Partagez | .
 

 «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Ven 20 Aoû - 19:55

    Le réveil qui sonne. Inlassablement tous les matins, mais Anthony était une des rares personnes de son bureau à aimer se lever. Bien sur, il aimait aussi dormir, il aimait être bien au chaud sous sa couette… à vrai dire, il aimait beaucoup de choses. Mais se lever le matin était toujours le signe d’une bonne chose : il était encore en vie, et il avait beaucoup de choses à accomplir. Il n’était pas ambitieux, il se contentait d’un boulot tout à fait typique au ministère dans le département des accidents magiques. Non les choses qu’il devait accomplir étaient bien plus simples, bien moins terre à terre. Sa mission, son seul véritable objectif, était de passer ses journées du mieux qu’il le pouvait, en essayant de faire ce qu’il pouvait pour le monde. Et en ce moment, son aide n’était pas de trop.

    Il ne comprenait pas la guerre. Il savait bien évidemment pourquoi les gentils se battaient, mais le concept même de méchanceté ou d’intolérance lui était inconnu. Pourquoi des être humains voulaient-ils se déchirer, se tuer et se haïr, alors qu’il était tellement plus simple d’aimer ? ( tu finiras par regretter ce que tu viens de dire mon coco ⭐ ) Mais même en ces temps perturbés, il aimait se lever pour aller au ministère. En plus il était entouré toute la journée de beaux mâles, et de belles femmes aussi évidemment. Il appréciait les gens de son bureau et il aimait rester en leur compagnie, mais pour une raison qu’il ignorait, il ne ressentait la même chose pour aucune femme. Il n’aimait pas spécialement être avec une femme, il ne les comprenait pas, et franchement… il ne voyait pas ce que certains hommes leur trouvaient. Il appréciait la beauté, mais sans plus. Il attendait simplement, la bonne… personne. En tout cas il en était persuadé.

    Souriant de toutes ses dents, il se leva donc, une chanson des Bizarr’Sisters dans la tête. En une petite demi-heure il fut prêt à sortir et se rendit donc directement au ministère. Dans le hall, il prit le temps de saluer tout le monde, y compris les gens dont il ignorait jusqu’à l’existence ce matin même. Il croyait sincèrement qu’un simple sourire pouvait faire la différence entre une bonne et une mauvaise journée. Une fois dans son bureau, il s’installa tranquillement, chantonnant toujours la même chanson, souriant comme un gamin le matin de Noël. La journée pouvait commencer.

    Vers le début de l’après midi il décida de s’accorder une petite pause pour détendre ses pauvres petits doigts épuisés par la paperasse à remplir. Il aurait pu la confier à un de ses subalternes, mais il se sentait heureux de le faire, et il était trop gentil pour leur confier le sale boulot. Il descendit donc dans le hall d’entrée et s’assit au bord de la grande fontaine qui faisait la fierté de toute la Grande Bretagne ( en tout cas d’après le ministre ). Il regardait passer les autres employés, s’offusquant parfois de leur manque de politesse, s’extasiant ensuite devant le joli minois d’un nouveau ou d’une nouvelle arrivant(e). Pour une raison qu’il ne pouvait pas s’expliquer, ses yeux étaient irrémédiablement attirés par les hommes et leur démarche assurée, rapide. Il les enviait d’un côté, il leur trouvait une grâce incroyable, le genre de charme que seuls les hommes possédaient…

    Mais alors qu’il se levait pour retourner travailler, un simple mot le fit sortir de ses pensées. Quelqu’un venait apparemment de l’interpeller. Croyant tout d’abord que l’inconnu était perdu et cherchait un renseignement, il s’aperçut ensuite que son visage ne lui était pas inconnu… et pour cause, il s’agissait d’un autre employé du ministère. Mais que voulait-il, il n’en savait rien. Sans vraiment y réfléchir il lui lança un grand sourire et le fixa directement dans les yeux, prêt à écouter ce que le bel inconnu avait à lui dire.



( Désolée je suis nulle pour entamer les RPs )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Sam 21 Aoû - 10:18

& &
Anthony & Erodric. "Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner."

    BIP-BIP-BIP . Le son du réveil venait de sortir notre bel auror de son sommeil réparateur. Il revenait de mission et avait bien besoin de repos, mais ça le Ministère s'en moquait. Le jeune homme était efficace alors on allait pas lui laisser du repos quand même, il ne fallait pas trop en demander, il avait déjà pu dormir 6 heures après être resté 3 jours en mission, là le ministère avait fait fort... Le faire commencer si tôt alors qu'il avait parfaitement réalisé sa mission... M'enfin, il avait l'habitude et il aimait son métier, alors ça n'allait sûrement pas le mettre de mauvaises humeurs, bon d'accord, peut être pas de super humeur mais pas non plus d'humeur exécrable. Sa sœur qui avait passé la nuit dans l'appartement de son jumeau en l'absence de son mari et de sa fille lui lança un oreiller pour qu'il fasse taire son réveil.... Aucune pitié! Je vous jure les sœurs jumelles c'était pas un cadeau...

    Finalement après un douche, chaude la douche, il enfila négligemment un jeans et une chemisette blanche qu'il accompagna d'une veste légère noire assortie. Il n'avait pas le temps, il était déjà presque en retard. Il se passa une main dans les cheveux pour les ordonner à peu prêt même si c'était mission impossible. Il était donc l'heure de partir pour le Ministère, mais avança il fallait qu'il déjeune et surtout, chose qu'il faisait tout les jours, lire la Gazette du sorcier pour savoir en quoi allait consister sa prochaine mission. Et puis, aller au Ministère n'avait pas que des désavantages, il pouvait l'observer de loin... Mais il se l'était promis, la prochaine fois qu'il serait proche de lui, il lui adresserait directement la parole, parce qu'il avait beau s'acharner à recueillir des tas d'informations sur lui, ça ne lui dirait jamais si il était gay ou non... Et au final c'était ça l'information importante. Vous devez vous dire qu'Erodric était fou amoureux de ce garçon, que nenni! Il désirait mettre fin à cette obsession le concernant, et la seule solution serait de le mettre dans son lit. C'était plutôt logique non?

    Notre serial gay sortit donc de son appartement et transplana devant le ministère avec sa Gazette à la main. Il entra rapidement et rejoignit son bureau, il n'avait aucune envie de discuter pour l'instant, il voulait juste lire la Gazette en fumant une cigarette bien installée sur son fauteuil de bureau. Il referma la porte saluant rapidement ses collègues. Il s'installa derrière son bureau, cigarette fumante à la bouche, yeux parcourant les lignes de texte, les mangemorts n'arrêteraient donc jamais? Quand il avait commencer sa formation d'auror, les mangemorts étaient beaucoup bien nombreux que cela, en tout cas, ils faisaient beaucoup moins de victime...

    Il travaillait déjà depuis plusieurs heures quand il tourna les yeux vers une grosse horloge. Et voilà! Il avait encore oublié de prendre sa pause déjeuner, c'était peut être pour ça qu'il sentait son ventre gargouiller... Il descendit donc du bureau des aurors, une nouvelle clope à la bouche qu'il eu terminé quand il acheta de quoi manger rapidement. Finalement, vue le travail qu'il avait aujourd'hui, il pouvait bien s'accorder une pause un peu plus longue que d'habitude. Il se dirigeait donc d'un pas assuré et rapide vers la grande fontaine du Ministère. C'était un endroit où elle aimait bien rester à ne rien faire quand il n'avait rien à aire en haut. Il poursuivit la dégustation de son sandwich végétarien quand il le vit. Beau comme un Dieu avec son sourire et ses beaux yeux... Il n'avait jamais été aussi obsédé et attiré par un homme...

    Comme il l'avait décidé le matin même, il décida de l'interpeller. Il jeta le reste de son sandwich végétarien, s'essuya rapidement la bouche et fini son coca light. Il avait crié son nom comme pour l'arrêter et visiblement ça avait plutôt bien fonctionner puisque le jeune homme s'était arrêté. Alors qu'Erodric était quelqu'un de toujours sûr de lui fut déstabilisé en sentant les yeux du jeune homme dans les siens. Mince... Qu'allait-il dire? Il n'avait rien préparé... Fallait qu'il trouve une excuse pour l'avoir aborder... Le boulot bien sûr!

    "Bonjour, vous êtes bien monsieur Sheffield? On m'a envoyé vous voir pour savoir si certains accidents magiques sur lesquels vous travaillez vous paraisse suspect... Comme par exemple réalisé par des mangemorts.... "


    Il lui fit un petit sourire en gardant ses yeux sombre dans ceux du charmant petit brun. Qui en plus d'avoir des fesses à damner à sein avait un visage angélique qui faisait complètement paniquer le jeune auror.

    " Excusez moi, je ne me suis pas présenter, Erodric Adonis Johnson... Mais appelez moi Erodric... "


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Sam 21 Aoû - 17:57

    Anthony se sentit tout bête face au jeune homme. D’un parce qu’il était surpris de le voir lui adresser la parole, de deux parce qu’il n’avait donc pas la moindre idée de ce qu’il lui voulait… et de trois parce qu’il le trouvait terriblement attirant. Attirant dans un sens purement platonique bien sur. C’était une simple observation, un jugement parfait objectif puisqu’Anthony n’était pas gay, il trouvait certains hommes attirants mais, pas dans ce sens là bien sur. Bref. Sentant que son esprit allait finir par l’embrouiller et lui donner un air complètement ridicule face à son interlocuteur, il se força à se concentrer sur ce que celui-ci avait à lui dire. Il fixa donc toute son attention sur les lèvres le visage du jeune homme et l’écouta en silence :

    "Bonjour, vous êtes bien monsieur Sheffield? On m'a envoyé vous voir pour savoir si certains accidents magiques sur lesquels vous travaillez vous paraisse suspect... Comme par exemple réalisé par des mangemorts.... "

    Anthony avait gardé la bouche légèrement entrouverte alors que le jeune auror parlait. Il était complètement subjugué, il avait une façon si belle de s’exprimer, il savait capter l’attention de son auditoire, ça c’était sur. A moins que son super pouvoir magique ne fonctionne que sur Anthony ? Peut-être bien après tout. Il resta béat quelques secondes, dévisageant sans aucun scrupule le visage de son collègue.

    " Excusez moi, je ne me suis pas présenté, Erodric Adonis Johnson... Mais appelez moi Erodric... "

    Adonis. Anthony se surprit à penser que ses parents avaient trèèès bien choisi le nom de leur fils, car si Erodric n’avait rien du personnage mythologique, il en avait hérité la beauté légendaire. Dans un sourire, il se répéta le nom « Erodric » dans la tête, trouvant décidément son nouvel ami… intéressant. Puis il lui tendit doucement la main avant de répondre :

    « Enchanté, Erodric. Moi c’est Anthony. »

    Serrant toujours la main du jeune home dans la sienne, Anthony resta muets encore quelques seconds, flottant dans une sorte de béatitude parfaitement insensée. Puis, dans un sursaut, il se souvint que si l’auror était venu le voir c’était pour une question de boulot, et non pas pour lui indiquer son nom. Et il n’avait toujours pas répondu à cette partie de la question. Lâchant la main d’Erodric, il eut l’impression de la sentir se refroidir à chaque seconde qui passait, il avait bien aimé le contact de leur poignée de main, il faudrait qu’il trouve une excuse pour le prendre dans ses bras désormais ⭐ Se ressaisissant promptement, il passa sa main dans sa nuque pour essayer de son concentrer à nouveau : le boulot.

    « Ah, des incidents. Hé bien je m’occupe des incidents de catégorie un seulement, donc je ne sais pas. Les incidents plus graves ne concernent pas mon bureau. Désolé.

    D’ailleurs, maintenant qu’il y pensait, c’était assez étrange que quelqu’un ai envoyé Erodric lui parler alors que justement ce genre d’incidents ne le concernait pas. Etrange. Enfin c’était surement une erreur, après tout, les employés du ministère n’étaient pas sensés connaître les occupations de tous ceux qui travaillaient dans les bureaux, c’était un simple malentendu. Haussant les épaules, il lança un petit sourire tout mignon à Erodric avant de s’apercevoir d’un coup de la triste réalité.

    Si ce genre d’incidents ne le concernaient pas, alors Erodric allait partir affraid Il ne pouvait lui être d’aucune utilité donc le beau jeune homme allait retourner dans son bureau et il ne le verrait plus jamais affraid Anthony aurait du inventer un mensonge complètement bidon et bien long pour retenir l’attention de l’auror un peu plus longtemps. Malheureusement pour lui, mentir était contre sa nature, il en était parfaitement incapable. Se sentant tout à coup gêné de vouloir retenir Erodric avec lui ( par la force s’il le fallait ), il détourna le regard, faisant mine de regarder les passants. Puis une idée de génie lui vint, il n’avait pas besoin de le laisser partir puisqu’il avait sa botte secrète :

    « J’étais justement en pause… vous voulez aller boire un café avec moi ? »

    Avec cela, il lui lança un regard aussi mignon que celui d’une petite fille qui essayait de faire craquer son père pour lui acheter une poupée. Il pria intérieurement pour que le jeune auror dise oui. Mais franchement, qui aurait dit non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Sam 21 Aoû - 18:52

    *Erodric calme toi... S'il n'est pas gay il va forcément se rendre compte que tu le regardes ... Tu le regardes? Non tu le dévores des yeux tu veux dire? Hum... Tu l'avais toujours regardé de dos, faut dire qu'il a un joli petit cul quand même... Il est facilement premier dans ton top 10... Pourtant t'en as vu des petits culs... Mais dans son jeans là... Et en plus, le devant est encore plus plaisant que le derrière... C'est vrai quoi, qu'est ce qu'il est sexy avec sa petite gueule d'ange... C'est vrai quoi... T'as déjà vu un sourire comme le sien? On dirait le chat de Shrek... Mais pourquoi tu penses à ça O_O? Tu as devant toi l'homme que tu désires le plus au monde et toi tu penses au petit chat dans Shrek... Bon faut avouer qu'il est super mignon, mais pas autant que Anthony... Regarde comme ils sont beaux ses yeux... On dirait deux étoiles.... Bon dieu qu'il est beau et sexy ce mec...*

    « Enchanté, Erodric. Moi c’est Anthony. »


    Anthony... Bien sûr qu'il connaissait parfaitement son prénom, mais cette fois c'était lui qui lui avait dit Lui et lui seul... Il lui parlait... Et la façon dont il venait de dire son nom était tout simplement délicieuse. Sa voix avait un sorte d'accent chantant, comme venant caresser doucement son oreille comme une légère brise qui passe et qui se dissiper un instant à peine après avoir eu à le temps de vous faire frémir. Subtile, délicate, délicieuse, agréable...

    « Ah, des incidents. Hé bien je m’occupe des incidents de catégorie un seulement, donc je ne sais pas. Les incidents plus graves ne concernent pas mon bureau. Désolé.»

    Il lui offrit un sourire presque charmeur, mais pas trop, fallait quand même pas qu'il déballe tout ses atouts tout de suite, même si il fallait bien avouer qu'Anthony était tout simplement divin sur le plan physique. Mais la raison qui empêchait le jeune homme de charmer ouvertement le jeune Sheffield était tout autre, il ignorait complètement si il était homosexuel ou non, alors forcément, il n'allait pas le draguer en risquant de se prendre le premier et unique râteau de sa vie. Pas par lui, il le désirait beaucoup trop fort.

    " Enchanté Anthony. Oh je vois, on a du mal me renseigner, ne vous excusez pas, vous n'y êtes pour rien. Je n'y connais rien au incidents magiques alors j'ignore la différence entre les différentes catégories d'incidents.... Je suis auror alors..."


    * Bon Dieu, qu'est ce qu'il a les mains douces... Mais faudrait peut être que tu la lui rendes non? Il va trouver ça bizarre que tu la gardes serré dans la tienne... C'est... Mais faut avouer que t'as aucune envie de la lâcher, qui voudrait lâcher la main d'un mec comme lui? T'as envie de le prendre dans tes bras hein? De le serrer tout contre toi, de poser tes lèvres sur les siennes, de faire dévier tes baisers dans son cou, de sentir le rythme de son cœur à travers son cou, de faire glisser tes mains vers ses jolies petites fesses, de s'amuser à le décoiffer en remontant tes baisers vers son oreille pour venir lui mordiller le lobe pendant que tes mains glisseraient sous son t-shirt... Bon faut que t'arrêtes là mon vieux.... Tu deviens franchement grave et accroc à ce mec... N'oublie pas, il ne faut jamais s'attacher à ses conquêtes fut elle aussi craquante que lui.*

    « J’étais justement en pause… vous voulez aller boire un café avec moi ? »

    Il avait rêvé? O_O Il venait de lui proposer de boire un café avec lui! Dans la tête du jeune auror ce fut un explosion de joie et de soulagement, il avait en effet eu très peur de devoir disparaître puisqu'il n'avait plus aucune excuse pour rester aux côtés du délicieux petit brun au visage à la fois tellement enfantin et plein de maturité... Tout ce qu'il aimait chez un homme, absolument tout. Cet homme était la représentation de tout les charmes masculins et surtout, il était l'homme idéal d'Erodric. Mais il ne devait pas s'attacher. Il ne fallait jamais s'attacher, sinon on prennait le risque de souffrir...

    "Avec plaisir! Je n'ai rien à faire de tout de façon... Je reviens d'une mission de trois jours sans avoir eu un seul jour de congé, et on ne me donne rien à faire... Je pense qu'on peut se tutoyer..."

    Il lui offrit un nouveau sourire et commença à marcher, en la délicieuse et charmante compagnie du jeune homme vers les machines à café qui donnait un café de bonne qualité contrairement à celle que l'on pouvait trouver dans les entreprises moldu. Une fois devant l'une des machines à café, Erodric sourit à ce délicieux Apollon, il allait se montrer parfait gentleman, merci il fallait bien avouer qu'en général c'était le genre d'attitude qu'on avait pour les femmes, mais n'oublions pas qu'il était gay notre bel auror.

    " Je vous offre le café! Vous prenez quoi? Court ou long? Cappuccino ou café classique? "

    Erodric se commanda un café latte aromatisé à la vanille avec un peu de crème, c'était son pécher mignon. Et encore, lâcher le dans un Starbuck Café et vous serez effrayé de voir le résultat... Mais pour l'instant, son pécher mignon était plutôt le jeune homme à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mar 24 Aoû - 21:21

    " Enchanté Anthony. Oh je vois, on a du mal me renseigner, ne vous excusez pas, vous n'y êtes pour rien. Je n'y connais rien au incidents magiques alors j'ignore la différence entre les différentes catégories d'incidents.... Je suis auror alors..."

    Anthony restait complètement hypnotisé par les paroles du jeune homme. Mais pourquoi est-ce que ses yeux se dirigeaient automatiquement en direction de sa bouche ? Il se surprenait souvent à fixer les lèvres des gens lorsqu’ils parlaient mais cette fois c’était encore différent. Il se sentait gêné de trouver sa manière de parler… hé bien, tour bonnement irrésistible. C’était peut-être le ton de sa voix, la manière dont il le regardait… la douceur avec laquelle il parlait… Se rendant soudain compte qu’il commençait véritablement à fixer son interlocuteur, il se reprit. Restons sérieux ⭐

    Il lui lança un sourire indulgent pour bien lui signifier que son erreur était tout à fait excusable, comment lui en vouloir de toute manière ? Il retint son souffle et eut même l’impression que tous les employés du ministère s’étaient arrêtés alors qu’il lui proposait d’aller boire un café. Pourquoi s’en faisait-il autant ? Un simple café entre collègues, ça n’avait rien d’étrange, rien de spécial. C’était un moment tout à fait banal. En tout cas, voilà ce que son cerveau lui disait, mais son cœur lui ne semblait pas tout à fait d’accord. Il avait l’impression qu’un simple « non », aussi poli soit-il, aurait eu le même effet sur son moral que l’irruption soudaine de Lord Voldemort dans l’atrium du ministère de la magie.

    Heureusement pour lui, le mage noir n’était pas encore arrivé et son nouvel ami avait poliment accepté son invitation. Anthony resta bouche bée en entendant le récit d’Erodric. Une mission. Comme c’était excitant ! Et ça rajoutait aussi au charme du jeune auror, bizarrement. Et en plus il lui demandait de le tutoyer ! Trop de bonheur d’un seul coup pour le pauvre Anthony sans doute, il resta muet plusieurs secondes, incapable de comprendre pourquoi il était si… chamboulé. Finalement il lança un petit sourire au jeune homme, l’air de dire : « Alors let’s go ! » et le suivit jusqu’à l’espace détente du personnel où se trouvaient les machines à café. Heureusement ( pourquoi heureusement ? ) la salle était vide, ils étaient seuls.

    " Je vous offre le café! Vous prenez quoi? Court ou long? Cappuccino ou café classique? "

    Anthony sourit en entendant Erodric lui parler de lui offrir son café. Quelle galanterie. C’était flatteur *O* Il se sentait presque gêné de le laisser payer mais il n’était pas encore assez fou pour refuser l’offre d’un si beau garçon. Dans un sourire malicieux il répondit :

    « Je crois qu’on devait se tutoyer ? Sinon cappuccino pour moi !»

    Il posa doucement sa main sur le bras du jeune homme, un sourire aux lèvres avant de rajouter :

    « Je te laisse payer à condition de t’offrir le prochain.»

    Ou comment arriver à date number two. Comment ça date ? affraid Se reconcentrant un instant, il prit le gobelet que le jeune auror lui tendait et avala une gorgée de son cappuccino. En vérité il préférait le chocolat mais il ne voulait pas avoir l’air d’une fillette devant Erodric, et le cappuccino n’était pas mauvais à cette machine. Ce n’était pas cher payé pour un bon moment seul à seul avec son nouvel ami.

    Il se sentait étonnement… proche d’Erodric. Et pourtant il ne le connaissait pas depuis cinq minutes, ils ne s’étaient même pas parlé… Il se sentait juste bien à ses côtés. C’était étrange. Mais d’ailleurs, parler. Il fallait trouver quelque chose à dire. Et quelque chose de pas trop stupide ou banal si possible… Anthony n’était pourtant pas socialement handicapé mais devant le jeune auror tous les sujets semblaient trop ceci ou trop cela, comme si chaque mot qu’il prononcerait allait avoir des conséquences ahurissantes sur le reste de sa vie. Mais c’était stupide, au pire… il le prendrait pour un fou et ils s’éviteraient dans les couloirs du ministère. Oui mais justement, il n’y tenait pas, mais alors pas du tout. Avalant une nouvelle gorgée de son cappuccino trop sucré, il tenta maladroitement :

    - Alors ? Vous travaillez ici depuis quand ? Vous avez l’air jeune !

    Bon. Va pour le silence gêné la prochaine fois qu’il le croiserait dans le hall…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mer 25 Aoû - 13:45

    Bon Dieu qu'il était beau... Depuis plusieurs mois Erodric le pensait. Mais d'être face à lui... Ouaw. Partons du bas, ses jambes étaient fines et musclés, ses fesses étaient magnifiques à travers son jeans pas moulant mais pas franchement ample non plus... Eordric ne se serait d'ailleurs pas plains si Anthony avait été un adepte des slim... Ensuite son torse, parfait, proportionné comme celui d'un Apollon, musclé, que l'on pouvait deviner à travers se chemise... Puis son visage, fin, des traits à tomber part terre, comme tailler dans le marbre de Paros. Sa bouche qui était un appel aux baisers, son sourire à la fois enfantin et plein de maturité, ses beaux yeux couleurs chocolat, et ses cheveux coiffés comme si il venait de sortir du lit... Le voir le matin en se réveillant ne devait pas être désagréable... Anthony était l'homme qui aurait pu donné envie à Erodric de se caser sérieusement, mais le bel auror ne connaissait rien à l'amour, le désir était la seule chose qui guidait sa vie.

    Le fait que le jeune homme lui ait proposé d'aller boire un café ne voulait probablement pas dire. Ce n'était pas comme si d'un seul coup, un écriteau avec des néons clignotant était apparu au dessus de la tête du jeune homme avec écrit: GAY. Si seulement un sortilège avait existé pour découvrir ce genre de chose... Après tout, peut être qu'il s'acharnait à désirer et à essayer de charmer un homme qui était le plus hétero du monde... Après tout, des tas de collègues prenaient des pauses cafés ensemble sans pour autant être gay et sans pour autant être attiré par leur collègue. Il fallait donc trouver autre chose pour savoir si cet Apollon était homosexuel ou non... Si ils s'étaient rencontrés dans un club, il lui aurait discrètement mis la main aux fesses, mais ils étaient collègues, et Erodric ne voulait pas risqué d'être accusé de harcèlement sexuel...

    Ils étaient donc partis dans la salle de détente du Ministère, tiens, surprenant... Elle était vide, ils n'étaient que tout les deux... Combien de fois avaient-ils rêver d'une situation comme celle ci? Des rêves qui le faisait se réveiller tout en age... Et voilà qu'ils se retrouvaient tout les deux, dans une salle de détente avec des tas de canapés, tout aurait pu se réaliser maintenant tout de suite si seulement Erodric avait pu connaître l'orientation sexuel de son Apollon. Bon, stop, il fallait que ça s'arrête tout de suite... Dans sa tête repassait les images de ses rêves érotiques... Et ça n'allait pas du tout... Leurs corps s'entremêlant l'un à l'autre, leurs lèvres jouant avec celles de l'autre, mordillant parfois la langues ou les lèvres de l'autre, leurs mains parcourant leurs corps. Stop. Il commençait à avoir chaud... Beaucoup trop chaud, et Anthony allait s'en rendre compte.

    " Excuse moi, il me faut juste le temps de m'habituer... Mais je pense être en mesure de prendre rapidement le réflexe de te dire tu... "

    Anthony eu un geste qu'il fallu longtemps à Erodric pour comprendre. Il avait lentement posé sa main sur son épaule. C'était ça le genre de geste qui faisait qu'on savait que l'autre était gay? Non parce que aux yeux d'Erodric oui, mais aux yeux d'un hétéro, ça avait peut être une autre signification...

    " J'accepte. Je te donnerais mon numéro de poste au bureau des aurors. Tu m'appelles quand tu as envie d'un café, ce sera un plaisir. Ou même envie d'aller boire un verre un soir...."

    Oui, bon d'accord il lui avait proposé d'aller boire un verre ensemble... Mais c'était lui qui avait commencé... C'était lui qui avait proposé de reprendre un café... Donc il n'y avait aucun mal à proposer de prendre un verre ensemble si? Non c'était même tout à fait normal. Même entre deux hétéro... Du moins c'est ce qu'il imaginait. Erodric avait donc donné à son nouvel ami le cappuccino qu'il avait demandé, mais il avait pris la liberté de lui ajouté un supplément crème chantilly. Il n'y avait rien de tel qu'un peu de sucre pour détendre les gens ...

    " Je travaille ici depuis 4 ans, à ma sortie de Poudlard, j'étais amoureux du métier d'auror, et c'est encore le cas aujourd'hui... Ce n'est pas sans risques mais c'est agréable... Et toi? Tu as l'air jeune toi aussi... J'ai 26 ans. Et puis.... Je croyais qu'on devait se tutoyer..."

    Erodric lui fit un petit clin d'œil accompagné d'un sourire franchement charmeur cette fois. Après tout, si il était gay il le comprendrait, si il ne l'était pas... Il penserait que ce n'était qu'un simple sourire. Dans un cas ou dans l'autre, Anthony resterait à ses côtés. Sauf peut être si il était gay et actuellement en couple... C'était un simple détail qui avait donné envie à Erodric de sortir son plus beau sourire... Le fait que la main de son ami était encore bien installée sur son épaule. Gardant ce contact qu'il appréciait beaucoup trop. Il s'asseya sur l'un des sofas et forçant Anthony à s'assoir à côté de lui, le jeune auror avait veillé à ce que la main douce reste sur son épaule, il aimait trop ce contact... Il le savait, ce n'était pas comme ça avec ses autres conquêtes... Mais peut être était-ce juste parce qu'il n'avait jamais désiré quelqu'un à ce point là... Il ne pouvait en aucun cas être question d'amour.

    " Alors... Parles moi de toi, après tout, on travaille au même endroit, on doit se croiser très souvent et on ne sait rien l'un de l'autre... Sauf si tu me trouves indiscret, on me répète sans cesse que je suis beaucoup trop curieux... "

    Bon il n'avait pas l'assurance qu'il avait d'habitude, mais il ne s'en était pas si mal sorti après tout.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mer 25 Aoû - 20:17

    Anthony se sentait à la fois très bien avec le jeune auror et terriblement mal à l’aise. Il ne savait pas comment l’expliquer mais il avait une irrésistible envie de sourire et à la fois l’envie de s’enfuir à toutes jambes. Ce n’était pas nouveau pour lui d’apprécier quelqu’un dès le premier regard mais habituellement, c’était moins… physique. Là il avait l’impression de peser chacun de ses gestes comme par peur de donner la mauvaise impression à Erodric. Après tout, il ne fallait pas non plus qu’il le croit gay. Il eut un petit rire amer en repensant au mot « gay ». Après tout il n’en savait rien, il pourrait très bien être gay, il n’était jamais sorti sérieusement avec aucune fille, ni avec aucun homme d’ailleurs. Enfin il avait toujours pensé qu’il n’avait pas encore rencontré la bonne personne, c’était tout.

    Et si la bonne personne… c’était Erodric ? Pas mal d’hommes auraient hurlé rien que de s’imaginer homo mais Anthony était quelqu’un de tolérant, et à l’esprit ouvert. Il trouvait étrange sa façon de se sentir face à ce beau mâle, mais il n’y voyait pas grand-chose de plus que… qu’une attirance physique et purement objective. Après tout, le jeune auror était simplement beau, c’était indéniable. Mais il y avait quelque chose chez lui qui semblait plaire à notre Anthony peut-être plus qu’il ne l’aurait du : le torse du jeune homme. C’était stupide mais il ne s’était jamais mis à fixer les seins d’une femme comme son père l’aurait fait. Il ne comprenait pas l’espèce de pouvoir hypnotique que la poitrine d’une femme avait sur certains hommes. Lui il trouvait le torse d’un homme infiniment plus sexy. Celle d’Erodric était musclée, juste ce qu’il fallait, pas trop, mais bien assez pour lui donner un air imposant et protecteur. La musculature du jeune auror donnait simplement envie à Anthony d’aller se nicher contre lui et de… lui arracher son T-shirt avec les dents.

    " J'accepte. Je te donnerais mon numéro de poste au bureau des aurors. Tu m'appelles quand tu as envie d'un café, ce sera un plaisir. Ou même envie d'aller boire un verre un soir...."

    La remarque de son interlocuteur sortit Anthony de ses pensées aussi sec. Il sourit en imaginant un instant le jeune auror torse nu, le spectacle devait valoir le coup d’œil. Mais pourquoi pensait-il à ça ? Après tout, il était peut-être bien gay. Mais il n’y croyait pas vraiment, non s’il appréciait le corps d’Erodric c’était simplement… un petit béguin ? Non pas vraiment. C’était plutôt un réflexe tout à fait naturel et parfaitement innocent. Il n’y avait aucune idée derrière tout cela. Et pourtant rien qu’aux mots « numéro » et « soir » il sentit son cœur palpiter un peu plus fort. Anthony n’était pas un pro en relation amoureuse mais la phrase d’Erodric ressemblait presque à une invitation à… un rencard. Il ferma les yeux un instant, maudissant son imagination bien trop épanouie à son goût. Voilà qu’il trouvait un mec assez mignon et il s’imaginait déjà que l’attirance était réciproque. Mais d’ailleurs, quelle attirance ? Hein ? Erodric était du genre viril à n’en pas douter, pas du tout le type d’homme à être gay. Anthony ne croyait pas aux stéréotypes mais il n’imaginait pas le moins du monde que l’homme qui se trouvait en face de lui puisse ressentir la plus légère attirance pour un autre homme. Il se reprit soudainement, sortant de ses pensées pour répondre dans un sourire :

    « Parfait alors, ça serait avec plaisir !»

    Tout en espérant qu’il n’avait pas exprimé sa joie un peu trop librement, il but une nouvelle gorgée de son cappuccino. Il ne s’était jamais rendu compte que ces boissons étaient aussi délicieuses, peut-être était-ce la personne qui les accompagnait qui en améliorait le goût… Anthony était tellement concentré à se demander de quoi aurait l’air l’auror en maillot de bain qu’il en oublia même qu’il était sensé le tutoyer. Lorsqu’il se rendit compte de sa bourde, il n’osa pas rectifier, espérant juste qu’Erodric n’aurait rien remarqué, malheureusement, ce n’était pas le cas.

    Anthony esquissa un grand sourire et rigola légèrement. Il fit signe à Erodric qu’il avait raison et essaya de se concentrer pour ne pas refaire la même erreur. Malheureusement pour lui, un autre mot résonnait encore dans sa tête… « amoureux ». Il avait presque espéré entendre ce mot suivit de « d’un homme » ou mieux encore « de toi »… Mais non. En même temps il ne pouvait pas non plus espéré que le jeune auror ne lui révèle tous ses secrets dès le départ, il aurait le temps d’apprendre à mieux le connaître, et comme il n’était lui-même pas sur de ce qu’il… ressentait, c’était sans doute mieux ainsi. Au pire il se sentirait attiré par un homme hétéro, ce n’était vraiment pas si grave que cela. Il s’autorisa donc à mater un peu Erodric dès qu’il en avait l’occasion, désirant en avoir de plus en plus l’occasion au fur et à mesure des jours.

    " Alors... Parles moi de toi, après tout, on travaille au même endroit, on doit se croiser très souvent et on ne sait rien l'un de l'autre... Sauf si tu me trouves indiscret, on me répète sans cesse que je suis beaucoup trop curieux... "

    Anthony mit bien dix bonnes secondes à arrêter d’observer les lèvres d’Erodric avant de se rendre compte que c’était à son tour de parler. Dans un sourire qui lui donnait involontairement l’air irrésistible, il répondit :

    « Ce n’est pas indiscret du tout, rassure toi ! Je suis très curieux aussi, mais je me plierai à ton interrogatoire avec tout le courage que je possède Wink Hé bien j’ai 24 ans, comme tu le sais je travaille au ministère…»

    Il sourit comme un gamin qui venait de découvrir comment faire de l’humour. Mais il hésita à poursuivre. Il avait envie de préciser qu’il était célibataire mais il avait peur que ça soit trop évident… Enfin, après tout ce genre de choses se disaient naturellement non ? Beaucoup de gens précisaient ça lorsqu’il se présentait, c’était devenu une sorte de mode, non ? Il respira un grand coup avant de poursuivre :

    « Je travaille au ministère depuis 2 ans… J’étais à Poufsouffle à Poudlard et j’en garde de bons amis… sinon je… Je suis célibataire pour le moment… Et toi ?»

    Il avait relevé les yeux vers Erodric en posant son ultime question, comme pour tester sa réaction. Voulant à tout prix éviter de le voir s’enfuit en courant, il rajouta l’air de rien, essayant de ne pas trop s’appesantir sur le sujet des relations amoureuses :

    « Au fait pour ce verre… Quand vous voulez ! Je suis libre ce soir…»

    Peut-être qu’en fait ce n’était pas le meilleur moyen de détourner la conversation Il attendait la réponse du jeune homme avec une sorte de boule au fond de la gorge, comme si le reste de sa vie devait se décider à cet instant précis. Mais pourquoi se faisait-il autant de soucis ? Deux gars qui faisaient la tournée des bars, c’était tout à fait normal non ? affraid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mer 25 Aoû - 21:43

    Pour beaucoup de garçon, l'homosexualité était vécu comme un drame survenant à une époque de la vie où l'on est déjà pas franchement bien dans ses pompes. Pour Erodric ça avait été très différent. Il avait rapidement pris conscience de sa préférence sexuelle ayant d'abord préféré la garder pour lui même de peur d'être jugé par les gens qu'il aimait, comme sa sœur jumelle par exemple. Mais après quelques années à voir ses petits amis dans des endroits où l'on ne pourrait pas les voir, il s'était dit qu'il était temps et il l'avait annoncé à la seule personne qu'il aimait vraiment: sa sœur. Elle l'avait finalement accepté et le jeune homme n'en avait fait qu'assumer davantage son orientation sexuelle héritant de son surnom de Serial Lover Gay... Il aimait les hommes, il aimait les séduire et les sentir dans ses bras. Mais il avait peur de l'amour, c'était pour cela que ses histoires ne duraient jamais plus longtemps que quelques semaines où on se voyait le soir pour avoir du bon temps.

    Si seulement Erodric avait pu être légilimens, tout cela ne serait pas aussi compliqué, il aurait pu savoir que le jeune Apollon qu'il avait en face de lui se poser actuellement des questions au sujet de son orientation sexuelle à cause de lui. Oui mais voilà, il avait fallu qu'il refuse de suivre ce cours à l'école des aurors... Dommage, pour une fois, il lui aurait été d'une grande utilité. Le jeune auror avait toujours eu un certain talent pour exercer son métier, et pour séduire, il s'était toujours dit que quelque chose, même d'infime devait relier ces deux choses pour lesquelles il était, disons le franchement, plutôt carrément doué. Parce que si Anthony avait bien envie de venir se blottir contre le torse musclé de son collègue et de lui ôter son t-shirt de façon plutôt... sauvage, pour Erodric on en était pas loin. Il avait très envie de venir plaquer le jeune homme contre le sofa pour l'embrasser à pleine bouche en se foutant du fait que le Ministre puissent les surprendre d'un instant à l'autre. Le Ministre pouvait aller se faire voir chez Merlin, la seule préoccupation de l'auror était Anthony.

    De nombreux hommes trouvaient Erodric beaucoup trop "viril" pour être gay. Mais le bel auror était contre les stéréotypes et les préjugés et était bien fier d'aller contre tout ça. Oui il aimait séduire, oui il aimait des choses de mecs, et alors? Il aimait bien séduire les hommes, et il aimait bien prendre son petit ami, ou sa conquête masculine dans ses bras pour lui offrir une sensation de sécurité et de protection. Il avait toujours été ainsi. Souvent ses collègues lui demandait avec combien de filles il avait pu sortir, parce que n'importe qui vous l'aurez dit, femme comme homme et en tout objectivité, Erodric était beau. Et ils ne le croyaient jamais quand il répondait 0. Mais pourtant, c'était l'entière vérité, et si ses collègues avaient été un peu plus ouverts d'esprit, ils auraient compris cette réponse. Fouillant rapidement dans sa poche avec l'une de ses mains il en sortit un crayon et un morceau de papier pas forcément en bon état, mais suffisamment grand pour écrire deux numéros de téléphone. Ce fut tout aussi rapidement qu'il griffonna le numéro de son poste au bureau des aurors et celui de son téléphone fixe et portable. Comme ça, si il n'appelait pas Erodric saurait tout de suite. Ce serait clair: il ne voulait plus le revoir. Et si il voulait appeler... Il aurait le choix au moins. Il glissa le petit bout de papier dans la main d'Anthony qu'il referma dessus comme pour être sûr et certain qu'il ne le perdrait pas:

    " Voilà. Il y a mon numéro de poste, mon fixe et mon portable. Si tu appelles sur l'un et que je ne réponds pas essaye les deux autres. Il y en a toujours un auquel je répondrais. Peut importe où je suis... "

    Quoi? Vous trouvez qu'il en faisait trop? Bon oui peut être que le " Peut importe où je suis" était de trop. Mais c'était as du tout suspect si? Après tout des tas de gens faisaient tout pour répondre à tout prix au téléphone en voyant le numéro d'un aussi beau garçon qu'Anthony s'afficher... Non mais c'est vrai, il aurait même répondu en pleine mission en sachant qui était au bout du fil, risquant sa vie pour entendre le ténor doux, mélodieux et un poil... excitant du jeune homme. Oui, quand on vous dit qu'Erodric ne se reconnaissait pas depuis qu'il avait aperçu le doux visage de ce garçon dans un des couloirs sans fin du Ministère... Jamais une simple voix ne lui avait fait autant d'effet dans le passé...

    Comment est ce qu'un homme pouvait lui faire autant d'effet à lui? Lui qui ne voyait rien d'autre que le désir de passer du bon temps avec un beau garçon la nuit, lui qui n'avait jamais été capable de comprendre cette envie qu'ont les gens de tomber amoureux, lui qui se refusait d'aimer quelqu'un d'autre que sa sœur et sa nièce pour ne jamais souffrir... On ne perdait pas l'amour d'une sœur jumelle ou d'une nièce, mais l'amour d'un autre homme pouvait être tellement éphémère qu'il faisait peur au beau et courageux auror... Il avait si souvent vu sa sœur pleurer à cause de l'idiotie et de l'égoïsme de certains hommes qu'il ne pouvait pas supporter l'idée qu'on lui fasse subir le même sort. Sans doutes était-ce là aussi une sorte d'égoïsme mais pas aux yeux d'Erodric. Aux beaux yeux de l'auror, cela était juste la preuve qu'il n'était pas aussi masochiste que les autres.

    Ce que ce sourire pouvait le rendre irrésistible, et le pire c'était que notre bel Adonis était certain qu'Anthony n'en avait pas conscience. Mais était-ce humain d'être aussi sexy que ça? Erodric écoutait le beau brun comme un gamin écoutant une histoire des plus fascinantes... Et il lui fallut plusieurs minutes pour réaliser qu'il lui avait demandé ce qu'il en était pour lui. Il fallait aussi dire qu'en entendant le mot célibataire, ça avait été... Un feu d'artifice dans la tête de notre délicieux et sexy auror.

    " Moi? 26 ans, je suis auror, j'ai une sœur jumelle, Serenity... En fait, on a du être à Poudlard en même temps en y pensant bien puisqu'on a à peine deux ans de différence..."

    Erodric offrit un sourire plutôt doux que charmeur, mais avec le charme naturel qu'il dégageait, il n'était pas donné à tout le monde de faire la différence entre les deux... Qu'il était dur de vivre au quotidien en ayant conscience que l'on était beau aux yeux des autres.... Un véritable calvaire! Vous ne vous imaginez pas ce que ça fait de devoir envoyer balader toute ces délicieuses filles d'Aphrodite...

    " Mais ma sœur et moi avons été chez les Gryffondor, c'est sans doutes pour ça... Je suis américain de naissance mais anglais depuis l'âge de 7 ans et... Je suis moi aussi célibataire. "

    Bon d'accord, il avait faillit dire et je suis gay et célibataire, mais ça n'avait pas réussi à sortir, comme si il avait peur que ce simple mot qui le définissait pourtant, ne puisse détruire toute chances de revoir un jour le beau sourire et les jolies petites fesses d'Anthony... Ou encore ces chances d'avoir cette délicieuse sensation au fond de lui et d'avoir l'impression d'être capable d'inspirer du désir au jeune homme.

    " Ce soir? Avec plaisir! On se rejoint... Disons plutôt que je passe te chercher à 20 heures. Je te laisses choisir où on va. Restaurant, bar, n'importe quoi. Je préfère venir te chercher ça évite qu'on ignore où se trouve le point de rendez vous... Ça te va ? "

    Bon d'accord proposer un restau à un collègue masculin ça faisait franchement homo, mais avec un peu de chance, Anthony ne le penserait pas et ils pourraient peut être se faire un bon restaurant. Après tout, un pied pouvait si rapidement glisser maladroitement le long de la jambe de celui avec qui l'on mangeait... Et si on sentait que cela gêner, on faisait comme si de rien était, comme si l'autre avait rêvé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Jeu 26 Aoû - 22:22

    Anthony avait vraiment du mal avec cet histoire de tutoiement ( et la narratrice aussi surtout >.< ) si bien que ses discours sonnaient parfaitement stupides. Il voulait le tutoyer mais ça ne lui apparaissait pas… normal, pas raisonnable dirons nous. Il était du genre à vite s’attacher aux autres et à ne voir que le meilleur en eux, mais il avait peur qu’Erodric soit un cas un peu à part. Et pourtant il ne pouvait pas imaginer un seul instant une once de méchanceté en lui, il avait l’air si doux, si aimable et si… parfait. Réalisant soudainement qu’il agissait comme une collégienne face à l’idole des ados, il se reprit et concentra à nouveau ses pensées sur son interlocuteur du moment : Erodric.

    " Voilà. Il y a mon numéro de poste, mon fixe et mon portable. Si tu appelles sur l'un et que je ne réponds pas essaye les deux autres. Il y en a toujours un auquel je répondrais. Peu importe où je suis... "

    Peu importe où il était ? Si ça ce n’était pas un encouragement, Anthony était la reine d’Angleterre. Il regrettait juste un peu qu’Erodric ait eu un papier sur lui pour y noter son numéro, il n’aurait pas trouvé désagréable de lui offrir généreusement sa main pour ( pour écrire ses coordonnées bien sur ⭐ ). Mais la manière dont le jeune auror referma doucement sa main sur le petit morceau de parchemin qu’il venait d’y glisser redonna le sourire à Anthony. Il s’y était attendu : le jeune homme avait la peau douce, agréable au touché.

    Et cette voix… Et ce sourire. Merlin que le jeune homme était séduisant, enfin… en toute impartialité évidemment. Anthony l’écouta alors lui parler de sa sœur jumelle. Il se demanda s’il la connaissait, mais il y avait peu de chances. Ce qui le surprit plus en revanche c’était son désintérêt total pour cette jeune femme, qu’elle soit jolie comme son frère ou non ne l’intéressait pas le moins du monde à vrai dire. Et pourtant si elle était l’équivalent féminin d’Erodric, elle aurait pu être son idéal… ou pas. Tout ce qu’il savait pour l’instant, c’était que seul le jeune homme en face de lui l’intéressait, peut-être parce qu’il cherchait plus un ami qu’une relation amoureuse. Oui, disons que c’était cela.

    Il acquiesça en y repensant, ils avaient du effectivement être à Poudlard en même temps, mais déjà à cette époque, Anthony avait son groupe d’ami et préférait ne pas chercher plus loin. Surtout pas parmi les élèves plus agés. Il s’étonna pourtant de ne pas avoir remarqué ce jeune homme en particulier, il se demanda comment il avait pu le croiser dans un couloir un jour sans jamais s’arrêter pour le contempler. Après tout, peut-être ne s’étaient-ils jamais croisés. Ce n’était pas bien grave, ils rattraperaient le temps perdu à partir d’aujourd’hui

    Alors comme ça Erodric était américain d’origine ? Quel dommage qu’il ne soit pas seulement arrivé en Angleterre récemment… D’après les rumeurs, les américains trouvaient l’accent anglais très mignon ( et qui pourrait les blâmer ? Rolling Eyes ), ça aurait pu être un atout pour Anthony ! Mais pourquoi pensait-il à cela au juste ? Depuis quand avait-il besoin de stratégies à deux mornilles pour se faire des… amis ? Mais juste au moment où le mot « ami » lui venait à l’esprit, Erodric précisa à son tour qu’il était célibataire. Hésitant un instant entre pleurer de joie et s’évanouir sous le coup de la surprise, Anthony opta finalement pour la troisième et ultime solution : un petit sourire gêné et un air parfaitement calme. Le contraste entre son calme extérieur et son agitation intérieur était impressionnant. Il avait l’impression que son cœur jouait de la samba tandis que ses lèvres restaient parfaitement immobiles, même s’il n’avait pas pu empêcher un petit sourire de se former sur sa figure.

    " Ce soir? Avec plaisir! On se rejoint... Disons plutôt que je passe te chercher à 20 heures. Je te laisses choisir où on va. Restaurant, bar, n'importe quoi. Je préfère venir te chercher ça évite qu'on ignore où se trouve le point de rendez vous... Ça te va ? "

    Anthony sentit son visage comme s’illuminer rien qu’à la perspective de leur soirée. C’était incroyable, il avait à peine passé dix minutes avec le jeune homme mais il appréciait déjà sa compagnie. Il lança un grand sourire au jeune homme tout en mettant au point sa super stratégie. Il fit mine de chercher un morceau de parchemin dans ses poches mais n’en sortit qu’un stylo, prenant bien soin de ne pas dévoiler les petits rouleaux de parchemin qu’il avait toujours sur lui Il regarda alors le jeune homme, feignant l’hésitation :

    «Désolé je n’ai pas de parchemin… Bah c’est pas grave je vais t’écrire mon adresse sur la main. Comme ça tu es sur de ne pas la perdre d’ici ce soir…»

    Il attrapa doucement la main du jeune auror avant de la poser sur la sienne. Il prit bien le temps d’écrire son adresse et ne relâcha sa main que lorsqu’il fut bien sur d’avoir terminé. Puis, l’air de rien il avala la dernière gorgée de son délicieux cappuccino, regrettant soudainement de l’avoir bu aussi vite. Après quelques secondes de silence pesant, il jeta son gobelet désespérément vide et, ne trouvant plus d’excuse pour prolonger sa pause, il ajouta :

    «Je devrais peut-être… retourner travailler… A ce soir alors !»

    Dans un ultime sourire il quitta la pièce, à regret. Il retourna dans son bureau et ouvrit un nouveau dossier. Il ne lui fallut pas cinq minutes pour réaliser qu’il n’avançait pas d’un pouce. Il n’arrêtait pas de penser à ce soir, à ce qui venait de se dérouler… et à ce que tout ceci voulait dire…


    […]


    Le soir même, Anthony avait pris une bonne heure pour se préparer avant de se calmer enfin. Il s’était douché, habillé, essayant de ne pas montrer qu’il en avait fait trop, mais assez pour se sentir beau. Ben oui, il y aurait surement des femmes dans ce bar non ? D’ailleurs, en parlant de ça, il priait tous les Dieux qu’Erodric n’allait pas ramener une amie à lui ou essayer de le caser. Le cauchemar. Il n’avait pas envie de rencontrer quelqu’un, il voulait passer une soirée sympa en compagnie de son nouvel ami, c’était tout. Enfin, tout, peut-être pas non plus… mais ça, il préférait ne pas y penser ( pour l’instant ).

    Il attendit dans son appartement, faisant les cent pas dans son salon, regardant l’heure toutes les dix secondes, et maudissant le temps de passer aussi lentement. Il s’attendait à toutes les éventualités, les pires comme les meilleures, et il ne fut réellement soulagé que lorsqu’il entendit la sonnette annonçant le visiteur qu’il attendait depuis plus d’une heure déjà. Il ouvrit la porte, un grand sourire aux lèvres et invita Erodric à entrer. Il avait bien pris soin que son appartement soit niquel avant d’y inviter l’auror, et il était plutôt fier du résultat. Il laissa la porte entrouverte et s’empressa de demander :

    « On y va ? Personnellement un bar me convient très bien et il n’y a pas grand-chose à faire ici.»

    En vérité il se sentait assez gêné d’être seul avec Erodric… dans son appartement. Il n’osait plus regarder le canapé en face après les pensées qu’il avait eu cet après-midi au bureau. Evitant donc soigneusement de regarder la plupart de ses meubles, il pria pour qu’Erodric soit aussi impatient que lui de sortir… en tête à tête ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Lun 30 Aoû - 15:13


    Sans doutes que si Erodric avait su comme le jeune homme pouvait l'idéaliser, il n'aurait pas essayé de le charmer, il n'aimait pas abusé de la naïveté de ses partenaires, il préférait leur faire comprendre immédiatement qu'il n'y aurait jamais que de folles nuits entre eux et qu'il ne serait jamais question d'amour. Il n'aimait pas faire souffrir les hommes pour les mêmes raisons qui avaient fait qu'il avait voulu se préserver de toute souffrance possible. Mais jamais il n'avait ressentit autant de chose pour un homme, et il était obligé de passer par les causes first date et second date... Sinon, il ne saurait jamais si le bel Anthony était bel et bien gay ou non... Et il espérait que la réponse serait oui.

    Il lui avait donc glissé ce petit bout de parchemin dans la main, en espérant qu'il ne le perdrait pas, remarque, si il ne rappelait pas, c'était peut être simplement qu'il avait compris qu'il était gay et que lui de son côté était hétero, sans doutes attendu chez lui par une magnifique femme au corps de rêve. Mais pour l'instant, Erodric refusait tout simplement de penser à cette possibilité. Bon d'accord, il aurait pu tout simplement lui tendre le petit bout de papier du bout des doigts, mais non, il avait fait exprès, il avait voulu tâter la texture de la main du jeune homme. Magnifique texture satinée, presque soyeuse.

    Souvent, il avait parlé d'Anthony avec sa sœur. Il lui avait même montré une photo de lui, prise sans que le jeune Sheffield ne le sache, et cette dernière avait été formelle: il était canon. Oui, sa sœur jumelle était son baromètre en matière d'homme, elle lui donnait son avis sur tout les plans, physique, moral, psychologique, bref sur à peu prêt tout les plans possibles et imaginables, parce que le bel auror n'aurait tout simplement pas pu imaginé convoiter un homme que sa sœur aurait trouvé quelconque. Il ne s'agissait jamais d'amour entre le beau brun et ses partenaires, mais il voulait l'avis de sa sœur tout de même. Soit ils lui plaisaient, soit il abandonnait.

    A Poudlard, le bel auror avait essentiellement des amis venant de la même maison que lui, et il ne se rendait compte que maintenant de ce qu'il avait pu manqué en allant pas voir du côté des Poufsouffle... Mais après tout, maintenant ils avaient tout leur temps pour se rattraper non? Peut être que si il avait connu Anthony à Poudlard, il aurait pu y avoir de l'amour... Mais maintenant qu'il avait crée cette carapace de charmeur intouchable, hors de question de prendre le risque de souffrir. Il avait trop vu souffrir sa sœur pour ça...

    Bon Dieu que ce petit sourire gêné était à tomber part terre, il était beaucoup trop craquant pour être humain ce mec... Mais pourtant, d'après les recherches qu'il avait fait, personne ne pouvait prétendre être plus humain que lui. Erodric l'aurait embrassé sur le champ si il avait pu avoir la certitude de son orientation sexuelle. Et il devait bien avoué, que même sans savoir si il était gay, il l'aurait volontiers embrassé, puis plaquer contre le canapé en lui arrachant tout ses vêtements, mais il préféra se retenir, on ne savait jamais, les plaintes pour harcèlement sexuelle existaient aussi chez les sorciers. Et puis, si Anthony était bien gay, et qu'il était du genre à faire l'amour une seule fois avec chaque partenaire, le bel auror tenait à ce que cette unique fois soit parfaite et unique. Mais que lui arrivait-il ? Il ressemblait à un adolescent de 17 ans préparant sa première fois...

    Il l'observa du coin de l'œil fouiller dans ses poches, si il voulait, il pouvait très bien le faire à sa place, fouiller dans ses poches, sous son t-shirts, sous son pantalon et même dans son caleçon si nécessaire! Mais non voyons, il ne s'égarait pas du tout dans ses pensées, qu'allez vous imaginer tous? Bande d'obsédés! Mais ce qu'il lui dit bientôt lui fit sourire. Il hésita quelques instants, si il souriait trop, ça faisait comme si il avait espéré cela, si il ne souriait pas, ça passerait pour un refus... Alors il opta pour le sourire doux et gentil.

    " Oh, oui oui bien sûr, et puis tête en l'air comme je suis, j'aurais été capable de perdre le papier. Vas y. "

    Il le laissa lui prendre doucement la main en lui souriant doucement, ce que ses mains pouvaient être douce... Il sentait la peau du jeune homme sur la sienne, le contact de la pointe du stylo, il du se mordre la lèvre pour retenir un frémissement qui menaçait d'arriver d'une minute à l'autre. Il l'observa jeter son gobelet de cappuccino, apparemment vide et en fut limite déçu. Il lui fit un petit sourire déçu en récuperant sa main:

    " Moi aussi je pense. Oui, à ce soir! Je serais à l'heure, promis. "

    Peu de temps après qu'Anthony fut sorti de la salle de détente, il en fit de même, trouvant que cette salle avait beaucoup moins d'intérêt sans la présence de l'Apollon avec qui il avait rendez vous ce soir.

    [...]

    En rentrant à l'appartement qu'il occupait avec sa sœur, son beau frère et sa nièce, le jeune homme vira sa sœur jumelle de la salle de bain en disant qu'il avait rendez vous avec Anthony, celle ci compris rapidement qu'il valait mieux le laisser tranquille, elle savait comment il était dans ce genre de moment. 45 minutes plus tard, il sorti de la douche et se précipita vers son dressing, il opta pour quelque chose de simple, mais classe. Un jeans sombre, classe, et une chemise blanche avec un petit motif noir dont il laissa ouvert les premiers boutons, il attrapa rapidement ses chaussures, se sécha les cheveux en avance rapide, enfila sa veste noir et attrapa son porte feuille avant de partir vers l'adresse qui avait été écrite sur sa main avant sa douche et qu'il avait noté sur un petit papier pour ne pas l'oublier.

    On achetait des fleurs à un femme, alors il avait acheté du vin pour le jeune homme en espérant qu'il en buvait, mais une grande bouteille d'un bon vin français était une valeur sûre. Et si jamais il n'y connaissait rien en vin, alors Erodric se porterait gentiment volontaire pour être son professeur particulier d'œnologie et d'un tas d'autre chose. Il arriva finalement devant la porte de l'appartement du jeune homme et sonna à la porte. Il entra quand la porte s'ouvrit et lui offrit un petit sourire mi charmeur, mi doux.

    " Avec plaisir ! Je connais un bar sympa dans le coin, alors on peut partir tout de suite si tu veux. Et tiens. Il lui tendit la bouteille de vin: Je me suis dis que c'était le minimum . "

    Il lui offrit un sourire carrément charmeur cette fois si, en lui faisant signe qu'il était prêt à partir si il le désirait, et qu'il aurait volontiers visité l'appartement pour savoir où était le lit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mer 1 Sep - 13:43

    Mon Dieu pourquoi son cœur battait-il à ce rythme ? C’était physiquement impossible que son cœur s’excite autant sans qu’Anthony n’en meure. En tout cas, c’était l’impression qu’il avait. Il se sentait toujours stressé avec les personnes qu’il ne connaissait pas bien, mais là, c’était encore différent. Ce n’était pas l’angoisse du premier rendez-vous ( rendez-vous ? ohmygod Qui a dit rendez-vous ? ohmygod ), c’était plutôt… il n’en savait rien en fait. Il ne comprenait pas pourquoi son cœur s’emballait et pourquoi son visage souriait sans son accord. C’était comme un réflexe. Et pourtant, il aurait pu jurer que seulement cinq minutes auparavant, son cœur battait bien plus régulièrement. Peut-être que c’était simplement l’effet qu’Erodric avait sur lui. En tout cas c’était une sensation plutôt agréable.

    Il invita poliment son invité à entrer, tout en espérant qu’ils ne s’attarderaient pas ici. La situation le gênait après les images qui avaient défilé dans son esprit toute l’après midi. Et il pensait que sortir entre hommes pour rencontrer des femmes allait… l’aider à se remettre les idées au clair. Pourtant l’image de son nouvel ami en train de draguer une jolie blonde ne l’enchantait pas. A vrai dire, cela l’agaçait même. Depuis quand était-il aussi possessif avec ses amis ? Il remarqua alors un morceau de parchemin qui traina sur son meuble d’entrée et il le prit rapidement pour le cacher. Voilà qui était mieux, l’appartement était véritablement rangé. Il n’était pas maniaque, mais il tenait à ce qu’Erodric ait une bonne opinion de son chez lui… au cas où.

    Il lança un grand sourire à son ami alors qu’il lui offrait sa bouteille de vin. Il regarda l’étiquette et reconnut un vin français qu’il n’avait encore jamais goûté, mais après tout, la nouveauté avait du bon. Et si la bouteille venait d’Erodric, il se ferait de toute manière un plaisir de la boire. Ils pourraient même la boire ensemble ! Quelle belle idée ! Alors que son cerveau bouillonnait d’idées pour trouver le moyen de proposer cette option à Erodric, Anthony se rendit compte qu’il ne l’avait même pas remercié. Il posa la bouteille sur sa table basse et déclara, un grand sourire aux lèvres :

    «Merci beaucoup, enfin tu n’étais pas obligé ! C’est vraiment gentil, je le goûterai cette semaine… si tu veux bien l’essayer avec moi.»

    Dans un ultime sourire il mena son invité sur le palier, posant doucement sa main dans son dos. Il ne l’enleva que pour refermer son appartement, maudissant celui qui avait inventé les clés. Lançant un regard à son ami, il lui fit un signe de la main l’air de dire « Let’s go ! », puis il le suivit dans les rues de Londres.

    Il avait volontiers accepté l’idée du bar, confiant dans les goûts du jeune auror. Et même si le bar en lui-même ne lui plaisait pas, il savait que la présence d’Erodric suffirait à lui rendre la soirée bien plus plaisante. Ils marchaient dans Londres, Anthony, les mains dans les poches de son blouson. Il se demandait ce que les gens pensaient d’eux, les croyaient-ils gay ? Comprenaient-ils qu’ils n’étaient que de simples collègues ? Surement. Ce n’était pas non plus comme s’ils se tenaient la main. D’ailleurs, comment est-ce que deux hommes se comportaient lorsqu’ils marchaient dans la rue ? Devait-il passer sa main dans son dos ? Lui prendre la main ? Lui peloter les fesses ? Shocked Il sentit bien que la dernière option nuirait à leur couverture, mais il la trouva tout de même attirante Il sortit sa main droite de sa poche, hésitant un instant à simplement poser sa main dans le dos de son collègue. Puis, se rendant compte que son geste pourrait être mal interprété, il se ravisa au dernier moment, passant nerveusement sa main dans ses cheveux. Essayant de faire passer ce léger moment de gêne il demanda :

    «Alors ce bar. C’est là bas que tu vas draguer les filles ?»

    Oui bon pour un sujet supposé les mettre à l’aise, il n’aurait pas pu faire pire, mais ça il ne le savait pas. Il pria intérieurement pour que son bel Erodric lui rigole au nez en lui disant quelque chose du style : «Oh moi les femmes, je m’en suis lassé !» ou mieux encore «Draguer des filles ?! Désolé, je suis gay.» ohmygod Anthony s’imaginait déjà la scène. Mais pourquoi préférait-il qu’Erodric ne soit pas attiré par les femmes ? Mystère.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Sam 4 Sep - 10:01

    First Date? Peut-être, en tout cas, aux yeux du bel auror c'était ce à quoi cela ressemblait. Ils s'étaient tout les deux fait beaux, ils avaient tout les deux le cœur qui battait à deux cents à l'heure, ils se plaisaient, il avait offert une bouteille de vin et l'autre semblait pressé de partir au bar, c'était bel et bien à cela que ça ressemblait, mais sans doutes n'en était-il pas de même pour le jeune Sheffield. Si Erodric s'était écouté, il l'aurait attrapé par le bassin et l'aurait plaqué contre lui en venant fiévreusement chercher sa délicieuse bouche. Puis quelques baisers plus tard, il l'aurait emmené vers le bar, son bras autour de son bassin, mais pour ce soir, il se satisferait de l'emmené simplement au bar en marchant à ses côtés. Chez Erodric, on ne précipitait jamais les choses. Surtout avec un aussi beau partenaire.

    Le regard du jeune homme parcouru rapidement l'appartement de son jeune ami, c'était très beau. Pour Erodric on pouvait beaucoup apprendre de l'hôte rien qu'en regardant la demeure de la personne. Même si dans son cas, ce n'était pas exactement vrai puisqu'il habitait avec sa sœur jumelle, son beau frère et sa nièce. Si il avait su ce à quoi pensait le jeune homme, un sourire amusé serait probablement apparu sur son visage, lui en train de draguer une magnifique blonde, ce n'était pas prêt d'arriver, c'était loin d'être son genre, il préférait les bruns.... , et puis on le comprenait non? Les blondes c'était très surfaits alors que les bruns c'est toujours craquant, ajoutez y une jolie paire d'yeux et hop, vous aviez un Erodric dans l'état dans lequel il était actuellement, bon non, c'était faux, Anthony était le seul à lui faire et à lui avoir fait cet effet.

    Il rêvait ou Anthony venait de lui proposer de venir boire un verre de vin un soir? OMG, dans l'esprit du bel auror, tout était en train de s'accélérer, il s'imaginait déjà à ce deuxième rendez vous. Un verre de vin à la main, en riant avec lui, puis sa main viendrait effleurer la joue du jeune homme, celle d'Anthony viendrait se poser sur le haut de sa jambe, alors il ferait un premier pas et viendrait chercher doucement ses lèvres, puis... Mais attendez, quelque chose n'était pas normal... Ça ne ressemblait pas aux relations qu'il pouvait avoir eu dans le passé. Ça ressemblait plus à un rendez vous amoureux qu'à un rendez vous tout court. Mais amoureux dans le sens premier du terme, plein de sentiments...

    " Avec plaisir! Je ne refuse jamais une invitation à boire un bon vin, on pourra le prendre chez moi si tu préfères, après tout, c'est toi qui m'a accueillit ce soir... A toi de choisir, de toute façon tu as mon numéro de téléphone... "

    Il se laissa guider sur le palier, souriant en sentant la main douce de son ami dans son dos. Il aurait tellement aimé que celle ci ne puisse y rester, mais il fallait bien qu'il ferme son appartement, et puis peut-être qu'il l'avait fait sans vraiment s'en rendre compte et que du coup, il l'avait retiré en s'en rendant compte prenant les clés comme prétexte .

    Marchant dans Londres aux côtés du jeune homme, il gardait ses mains dans les poches de son jeans, Anthony pourrait trouvé étrange le fait qu'il vienne récupérer sa main dans son blouson et sans doutes encore plus étrange qu'il vienne passer son bras autour de lui et mettre sa main dans la poche arrière de son pantalon. Avouons qu'il détaillait discrètement son collègue des yeux, ou plutôt, qu'il le dévorait discrètement des yeux, ce que cet homme pouvait être désirable... Il remarqua ce geste de la part du jeune homme, il vit son bras se tendre puis finalement, il le vit tout simplement passer sa main dans ses cheveux. Dommage, il aurait aimé prendre sa main ou l'avoir dans son dos ou même sur ses fesses. Pour Erodric quoi avait plutôt l'habitude de se balader avec des hommes en étant beaucoup plus proche d'eux que cela, il n'y avait aucune gène, peut être un désir mais pas de gêne. Mais cela arriva rapidement. La gêne vint quand Anthony essaya de la faire disparaître, que pouvait-il lui répondre? Espérait-il passer une soirée à draguer des femmes? affraid

    " Pas vraiment non. C'est plutôt un bar où je sors avec des copains. Tu verras, c'est très sympa. Et puis les femmes, c'est pas vraiment ma spécialité! "

    Un petit sourire pour faire passé ça, et hop, tout allait bien. Après tout, il ne lui avait pas vraiment mentit. Au fond, les femmes n'étaient sûrement pas sa spécialité, et il sortait dans ses bars uniquement avec des hommes, des copains... Petit copains, amants, enfin bref, des hommes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Dim 5 Sep - 23:15

    Notre bel Anthony ne pouvait pas s’empêcher de sourire. Bêtement certes, mais c’était tout de même agréable. Malgré l’appréhension de se retrouver seul avec ( le magnifique ohmygod ) Erodric, Anthony se sentait comme sur un petit nuage, comme lorsqu’il était petit et que son père le faisait jouer dans le jardin. Il avait tout bonnement l’impression d’être sur une autre planète. D’autant plus que le bel auror lui avait même proposé d’aller boire la bouteille qu’il venait de lui offrir chez lui ! Sans avoir l’esprit mal placé, Anthony sentait bien que c’était une idée, certes gênante, mais surtout extraordinairement excitante ! Il se demandait encore comment il avait réussit à se retenir de glousser comme une petite fille devant son amoureux de l’école primaire.

    Amoureux ? Quel amoureux voyons ? Non, Anthony était tout simplement heureux de s’être fait un ami. Voilà. Se ressaisissant légèrement, il essaya d’afficher un sourire plus contenu mais définitivement moins sincère. Il n’avait jamais été bon pour cacher ses émotions, et on avait l’impression de tout pouvoir lire sur son visage. Priant pour qu’Erodric ne le remarque pas, il se lança donc dans les rues de Londres, suivant de près son guide ( méga sayksy ) de la soirée.

    " Pas vraiment non. C'est plutôt un bar où je sors avec des copains. Tu verras, c'est très sympa. Et puis les femmes, c'est pas vraiment ma spécialité! "

    Cette fois ci Anthony ne put pas contenir le large sourire qui s’afficha sur ses lèvres. Les filles n’étaient pas sa « spécialité » sous entendu, soit il était gay affraid soit il n’était pas doué pour draguer. Sans pour autant réussir à imaginer le bel auror maladroit en amour, Anthony ne préféra pas en déduire qu’il était homosexuel. C’était le genre de choses sur lesquelles il valait mieux ne pas se tromper au risque de passer pour un imbécile fini et de se retrouver dans l’embarras. Retenant donc son élan naïf qui lui dictait de prendre directement Erodric par la main, Anthony continua à marcher tranquillement à ses côtés.

    Après quelques minutes de marche, ils arrivèrent devant le fameux bar. L’ambiance était festive sans pour autant virer à la débauche. Anthony n’avait jamais remarqué cet endroit et pourtant il avait déjà du passer devant, mais il était certain qu’après cette soirée, il en retiendrait l’adresse. Il lança un petit sourire timide à son ami avant d’entrer et partit s’installer directement à une table de deux places. C’était plus intime tranquille de cette manière. Finalement assis, il eut à peine le temps de regarder Erodric dans les yeux qu’une serveuse aux formes… généreuses arriva à leur table, un grand sourire commercial aux lèvres :

    « Bonsoir ! Qu’est-ce que vous prendrez ? »

    Le jeune homme en face de moi dans mon lit ? Non ça ne faisait pas sérieux. Il commanda une bière moldue et regarda Erodric passer sa propre commande. Peut-être que c’était la lumière du bar, ou bien simplement la beauté naturelle du jeune auror, mais Anthony le trouvait tout bonnement irrésistible. Il aurait très bien pu commencer à lui raconter que dans sa jeunesse il avait hésité entre une carrière de tueur en série et de bourreau qu’Anthony lui aurait toujours trouvé un charme fou.

    Il reporta soudain son attention sur la serveuse qui, apparemment, attendait quelque chose. Elle le regardait avec un grand sourire et un air niais, son énorme poitrine avantageusement mise en avant par son décolleté plongeant. Ben quoi ? Elle attendait le dégel ? Ou alors elle essayait ouvertement de le draguer ? o.o Essayant tant bien que mal de ne pas poser les yeux sur son décolleté il lui lança un petit « Merci.» accompagné d’un sourire aussi naturel que possible. Lorsqu’enfin, elle se dirigea vers le comptoir avec leur commande, Anthony respira. Il se sentait gêné au possible, ça avait du paraître bizarre à Erodric qu’il ne regarde même pas la poitrine de cette jeune serveuse. Après tout, elle était objectivement plutôt mignone, mais Anthony n’avait pas eu la moindre envie de répondre à ses avances. Tout en espérant que le bel auror n’en arrive pas à des conclusions aussi folles qu’erronées ( mais bien sur ⭐ ), il se râcla la gorge et entreprit de changer le sujet :

    « J’ai bien cru qu’elle allait camper là ^^’ Alors… euh… C’est ici que tu passes la plupart de tes soirées ? »

    Gênant ? Mais non voyons. En attendant, si Erodric lui disait qu’il passait beaucoup de temps ici, il fallait qu’il s’attende à y rencontrer « accidentellement » notre cher Anthony dans les semaines à venir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mar 14 Sep - 17:41

    Erodric n'était pas peu fier du sourire qu'il avait été capable de faire naître sur le doux visage du jeune Anthony. C'était un sourire tout simplement irrésistible, un peu enfantin, un peu adulte, très sexy et envoutant. Comment est ce qu'un garçon pouvait dégager autant de chose à la fois? Et il était tout simplement ravi à l'idée d'acceuillir le jeune homme chez lui un soir... Après tout, le vin pouvait délier les langues et les envies, et il pourrait se passer des choses plutôt très intéressantes et ... Chaude. Erodric n'avait faim que d'une chose en ce moment, il avait faim de cet homme qui était à ses côtés. Il mourrait d'envie de lui sauter dessus là tout de suite, de le déshabiller et de le... Pardonnez, le jeune homme s'égarer.

    Marcher dans les rues de Londres en compagnie d'un homme aussi délicieux qu'Anthony était la chose la plus délicieuse du monde. Erodric avait rarement connu sensation plus agréable qu'être à ses côtés. Si Anthony avait peur qu'Erodric puisse tout lire sur son visage, le bel auror avait peur de se tromper dans ce qu'il était en train de lire sur le visage de son compagnon d'un soir et pourquoi pas de plusieurs ... Ou même de quelques semaines... Mais que disait-il? Il n'était pas amoureux. Il n'était jamais amoureux.

    Le jeune homme aurait aimé être capable de lui dire de vive voix qu'il était bel et bien gay. Mais il en était tout simplement incapable. Il le disait souvent à ses partenaires potentiels et même certains de ses collègues le savaient, mais le dire à Anthony lui semblait tout simplement incapable. Il avait tout simplement peur que le jeune homme lui avoue que ce n'était pas son cas. Ou même, qu'il était homophobe affraid. Il aurait aimé que le jeune homme ne lui prenne la main et lui assure de cette façon qu'il était lui aussi attiré par les hommes.

    Ils entrèrent dans le bar qu'Erodric fréquentait souvent et laissa Anthony leur choisir une table. Encore une fois, ce serait un moyen de tâter le terrain auprès du jeune homme. Soit il voulait qu'ils soient plus ou moins seuls tout les deux, soit il préférait se mêler au monde pour ne pas être gêner. Et Erodric fut ravi de voir que ce fut la première option que choisi le beau brun. Alors qu'il appréciait le doux sourire d'Anthony, les yeux rêveurs, il vit une serveuse venir les aborder et le bel auror lui lança un regard désabusé en voyant ses formes alors qu'elle matait ouvertement son chéri collègue.

    " Un whisky on the rock. Merci. "

    Le jeune homme insista volontairement sur le merci pour que la jeune serveuse au corps de rêve ne les laisse tranquille. Sa boisson faisait certes très James Bond, mais il était dingue de cette boisson. Il plongea ses deux yeux chocolats dans ceux couleurs noisettes d'Anthony. Cet homme était tout simplement l'incarnation du Dieu Apollon sur Terre, et cela plaisait tout particulièrement à Erodric. Il fallait dire que n'importe qui, femme comme homme normalement constitué aurait trouvé le jeune homme délicieux.

    Mais qui était cette espèce de sangsue qui dévorait son Anthony des yeux alors qu'elle n'avait rien à faire ici. Sans doutes que le concept de couple homosexuel la dépassait totalement. Il trouvait ça complètement ridicule. Il ne voulait pas la voir et il refusait que quelqu'un d'autre que lui ne s'occupe de la demoiselle. Puis le jeune homme en face de lui prononça un très léger "Merci" et cette espèce de pot de colle s'éloigna enfin vers le comptoir en les laissant enfin tranquille. Erodric réfléchit un court instant et décida qu'après tout, ce serait un geste tout à fait normal. Il vint poser l'une de ses mains sur l'une de celle du jeune homme en lui offrant un petit sourire en coin qui le rendait involontairement sexy. Il dessinait distraitement des cercles sur la main de son partenaire avec ce même sourire, il se sentait tout simplement bien.

    " J'y passe environ trois soirées par semaine. Le reste du temps je m'occupe de ma nièce. Ma sœur et mon beau frère travaille tard alors quand je suis là je m'occupe d'elle, et si je ne suis pas ici au moins une fois dans la semaine, c'est que je suis en mission. Et toi? Tu sors souvent le soir? "

    Il lui offrit un nouveau sourire en espérant que la présence de sa main sur la sienne ne le dérangerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Jeu 16 Sep - 15:26

    Merlin ce qu'Anthony n'aurait pas donné pour être allé ailleurs. Il se sentait étranger dans ce bar, c'était l'un des spots préférés de son ami, il devait surement y connaître pas mal de monde, mais lui... il n'était jamais venu. Mon dieu que ferait-il si un ami, ou pire une amie, d'Erodric venait les saluer ? Comment est-ce que le jeune auror le présenterait ? Dirait-il simplement "collègue"... ou alors "ami" ? Anthony savait qu'il ne pouvait pas espérer plus mais s'il pouvait éviter d'y être confronté, il préférait. Mais d'ailleurs, pourquoi ne voulait-il pas qu'Erodric le présente comme son ami ? C'était ridicule, toute cette soirée avait été une idée stupide, il ne faisait que se prendre la tête pour rien, et son compagnon devait le trouver étrange. Cela plus l'épisode de la serveuse, la soirée n'avait pas démarré de la meilleure manière possible. Anthony jeta un regard timide en direction du bar et aperçut les trois serveuses, les bras sur le comptoir et le visage enfoui au creux de leur main, qui les observait. Il regarda Erodric un instant, puis à nouveau en direction du comptoir, plus mal à l'aise que jamais. Mais pourquoi les fixaient-elles ?

    Mais alors qu'Anthony se demandaient si elles allaient jamais retourner travailler, Erodric fit quelque chose qui les scotcha sur place. Et lui avec. Il avait posé sa main sur celle de notre jeune membre du ministère, commençant même à la caresser. Il n'allait bien évidemment pas l'admettre mais Anthony trouvait la peau du jeune auror très douce, et le seul contact de sa main sur la sienne suffit à lui rendre le sourire. Pourtant, il était légèrement... mal à l'aise. Était-ce un geste parfaitement anodin pour deux hommes amis ? Il n'avait jamais vu faire cela, en même temps il n'avait pas d'ami homme donc il n'en savait pas grand chose. Il regarda tour à tour le magnifique sourire de son partenaire, et l'air étonné des serveuses au bar. Elles arrêtèrent immédiatement de les fixer, supposant sans doute qu'ils étaient ensemble. Sans bien comprendre pourquoi, Anthony se sentit comme revivre à cette idée, même s'il était un peu gêné du regard des gens.

    Il hésitait à enlever sa main, ne comprenant pas bien le geste d’Erodric. Mais ce contact avait quelque chose de rassurant… et il avait eu l’avantage de faire déguerpir les serveuses pour de bon. Elles ne les observaient maintenant plus que de loin et avec un air bien plus grave qu’auparavant. Anthony se tourna alors vers Erodric, un petit sourire aux lèvres. Alors comme ça, il venait véritablement très souvent ici. Il l’écouta lui parler un peu de sa famille et l’imagina sans peine s’occuper de sa sœur. Il avait un côté rassurant et protecteur qui séduisait Anthony. Quelque chose lui disait qu’Erodric était quelqu’un de droit et de juste, et qu’il ferait un très bon père de famille. Pourquoi cette idée lui traversait-elle l’esprit ? Il n’en savait rien. Il ouvrit la bouche pour répondre, sans bien savoir s’il devait avouer au jeune homme qu’en réalité il n’avait aucune vie sociale.

    « Oh… moi tu sais je… Hey ! »

    Anthony s’était interrompu en plein milieu de sa phrase car il avait reconnu un nouvel arrivant dans le bar. Le jeune homme s’approchait d’ailleurs de leur table, et Anthony se leva brusquement, enlevant rapidement sa main de celle d’Erodric. Il lança un regard mi-gêné mi-désolé au bel auror avant de reporter son attention sur John, le fameux nouvel arrivant. John travaillait au ministère, au service qui s’occupait de l’utilisation de la magie par les mineurs. Anthony ne l’appréciait pas du tout mais en l’occurrence, il était presque soulagé de ne plus se retrouver seul avec Erodric. Cependant, John était connu pour être un homme très… macho. Un peu trop d’après Anthony d’ailleurs. C’était peut-être aussi pour cela qu’il avait si brusquement retiré sa main de la table. Il tendit cette même main en direction de John, trouvant son contact nettement moins doux que celui de l’auror. Essayant de reprendre une attitude plus « normale » il se tourna vers Erodric et entama les présentations :

    « John, voici Erodric du service des aurors, et Erodric, voici John qui s’occupe de l’usage de la magie chez les mineurs. »

    John se mit alors à regarder tour à tour Anthony et Erodric, un air un peu surpris affiché sur le visage. Puis, un sourire commença à naître sur ses lèvres, mais il ressemblait plus à un sourire effrayant qu’autre chose. D’un air entendu il se tourna vers Erodric et dit quelque chose qu’Anthony eut beaucoup de mal à saisir :

    « Ah… Hé bien je vais vous laisser tous les deux alors, bonne soirée »

    « Pardon ? »

    La surprise se lisait sur le visage d’Anthony, il n’avait strictement rien compris à ce que John venait de dire, et il n’aimait pas du tout le petit regard complice qu’il lançait à Erodric. Que se passait-il ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Sam 18 Sep - 11:13

    L'attention du jeune homme n'avait pas la moindre chance d'être attirée par une quelconque connaissance tant elle était retenue pas le doux visage du bel Anthony Sheffield. Il se foutait royalement des personnes qui pouvaient être dans le bar ce soir. Il avait la plus belle personne qu'il lui avait été donnée de rencontrer au cours de sa vie. Pour vous dire à quel point il était subjugué par le jeune homme, il n'avait même pas jeté un coup d'œil aux autres hommes de la salle, et pourtant, dans un coin de la salle, même si il ne l'avait pas vu, il y avait l'un de ses ex partenaire d'un soir. Espérons qu'il ne ferait pas de crise de jalousie. Après tout, Erodric n'avait pas vraiment avoué au jeune homme qu'il était gay. Pourtant, dans ce coin, un jeune homme au visage sombre et caché dans une cape de sorcier noir dévorait Erodric des yeux. Qu'est ce qu'il foutait avec un mec comme celui en face de lui? Il ne comprenait pas. Mais sans doutes était-ce simplement parce qu'il l'avait quitté sans lui dire quoi que ce soit. Oui, voilà pourquoi il lui en voulait tellement. Mais Erodric était bien loin de tout ça. Il avait mieux à penser qu'un vulgaire ex.

    Et puis, il avait fallut qu'il ait l'idiote idée que de poser sa main sur celle du jeune homme face à lui. Il n'avait pas franchement réfléchit avant de faire ça, il en avait envie, alors il l'avait fait. Il se foutait bien du regard des autres, il en avait pris l'habitude avec les années. Les gens étaient souvent mal à l'aise ou plein de préjugés quand ils voyaient deux hommes qui pouvaient s'aimer. Pourtant, est-ce qu'il les dérangeait quand ils étaient en train de s'embrasser? Non. Bon alors pourquoi on le regardait quand il ne faisait que poser sa main sur celle d'un jeune brun terriblement beau et sayksi? Oui mais voilà, ce qu'il n'avait pas imaginé un seul instant était que cela puisse déranger le bel Anthony qui après tout était peut être le plus hétérosexuel des hommes. Sans qu'il ne sache pourquoi, rien que de penser à cela lui donna l'impression qu'on lui plantait un poignard parfaitement aiguisé en plein dans le cœur.

    Alors qu'Erodric étain en train de se traiter mentalement de tout les noms possibles et imaginables. Que lui avait-il pris hein?! Il ne conaissait, du moins officiellement, le jeune homme que depuis quelques heures et il s'en allait lui prendre la main sans réfléchir avant. Après tout, peut-être qu'Anthony était sous le charme de l'une des serveuses et qu'il venait de gâcher toute ses chances de conclure avec elle. Qu'est ce qu'il pouvait se sentir con... Mais finalement, quelque chose le rassura, le petit sourire que le jeune brun lui adressa. Il lui rendit son sourire et finalement, il se sentait un peu moins bête même si il aurait sans doute éclaté de rire à l'idée qu'on puisse l'imaginer en tant que père de famille, il s'interdisait déjà d'être amoureux, alors être père... Et puis de tout façon, à notre époque, avoir un enfant et être gay en même temps était quelque chose de plutôt complexe.

    " Tu quoi?.... "

    Il lui fallut plusieurs dizaines de minutes pour réaliser que ce "Hey" était en fait la marque d'une salutation et il ne pu s'empêcher de se retourner pour voir qui était la personne qu'il était en train de saluer. Et bien sûr, il leva les yeux au ciel en reconnaissant le jeune homme. John William Fitzegrald. Il travaillait au service des utilisations de la magie par les mineurs. Et c'était surtout un matcho de première qui avait sans arrêt des remarques désobligeantes envers Erodric depuis qu'il avait appris qu'il était gay. S'il gâchait tout avec Anthony, que ce soit clair, il irait croupir en Antarctique. Mais finalement ce ne fut pas cela qui fut le plus difficile à supporté. Il se sentit presque blessé en sentant le jeune homme retirer brusquement sa main de la sienne. Erodric porta son whisky à ses lèvres pour encaisser plus facilement ce qui venait de se passer et il jeta un regard on ne peut plus nonchalant vers ce fameux John.

    " Nous nous sommes déjà rencontré il me semble... "

    Bien sûr, ce à quoi il s'attendait arriva. Cela ne pouvait qu'arriver, John regardait tour à tout les deux jeunes hommes alors que Erodric essayait de ne pas y faire attention pour ne pas que Anthony ne puisse comprendre qu'il était gay et qu'il le voulait dans son lit ce soir et les prochains soirs. Mais non pas les prochains soirs... Il répondit d'une voix froide et limite désagréable.

    " C'est ça. Laisse nous tranquille. Il y a des trainées derrière le bar tu vas pouvoir t'occuper ce soir. Il reprit à voix basse et à l'oreille de John: Je te préviens si tu gâches tout ou que tu racontes quoi que ce soit au Ministère je te tue. "

    Il lui lança un regard froid alors qu'en reportant son attention sur le jeune Sheffield, le regard se fit beaucoup plus doux, limite tendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Lun 20 Sep - 9:50

    Pourquoi est-ce qu’Anthony avait la sensation étrange qu’Erodric regardait par-dessus son épaule ? Il n’aimait pas les gens qui ne le regardaient pas directement dans les yeux, ça le mettait toujours mal à l’aise, comme s’il y avait un tueur psychopathe juste derrière lui et que son compagnon n’osait pas le lui dire. C’était stupide mais il n’aimait juste pas cette sensation, il préférait encore que le jeune auror détourne le regard et se tourne vers le bar, ou vers son verre s’il ne voulait pas le regarder directement dans les yeux. Finalement il décida de se retourner, juste pour être sur, mais n’aperçut aucun psychopathe avec une tronçonneuse ou quoi que ce soit de tranchant. Il y avait bien un type à l’air louche qui les regardait de travers mais Anthony n’y prêta pas grande attention. Depuis sa place il devait voir la main d’Erodric posée sur la sienne et il avait tout de suite tiré des conclusions aussi hâtives qu’erronées. Elles étaient bien… erronées n’est-ce pas ? Si son cerveau lui affirmait bien sa propre hétérosexualité, le plaisir que provoquait le simple contact de la peau du bel auror sur la sienne laissait planer un doute.

    Malheureusement pour lui, ce doux contact fut interrompu par l’arrivée de John machinchose, un autre employé du ministère. En un sens, Anthony fut autant soulagé que déçu de cette interruption. Soulagé de ne plus être la cible des regards de toute la population du bar, soulagé aussi parce qu’au fond, le geste d’Erodric l’avait un peu mis mal à l’aise. Malgré tout il… il n’avait pas trouvé ça entièrement désagréable. C’était une de ces choses que l’on apprécie en secret mais qu’on n’avouera jamais à personne, et qu’on ne s’avouera jamais même complètement à soi-même. Il avait presque l’impression d’avoir découvert qu’il aimait se travestir. Pourtant, ça n’avait été qu’un geste… innocent non ? Essayant de ne pas se perdre dans ses pensées, il tenta de suivre la discussion entre John et Erodric, mais à vrai dire, leur « relation » était un mystère pour notre beau jeune homme.

    Il se fichait bien de l’impression qu’il donnait de lui-même, mais il était absorbé par l’observation de leurs comportements à tous les deux. Que voulait dire cet air complice, presque mauvais, que John leur lançait ? Pourtant il n’avait pas du voir la main d’Erodric sur la sienne, alors il n’avait aucune raison de suspecter quoi que ce soit… non ? Il avait l’impression de commencer un roman, il voyait la scène, et même en comprenant tous les dialogues, il ne connaissait pas assez les personnages pour en saisir tout le sens. Il regarda un instant Erodric, essayant de lire sur son visage un quelconque sentiment qui pourrait l’aiguiller, mais ses lèvres, ses yeux n’exprimaient que de la colère, du mépris aussi. Anthony ne savait pas ce que John lui avait fait pour se faire autant haïr d’Erodric, mais il n’aurait pas aimé être à sa place.

    " C'est ça. Laisse nous tranquille. Il y a des trainées derrière le bar tu vas pouvoir t'occuper ce soir.

    Anthony ouvrit de grands yeux. Il n’en revenait pas. Non pas qu’il était choqué par l’utilisation de gros mots, ou pas la grossièreté en général, mais il n’aurait jamais imaginé Erodric se conduire comme cela. Il ne le connaissait pas depuis une journée qu’il s’était déjà donné l’impression de le connaître depuis toujours. C’était ridicule. Mais cette soirée lui aurait au moins prouvé qu’il avait encore beaucoup de choses à apprendre sur le bel auror… Suspicieux, il observa Erodric s’approcher de John et lui murmurer quelque chose à l’oreille. Il ne put saisir qu’un seul mot : ministère. Rien qui ne l’avançait vraiment puisqu’ils y travaillaient tous les trois. Il aurait pu lui parler d’une mission secrète, mais l’air menaçant sur son visage prouvait le contraire. Anthony avait la sensation désagréable qu’Erodric lui cachait quelque chose, et il n’aimait pas cela du tout. Finalement John s’écarta de leur table, et Erodric reporta son attention sur lui. Son visage avait retrouvé sa douceur habituelle mais cette fois ci, Anthony n’était pas d’humeur à plaisanter, lui. Il regarda son compagnon d’un air grave avant de demander :

    « C’était quoi ça ? »

    Il s’était reculé, le dos contre son siège et les bras serrés contre son torse. Son air était strict, un sentiment qui ne lui allait pas du tout. Ses traits s’étaient durcis, et même si Anthony n’était pas du genre à s’énerver souvent, il essaya de paraître parfaitement sérieux. Au fond il l’était, il ne comprenait pas ce qu’il venait de se passer, et il avait très sincèrement l’impression qu’on le prenait pour un idiot. Il aperçut la serveuse de tout à l’heure s’approcher de leur table, et dans un soupir il lui fit signe de rester là où elle était. Il n’avait pas besoin de supporter ses bêtises maintenant. Reportant son attention sur Erodric, il poursuivit :

    « Je n’aime pas qu’on me cache quelque chose. Et je n’ai pas non plus aimé le regard que John t’a lancé, il sait sans doute quelque chose que j’ignore… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   Mar 5 Oct - 13:24

    Le jeune homme n'était lui non plus, pas du genre à regarder ailleurs que dans les yeux de son interlocuteur. Mais le visage qu'il voyait derrière Anthony ne lui plaisait pas, ou plutôt lui rappelait étrangement quelqu'un qu'il était tout sauf ravi de voir. Après tout, peut-être qu'il s'était trompé, qu'il s'agissait d'une toute autre personne que cet ex... Un ex qui avait été à une époque beaucoup trop collant et surtout beaucoup trop amoureux de lui. Mais combien de chance y avait-il pour que ce soit bel et bien lui et qu'il réapparaisse le jour où Erodric était avec l'homme de ses rêves? La probabilité devait être presque nulle... Pour l'instant, il se moquait presque de savoir qui était ou non cet homme qui le regardait. La seule chose qu'il trouvait importante pour le moment était la présence de la main d'Anthony en dessous de la sienne. Avait-il déjà eu le plaisir d'apprécier autant un contact aussi simple? Il ne s'en souvenait pas en tout cas. D'habitude il ne prennait pas son temps avec les hommes qui lui plaisait. Tout allait vite, souvent beaucoup trop vite, mais là, tout était tellement... Différent.

    Erodric aurait tellement aimé que cela se poursuive aussi simplement que c'était arrivé, mais non. Il avait fallu que cet abruti de John n'arrive et ne gâche tout, par la même occasion. Ce que cet homme pouvait agacer le bel auror. Il ne supportait pas l'intolérance et encore moins celle de cet idiot qui se permettait de juger les gens en fonction de leurs préférences sexuelles. Et il fallait bien avouer, qu'au fond, il avait été un peu blessé de voir Anthony retirer sa main de la sienne comme si il n'avait attendue qu'une excuse valable pour le faire. Peut-être s'était il trompé. Peut-être qu'en réalité, Anthony était le plus hétéro des hommes et qu'il ne voudrait jamais d'un homme dans sa vie... Peut-être pire, il était peut-être comme John... Cette pensée lui provoqua un pincement douloureux au cœur.

    Le bel auror était quelqu'un de très impulsif et de pas forcément doux. Il n'aimait pas se laisser marcher sur les pieds... Et encore moins par un homme aussi idiot que John. Il devait d'ailleurs se contenir pour ne pas taper sur cet abruti. Si jamais son intervention avait tout gâché, il se promettait de le lui faire payer dès le lendemain à la loyal. Baguette à la main. De toute façon, il n'avait absolument rien à craindre. Il était bien meilleur sorcier que lui. Il eu un sourire mauvais en pensant à cela. Oui, un homme particulièrement doux a aussi une face plus sombre, le jeune homme n'était pas une exception à la règle. Si John cherchait les ennuis, il les trouverait. Et pas de la meilleure façon....

    Oui il était vrai que le jeune homme cachait quelque chose à Anthony, mais pouvait-il le lui avouer comme ça? C'était beaucoup trop rapide, et surtout beaucoup trop direct. Ou alors il l'avait déjà compris quand il avait posé la main sur la sienne... Il ne savait plus, un homme normal aurait probablement compris, mais le beau brun semblait naïf, ou alors il refusait de comprendre, c'était une autre possibilité... En conclusion, devait-il lui dire ou continuer à discuter comme si de rien était. En fait comme si quoi n'était pas? Comme si il n'était pas gay? Jusqu'à preuve du contraire, l'homosexualité n'était pas une tare... Mais peut-être que dans l'esprit de son partenaire ça en était une... Que devait-il faire? Que devait-il dire? Bon Dieu mais pourquoi se posait-il toutes ces questions? D'habitude il était si sûr de lui... Pourquoi est-ce que aujourd'hui il fallait qu'il ait des doutes? John s'était éloigné. Et bien sûr, comme il l'avait craint, Anthony n'avait pas apprécié... Pas du tout. Et il semblait vouloir des explications... C'était maintenant que ça allait se compliquer.

    " De quoi est-ce que tu parles? "

    L'auror tenta d'attraper la main de son collègue, mais celui ci s'éloigna doucement, ou pas d'ailleurs. En tout cas, il s'était éloigné et ne semblait plus avoir envie de poser la main sur la sienne... Il hésita quelques instants, devait-il être sincère ou non? Il n'en savait plus rien... Finalement, ce fut après quelques minutes de silences parfait qu'il reprit d'une voix calme et presque posé.

    " Oui.... Oui il sait quelque chose que tu ignores... Mais je ne peux pas t'en parler pour l'instant... Je voudrais bien. Je te jure... Mais pas tout de suite... Ça pourrait tout gâcher entre nous... Pardonne moi... S'il te plait... C'est quelque chose de personnel... Je te le dirais. Mais laisse moi du temps."

    Quoi? On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a, et vu son état, il n'était pas capable de faire beaucoup mieux....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: «Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

«Je me chercherai un Dieu pour tout me pardonner» [FE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a un temps pour tout [Pomona]
» Merci à vous pour tout ce que vous avez fait pour moi.
» Pnj pour tout le monde!!
» Pour les fans
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Londres :: Le Ministère-