Partagez | .
 

 Histoire sans fin [concours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angel Grisham
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8500
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 397
+ DOUBLE-COMPTES : Justin Davenport
Alix Blackstorm
Erik Nielsen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Histoire sans fin [concours]   Dim 5 Sep - 7:23

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Dim 5 Sep - 9:43

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...
Revenir en haut Aller en bas
Ashley J. Stevens
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 3078
+ HOUSE POINTS : 3102
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Dim 5 Sep - 10:40

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler …

_________________
Let's play the game where all of the life we lead can change +Today I'm not myself And you, you're someone else And all these rules don't fit
Revenir en haut Aller en bas
Angel Grisham
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8500
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 397
+ DOUBLE-COMPTES : Justin Davenport
Alix Blackstorm
Erik Nielsen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Dim 5 Sep - 10:57

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :

Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !

*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*

Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées…
Revenir en haut Aller en bas
Alice Crosswhite
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 1989
+ HOUSE POINTS : 2048
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Dim 5 Sep - 19:22


Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :


Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !


*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*


Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Angel Grisham
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8500
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 397
+ DOUBLE-COMPTES : Justin Davenport
Alix Blackstorm
Erik Nielsen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Lun 6 Sep - 7:10


Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :


Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !


*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*


Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.

Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :


Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…
Revenir en haut Aller en bas
Ashley J. Stevens
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 3078
+ HOUSE POINTS : 3102
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Lun 6 Sep - 10:09


Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :


Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !


*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*


Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.

Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :


Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…Au moment ou je tentais de l’enlever un des clients renversa sa bierraubeurre sur moi …Je restais un instant sans comprendre alors que le liquide dégoulinait le long de mon visage. Puis comprenant enfin ce qui se passait, je relevais la tête vers le coupable …Ou plutôt la coupable, qui semblait à la fois désolé pour son verre et étonné par mon chapeau, à croire que tout le monde n’avais que ça en tête, comme si je n’avais plus le droit de porter ce que je voulais. Mais comme j'avais déjà décidé de l'enlever autant continuer sur ma lançée.
Voulant faire bonne impression, je tirais sur mon couvre-chef pour le retirer … en vain .


_________________
Let's play the game where all of the life we lead can change +Today I'm not myself And you, you're someone else And all these rules don't fit
Revenir en haut Aller en bas
Drago Malefoy
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 5245
+ HOUSE POINTS : 5654
+ DOUBLE-COMPTES : .
Dacre L. Bingley
Andrew E. Hurthlake
Spade D. Knightingale
Jynx N. Caine
Shane M. Danvers
Kate H. Banks
Kiowa Redmoon
Maverick Donnelly
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Lun 6 Sep - 21:30

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :[/i]

Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !


*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*


Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.

Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :


Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…Au moment ou je tentais de l’enlever un des clients renversa sa bierraubeurre sur moi …Je restais un instant sans comprendre alors que le liquide dégoulinait le long de mon visage. Puis comprenant enfin ce qui se passait, je relevais la tête vers le coupable …Ou plutôt la coupable, qui semblait à la fois désolé pour son verre et étonné par mon chapeau, à croire que tout le monde n’avait que ça en tête, comme si je n’avais plus le droit de porter ce que je voulais. Mais comme j'avais déjà décidé de l'enlever autant continuer sur ma lançée.
Voulant faire bonne impression, je tirais sur mon couvre-chef pour le retirer … en vain . Pris d'une panique incontrolable et également pour le moins absurde - ce n'était qu'un chapeau - je me mis à pousser des cris stridents et commençai courir entre les tables. Les rares personnes à ne pas m'avoir remarqué ne pouvaient pas me rater maintenant. Le tavernier me choppa par le col de mon pull et me souleva du parquet avant de m'intimer non sans ton menaçant d'arrêter mon cinéma. Calmé, je lui racontai mon affaire et il se mit en tête de m'aider. Choppant les oreilles d'éléphant à pleines mains, il tira et tira encore mais rien n'y fit, ou si : je me mis à rapeticir jusqu'à mesurer à peine plus grand qu'une souris !

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Tonks
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8859
+ MAISON : Ancienne Poufsouffle <3
+ HOUSE POINTS : 9226
+ LOCALISATION : Londres. Au QG de l'Ordre, au ministère ou chez moi...
+ DOUBLE-COMPTES : William A. Carter ; Steven J. Fergusson.
(Anciens comptes)
Samuel J. Shepperd ; Elisabeth A. Barton ; Sélène J. Fitzwiliam ; Andrew J. Middleton ; Ciella V. Greenwood ; Lou Seducere ; Enid F. Windtaker (?)


Voir le profil de l'utilisateur http://ma-caverne-aux-tresors.wifeo.com/os-parce-quil-faut-une-f

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Lun 6 Sep - 22:25

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :[/i]

Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !

*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*

Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.
Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :

Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…Au moment ou je tentais de l’enlever un des clients renversa sa bierraubeurre sur moi …Je restais un instant sans comprendre alors que le liquide dégoulinait le long de mon visage. Puis comprenant enfin ce qui se passait, je relevais la tête vers le coupable …Ou plutôt la coupable, qui semblait à la fois désolé pour son verre et étonné par mon chapeau, à croire que tout le monde n’avait que ça en tête, comme si je n’avais plus le droit de porter ce que je voulais. Mais comme j'avais déjà décidé de l'enlever autant continuer sur ma lançée.
Voulant faire bonne impression, je tirais sur mon couvre-chef pour le retirer … en vain . Pris d'une panique incontrolable et également pour le moins absurde - ce n'était qu'un chapeau - je me mis à pousser des cris stridents et commençai courir entre les tables. Les rares personnes à ne pas m'avoir remarqué ne pouvaient pas me rater maintenant. Le tavernier me choppa par le col de mon pull et me souleva du parquet avant de m'intimer non sans ton menaçant d'arrêter mon cinéma. Calmé, je lui racontai mon affaire et il se mit en tête de m'aider. Choppant les oreilles d'éléphant à pleines mains, il tira et tira encore mais rien n'y fit, ou si : je me mis à rapeticir jusqu'à mesurer à peine plus grand qu'une souris !

Rapetisser ??? Sur le moment, je ne compris pas très bien ce qui m'arrivait ! Je suppose que si cela vous était arrivé à vous aussi, vous n'auriez rien compris non plus ! Déjà que je n'étais pas d'une taille très grande et que maintes fois je m'étais répété que j'aurais aimé faire ne serait-ce dix centimètres de plus, mais alors là... C'était le bouquet !! Je pris peur lorsque je tombais en chute libre et me relevais sur le sol. Minuscule... Je voyais tout en grand... J'étais minuscule... Au secours !!! Mais j'avais littéralement l'impression d'être en plein cauchemar !!! J'allais me réveiller n'est-ce pas ??? Je faisais à tout cassé la taille d'une souris ! Ne manquerait plus qu'il y ait un chat dans les parages et j'étais fichu...

"Hey oh hey oh!!! Au secours !! Vous m'entendez ???"

Je secouais mes bras mais comment vous voulez qu'on m'entende, ou qu'on me voit ? Le barman devait même se demander où je me trouvais à présent ! Il m'avait vu rapetisser mais... Soudain, je me jetais de côté et atterrissait un peu plus loin, évitant de justesse que l'on me piétine ...


_________________
« And I don't care what they think. And I don't care what they say. What do they know about this love anyway? »


    You're the most courageous man I've ever seen, I've ever dreamed of. Whatever you say, whatever you think. Despite all opposition my feelings are and will remain the same as long as I live. Even through the death. You're the one my heart has chosen, you're the one who makes me breathe... You're the one who learnt me to live.  I can't just forget you even if you ask me to. Even beyond life I truly love you. Why can't you just believe I will never let you down ? Why is it impossible to conceive ? Let me love you.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Angel Grisham
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8500
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 397
+ DOUBLE-COMPTES : Justin Davenport
Alix Blackstorm
Erik Nielsen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Mar 7 Sep - 11:34

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :[/i]

Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !

*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*

Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.
Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :

Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…Au moment ou je tentais de l’enlever un des clients renversa sa bierraubeurre sur moi …Je restais un instant sans comprendre alors que le liquide dégoulinait le long de mon visage. Puis comprenant enfin ce qui se passait, je relevais la tête vers le coupable …Ou plutôt la coupable, qui semblait à la fois désolé pour son verre et étonné par mon chapeau, à croire que tout le monde n’avait que ça en tête, comme si je n’avais plus le droit de porter ce que je voulais. Mais comme j'avais déjà décidé de l'enlever autant continuer sur ma lançée.
Voulant faire bonne impression, je tirais sur mon couvre-chef pour le retirer … en vain . Pris d'une panique incontrolable et également pour le moins absurde - ce n'était qu'un chapeau - je me mis à pousser des cris stridents et commençai courir entre les tables. Les rares personnes à ne pas m'avoir remarqué ne pouvaient pas me rater maintenant. Le tavernier me choppa par le col de mon pull et me souleva du parquet avant de m'intimer non sans ton menaçant d'arrêter mon cinéma. Calmé, je lui racontai mon affaire et il se mit en tête de m'aider. Choppant les oreilles d'éléphant à pleines mains, il tira et tira encore mais rien n'y fit, ou si : je me mis à rapeticir jusqu'à mesurer à peine plus grand qu'une souris !

Rapetisser ??? Sur le moment, je ne compris pas très bien ce qui m'arrivait ! Je suppose que si cela vous était arrivé à vous aussi, vous n'auriez rien compris non plus ! Déjà que je n'étais pas d'une taille très grande et que maintes fois je m'étais répété que j'aurais aimé faire ne serait-ce dix centimètres de plus, mais alors là... C'était le bouquet !! Je pris peur lorsque je tombais en chute libre et me relevais sur le sol. Minuscule... Je voyais tout en grand... J'étais minuscule... Au secours !!! Mais j'avais littéralement l'impression d'être en plein cauchemar !!! J'allais me réveiller n'est-ce pas ??? Je faisais à tout cassé la taille d'une souris ! Ne manquerait plus qu'il y ait un chat dans les parages et j'étais fichu...

"Hey oh hey oh!!! Au secours !! Vous m'entendez ???"

Je secouais mes bras mais comment vous voulez qu'on m'entende, ou qu'on me voit ? Le barman devait même se demander où je me trouvais à présent ! Il m'avait vu rapetisser mais... Soudain, je me jetais de côté et atterrissait un peu plus loin, évitant de justesse que l'on me piétine ...

C'est dingue de voir le monde de cette façon. Tout me paraissait si... démesuré. Ces semelles en mouvements me flanquaient une trouille pas possible. Pourquoi l'aubergiste ne réagissait-il pas? Il ne pouvait pas croire que j'avais transplané, pas à mon âge!
Tant bien que mal, je me réfugiai contre un pied de table. La sécurité était relative mais rassurante. Je réfléchis:

*Puisque j'ai rapetissé parce que Tom tirait les oreilles vers le haut... si je les tire vers le bas...?*


C'était logique!
J'entrepris donc de tirer aussi fort que possible sur les oreilles de ce couvre-chef. Je n'avais pas prévu que ce serait si dur. Concentré à ma tâche, je me déplaçai sans m'en rendre compte. Là, sous mes pieds, la parquet était écarté de deux centimètres. Un gouffre pour moi...

Revenir en haut Aller en bas
Ashley J. Stevens
MAGE
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 3078
+ HOUSE POINTS : 3102
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Mer 8 Sep - 18:53

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :

Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !

*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*

Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.
Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :

Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…Au moment ou je tentais de l’enlever un des clients renversa sa bierraubeurre sur moi …Je restais un instant sans comprendre alors que le liquide dégoulinait le long de mon visage. Puis comprenant enfin ce qui se passait, je relevais la tête vers le coupable …Ou plutôt la coupable, qui semblait à la fois désolé pour son verre et étonné par mon chapeau, à croire que tout le monde n’avait que ça en tête, comme si je n’avais plus le droit de porter ce que je voulais. Mais comme j'avais déjà décidé de l'enlever autant continuer sur ma lançée.
Voulant faire bonne impression, je tirais sur mon couvre-chef pour le retirer … en vain . Pris d'une panique incontrolable et également pour le moins absurde - ce n'était qu'un chapeau - je me mis à pousser des cris stridents et commençai courir entre les tables. Les rares personnes à ne pas m'avoir remarqué ne pouvaient pas me rater maintenant. Le tavernier me choppa par le col de mon pull et me souleva du parquet avant de m'intimer non sans ton menaçant d'arrêter mon cinéma. Calmé, je lui racontai mon affaire et il se mit en tête de m'aider. Choppant les oreilles d'éléphant à pleines mains, il tira et tira encore mais rien n'y fit, ou si : je me mis à rapeticir jusqu'à mesurer à peine plus grand qu'une souris !

Rapetisser ??? Sur le moment, je ne compris pas très bien ce qui m'arrivait ! Je suppose que si cela vous était arrivé à vous aussi, vous n'auriez rien compris non plus ! Déjà que je n'étais pas d'une taille très grande et que maintes fois je m'étais répété que j'aurais aimé faire ne serait-ce dix centimètres de plus, mais alors là... C'était le bouquet !! Je pris peur lorsque je tombais en chute libre et me relevais sur le sol. Minuscule... Je voyais tout en grand... J'étais minuscule... Au secours !!! Mais j'avais littéralement l'impression d'être en plein cauchemar !!! J'allais me réveiller n'est-ce pas ??? Je faisais à tout cassé la taille d'une souris ! Ne manquerait plus qu'il y ait un chat dans les parages et j'étais fichu...

"Hey oh hey oh!!! Au secours !! Vous m'entendez ???"

Je secouais mes bras mais comment vous voulez qu'on m'entende, ou qu'on me voit ? Le barman devait même se demander où je me trouvais à présent ! Il m'avait vu rapetisser mais... Soudain, je me jetais de côté et atterrissait un peu plus loin, évitant de justesse que l'on me piétine ...

C'est dingue de voir le monde de cette façon. Tout me paraissait si... démesuré. Ces semelles en mouvements me flanquaient une trouille pas possible. Pourquoi l'aubergiste ne réagissait-il pas? Il ne pouvait pas croire que j'avais transplané, pas à mon âge!
Tant bien que mal, je me réfugiai contre un pied de table. La sécurité était relative mais rassurante. Je réfléchis:

*Puisque j'ai rapetissé parce que Tom tirait les oreilles vers le haut... si je les tire vers le bas...?*


C'était logique!
J'entrepris donc de tirer aussi fort que possible sur les oreilles de ce couvre-chef. Je n'avais pas prévu que ce serait si dur. Concentré à ma tâche, je me déplaçai sans m'en rendre compte. Là, sous mes pieds, la parquet était écarté de deux centimètres. Un gouffre pour moi... Un vrai abysse pour moi, mais heureusement je réussi à ne pas tomber à l'intérieur , gardant à la dernière minute mon équilibre. Soufflant un coup, rassuré d’être encore là … Mais il restait encore un problème, tirer sur le chapeau ne m’avais pas fait grandir, il fallait donc que je trouve autre chose …Mais quoi ? Trop obnubilait par ma recherche d’une solution, je ne vis pas l’ombre qui s’approchait de moi … Lorsque le pied s’écrasa à quelques centimètres de moi, celui-ci provoqua un léger courant d’air qui me fit voler directement vers le gouffre …


_________________
Let's play the game where all of the life we lead can change +Today I'm not myself And you, you're someone else And all these rules don't fit
Revenir en haut Aller en bas
Angel Grisham
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8500
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 397
+ DOUBLE-COMPTES : Justin Davenport
Alix Blackstorm
Erik Nielsen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Dim 12 Sep - 9:09

Par un beau matin d’été, je me baladais gentiment sur le chemin de traverse. J’adorais ce coin avec toutes ces boutiques différentes. Je n’avais pas d’idées d’achat particulier ; juste envie de me faire plaisir à reluquer les vitrines. L’une d’elles m’attira bientôt car elle était récente. La devanture y exposait une foule d’objets plus étranges les uns que les autres. Il y avait des statuettes en bois à l’effigie d’elfes ou de sorciers, de multiples colifichets, bracelets, pendentifs, et… Ce qui ressemblait à une toque normale, exceptée les énormissimes oreilles d'éléphants qui pendaient de chaque côté de la coiffe. Curieux, j'entrais, le son d'une petite cloche indiquant qu'un nouveau client venait d'entrer et le gérant venant immédiatement m'accoster pour me refiler la fameuse toque. Bonne poire, je le lui achetais – j'avais toujours eut un faible pour les objets excentriques – et sortit à nouveau dans la rue. La foule était dense et pourtant j'avais comme l'impression que personne ne m'approchait, comme si mon nouveau chapeau leur faisait peur dit donc... ! Ce fut à ce moment là que je fus bousculé par...Mon oncle et sa femme, une greluche de plus de 2 mètre qui avait encore eut la bonne idée de porter une paire de talon aiguille, ce qui aurait pu la faire rentrer en concurrence avec les plus grands joueurs de baskets. Mais ce qui la rendait vraiment grande, c’était d’être à coté du petit homme qui m’avait bousculé … petit et trapu, il ressemblait vaguement à un troll miniature … Je n’aime pas spécialement critiquer ma famille … mais ils semblaient encore plus improbable à eux deux, que moi et mon chapeau ; et je n’avais jamais, vraiment , été en bon terme avec ses gens .
Finalement me reconnaissant, mon oncle ouvrit la bouche pour me parler :

Tiens, c’est toi ? Pour un peu on t’aurait pas reconnu avec ce truc ridicule sur la tête. T’as toujours eu l’air d’un zouave mais là, tu dépasses la mesure !

*Parlez pour vous* n’osai-je pas répliquer mais n’en pensant pas moins.

C’est alors qu’il se produisit quelque chose d’assez extraordinaire. Je les fixais, aucun ne bougeait les lèvres et pourtant j’entendais nettement :

*Il est dingue et moche, ce neveu*
*On aurait dû le noyer à sa naissance !*

Ebahi, je compris que ce couvre-chef me permettait de lire les pensées, c'était vraiment génial, moi qui ne comprenai pas forcément les gens que je croisais et que je connaissais, je pouvais enfin savoir ce qu'ils pensaient de moi.
Laissant les deux vieux chnoques plantés au milieu de la rue, j'avançais en direction du Chaudron Baveur. Lorsque j'y pénétrai, les sorciers et sorcières se retournèrent vers moi, ils me dévisageaient tous, je pris place à une table, toujours avec mon couvre-chef sur la tête.
J'observais tous ce petit monde et me régalais en écoutant les pensées de ces personnes. Une jeune sorcière était attablée seule et regardait avec insistance un homme à la table à côté et on peut dire qu'elle avait des pensées impures.
Dans le fond c’était marrant d’entendre ce que les autres pensaient. Indiscret ? Ben oui, et alors ?
Cette femme avait des visées sur un type accoudé au comptoir. Peut-être devrais-je jouer aux entremetteurs ? Je m’approchai du gars et dit :

Pardon Monsieur, mais la dame, là, a très envie de… bavarder avec vous.

L’autre me regarda des pieds à la tête( surtout la tête) J’entendis nettement :

*De quoi il se mêle, ce gamin avec son truc idiot sur la tête*

Il n’avait pas tort. Je m’excusai encore puis retournai à table. Je commençais à avoir mal au crâne aussi décidais-je d’ôter ce chapeau. Catastrophe…Au moment ou je tentais de l’enlever un des clients renversa sa bierraubeurre sur moi …Je restais un instant sans comprendre alors que le liquide dégoulinait le long de mon visage. Puis comprenant enfin ce qui se passait, je relevais la tête vers le coupable …Ou plutôt la coupable, qui semblait à la fois désolé pour son verre et étonné par mon chapeau, à croire que tout le monde n’avait que ça en tête, comme si je n’avais plus le droit de porter ce que je voulais. Mais comme j'avais déjà décidé de l'enlever autant continuer sur ma lançée.
Voulant faire bonne impression, je tirais sur mon couvre-chef pour le retirer … en vain . Pris d'une panique incontrolable et également pour le moins absurde - ce n'était qu'un chapeau - je me mis à pousser des cris stridents et commençai courir entre les tables. Les rares personnes à ne pas m'avoir remarqué ne pouvaient pas me rater maintenant. Le tavernier me choppa par le col de mon pull et me souleva du parquet avant de m'intimer non sans ton menaçant d'arrêter mon cinéma. Calmé, je lui racontai mon affaire et il se mit en tête de m'aider. Choppant les oreilles d'éléphant à pleines mains, il tira et tira encore mais rien n'y fit, ou si : je me mis à rapeticir jusqu'à mesurer à peine plus grand qu'une souris !

Rapetisser ??? Sur le moment, je ne compris pas très bien ce qui m'arrivait ! Je suppose que si cela vous était arrivé à vous aussi, vous n'auriez rien compris non plus ! Déjà que je n'étais pas d'une taille très grande et que maintes fois je m'étais répété que j'aurais aimé faire ne serait-ce dix centimètres de plus, mais alors là... C'était le bouquet !! Je pris peur lorsque je tombais en chute libre et me relevais sur le sol. Minuscule... Je voyais tout en grand... J'étais minuscule... Au secours !!! Mais j'avais littéralement l'impression d'être en plein cauchemar !!! J'allais me réveiller n'est-ce pas ??? Je faisais à tout cassé la taille d'une souris ! Ne manquerait plus qu'il y ait un chat dans les parages et j'étais fichu...

"Hey oh hey oh!!! Au secours !! Vous m'entendez ???"

Je secouais mes bras mais comment vous voulez qu'on m'entende, ou qu'on me voit ? Le barman devait même se demander où je me trouvais à présent ! Il m'avait vu rapetisser mais... Soudain, je me jetais de côté et atterrissait un peu plus loin, évitant de justesse que l'on me piétine ...

C'est dingue de voir le monde de cette façon. Tout me paraissait si... démesuré. Ces semelles en mouvements me flanquaient une trouille pas possible. Pourquoi l'aubergiste ne réagissait-il pas? Il ne pouvait pas croire que j'avais transplané, pas à mon âge!
Tant bien que mal, je me réfugiai contre un pied de table. La sécurité était relative mais rassurante. Je réfléchis:

*Puisque j'ai rapetissé parce que Tom tirait les oreilles vers le haut... si je les tire vers le bas...?*


C'était logique!
J'entrepris donc de tirer aussi fort que possible sur les oreilles de ce couvre-chef. Je n'avais pas prévu que ce serait si dur. Concentré à ma tâche, je me déplaçai sans m'en rendre compte. Là, sous mes pieds, la parquet était écarté de deux centimètres. Un gouffre pour moi... Un vrai abysse pour moi, mais heureusement je réussi à ne pas tomber à l'intérieur , gardant à la dernière minute mon équilibre. Soufflant un coup, rassuré d’être encore là … Mais il restait encore un problème, tirer sur le chapeau ne m’avais pas fait grandir, il fallait donc que je trouve autre chose …Mais quoi ? Trop obnubilait par ma recherche d’une solution, je ne vis pas l’ombre qui s’approchait de moi … Lorsque le pied s’écrasa à quelques centimètres de moi, celui-ci provoqua un léger courant d’air qui me fit voler directement vers le gouffre …


NOOOOOOOOOONNNNNNNN

Je ne voulais pas tomber dans le gouffre béant. Tout m’y entraînait malgré moi. Je tentai de m’accrocher à ce qui dépassait. Un lacet de bottine ? J’étais pas à ça prêt. Des mains et dents, j’agrippai ce filin et m’y suspendis tel un certain Tarzan à sa liane. Non, je ne poussai pas le cri de cet homme de la jungle.
Balancé, perdu, je me mis à prier :

Merlin, j’ai rien fait pour mériter ça. Aide-moi !

Une réponse? un de ces grands pieds bougea et m'expédia...

Revenir en haut Aller en bas
Angel Grisham
Admin
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 8500
+ MAISON : Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 397
+ DOUBLE-COMPTES : Justin Davenport
Alix Blackstorm
Erik Nielsen
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   Dim 12 Sep - 19:08

Terminé.

Merci d'avoir joué le jeu.

James: 25p
Keith: 75 p
Alice: 25p
Drago : 25 p
Tonks: 25p
Angel: 125p

Créditez-vous Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

MessageSujet: Re: Histoire sans fin [concours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Histoire sans fin [concours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'histoire sans fin
» Histoire sans queue ni tête
» [Menue-tâche] Histoire sans parole… ou presque. (Kinimo)
» L'histoire sans fin...
» L'histoire sans queue ni tête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Galeries :: OS et fanfictions-