Partagez | .
 

 “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cesare de Matteis
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 224
+ MAISON : Sorciers
+ HOUSE POINTS : 439
+ DOUBLE-COMPTES : Aloisia Bateson
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis   Dim 3 Avr - 18:08


Cesare Aegnus Valentino de Matteis
fiche & images par ekkinox
45 ans ❖ Firenze - Italie ❖ Sang-Pur ❖ Veuf

❖ RPS EN COURS ❖



❖ RPS EN ATTENTE ❖


❖ RPS FINIS ❖





SON HISTOIRE EN BREF

si t'es plus curieux... tu survoles!
violent ❖ réfléchi
maniaque ❖ patient
psychopathe ❖ sophistiqué
sarcastique ❖ bon vivant
calculateur ❖ spirituel
insensible ❖ sportif
autoritaire ❖ ambitieux
colérique ❖ attentif
menteur ❖ perspicace

Idées de liens

TITRE DU LIEN (Compliqué)lien masculin

[/url]
Pour plus de précisions
cliquer ici!


Liens à rajouter

Prénom P. Nom (FEAT CÉLÉBRITÉ) ❖ titre du lien


_________________
    “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.”
    “Hope not ever to see Heaven. I have come to lead you to the other shore;
    into eternal darkness; into fire and into ice.”
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Cesare de Matteis
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 224
+ MAISON : Sorciers
+ HOUSE POINTS : 439
+ DOUBLE-COMPTES : Aloisia Bateson
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis   Dim 3 Avr - 18:09


Women are made to be loved, not understood.
fiche & images par ekkinox
this is a man's world
TEODORA DE MATTEIS




xxxxxxxx




The dead ex-wife
ALOISIA BATESON
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
My dear Lucrezia
❖ ❖ ❖

LEANDRA DE MATTEIS
Cesare est certainement pour beaucoup dans les troubles qui tourmentent sa soeur. Plus jeune que lui de sept ans, c'est sûr elle qu'il pratiqua ses aptitudes de persuasion et il l'a tortura et la manipula psychologiquement pendant des années. Si bien qu'aujourd'hui, Alana est devenue aussi froide et calculatrice que son aîné. Sauf qu'à sa différence, elle n'a aucune force de caractère. Elle est aussi éperdument amoureuse de son frère et même si elle ne lui a jamais avoué, ce dernier est parfaitement au courant et sait en jouer lorsque le besoin s'en fait sentir.  
Sister and favorite victim
PRÉNOM NOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
TITRE DU LIEN

❖ ❖ ❖

PRENOM NOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Titre du lien
PRÉNOM NOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
TITRE DU LIEN


Revenir en haut Aller en bas
Cesare de Matteis
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 224
+ MAISON : Sorciers
+ HOUSE POINTS : 439
+ DOUBLE-COMPTES : Aloisia Bateson
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis   Dim 3 Avr - 18:09


A gentleman is simply a patient wolf.
fiche & images par ekkinox
this is a man's world
STEFANO DE MATTEIS




xxxxxxxx




Old and fabulous big brother
OCTAVUS MCKENNA
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
The man to bring down
❖ ❖ ❖

NOM PRENOM


****

Sister and favorite victim
PRÉNOM NOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
TITRE DU LIEN

❖ ❖ ❖

PRENOM NOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Titre du lien
PRÉNOM NOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
TITRE DU LIEN


Revenir en haut Aller en bas
Cesare de Matteis
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 224
+ MAISON : Sorciers
+ HOUSE POINTS : 439
+ DOUBLE-COMPTES : Aloisia Bateson
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis   Jeu 29 Sep - 20:22





Son visage avait hanté ses nuits depuis qu'il l'avait rencontré. Aloisia. C'était un nom qu'il n'oublierait pas, malgré ce premier pas maladroit. Ses cheveux flamboyants, sa peau d'une pâleur lunaire et ses lèvres si pleines, si roses. Il l'avait appelé Lucrezia et elle l'avait sorti de son songe en le rectifiant. Il avait ri légèrement en s'excusant, lui souhaitant une nouvelle fois un bon anniversaire. Elle avait suscité un intérêt en lui dès le premier regard. Et ça n'était allé que grandissant. Il n'avait pas pu s'empêcher de l'observer durant toute la soirée, ne s'était pas privé pour d'ailleurs. Ça avait été une réelle apothéose lorsqu'elle avait annoncé devant tous les invités qu'elle rompait ses fiançailles. Il n'avait pas retenu un sourire alors que les mines autour de lui apparaissaient choquées. Il aimait son tempérament, il ne l'avait pas imaginé autrement. Sa Lucrezia à lui. Ça avait été la rencontre qu'il avait attendu toute sa vie, du moins depuis qu'il avait découvert l'histoire de son supposé ancêtre de qui il tenait son nom. Cesare Borgia. Les suppositions de relations incestueuses, bien loin de l'avoir dégoûté, l'avait poussé à la curiosité. Une telle grandeur par un tel nom, ça n'était pas surprenant. S'il voulait suivre ce genre de destinée, il ne lui fallait pas moins qu'une telle rousse à son bras, il le savait. Alors que tous se pressaient auprès des parents pour obtenir un mot, une explication de leur part, lui était simplement parti. Il devait agir plus vite que prévu mais une telle occasion, on ne pouvait pas la laisser passer. Son voyage en Ecosse écourté, il s'en était retourné à Firenze pour retrouver sa mère, avec de bonnes nouvelles, comme elle l'attendait. Il n'avait pas quitté le pays pour des vacances. Le retour du Lord était entendu beaucoup trop fréquemment pour ne pas écouter. Il fallait assurer leurs arrières, ce qu'ils n'avaient pas fait la première fois. Et le Mage Noir n'était pas du genre à oublier. L'alliance n'était pas une option, c'était une nécessité. La matriarche avait été clair là-dessus. Il avait quarante-cinq ans et n'avait aucune descendance. De ses trois enfants, il était son préféré, ça ne signifiait pas pour autant qu'elle était plus tendre avec lui, au contraire. Il lui raconta donc sa rencontre, le désespoir certain et la honte que devait ressentir la puissante et distinguée famille Bateson de par les actions de leur unique fille. Son intention d'en profiter pour apparaître comme le seul choix possible, le miracle sorti de nul part. Elle acquiesça. Il ne dit évidemment rien sur ses motivations à lui, la ressemblance frappante avec l'image qu'il se faisait de la Borgia. La mère était déjà suffisamment suspicieuse depuis la mort inattendue de sa précédente épouse. Ses soupçons étaient évidemment justifiés, il l'avait tué. Elle avait beau être une des plus belles femmes de la cour de Florence, il ne l'avait jamais aimé. Il n'aimerait jamais probablement autre chose que sa personne, mais elle avait fini par l'ennuyer profondément. Son incapacité à procréer avait été le coup de grâce. Il s'était débarrassé d'elle. Et il avait pris son temps. Et il avait aimé ça.

Le reste avait été d'une simplicité enfantine. Il avait attendu quelques temps avant de retourner au Royaume-Uni. Comme prévu, les Bateson avaient été surpris de sa demande d'entrevue. La fille était retournée à l'école, son jeune âge ne le rebutait pas, au contraire. Il allait aimer sa fraîcheur, plongerait dedans et s'en lécherait les doigts. Bien sûr, il avait prétexté les affaires pour lancer la discussion. Les activités de sa famille étaient nombreuses, la plupart très obscures. Ce climat d'insécurité que dégageait son nom forçait au respect et à la crainte. C'était une bonne chose. Dans la conversation, il avait glissé qu'il se devrait de retrouver quelqu'un après le décès tragique de son épouse, qui avait fini par se suicider, devenue folle de chagrin de ne pouvoir devenir mère. Ça aussi, ça avait été trop facile. Les yeux de l'épouse s'étaient agrandis comme deux soucoupes. Son mari devait bien la connaître, il posa rapidement une main sur la sienne, l'incitant ainsi à se taire. Il était intelligent, lui aussi voyait cela comme une transaction. Il allait faire une offre, qui serait acceptée. Mais pas tout de suite. D'autres prétendants avaient du se faire connaître, plus pathétiques et décevants les uns des autres. L'italien apparaissait aux yeux du vieil homme comme une lueur d'espoir qu'il allait saisir. Sans se brader, avec la fierté et la pudeur des écossais. Hésitation, réserve, c'était par quoi il avait répondu. Laisser le poisson venir jusqu'à lui sans l'effrayer. Cesare avait accepté d'y réfléchir si la jeune fille en question venait passer quelques temps au Palazzo Farnese. Le marché était conclu.




Il détestait l'entendre crier. Et ces derniers temps, c'était incessant. Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, cette beauté qu'il avait pourchassé avec autant de fougue disparaissait devant ce pathétisme accablant. Il fallait qu'elle se taise, il ne le supportait plus. Surtout pendant les repas. Sa main frappa la table si fort qu'elle en sursauta, se taisant par là même. Lentement, il se leva et alla jusqu'à elle, ne la quittant pas un instant des yeux. Tout ce qu'il ressentait, c'était le sang pulser dans ses veines, demandant son tribu. Elle ne bougeait pas, figée de peur. Silencieux, il l'observa encore une seconde, debout face à elle, avant que sa main ne vienne heurter violemment sa pommette. Elle faillit en tomber de sa chaise mais il attrapa ses cheveux avant qu'elle ne puisse s'en aller. C'en était assez. Il lui avait dit, encore et encore, qu'il détestait l'entendre hurler. Elle n'écoutait pas assez de toute évidence. Il la traîna sur le sol de cette manière, ses cris ne lui posant plus problème. Une fois près de la cheminée, il se mit sur elle. La lumière des flammes dansaient dans les yeux de sa femme, si apeurée. Pauvre créature... Si elle avait su, elle ne l'aurait pas épousé, vingt-ans plus tôt. N'avait-elle jamais vu le monstre en lui ou avait-elle simplement préféré fermer les yeux ? C'était encore une erreur qu'elle ne ferait plus. Ses longs doigts se refermèrent sur sa gorge, serrant toujours plus fort sans sourciller. Elle allait mourir. C'était tout ce qu'elle méritait. Cette blonde qu'il ne désirait plus et qui était incapable de lui donner des enfants. Si près de voir son dernier souffle expiré, il retira son étreinte et la laissa reprendre l'air dans un râle et une toux des plus déplaisantes. Elle essaya de parler mais aucun son audible ne lui parvint. Cesare sortit alors sa baguette et remit sa femme debout avant de l'immobiliser. Avec le plus grand calme, il fit tomber la fermeture de sa robe, révélant une peau mûre qu'il connaissait bien. L'habit à terre, il continua de la déshabiller et une fois nue, s'en retourna vers la table laissée à l'abandon, l'agneau à peine entamé. Une si belle bête et elle ne lui avait pas laissé la possibilité de l'apprécier. Il retira le long couteau planté dans l'animal et s'en retourna vers sa proie. Teodora semblait terrifiée, c'était grisant. Elle ne le regardait plus lui mais la lame qu'il faisait courir sur sa peau frissonnante. Il s'arrêta un instant sur le haut de sa cuisse, puis appuya, encore et encore, jusqu'à ce que le sang coule enfin. Si elle l'avait pu, elle aurait crié. Elle ne le pouvait plus. La lame s'enfonça une nouvelle fois, au dessus de son sein gauche, bien plus profondément. La couleur du précieux liquide le ravit, c'était magnifique. Un rouge si pur, si profond, inimitable.

Si elle devait périr, il se devait de lui rendre sa gloire d'antan. Il la laissa une seconde fois pour réunir ce dont il avait besoin. Avant d'aller plus loin, il lia ses pieds, puis ses poignets, avant de la suspendre au chandelier, toujours près de la cheminée. Elle n'avait pas encore perdu connaissance. Il avait le temps avant qu'elle ne se vide complètement de son sang. Il prit place derrière son chevalet, la toile vierge ne le resta pas longtemps. Les pinceaux filaient, habillaient et donnaient corps au tableau. Son œil averti donnait vie à sa vision alors que celle de son épouse prenait fin doucement. Pour une plus grande fidélité, il mélangea la peinture au sang de son modèle. C'était parfait. Il peint toute la nuit, ne remarquant même pas le moment où elle finit par mourir, pris dans cette frénésie artistique. Il avait oublié combien elle était belle. Ça ne lui fit pas regretter son geste.



Elle n'allait pas tarder à arriver. Ses parents l'avaient retiré de son l'école et vu le scandale occasionné, n'avaient pas hésité une seule seconde à la faire quitter le pays. Pour que personne ne soit au courant de sa destination et des intentions de sa famille, il avait réussi à lui organiser un voyage en portoloin non-déclaré. Elle arriverait dans une des plus belles chambres du Palazzo Farnese. Lui était dans une pièce annexe et il comptait bien l'observer par une ouverture secrète avant d'aller jusqu'à elle. Cesare avait expressément demandé aux Bateson de ne rien dire de leur arrangement à leur fille, que ça soit sur son identité ou les raisons de son exil. C'était un jeu pour lui. Il voulait la conquérir, se montrer qu'il était encore capable de la faire tomber pour lui. Ça n'était pas n'importe quelle jeune héritière. C'était celle qu'il allait épouser, il le savait, et qui l'accompagnerait dans sa quête de gloire et de grandeur. À l'image de ses aïeux. Ça dépassait de très loin la seule nécessitée d'alliance. Personne ne savait combien il l'avait attendu. Mais peut-être que la séduire n'allait pas être aussi facile que ce qu'il pensait. Elle finit par arriver et l'italien bloqua sa respiration en continuant d'épier la scène. Ça n'était pas ce à quoi il s'était attendu. Il pensait qu'elle arriverait avec la même assurance que lorsqu'elle avait pris la parole le soir de son dix-septième anniversaire. Au lieu de ça, elle semblait dévastée. Elle resta quelques secondes au milieu de la pièce sans même regarder autour d'elle, aucune curiosité ne la traversant. La belle finit par se laisser tomber à terre et ce qu'il entendit lui glaça le sang. Elle pleurait. Et une fille comme elle ne devait pas pleurer pour n'importe quoi. Une horrible pensée s'imposa à lui, sorti de cet instinct si particulier qu'il avait toujours eu. Sa Lucrezia vivait un chagrin d'amour. Il avait pensé qu'elle s'était débarrassé de son écossais de fiancé parce qu'elle n'en voulait tout simplement pas. Mais la raison devait être toute autre. Est-ce que ça changeait les choses ? Absolument pas. Au contraire, il se sentait grisé par cette révélation. Il avait un rivale, pas totalement écarté puisqu'il était toujours dans le cœur de la rousse. Cesare aimait les défis, attirer Aloisia dans ses filets en était un nouveau et des plus prenant. Doucement, il referma la plaque qui camouflet l’œilleton dans le mur et s'en alla, changeant ses plans. Il n'irait pas à elle. Il la pousserait à venir à lui.

Les jours suivants, il lui donna l'espace dont elle avait besoin, s'assurant qu'on lui apporte malgré tout ce dont elle avait besoin. Elle n'était pas encore sortie de sa chambre mais ça n'était rien de grave. Il avait choisi de se rendre dans le parc du Palais et s'était installé sur un des bancs en face des fenêtres de sa chambre. Muni d'un bouquin, il y resta de longues minutes, presque une heure, avant que l'inévitable ne se produise. Comme il l'avait prévu, la jeune écossaise finit par quitter ses quartiers pour le rejoindre. Il savait qu'elle avait du l'apercevoir de là-haut et, sans pouvoir dire d'où, le reconnaître. « - Miss Bateson ! Je crois que je vous dois des excuses. J'aurais du venir à vous bien plus tôt. » Il lui sourit, enlevant ses lunettes et refermant le livre qu'il posa sur ses genoux. Elle paraissait toujours aussi fatiguée et triste même si elle avait retrouvé de son aplomb. Ils finirent par discuter un bon moment, il avait eu du flair en la pensant passionnée d'histoires. Mais c'est bien lui qui mit un terme à leur rencontre. Ne rien brusquer, laisser la proie baisser sa garde. Le soir venu, il alla personnellement déposer un des ouvrages qu'il lui avait conseillé devant sa porte. Et c'est comme cela que tout commença. Elle passa de sa chambre au parc pour le rejoindre et puis il finit par l'amener dans la grande bibliothèque, réservant ainsi son petit effet. Aloisia n'aurait pas pu être plus heureuse s'il lui avait offert des rivières de diamants. Plus les jours s'écoulaient, plus elle reprenait du poil de la bête, dans tous les sens du terme. Quand son moral fut manifestement au beau fixe, Cesare lui proposa un repas en sa compagnie, elle qui jusque-là mangeait, ou plutôt picorait, seule dans sa chambre.

Il avait adoré la voir presque déçue en découvrant qu'ils ne seraient pas que deux à table. L'expression avait été fugace et pourtant délicieuse. Le jeu devenait de plus en plus intéressant. Elle n'avait pas mis longtemps avant d'entrer dans la conversation, étonnamment à l'aise en compagnie de sorcières et sorciers plus âgés qu'elle. Elle avait plu à ses convives, tous charmés par son esprit et sa fraîcheur. Cesare avait remarqué comment les hommes à la table la regardaient, envoûtés par cette beauté à part, une beauté qu'elle ne se connaissait pas. Elle n'était pas encore à lui qu'il se délectait à l'idée de faire envier les autres. Même s'il devait prendre son temps, il ne pouvait pas s'empêcher de s'impatienter du jour où il annoncerait qu'elle allait porter son nom.


Il était resté jusqu'au bout, parfait dans son rôle de veuf endeuillé. Il regardait la terre recouvrir toujours un peu plus la tombe de son épouse, capable même de faire briller ses yeux pour avoir l'air peiné. Mais il ne pleurerait pas. Il ne pleurait jamais. Sa sœur accrochée à son bras jouait elle aussi très bien la tristesse, malgré le fait qu'elle avait toujours détesté Teodora. Cesare savait pourquoi elle avait tant haï la blonde : elle lui portant des sentiments amoureux et incestueux qu'il avait lui-même provoqué. Celle qu'elle considérait comme sa rivale n'était plus et il était curieux de voir qu'est-ce qu'elle allait faire de ce changement de situation. Contrairement à elle, il ne l'aimait pas et la trouvait tout au plus amusante. Ce n'était qu'une distraction qui allait et venait. Pendant ses périodes d'ennui, il refaisait naître en elle ce désir et cet espoir qu'elle ne s'avouait jamais totalement avant de tout éteindre pour savourer sa déception. Pauvre petite sœur, toujours frustrée d'être mariée à un moins que rien, à jamais maudite de partager le même sang que lui.

Il n'était pas sorti des jours durant après les funérailles, toujours pour coller à son personnage. Mais il allait bien. Très bien même. Prendre la vie de sa femme réveilla quelque chose en lui et il passa le plus clair de son temps dans son atelier secret, à admirer ses chefs-d’œuvre. Celles qu'il ne montrait jamais différaient des autres peintures mais lui seul savait en quoi. Elles semblaient beaucoup plus vivantes ce qui était assez ironique finalement. Obliger de prendre des vies pour les insuffler à ses toiles. Il pouvait encore se rappeler la sensation de force qu'il avait ressenti en donnant pour la première fois la mort. Ça n'avait rien à voir avec les expériences qu'enfant il avait mené sur des animaux innocents. Ces mises à mort-là reflétaient une curiosité morbide encore excusable. Mais la première fois qu'il avait décidé d'anéantir une personne, il s'était trouvé. Et malgré son statut de sorcier, il avait toujours trouvé que tuer d'un sort n'offrait pas la même sensation de puissance et de contrôle que lorsqu'il usait de ses propres mains. Il aimait se sentir tout puissant. Personne ne pouvait l'atteindre.

Chaque jour qui passait lui assurait un peu plus l'affection de la belle rousse. Pourtant, il n'avait pas l'impression d'avoir gagné. Bien au contraire, cette impression d'être à la seconde place s'ancrait de plus en plus en lui. Il avait envoyé son homme de main enquêter sur l'ancien fiancé d'Aloisia. S'il ne se trompait pas, et il ne se trompait jamais, sa douce future femme avait aimé cet homme. L'aimait encore probablement. Il devait gagner son cœur à la loyale, l'absence de ce concurrent devenait gênante. S'il devait provoquer une rencontre pour se prouver qu'il pouvait l'avoir, il n'hésiterait pas. Il sourit à cette pensée. Ce contretemps s'avérait même des plus distrayants. Il n'avait pas autant voulu quelque chose depuis bien longtemps. Et les morts qu'il avait causé, s'ils pouvaient parler, diraient combien ça le rendait dangereux.

_________________
    “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.”
    “Hope not ever to see Heaven. I have come to lead you to the other shore;
    into eternal darkness; into fire and into ice.”
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis   

Revenir en haut Aller en bas
 

“Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.” - Cesare de Matteis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate [Abigaïl Faust]
» Noah || Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.
» "Lasciate ogni speranza" /libre/
» Cesare » Embrace the terror...
» You're gonna make mistakes, you're young || Cesare Da Conti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: MINISTRY OF MAGIC :: Le monde magique :: Les liens-