla que trois quarts d'heure plus tard, lorsque le médecin fit irruption dans la pièce en lui annonçant qu'elle avait de la visite. Du regard, elle chercha la silhouette familière et rassurante de son ami, en vain. Allongée comme elle l'était, elle ne pouvait voir que ce qui entourait le lit. Sûrement que Steven n'osait pas s'approcher, mais elle avait terriblement besoin de le voir, de constater par elle-même sa présence dans cette chambre dont le blanc la déprimait.

« Steven ? » Elle appela en essayant de tendre la main.

Son bras ne lui répondit qu'à moitié, bougeant à peine. Melody ne fut pas savoir si cela venait de son propre état ou des calmants dont ils croyaient tous bon de l’assommer continuellement depuis qu'elle était arrivée.

good vibes.

_________________
- We can all make mistakes -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.
Revenir en haut Aller en bas
Steven J. Fergusson
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 27
+ MAISON : Ex-Poufsouffle :)
+ HOUSE POINTS : 81
+ LOCALISATION : Au coin du feu, un manuscrit sur les genoux avec une tasse de café fumante dans les mains... Ou alors au ministère.
+ DOUBLE-COMPTES : Nymphadora Tonks (compte principal)
Voir le profil de l'utilisateur http://unbreakable-vow.forumactif.org/t3527-steven-j-fergusson-d

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Mar 13 Jan - 23:01

Mélody ∞ Steven
Sometimes reality doesn't seem very...  real. But because that doesn't seem right, it doesn't mean that's not real.
Steven se souvenait d'il y a quelques semaines auparavant lorsqu'il l'avait vue au Chemin de Traverse puis dans la librairie et à laquelle il avait donné cet exemplaire dédicacé et avec qui il avait pris une photo, à qui il avait parlé. Etait-elle malade à ce moment-là ? Certainement, fut la réponse qui lui vint quasiment aussitôt. Il n'aurait jamais imaginé que ce genre de choses puisse être possible. Il songea alors que c'était peut-être la raison pour laquelle elle avait premièrement refusé son invitation à l'accompagner jusqu'à la librairie... Peut-être était-ce là la raison de tout. Puis, il y avait une autre chose : le fait qu'elle avait perdu son mari. Il ne savait depuis combien de temps mais lorsqu'ils s'étaient revus ce jour-là au chemin de Traverse, elle aurait pu lui annoncer la triste nouvelle, mais elle ne l'avait pas fait. Enfin, sachant que c'était là la raison de leur rupture des années auparavant, le fait qu'elle ne l'ait pas mentionné était facilement compréhensible.

S'il avait été au courant de sa maladie auparavant, il aurait sans doute mieux encaissé. Cependant, étant dans l'ignorance complète de cela et ne soupçonnant même pas une seconde d'un jour la croiser à l'hôpital – pour quelque chose d'aussi grave en tous cas -  c'était définitivement difficile à encaisser.  L'hôpital était assurément la dernière place au monde où il aurait imaginé la retrouver. Et d'ailleurs, après leur rencontre sur le chemin de Traverse, il s'était même en partie convaincu qu'il ne la reverrait pas de si tôt... non pas parce qu'il ne le voulait pas, mais parce qu'elle semblait elle-même ne pas le vouloir. Cela semblait presque un rêve irréel pour lui en cet instant et il se demandait presque quand est-ce qu'il allait se réveiller.

Le son de sa voix de Mélody – si faible lui parut-il ; il n'était pas habitué à l'entendre si faible – le prit au dépourvu mais le fit hésiter un moment au lieu d'avancer.  Il vit son bras se redresser, se tendre comme pour le faire approcher mais celui-ci retomba mollement sur le lit, sans force nota Steven. Ainsi, elle ne l'avait pas vu encore.  C'était sans doute tant mieux... Au moins, elle n'aura pas vu sa mine décomposée et presque « choquée » provoquée par la découverte de sa maladie. Anxiété aussi, sûrement. Il profita de ces quelques instants pour se reprendre et se composer un visage neutre, des traits sérieux mais qui ne trahissaient rien de ses sentiments intérieurs, puis il s'avança.

« Je suis là. »

Il vint se placer près du lit cette fois, les yeux tournés vers elle. Il aurait voulu trouver une petite blague qui détendrait l'atmosphère mais dans les circonstances actuelles, rien ne lui vint à l'esprit. Pas dans ces conditions, pas entre les quatre murs d'un hôpital. Alors il finit simplement par dire... 
.
« C'est surprenant de te voir ici. »

code by Silver Lungs

_________________
Couleur rp : steelblue.

in my dreams, i still hear the sound of your voice. all my life,
it accompanied me like an angel was looking over me and your laughter
is haunting me at night. but i know it is only a dream... and then i wake up.
I wake up, and you are not here. Not anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Melody A. Oakenfield
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 23
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 78
+ LOCALISATION : Londres
+ DOUBLE-COMPTES :
Hamish R. Fritz
Draco L. Malfoy
Viper C. Marteen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Mer 12 Aoû - 16:27


Melody Oakenfield & Steven Fergusson
« Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. »

Une ou deux minutes s'écoulèrent entre le moment où Melody tendit sa main faiblement et celui où Steven s’avança finalement jusqu'au lit. Pour lui, c'était probablement un temps très court mais pour elle, cela sembla durer une éternité. Lorsque enfin son visage apparut dans son champ de vision, la sorcière constata avec tristesse que son ami était angoissé et perturbé. Sans doute pensait-il pouvoir lui cacher ses sentiments négatifs, mais il n'existait pas sur cette planète une seule personne plus capable qu'elle pour analyser le visage de Steven. Elle l'avait trop aimé et trop intimement connu pour ne pas savoir lire dans ses yeux jusqu'aux tréfonds de son âme. Aussi fut-elle un peu gênée de lui imposer la vue de son corps, ainsi accablé par sa maladie. Maintenant qu'elle se trouvait devant le fait accompli, Melody se promit de faire appeler un domestique la prochaine fois que l’hôpital aurait besoin de faire savoir son état à quelqu'un. La présence de son ami la rassurait tout autant qu'il la mettait mal-à-l'aise et elle commença à se demander ce qu'elle allait bien pouvoir lui dire. Fort heureusement, c'est lui qui se décida à faire le premier pas. Un mince sourire s'étira sur les lèvres de la jeune femme en réponse à sa remarque. Certes, il n'avait pas l'habitude de la voir ici et dans cet état. En fait, il n'avait plus l'habitude de la voir, tout court. Cela participait probablement beaucoup à sa sensation de malaise. Melody hésita à faire une mauvaise plaisanterie pour détendre l'atmosphère, mais elle se retint. Entre eux, c'était Steven qui avait le meilleur sens de l'humour. S'il ne trouvait pas l'occasion de plaisanter ici, c'est qu'il valait mieux ne pas s'y risquer non-plus. De plus, elle avait conscience que l'image qu'elle devait actuellement renvoyer ne devait pas lui donner particulièrement l'envie de rire.

« Oui je... Je suis désolée de ne pas te l'avoir dit l'autre jour. Je ne pensais pas que nous nous reverrions aussi vite et... Enfin je ne vois pas trop comment j'aurais pu aborder le sujet. » Dit-elle en faisant une grimace penaude.

Elle avait honte d'avoir gardé ce secret pour elle, de lui avoir parlé comme si tout allait bien, de lui avoir en quelque sorte menti en lui cachant la vérité. Ce n'était pas dans ses habitude d'être malhonnête, aussi se sentait-elle très mal à l'idée de l'avoir été avec son plus vieil ami. La vie les avait séparés, certes, mais ce n'était pas une raison pour agir comme elle l'avait fait. La culpabilité lui serra le coeur mais elle tenta de n'en rien montrer. Steven, elle le savait mieux que quiconque, était un expert dès qu'il était question de s'accorder toutes les fautes afin de soulager son entourage. Et c'était bien la dernière chose qu'elle souhaitait qu'il fasse. Gênée par le silence qui retomba dans la pièce après cette entrée en matière peu joyeuse, Melody tenta une nouvelle approche.

« Tu pourras te vanter de m'avoir vue en pyjama. » Dit-elle en retenant un petit rire timide, avisant sa tenue.

Elle portait un grand pyjama deux-pièces en satin rose pale et brodé de ses initiales sur le col. Sa femme de chambre avait eu la délicate attention d'apporter quelques unes de ses affaires ici, afin qu'elle ne soit pas obligée de déambuler dans l’hôpital dans l'une de ces ignobles robes ouvertes derrière fournies par la clinique.

good vibes.

_________________
- We can all make mistakes -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.
Revenir en haut Aller en bas
Steven J. Fergusson
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 27
+ MAISON : Ex-Poufsouffle :)
+ HOUSE POINTS : 81
+ LOCALISATION : Au coin du feu, un manuscrit sur les genoux avec une tasse de café fumante dans les mains... Ou alors au ministère.
+ DOUBLE-COMPTES : Nymphadora Tonks (compte principal)
Voir le profil de l'utilisateur http://unbreakable-vow.forumactif.org/t3527-steven-j-fergusson-d

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Dim 30 Aoû - 12:34

Mélody ∞ Steven
Sometimes reality doesn't seem very...  real. But because that doesn't seem right, it doesn't mean that's not real.
« C'est surprenant de te voir ici. »



Surprenant, c'était bien le mot. Steven aurait imaginer un tas d'histoires autour d'elle mais jamais il n'aurait pensé qu'elle puisse être malade. Les mots du médicomages résonnaient encore dans son esprit et il avait peine à le croire encore. Pourtant, il la reconnaîtrait entre mille. C'était bien Mélody Oakenfield qui se trouvait là, assise dans un lit d'hôpital et qui lui tendait la main. Il se repassa le déroulement de la journée où ils s'étaient croisés sur le chemin de Traverse... Elle lui avait semblé bizarre en le revoyant ainsi et il n'avait pas compris pourquoi, mais maintenant, il semblait comprendre à présent pourquoi elle n'avait pas semblé très enthousiaste à l'idée de le revoir. Sans doute ne voulait-elle pas qu'il découvre qu'elle était malade... Mais alors, pourquoi donner son nom au médicomage pour l'avertir de sa présence à l'hôpital ? N'avait-elle vraiment personne d'autres ?

Il pouvait sentir l'atmosphère un peu lourde et le sentiment de malaise qui se dissipait des deux bien qu'il essayait de paraître plus détendu qu'il ne l'était...  Elle prit alors la parole, s'excusa de ne pas lui avoir dit qu'elle était malade lorsqu'ils s'étaient vus la dernière fois mais elle ne pensait pas qu'ils se reverraient aussi vite. Avec une grimace, elle ajouta ne pas savoir comment lui annoncer sa maladie de toutes façons.  Steven en convenait bien,  cela aurait été un peu délicat de lui annoncer sa maladie comme ça de but en blanc la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Un, c'était dans une rue publique et de deux, ils ne s'étaient pas vus depuis des années. « Hey, salut, ça va bien ? » « Oui, parfait, et toi ? » « Moi, et bien je suis malade. J'ai la maladie de Parkinson. » « Ah... » Blanc total. C'était bien pour jeter un froid dans une conversation entre deux personnes qui se croisaient par hasard dans la rue après des années.

« Je comprends que d'un côté c'était un peu difficile d'en parler dans un lieu ouverte qu'était le chemin de Traverse ou la librairie... et cela fait si longtemps qu'on ne s'étaient pas vus... peu de gens annoncent ce genre de choses le premier jour de retrouvailles... » Même si, il en convenait, elle ne pensait sûrement pas le revoir de toutes façons après ce premier jour. Elle tenta ensuite de faire un peu d'humour malgré les circonstances, et Steven avisa le joli pyjama rose pâle qu'elle portait et qui était le sien. « Je dois avouer que je suis content de te voir dans ton propre pyjama, et non celui affreux de l'hôpital... Celui-ci te vas bien mieux. »  fit-il en esquissant un léger sourire. Il y avait cependant quelque chose qu'il se devait de demander...  Elle lui brûlait la langue depuis qu'il était arrivé à l'hôpital et il trouvait normal de se la poser. Sans compter qu'officiellement, il n'était même pas au courant du fait qu'elle était veuve...

«  Ne me méprends pas sur la question, mais je me demandais, pourquoi as-tu demandé à ce qu'on me contacte ? Tu dois avoir beaucoup d'autres personne à contacter... Des gens que tu as vu plus régulièrement peut-être... ? Des gens de ta famille éventuellement... »
 

Ou, étaient-ils au courant de sa maladie ? Peut-être n'avait-elle osé le dire à personne...

code by Silver Lungs

_________________
Couleur rp : steelblue.

in my dreams, i still hear the sound of your voice. all my life,
it accompanied me like an angel was looking over me and your laughter
is haunting me at night. but i know it is only a dream... and then i wake up.
I wake up, and you are not here. Not anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Melody A. Oakenfield
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 23
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 78
+ LOCALISATION : Londres
+ DOUBLE-COMPTES :
Hamish R. Fritz
Draco L. Malfoy
Viper C. Marteen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Dim 29 Mai - 15:49


Melody Oakenfield & Steven Fergusson
« Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. »

Melody fut ravie de constater que Steven entrait aisément dans son jeu, faisant quelques remarques amusantes sur son pyjama. Au fond, elle n'était pas si gênée par sa tenue. Pas devant lui, en tout cas. Ils avaient partagé tant de choses à l'époque que ceci ne figurait pas en tête de liste des situations les plus embarrassantes. Rien que d'y songer, elle se rappela bon nombre d'histoires à se tordre de rire. Toutes en sa compagnie, d'ailleurs. Nostalgique, la sorcière fit un petit sourire amusé, le regard dans le vague. Cela ne dura qu'un instant, mais elle y apporta une grande importance. Ces moments à se souvenir de leur amitié et de leur amour valaient plus que tout l'or du monde à ses yeux. Malheureusement, ce genre de calme ne pouvait durer qu'un temps. La discussion sérieuse de départ revint comme un boomerang et cette fois, Melody n'avait plus d'issues de secours. Elle soupira un peu et décida de lui répondre le plus honnêtement possible. Franchement, elle lui devait bien ça.

« Je n'ai jamais dit la vérité à mes parents. La mort d'Adam les a suffisamment inquiétés comme ça. S'ils apprenaient ma maladie...ce serait l'enfer pour eux. »

Elle avait honte de l'avouer, mais sa famille n'était pas joignable en cas de problèmes de ce genre, parce qu'elle ne le souhaitait pas. Et elle n'avait guère d'amis non plus à présent, à force de rester enfermée seule dans sa grande maison. La solitude faisait partie de son quotidien et c'était une chose dont elle n'était pas fière du tout. Elle ressemblait déjà à une vieille dame asociale. Pitoyable. Elle rougit légèrement et continua sa pénible révélation.

« Je n'avais vraiment personne d'autre à contacter. Je ne vois personne. Jamais. En fait je sors très peu de la maison à présent. » Dit-elle.

Melody était-elle minable de se laisser ainsi dépérir sans se battre ? Peut-être bien. Elle en avait plus ou moins conscience, d'ailleurs. Entre le deuil et la maladie, elle s'était laissée submerger par les émotions négatives sans relever une seule fois la tête. Pourtant, maintenant qu'elle se trouvait en compagnie de Steven, elle ignorait totalement ce qui l'avait poussée à s'enterrer de la sorte. Surtout aussi jeune. Pourquoi n'était-elle pas sortie rencontrer de nouvelles personnes ? Pourquoi n'avait-elle pas sauté sur l'occasion de revoir son ami après tant d'années ? Peut-être à cause de la culpabilité. Peut-être à cause de la peur d'être déçue. Ou de décevoir, même.

good vibes.

_________________
- We can all make mistakes -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.
Revenir en haut Aller en bas
Steven J. Fergusson
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 27
+ MAISON : Ex-Poufsouffle :)
+ HOUSE POINTS : 81
+ LOCALISATION : Au coin du feu, un manuscrit sur les genoux avec une tasse de café fumante dans les mains... Ou alors au ministère.
+ DOUBLE-COMPTES : Nymphadora Tonks (compte principal)
Voir le profil de l'utilisateur http://unbreakable-vow.forumactif.org/t3527-steven-j-fergusson-d

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    Ven 30 Sep - 16:46

Mélody ∞ Steven
Sometimes reality doesn't seem very...  real. But because that doesn't seem right, it doesn't mean that's not real.
S
teven avait beau réfléchir, il n'arrivait pas à se souvenir s'il s'agissait de son mari. Et puis, qui allait le blâmer après tout ? A cette époque, il venait de perdre la femme qu'il aimait pour un autre homme donc son cerveau avait automatiquement éradiqué le nom de ce dernier. Etait-ce Simon ? David ? Non, il lui semblait que ça ressemblait un peu à Adam mais qu'en savait-il. Il n'avait réussi à surmonter la douleur de la rupture encore que récemment.  Et repenser à cela aujourd'hui, il préférait l'éviter. Après tout, la lettre de Mélody avait encore un goût amer en lui...

Il apprit alors qu'elle n'avait pas non plus discuté sa maladie à ses parents et il ressentit un peu de pitié subitement pour elle. Ainsi, personne d'autre ne savait qu'elle était malade  (en-dehors de lui à présent). Il songea que c'était un peu dommage... Ne comptait-elle donc jamais le leur dire ? Ce sont dans ces moments-là particulièrement que l'on a besoin du soutien de ses proches et apprendre qu'elle est seule dans cette épreuve lui fit de la peine.

« C'est dommage... Le plus de support qu'on a dans cette période, le mieux c'est... » fit-il lentement mais nullement avec un ton de reproche. C'était triste de voir qu'elle n'avait apparemment personne à contacter en cas de problèmes de ce genre. Sa famille ne voudrait-elle vraiment pas être contactée ou bien c'était Mélody qui ne voulait pas les déranger ? « Aucun ami non plus qui aurait pu venir ? »

Le fait que selon elle, elle ne voyait personne non plus – elle avait même insisté sur le jamais – le décontenança beaucoup. Bien sûr, il devait forcément y avoir le marchand de lait ou autre qui venait éventuellement frapper chez elle de temps en temps mais elle ne les invitait pas forcément à entrer pour boire un verre. D'ailleurs, il lui semblait se souvenir que cela n'aurait jamais été son style d'inviter des inconnus comme ça...

« Dans ce cas-là, tu as bien fais de donner mon nom... » ajouta t-il avec un sourire. Aussi surprenante avait été la lettre de l'hôpital ce matin, Steven n'aurait jamais tourné la tête devant le ton assez urgent de la lettre quand bien même cela faisait des années qu'il n'avait pas vu Mélody et que sa dernière impression de la jeune femme n'avait pas été très positive avec la lettre de rupture qu'il avait reçu. Steven l'observa un moment, silencieusement. Après ses dernières paroles, Mélody semblait s'être renfermée sur elle, honteuse d'avouer qu'elle s'était ainsi éloignée du monde social. Après quelques instants de réflexion où il tourna dans sa tête comment exactement formuler sa pensée, il lui dit :

« Comme dirait l'un des personnages de mon dernier roman, il y a d'autres façons de se changer l'esprit que de rester enfermé chez soi tout seul. Sortir, même dans sa rue, permets de faire des rencontres, d'échanger quelques mots avec quelqu'un, au lieu de rester enfermé chez soi. »


Pendant un moment, il se tut ensuite, laissant ces mots faire son effet et observa malgré lui que les couleurs pâles de l'hôpital ne s'accordaient décidément pas à son teint qui, d'ailleurs, semblait bien plus pâle que celui de la jeune femme dont il se souvenait. Se rendant compte de son regard un peu trop insistant, il détourna les yeux avant de reprendre :

« Que puis-je faire pour toi ? As-tu besoin de quelque chose ? Je peux passer chez toi pour aller les chercher si tu veux bien... »

code by Silver Lungs

_________________
Couleur rp : steelblue.

in my dreams, i still hear the sound of your voice. all my life,
it accompanied me like an angel was looking over me and your laughter
is haunting me at night. but i know it is only a dream... and then i wake up.
I wake up, and you are not here. Not anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes, because reality doesn't seem right, it doesn't mean that's not real. [Fe Mélody]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» C'est le pompom !!!!!
» Ana Falkowsky, when the mask became reality
» Visite Oo [Reality]
» Shyshy ♣ I'm not crazy, my reality is just different than yours.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: THE WORLD IS OURS :: Londres :: Ste Mangouste-