Partagez
 

 Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptyLun 1 Nov - 20:23

Ginny & Pansy
« Si tu veux la paix, prépare la guerre. »


    Coupé du monde, coupé de tout, on finit par perdre la notion du temps, il m'est impossible de savoir combien de temps je suis enfermé dans cette prison, une semaine, voir plus, je ne serais vous le dire. Coupé de la lumière, je ne pourrais même pas vous dire s'il faisait jour ou nuit. Rien n'avait changé pour l'instant, nous étions toujours enfermés et la situation n'avait pas l'air de vouloir changer. Encore combien de temps cela allait-il encore durer ?
    La seule visite que nous avions, était celle des mangemorts bien évidemment, mais j'aurais préféré qu'ils s'abstiennent. Mis à part parler de leur sois-disant "victoire", ils n'ont rien d'autre à la bouche. Combien de fois je les avais entendus nous menacer, mais ils n'avaient toujours rien fait à l'heure actuelle. Ils ne me faisaient pas du tout peur, je craignais surtout ce qu'ils allaient réserver à Tonks, parce que c'était de ma faute si elle était prisonnière. Et Hermione et Harry ? Avaient-ils réussit à s'en sortir avec ce portoloin, j'espère qu'ils n'étaient pas tombés dans un piège. Quoi qu'il en soit, nous n'avions aucun moyen d'avoir de leurs nouvelles.
    Et l'Ordre était-elle au courant de notre capture ? Je ne préférais même pas imaginer la réaction de mes parents et plus particulièrement celle de ma mère. Finalement être ici n'était pas si mal comparer au savon qu'elle m'aurait passé en découvrant que je les avais suivis. Finalement c'était pas si mal ici.
    Je n'osais pas adresser la parole à Tonks, de peur de sa réaction, mais pour l'instant, elle était comme à son habitude, ce qui m'étonna d'ailleurs. Elle était toujours positive, dans n'importe quelle situation, comme ici par exemple. Nous risquions d'être tués à tous moment, mais cela ne l'empêchait pas de rire, d'être gentille ... A sa place, j'aurais été l'opposé ...
    Perdue dans mes pensées, je n'avais pas entendu la porte des cachots s'ouvrir, je compris que quelqu'un arrivait grâce au peu de lumière qui était passée à travers, cela me fit mal aux yeux, car nous n'avions plus l'habitude de la lumière, du moins d'une telle intensité. Seule des bougies nous éclairaient.
    Un autre mangemort venait faire sa ronde pour voir si tout allait bien surement, désormais je connaissais la démarche de chacun et pouvait savoir de qui il s'agissait, enfin pour ceux qui étaient venus sans leur masque, ce qui était rare d'ailleurs.
    Assise au fond de ma cellule, j'attendis que le mangemort arrive jusqu'à nous, ce qu'il ne manqua pas de faire ...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptyVen 5 Nov - 18:35


Si tu veux la paix, prépare la guerre. Bonnie_wright_05 Si tu veux la paix, prépare la guerre. Pbucket

    Cela faisait désormais une semaine que Pansy était 'en vacances', ayant accepté la demande de Drago de rentrer chez eux pendant quelques jours. À peine une semaine qu'elle étai rentrée et pourtant déjà, Pansy ne rêvait plus que d'une chose : repartir. Sans pouvoir réellement dire que d'essayer d'attraper de la fumée avec les mains - dans ce cas-ci Dumbledore avec une connaissance et une puissance magiques faibles - l'amusait énormément, elle s'était habituée à passer tout son temps avec Drago et c'était plutôt dire pour elle de revenir à une vie 'normale'. Pour Pansy, qui avait passé la plus grande partie de sa vie à essayer de se faire remarquer et aimer du jeune blond, ça relevait de l'impossible.

    Séchant ses cheveux à l'aide de sa baguette, les yeux rivés sur son propre reflet dans le miroir, elle fut surprise de constater que ce dernier avait, au contraire de celui de Drago, perdu ses couleurs et ce qui le rendait vraiment beau. Elle soupira et détourna ses yeux de la pâle copie d'elle-même que lui offrait sa glace ce matin-là. À l'étage inférieur elle entendait les bruits habituels du manoir Parkinson : son père donner des ordres aux elfes de maisons et sa mère se plaignant qu'elle devait toujours tout faire par elle-même ici, tout en regardant tranquillement son mari à l'œuvre. Si Pansy n'avait pas su toute sa vie que c'était ce qui l'attendait, elle en aurait sourit, là, ça la fit plus grimacer.

    Déposant sa baguette dans son sac à main, offert par ses parents pour ses 'vacances', elle sortit de la salle de bains et descendit les escaliers jusqu'au salon. Ce matin-là, elle portait une jupe noire avec des collants ainsi qu'un haut vert lui arrivant jusqu'aux avants-bras. Elle salua ses parents qui ne semblèrent pas l'entendre, ou en tout cas pas spécialement désireux de lui répondre, et, prise d'une lassitude plus forte sue d'habitude, déclara :

    « Je vais au manoir Malefoy. »

    « Bonne idée, salue Drago et ses parents pour nous. » Pandy acquiesça et alla chercher sa veste avant de transplaner. Elle n'avait pas l'habitude de débarquer ainsi chez Drago sans prévenir mais elle en avait soudainement ressenti le besoin. Elle se sentait comme une étrangère qui, au bout d'un certain temps, souffre du mal du pays et en ce moment plus encore qu'auparavant, Drago c'était sa vie.

    Son idée aurait pu être bonne, si seulement on ne lui avait pas annoncé à son arrivée que Drago était actuellement absent du manoir. Pansy salua néanmoins Lucius et Narcissa, pour qui elle avait toujours eut énormément de respect mais se fit interpeller par cette dernière au moment où elle allait prendre congé.

    « Voyons, ne soyez pas bête, rentrez l'attendre à l'intérieur avec nous, il ne devrait plus tarder. En plus, vous êtes presque de la famille maintenant. » Pansy sourit poliment en constatant encore une fois à quel point elle avait raison d'aimer les parents de Drago : ils l'aimaient déjà comme leur fille alors qu'elle n'était rien d'autre que la petite-amie de leur fils. C'était d'autant plus appréciable que Drago n'avait jamais su la faire se sentir aimée réellement.

    « Avec plaisir. » Et elle les suivit à l'intérieur. À peine entrée elle entendit des bruits de chaine et de ferraille à l'étage inférieur et se tourna vers Narcissa d'un air inquisiteur. Elle savait - la rumeur avait vite circulé parmi les mangemorts les plus proches des Malefoy - qu'ils retenaient deux membres de l'Ordre captifs au manoir. La mère de Drago se contenta de hocher la tête d'un signe approbateur, comme si elle savait que Pansy comprendrait. Cette dernière n'eut d'ailleurs pas plus besoin de mots pour demander la permission de descendre quelques minutes au sous-sol en attendant Drago. Elle avait toujours été curieuse, même si ça s'avérait assez morbide dans ce cas-là.

    Elle descendit les marches en pierre, entendant ses talons claquer fermement sur le sol et résonner dans tous le couloir où se succédaient des cellules improvisées. Pansy passa devant quelques cellules vides avant de tomber sur celle d'une jeune femme d'une vingtaine d'années dont le visage lui était inconnu. Elle passa son chemin sans s'arrêter. La personne emprisonnée dans la cellule juste à côté en revanche, présentait beaucoup plus d'intérêt au yeux de la jeune Pansy. Même avec le peu d'éclairage, elle avait su reconnaitre cette chevelure rousse flamboyante aussi clairement que si elle l'avait aperçu au grand jour. Ginny Weasley. La petite dernière de la famille des traitres à leur sang, et accessoirement l'une de ses plus chères ennemies à Poudlard, se tenait allongée par terre devant elle, dans l'obscurité. Sortant sa baguette et éclairant violemment le visage de la jeune captive à l'aide d'un Lumos, elle ne put retenir un petit rire de mépris en constatant qu'elle ne s'était pas trompée sur la personne.

    « Tiens, tiens, la jeune Weasley, c'est presque trop beau pour être vrai ! » S'exclama-t-elle après avoir vérifié que la rouquine se trouvait dans l'état misérable qu'on était en droit d'espérer d'elle. « Je t'avais manqué peut-être ? » Demanda-t-elle, feignant une moue déçue en remarquant la réaction de Ginny. « Quoi ? Même pas un tout petit peu ? » Elle serait bien allée attendre Drago avec les parents de ce dernier mais pouvoir se défouler sur Ginny, c'était encore mieux ! Se rapprochant légèrement des barreaux pour venir s’appuyer dessus, plongeant son regard dans celui de la jeune femme avec une expression clairement condescendante et moqueuse sur le visage, elle finit par déclarer :

    « J’espère que tes amis vont essayer de venir te chercher avant que je ne reparte, je serais verte de rater ça ! Ça m’étonne que Potter n’ait pas déjà accouru pour jouer les héros, je me serais fait un plaisir de l’écraser. Enfin, probablement qu’il ne tient pas assez à toi pour risquer sa peau. » Elle leva les yeux au ciel avant de s’écarter légèrement des barreaux, au cas où l’autre sauvage décide de lui sauter à la gorge, sachant très bien que Ginny était assez stupide et impulsive – un mélange explosif ! – pour se laisser prendre au jeu et se laisser attendre par les provocations de Pansy.

    (Sorry s'il reste des fautes de frappe, je l'ai écrit sur iPod :fleche:)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptyJeu 11 Nov - 13:04

Ginny & Pansy
« Si tu veux la paix, prépare la guerre. »


    Ce qui m'interpella en premier était le bruit de ses pas, je ne les connaissais pas ceux-là. De qui pouvait-il bien s'agir ? A entendre le bruit de ces talons, il ne pouvait s'agir que d'une femme, Bellatrix ? Si s'était vraiment elle, je n'ose même pas imaginer dans la galère dans laquelle nous serions, cette folle furieuse était impossible à tenir quand elle partait dans ses délires bizarres et je n'avais pas franchement envie de voir sa sale tête aujourd'hui, les mangemorts me suffise amplement.
    Grâce au peu de lumière, j'avais réussi à reconnaitre le visage du mangemort, heureusement ce n'était pas Bellatrix, mais Parkinson. Cette idiote serpentard qui avait un cerveau de ... à vrai dire, je me demande vraiment si elle avait un cerveau. Enfin bref ...
    Cette idiote était ravie de me voir enfermé, c'est pour cela qu'elle s'amusait à me ridiculisé, mais s'il n'avait pas eu ces barreaux, elle n'aurait jamais fait sa fière comme elle était en train de le faire en ce moment.
    PPPFFF l'entendre parler me prenait la tête déjà, cette fille était ... même pas de mot pour la décrire, mais elle était pathétique, toutou de Malefoy, elle n'avait rien dans la tête et ne servait à rien. Si elle était devenue mangemorte, c'était uniquement pour ses parents et son rêve était d'épouser Malefoy, qu'elle bel avenir n'est-ce pas ? S'en est presque comique. Je préfèrais ne pas répondre, je n'avais pas de temps à perdre avec elle.
    Alors là elle jouait avec le feu et elle allait le regretter, barreau ou pas, si elle croyait que cela allait m'arrêter, elle se m'étais les doigts dans l'oeil. Je me levais immédiatement la tête et lui lancer un regard noir. Si seulement j'avais ma baguette avec moi, je lui aurais fait ravaler ses paroles.


    " - Tu veux vraiment parler de ça ? A ta place je ne ferais pas la fière. Etre un toutou comme tu l'es, me ferait honte, alors ne me parle pas de sentiment, tu ne sais pas ce que sait. Et puis en voyant comment tu te comportes avec Malefoy sans parler de lui. C'est tellement amusant, je me souviens encore de Poudlard et des crises de fous rires que nous avions en te voyant "


    Pour l'énerver encore plus, je me mis à rigoler, je n'arrivais même plus à m'arrête. Revoir comment elle était avec Malefoy était hilarant, elle le suivait comme un chien et lui n'en avait rien à faire, limite elle devait être un boulet pour lui. Lorsqu'on la voyait, on ne pouvait s'empêcher de rigoler, cette fille ne servait à rien et n'avait pas d'avenir.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptyMar 16 Nov - 14:47

    Pansy tirait toujours énormément de plaisir de ses séances d’insultes avec les gens qu’elle détestait, mais quand il s’agissait de se défouler sur la petite Weasley, ça lui semblait encore meilleure que d’ordinaire. Pendant deux ans à Poudlard, elles s’étaient constamment affrontées à cause de l’Armée de Dumbledore et de la Brigade Inquisitoriale. Après, Pansy avait arrêté sa scolarité comme Drago et elles ne s’étaient plus revu, mais désormais que la jeune femme avait une occasion de se venger de toutes les crasses que la rouquine lui avait faite, elle n’allait pas se priver… ! En plus de ça, elle venait juste de réaliser que Ginny avait du reprendre la tête de cette organisation débile de Potter, et en la gardant ici, ils aidaient leurs anciens camarades de la Brigade. C’était tout bénéfice quoi.

    Elle ne put retenir un petit sourire en voyant que ses provocations avaient marchées sur Ginny. Elle était presque trop facile à énerver. Le petit hic dans l’histoire, c’est que Pansy n’arrivait pas encore à comprendre qu’elle l’était tout autant et qu’elle ne faisait que commencer un jeu duquel elles ressortiraient toutes les deux énervées et humiliées. Enfin, bon, tant pis, c’était un peu tard pour y penser de toute façon, et puis elle n’avait jamais su résister à l’envie d’insulter les gens qu’elle considérait comme inférieurs ou indignes, et ces deux adjectifs étaient réunis en Ginny selon elle.

    Pansy ne réagit quasiment pas à la première partie de la phrase de Ginny, ce n’était pas en y allant comme ça qu’elle allait la vexer. Certes, Pansy était susceptible, mais elle avait quand même conscience de ne vivre sa vie qu’en fonction de Drago et pour elle, ce n’était pas spécialement un mal, et encore moins une insulte. Ça lui permettait d’être heureuse, en tout cas partiellement, et si ça lui allait aussi alors tout allait bien. En revanche, sa simple insinuation d’insulte envers Drago la fit froncer les sourcils et serrer les poings. Elle se rapprocha des barreaux de la cellule de Ginny et lui lança un regard aussi glacial que les dalles sur lesquelles elle était pathétiquement assise.

    « Ne mentionne pas son nom la rouquine. Rien que le fait que son nom sorte de ta bouche, c’est dégradant pour lui. » Une véritable expression de dégoût se peignit sur le visage de Pansy tandis qu’elle sortait sa baguette de son sac, la faisant tourner dans ses mains, comme simple avertissement, enfin pour le moment. Comme pour lui rappeler que si elle la cherchait trop, elle allait passer un sale quart d’heure, d’autant plus que Pansy avait apprit depuis quelques mois déjà à utiliser les sortilèges impardonnables et qu’elle y prenait un plaisir tout nouveau. Alors quand elle avait l’occasion de s’en servir pour se défouler ou se venger, forcément, elle n’hésitait pas et elle sentait que si Ginny continuait sur cette voie, elle n’allait pas y couper. Finalement, elle se recula et fit quelques pas vers la sortie avant de revenir en arrière d’un ait faussement hésitant et innocent. Elle se gratta rapidement le menton, faisant mine de réfléchir avant de lâcher d’un ton parfaitement naturel :

    « Au fait, je me demandais, vu que ça fait un certain temps que tu es là… On t’a raconté pour ‘l’accident’ au Terrier il y a deux semaines ? » Elle avait mimé les guillemets avec ses mains, continuant à feindre un air perdue dans ses pensées et perplexe. Elle fit semblant d’être surprise et affreusement concernée en voyant la surprise envahir le visage de Ginny mais ne put retenir un petit sourire en coin qui prouvait bien qu’elle était au contraire ravie de pouvoir la faire tourner en bourrique. « Oups, je suppose qu’on ne t’avait pas prévenu alors. » Elle jubilait intérieurement. Bien sur, c’était un mensonge, mais s’il y avait bien une chose de laquelle elle était sure, c’était de l’impulsivité et de la stupidité de Ginny. Après tout, ça aurait très bien pu arriver… Alors pourquoi ne le croirait-elle pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptySam 27 Nov - 18:32

Ginny & Pansy
« Si tu veux la paix, prépare la guerre. »


    J'avais touché un point sensible, tant mieux, j'allais enfin pouvoir m'amuser, depuis le temps

    " - Dégradant je dirais plutôt hilarant !!! Comment tu ne veux pas rigoler lorsqu'on parle de Malefoy et de toi ? Tu crois vraiment que vous êtes respecté où quelque chose dans le genre, mais c'est complètement l'opposé si vous saviez ... Vous êtes minables tous les deux voilà tout. Et voir que vous vous prenez pour les rois du monde, mais c'est un fou rire assurer "

    Mais comment ils pouvaient pathétique ces deux-là. Même à Poudlard, ils se prenaient pour les meilleurs, pour les plus beaux et encore je cite ... alors que tout le monde rigolait sur leur compte. Les gens qui ne se prennent pas pour de la m**** sont vraiment inutiles. Que voulez-vous, c'était dans les gênes de la famille Malefoy, au moins Pansy serait la femme parfaite pour Malefoy, aussi idiote que lui, il avait trouvé la perle rare.
    Elle était énervée désormais, tant mieux, ça serait encore plus marrant. Même si elle était en possession de sa baguette, je n'en avais rien à faire, je voulais l'embêter, mais à un point inimaginable. Lui faire payer ce qu'elle avait osé me faire à Poudlard, ses paroles et tout le reste. Je n'aurais peut-être pas d'autre occasion pour lui mener la vie dure et puis c'était amusant que je ne pouvais pas m'en empêcher.
    De quoi ??? Lentement je relevais la tête pour l'observer. Elle blaguait ? Ils n'avaient pas osé ? Ce qui m'énerva encore plus c'était le fait qu'elle avait l'air sérieuse. Ils avaient attaqué le terrier, quand ? Quelqu'un avait-il été touché ?
    Je me levais et m'agrippa aux barreaux, si elle avait l'intention de rigoler à ce sujet, j'allais lui faire avaler sa baguette, comment pouvait-elle rigoler sur un sujet comme celui-là ? Si c'était une blague j'allais lui faire payer à cette brune sans cerveau.


    " - Comment ça ? De quoi tu parles ? Le terrier a été attaqué ? "


    Pour l'instant, je n'avais pas vraiment l'envie de lui refaire le portrait, mais essayer d'obtenir des réponses. Bon sang comment se fait-il que nous n'ayons eu aucune infos ? Ah mince !! j'avais oubli& que cela faisait plusieurs semaines que nous étions enfermés ici et coupé du monde. Comment être au courant de quelque chose dans cette situation ? Ce n'est pas vrai, ils avaient encore attaqué la maison, pourtant avec le sortilège, c'était impossible, comment ils avaient fait ?

    " - Si tu mens Pansy je te jure que je te le ferais payer "

    J'essayais de ne pas imaginer le pire, elle était tout à fait capable de me mentir, mais d'un côté, elle était ma seule source avec l'extérieur pour l'instant. Comment aurais-je pu confirmer qu'elle mentait ? Et puis ces images dans ma tête, maman et papa, Fred, George et Ron. S'ils leur étaient arrivés quelque chose, s'ils avaient été capturés voir pire. Non ce n'est pas possible, pas eux ...





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptyLun 20 Déc - 13:31

    Pansy préféra ne pas relever la remarque de Ginny. Elle avait beau savoir parfaitement que la rouquine ne disait ça que pour l’énerver, ça n’en restait pas moins sérieusement agaçant et vexant d’entendre dire ça de soit, et surtout de Drago. Elle savait que la petite dernière des Weasley s’amusait à la mettre hors d’elle constamment – c’était comme si c’était son seul but dans la vie, se disait parfois Pansy quand elle était dans ses phases vraiment égocentriques – et pour le moment, ça marchait assez bien. Elle resserra les poings et les dents et s’efforça de ne rien montrer. La meilleure des défenses, c’était l’attaque, c’était bien connu et Pansy avait l’habitude de toujours attaquer au lieu de battre en retraite. Le meilleur moyen de faire fermer son clapet à Ginny, c’était de contre-attaquer comme elle savait le faire, et pour ça, quoi de plus efficace que de taper dans un point sensible comme sa famille.

    Pansy avait toujours trouvé ça ridicule cette façon qu’avaient les Weasley de s’entre-aider et de s’aimer inconditionnellement parce qu’ils formaient une famille. Et Pansy était ridiculement jalouse sans même s’en rendre compte. Elle respectait ses parents probablement plus que n’importe qui au monde, mais elle se demandait ce que ça faisait de vivre chez les Weasley : là où on pouvait être un raté sans en subir les conséquences. Dans tous les cas, elle ne se rendit compte d’à quel point elle avait eut un éclair de génie que quand Ginny commença à péter un câble derrière ses barreaux. Malgré l’envie d’exploser de rire de Pansy, elle se retint. Si elle se moquait trop ouvertement de Ginny, la rouquine allait finir par comprendre qu’elle blaguait et c’était quand même nettement plus drôle qu’elle continue à croire que sa famille était morte ou en danger. Qui a dit qu’elle avait un sens de l’humour commun ?

    Oh bon sang, c’était plus dur qu’elle ne l’avait pensé de s’empêcher de rigoler devant l’air paniqué de Ginny. Pansy se mordit l’intérieur de la bouche pour se calmer et se forcer à garder un air à peu près sérieux, mais elle ne chercha pas à empêcher le petit sourire sadique qui s’était peu à peu dessiné sur son visage. Han, c’était dans ce genre de moment qu’elle adorait sa vie, elle aimait la vengeance plus que tout au monde, surtout quand c’était sur quelqu’un qu’elle détestait autant que la cadette des Weasley.

    « Me faire payer ? Han pitié j’aimerais vraiment bien voir ça tu sais. Mais je vois mal comment tu pourrais de derrière ces barreaux. » Pansy s’était légèrement rapproché à nouveau et avait posé ses mains contre les barreaux en fer à son tour, fixant Ginny sans ciller d’un air de défi. « Tu sais, les gens qui ont un minimum de jugeote évitent de menacer les autres quand ils n’ont aucun moyen de défense. » Pansy fit tourner légèrement sa baguette magique dans ses doigts devant Ginny, comme pour lui expliquer ce dont elle voulait parler avant de rajouter en haussant les épaules. « Enfin, je dis ça, je dis rien. » Elle ne put s’empêcher de se mordiller la lèvre inférieure, comme si elle était particulièrement fière de son coup. Et pour tout dire, elle l’était en quelque sorte. Il n’y avait vraiment pas grand-chose qu’elle appréciait plus que la sensation de pouvoir et de domination qu’elle ressentait en ce moment envers Ginny… Il y avait bien la sensation des bras de Drago autour d’elle mais bon, on s’éloignait du sujet.

    Pansy recula de quelques pas et alla s’appuyer dos au mur du couloir qui reliait les cachots entre eux. Elle leva les yeux vers le plafond, restant calme et silencieuse pendant une petite minute, faisant semblant d’avoir oublié qu’elle avait commencé à parler de quelque chose d’important. Elle essayait juste de jouer avec les nerfs de Ginny, bien entendu. Finalement, elle rebaissa les yeux quand elle sentit Ginny s’exciter un peu plus derrière les barreaux et un nouveau petit sourire illumina son visage, déjà ravi.

    « Ah oui, j’oubliais, ta famille. Ecoute, pourquoi je te mentirais ? J’y étais en plus. Et pour tout te dire je ne me souviens plus très bien du nombre de morts… » Elle dit ça d’un parfaitement innocent et insouciant comme si elle n’était pas réellement entrain de parler de personnes qui avaient perdu la vie. Bah, de toute manière, ce n’était jamais que des Weasley hein. Ça ne comptait déjà qu’à moitié. Anticipant la prochaine question de Ginny, elle continua : « Et puis je serais incapable de te dire qui est mort, vous vous ressemblez tous, je n’ai jamais su vous différencier. Si je te dis quatre ou cinq grands dadais roux, ça doit pas t’aider beaucoup. » Elle haussa à nouveau les épaules, feignant l’indifférence. Un petit sourire au coin de ses lèvres prouvait pourtant assez bien à quel point elle s’amusait à torturer mentalement Ginny.

    (Désolée du retard ici aussi Si tu veux la paix, prépare la guerre. 932785)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptySam 15 Jan - 13:28

Ginny & Pansy
« Si tu veux la paix, prépare la guerre. »


    C'était effrayant de voir, le courage que pouvait avoir Pansy. Si ces barreaux n'était pas là, tout aurait été différent, elle n'aurait pas dit toutes ces choses, je suis même sûr qu'elle ne serait pas venue ici. Comment peut-elle se vanter alors que ce n'est qu'une froussarde pleurnicharde, ce n'est pas quelque chose dont je me vanterais, loin de là. Mais on ne pouvait pas changer les minables, Pansy était bien partie pour le rester toute sa vie, c'est affligeant à voir.

    " - Et les gens qui ont un peu de respect pour eux, oserait venir dire toutes ces choses sans des barreaux, tu n'es qu'une lâche, incapable d'assumer la vérité en face, il faudrait que tu me dises, comment tu arrives à te regarder dans le miroir tous les matins ? "

    Pansy ne me faisait pas peur du tout, mais alors pas du tout. Si elle croyait pouvoir le faire peur parce qu'elle avait l'avantage, elle se trompe. Comment elle peut m'énerver et elle en profite pour jouer avec. Mais que pouvais-je bien faire d'autre ? J'étais piégé et sans arme alors qu'elle avait l'avantage. Je ne pouvais pas me taire, c'était impossible, elle voulait s'amuser à me ridiculiser, mais je ne pouvais pas la laisser faire, j'étais idiote parfois, je le sais très bien, mais je ne voulais pas lui laissé croire qu'elle avait l'avantage. D'ici peu de temps, l'Ordre viendra à notre secours, ce n'est qu'une question de temps. Et par-dessus tout, elle n'a pas le droit de me tuer, je suis une prisonnière trop importante à leur yeux. Finalement cela n'a pas que de mauvais côtés d'être la copine de l'élu, c'est seulement lorsque je vais croiser la route de Voldemort ou Bellatrix, la partie risque de devenir plus compliqué que prévus. Mis à part me torturer, elle ne peut rien faire d'autre.
    Elle avait l'air sincère et c'est ça qui me fait peur. Pansy était une idiote, pas besoin de lire l'avenir pour le savoir, mais elle n'aurait jamais été inventé un mensonge aussi gros que celui-là. Sans parler que depuis notre capture, il s'était passé plusieurs jours, cela aurait très bien pu arriver. Espèce de ...


    " - Quoi il y a des morts ?? C'est ... c'est impossible "

    Des larmes commencèrent à couler le long de mes joues, non, ils avaient osé les ... Rien que de penser à cette image, me faisait énormément de mal, ils ne pouvaient pas être ... Le sortilège de protection devait justement les mettre à l'abri, je ne pouvais pas lui en parler ... je ... je ne sais même pas si c'est la vérité, que faire ? La croire et lui donner l'avantage où ne pas y penser, non c'était impossible. Nous aurions eu vent de ces nouvelles, pourquoi Pansy serait-elle venue me le dire en personne ? J'essayais de trouver des raisons pour ne pas y penser, c'était impossible ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. EmptyMar 22 Mar - 18:52

    (Désolée pour ce retard monstre, encore une fois Si tu veux la paix, prépare la guerre. 345962)


    C’était presque trop facile. Franchement, quel plaisir Pansy pouvait-elle tirer de ses idées de génie si la rouquine plongeait aussi facilement ? Ce n’était pas une vraie victoire si elle y croyait trop facilement. Tout le plaisir résidait dans la difficulté, quand on atteignait le but recherché et qu’on se félicitait d’y être arrivé malgré les obstacles. Si Ginny y croyait trop vite, Pansy ne pouvait pas parler d’obstacles et son plaisir était réduit de moitié. Ça aurait été beaucoup plus drôle que Ginny joue les réticentes et ne la croit pas du tout. Ces traitres à leur sang aussi, qu’est-ce qu’ils avaient à toujours se soucier des gens de leur famille ? C’était une sale habitude qui leur coûtait cher, Pansy en voyait encore la preuve aujourd’hui.

    Son sourire s’accentua quand Ginny chercha à l’énerver. Si elle croyait vraiment que son venin l’atteignait… Pansy en avait vu d’autres, c’était généralement quand on essayait pas d’être méchante avec elle qu’elle souffrait le plus et c’étaient toujours les personnes qui comptaient pour elle qui réussissaient à la blesser. Elle détestait la petite Weasley, plus que quasiment quiconque au monde, alors sa méchanceté ne lui faisait rien, ce n’étaient que des mots vides de sens mit bout à bout pour se défouler. Pansy s’en fichait comme de sa première plume des insultes et des provocations de la pauvre rouquine.

    Pansy commença à jouer avec sa baguette en lançant des regards faussement concernés à Ginny, comme si elle en avait vraiment quelque chose à faire de l’inquiéter comme ça sur les membres de sa famille. Franchement, c’était à se demander comment elle pouvait y croire. C’était peut-être vrai que les cheveux roux étaient une maladie génétique alors… Mentale dans ce cas.

    « Oh, des morts, je ne dirais pas ça… Je ne sais pas si on peut vraiment les compter, disons plutôt qu’ils feront partie des dommages collatéraux. » Elle haussa les épaules en prenant un air faussement désolé qui lui allait particulièrement mal et qui n’était pas crédible une seule seconde, mais c’était vraiment trop facile pour elle que Ginny panique comme ça à la première petite provocation. Enfin, au moins comme ça, Pansy saurait où taper les prochaines fois.

    « En plus, au bout d’un certain nombre de morceaux éparpillés, on appelle plus tellement ça des morts. » Elle lança un petit sourire en coin à Ginny, sachant très bien qu’elle était allée trop loin pour que Ginny puisse encore la croire. Etrangement, son sourire en coin comme ça avait des aspects légèrement sadique et elle faisait presque peur comme ça. On aurait pu la prendre pour une démente, et il aurait presque été logique de se questionner sur ses liens de parenté avec Bellatrix. Elle pouffa de rire et l’écho raisonna longuement dans les couloirs des cachots, se répercutant sur les murs de pierre et revenant vers eux moins fort mais beaucoup plus sinistre.

    Pansy se rapprocha à nouveau des grilles, comme si elle avait envie que Ginny puisse voir chaque trait de son visage quand elle lui dirait ça. Surtout qu’elle savait par expérience à quel point c’était frustrant d’avoir envie de toucher – en l’occurrence de frapper – quelque chose, d’en être proche mais de ne pourtant pas être capable de l’atteindre pleinement. « Tu crois vraiment que je me soucie de ta misérable famille ? Ils pourraient tous bien être morts et enterrés que je n’en aurais strictement rien à faire. Si tu veux des nouvelles de tes petits rouquins adorés, ne compte pas sur moi. » Son sourire s’élargit à nouveau et son rire recommença lui aussi à résonner dans les cachots.

    Elle s’éloigna finalement des grilles doucement et rangea sa baguette avant de poser les mains sur ses hanches. « C’est de famille d’être aussi naïf ? » Demanda-t-elle en feignant de vraiment vouloir une réponse. « En même temps tu t’es entichée de Potter, alors bon… J'aurais du m'en douter. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty
MessageSujet: Re: Si tu veux la paix, prépare la guerre.   Si tu veux la paix, prépare la guerre. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enrico Macias : ambassadeur de la paix ?
» Je veux te revoir ! {Pv Rudy
» Soupe aux légumes, bol de thé, et qu’on me foute la paix.
» Il n'y a pas de paix, pas de répit, pas de rémission...
» Il n'y a qu'une frontière qui nous sépare ♣ avec James Stuart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: LET'S PLAY :: V1 :: Les habitations :: Angleterre-