Partagez
 

 "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyMer 18 Juin - 9:35


Ils étaient rarement loin l'un de l'autre. Ils en étaient presque arrivés à ne pas passer une semaine sans se parler. Aussi, quand Joshua vit le temps défiler depuis leur dernière rencontre, il se sentit de plus en plus mal. Deux semaines, qu'est-ce que ça pouvait être long parfois ! Les évènements étaient encore très net dans son esprit. Emrys était-il encore fâché contre lui ? Il n'y avait pas eu de cris, de porte qui claque, de propos cinglants, mais le fait que son ami parte de la pièce en laissant flotter derrière lui l'échos de son « non »... c'était pire qu'une dispute. Le médecin avait supposé que le moldu était en colère contre lui, pour ne pas l'avoir soigné, pour lui avoir annoncé que sa tumeur était revenue, pour lui avoir proposé de recommencer les traitements... Il ne savait pas vraiment ce qu'il y avait en cet instant dans la tête de l'écrivain mais, il lui manquait et il ne voulait pas rester sur un malentendu. Il n'avait pas su lui téléphoner de peur qu'un contact aussi impersonnel que le téléphone n'empire les choses. Pour un magicien tel que lui, se servir de cet appareil était...déconcertant et même après autant d'année à vivre comme un moldu à quelques détails près, il n'arrivait pas à s'y habituer.

C'était pourquoi il se trouvait aujourd'hui devant la porte de la maison d'Emrys, incapable de sonner. Il y avait un petit vent frais en ce début d'après midi et rester dehors ne lui posait pas de problème ce qui ne l'aida pas à agir plus vite tant il se sentait bien. Il était ridicule d'attendre comme ça. Qu'aurait-il fait si son ami sortait de chez lui ? Il aurait sans doute l'air encore plus bête que maintenant ! Mais cette pensée n'arriva pas à le faire bouger d'un pouce.

Il attendait devant cette fichue porte en se demandant s'il avait bien fait de venir. L'instant d'après il se traitait d'idiot : il avait bien fait de venir, il n'y avait aucun doute là-dessus, Emrys était son ami et bien plus encore, il n'allait pas arrêter de le voir parce qu'il avait peur. Ils étaient amis depuis longtemps maintenant et le lien qui les unissait était fort, il n'y avait pas de raison qu'il soit mal reçu. En fait, il avait du mal à comprendre ce que l'écrivain avait pu ressentir lors de leur dernière rencontre et il ne savait pas sur quel pied danser ! Plus le temps passait plus il se perdait dans ses réflexions. Ce n'est qu'au moment où il s'énerva contre lui-même d'être si mollasson et indécis, qu'il sonna. Quand bien même, Alice était surement au travail, il se pouvait très bien qu'Emrys soit absent lui aussi et qu'il perde vraiment son temps à attendre devant une porte close. Quand la porte s'ouvrit finalement, c'est d'une façon un peu pataude qu'il ouvrit la discussion :

- Hey, salut, c'est moi.

* Bien sûr que c'est toi, il te voit très bien puisqu'il est en face de toi ! Il ne risque pas d'avoir oublié ton visage en seulement quelques semaines ! *

- Je... Je suis venu te...Je suis venu. Un petit s'écoula avant qu'il ne se rende compte que ça n'avait pas grand sens dit comme ça. Je suis venu te voir ! lança-t-il plus convaincu avec un petit sourire.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyMer 18 Juin - 21:36

La fatigue. C’était quelque chose dont Emrys se serait bien passé et c’était surtout la chose qu’il avait eue tendance à oublier après sa première guérison. Il avait oublié à quel point la maladie pouvait avoir un effet néfaste sur sa vie quotidienne, et sans doute qu’il y avait une sorte d’effet placebo vicieux caché là-dessous parce qu’il ne s’était pas senti aussi exténué quelques semaines auparavant et les choses n’avaient pas pu empirer tant que ça en un si petit laps de temps, si ? Il n’en savait rien après tout, il n’était pas médecin, c’était à Joshua de se poser toutes ces questions là. Malheureusement pour l’écrivain, son meilleur ami n’était pas là pour y répondre, pas en ce moment en tout cas. Il lui avait annoncé la réapparition de sa tumeur, Emrys s’était enfui, n’ayant pas envie de devoir se justifier sur son choix de ne pas suivre une deuxième fois de traitement, mais il ne s’était pas attendu à ce que Joshua le laisse autant respirer. Il en avait eu besoin, certes, mais est-ce que son meilleur ami avait déjà abandonné ? Il allait le laisser mourir sans rien dire et sans essayer de le convaincre qu’il agissait comme le dernier des cons ? C’était improbable, Emrys n’y croyait pas, alors pourquoi ce silence radio des dernières semaines ? Emrys n’y était pas habitué et ça lui foutait les nerfs en pelote. Il comptait énormément sur Joshua, encore plus depuis la première fois que son cancer avait été détecté, et il ne s’imaginait pas devoir vivre un enfer pareil sans son meilleur ami à ses côtés. Il aimait sa femme, mais il savait à quel point la maladie rendait Alice mal à l’aise, et de manière assez altruiste, il n’avait pas envie de lui infliger ça. Quand il entendit la sonnette de la maison, il se redressa lentement sur le canapé. Il ne recevait que rarement de la visite. Alice ne sonnait pas puisqu’elle avait les clés alors il devait s’agir de Joshua. A moins que ce ne soit son désir de voir son meilleur ami qui le pousse à l’espérer sans la moindre preuve. Ça le força en tout cas à se lever assez rapidement, ne prenant pas la peine de se rhabiller. Il portait un bas de jogging et pas de t-shirt. Il avait été entrain de faire une petite sieste histoire d’essayer de faire passer son mal de crâne sans se droguer aux médicaments, en vain. « J’arrive. » Lâcha-t-il en se rapprochant, probablement trop doucement pour que la personne attendant derrière la porte puisse l’entendre. Joshua. C’était bien lui qui se tenait sur le seuil, et Emrys ne put réprimer un bref sourire satisfait. Il avait fini par croire que son meilleur ami allait l’éviter pour le restant de ses jours. Il n’aurait pas pu le supporter. Son sourire réapparut bien vite en entendant la maladresse dans l’élocution du médecin et il le regarda galérer sans chercher à lui porter assistance en le mettant plus à l’aise. Ça l’amusait. « Pas la peine de me parler comme à un débile, mon cerveau fonctionne encore à peu près. Pour l’instant. » Ajouta-t-il d’un ton amusé. C’était peut-être de mauvais goût mais c’était sa tumeur, il avait le droit de la prendre avec humour s’il le souhaitait. Il valait mieux ça que d’en pleurer, non ? Il lança un petit sourire moqueur à Joshua, espérant qu’il avait réussi à le déstabiliser un peu, avant de s’écarter du chemin pour lui laisser la place de rentrer. « Je t’en prie. » Glissa-t-il d’un ton amusé avant de refermer la porte derrière son meilleur ami. Joshua connaissait la maison comme sa poche alors Emrys ne prit pas la peine de lui dire de faire comme chez lui. Il resta derrière lui, le suivant en croisant les bras sur sa poitrine. « Je me demandais quand tu te déciderais à venir. » Son ton n’était pas réprobateur, non, plus curieux de savoir ce qui l’avait poussé à venir aujourd’hui. Il avait réussi à rassembler tous ses arguments pour essayer de le convaincre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyJeu 19 Juin - 6:28


Lorsque la porte s'ouvrit et qu'il vit enfin son ami, c'est son air fatigué que le médecin remarqua le plus. À ce stade de l'avancement de sa maladie, c'était assez peu probable qu'elle l'affaiblisse à ce point mais, plutôt l'angoisse qu'elle générait. Ils auraient le temps d'en discuter, pour l'instant, Emrys faisait de l'humour noir. Ca aurait pu choquer Joshua ou le rendre mal encore plus mal à l'aise mais, ça le fit sourire et lever les yeux au ciel. Au moins, son ami n'avait pas perdu son sens de l'humour -même s'il disait n'importe quoi-, c'était déjà bien. La réplique était d'un goût douteux et laissa un arrière goût étrange au médecin mais, il passa outre pour l'instant. Ce qu'il le mettait bien plus mal à l'aise en revanche c'était la tenue de son interlocuteur. Il l'avait déjà vu plus dévêtu lors de sa consultation médicale mais, ça lui provoquait toujours un petit quelque chose qu'il essayait tant bien que mal de cacher. Si Emrys remarquait quelque chose, Josh' espérait qu'il le mettrait sur le compte de sa réplique.

Le médecin rentra quand on le lui proposa. Il connaissait la maison comme sa poche pour y être venu un nombre incalculable de fois. C'est donc tout naturellement qu'il se dirigea vers le salon. Dans le couloir, Emrys l'interrogea sur son absence. Ca n'avait pas l'air d'un reproche mais, le médecin ne savait pas trop quoi répondre pour ne pas casser l'ambiance. Il n'y avait pas eu de malaise entre eux -à part le sien devant l'entrée- et c'était le genre de rapport qu'il ne voulait pas briser mais, la maladie lui brulait les lèvres pour être évoquée. Il s'asseyait avec nonchalance dans un des fauteuils quand il répondit :

- MOI, j'ai un travail tu sais, je ne peux pas passer mon temps à moitié vêtu dans ma maison ! lança-t-il avec un sourire avant de se mettre à rire doucement.

Il aimait bien se « moquer » du travail de son ami, qui offraient certains avantage qu'il lui envoyait parfois. Même si le travail de médecin traitant n'était pas le pire qui soit, il lui faisait faire de grosses journées et il était parfois présent les week-ends. Il savait bien qu'être écrivain demandait des sacrifices à son ami, les séances d'autographes, l'angoisse de la page blanche, les délais des maisons d'édition et maintenant qu'il était connu il y avait aussi les fans à gérer... Lorsque Joshua reprit son sérieux, il poussa un petit soupire, il fallait qu'il aborde la vraie raison de sa visite :

- Écoute Emrys, je n'aime pas la situation dans laquelle on était. Je suis ton ami, je ne veux pas que tu sois fâché contre moi mais ... je suis aussi ton médecin ET ton ami et je ne veux pas te voir dépérir sans rien faire, juste en te tenant la main. Je ne peux pas aller dans ton sens, tu comprends ? Il se leva un peu vivement parce que la colère le reprenait et commença à faire les cent pas dans la pièce. T'ain Emrys, je ne sais pas ce que tu as dans la tête, mais tu peux pas me faire ça ! J'étais là moi aussi, je me suis battu même si ça n'a rien à voir avec ce que toi tu as du faire ! Je... Je fais quoi demain si tu me laisses ? On n'avait pas dit qu'on serait toujours ensemble là-dedans ? Je fais quoi moi, sans toi ?

Sa voix s'était un peu brisée sur la dernière phrase et il repartit s'asseoir plus calmement à présent. En fait, il s'était leurré en pensant qu'il n'avait ressenti que de la tristesse à l'annonce d'Emrys. Il était pour l'instant bien plus en colère et complètement apeuré que triste. Il faillait qu'ils se battent, qu'ils ne baissent pas les bras et ensemble ils étaient capables de tout non ? L'écrivain l'avait déjà fait, il pouvait le refaire et sortir vainqueur, c'était sûr. Joshua était un peu penaud de s'être emporté comme ça et il reprit d'une voix plus douce.

- Si tu ne veux pas encore en parler je comprends et je n'insisterais pas mais, je veux qu'on ait cette discussion un jour. Je ne te lâcherais pas Emrys.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 29 Juin - 10:22

Emrys ne put réprimer un petit sourire en coin en voyant l’air gêné de son meilleur ami. Il avait fait mouche avec sa remarque, et aussi puéril et stupide que ça puisse être, ça lui faisait plaisir. Au moins il réussissait encore à être drôle et à le mettre mal à l’aise, et ça voulait dire beaucoup pour lui. Il le suivit dans le salon, passant une main dans ses cheveux et se préparant mentalement aux reproches et aux questions qu’il pouvait d’ors et déjà sentir venir. Après tout, il y avait peu de chance pour que Joshua soit venu le voir maintenant juste pour discuter de la pluie et du beau temps. Il s’assit sur le canapé tandis que le médecin prenait place dans l’un des fauteuils. Pendant quelques secondes Emrys hésita à s’allonger mais il avait peur de s’endormir s’il le faisait alors il se força à rester normalement assis, regardant son meilleur ami sans ciller et attendant que celui-ci rentre dans le vif du sujet. Il n’allait très certainement pas l’aider à se lancer, pas aujourd’hui. Il lâcha un petit rire bref en entendant la réponse de Joshua. « J’ai l’impression d’entendre Alice. » Le nombre de fois qu’elle s’était plaint de son travail, parce qu’elle l’enviait, qu’elle voulait avoir sa liberté et son indépendance… Il leva les yeux au ciel et laissa son ami poursuivre. Il pouvait sentir son malaise et il se doutait qu’il n’allait pas tarder à dire ce qu’il était vraiment venu dire. Et bien sûr, quelques secondes plus tard, Joshua se lança dans son plaidoyer. Emrys fit des efforts pour l’écouter, sans l’interrompre et sans faire simplement semblant d’entendre ce qu’il disait. Il comprenait, bien sûr qu’il comprenait, il hocha d’ailleurs légèrement la tête à plusieurs reprises tandis que Joshua parlait. Mais ça ne voulait pas dire qu’il allait changer d’avis.

Il le regarda retourner s’asseoir, visiblement déjà calmé, souriant encore très légèrement. Il leva à nouveau les yeux au ciel et soupira longuement. « On peut en parler maintenant si tu veux, mais tu perds ton temps. » Avoua-t-il aussitôt. Il n’avait jamais été autre chose qu’honnête et il ne voyait pas pourquoi il ne préviendrait pas tout de suite Joshua qu’il pourrait essayer de le convaincre pendant deux ans mais que ça n’y changerait rien. Il avait pris sa décision, point. Il était honnête, mais il était aussi particulièrement borné. Il se pencha en avant, comme pour essayer de se rapprocher de Joshua, comme si ça allait l’aider à lui faire comprendre son point de vue. Dieu sait qu’il comprenait celui de son meilleur ami, il savait qu’il aurait eu le même à sa place. Mais seulement voilà, c’était lui qui avait le cancer, lui et personne d’autre. « Je suis désolé, je fais pas ça pour vous faire du mal à Alice et toi. Mais c’est moi qui suis malade. C’est moi que ça concerne, c’est moi qui vais devoir subir tous les traitements et c’est ma vie qui est en jeu. Pas la tienne, pas celle d’Alice, la mienne. » Répéta-t-il doucement pour insister sur ce point là. C’était égoïste, il le savait, malheureusement sa vie ne concernait pas que lui, mais pour une fois, il aurait aimé que ce soit le cas. Il avait le droit de se laisser mourir s’il en avait envie, non ? Il avait le droit de choisir ce qu’il voulait faire de son corps, de sa vie, quoi que Joshua puisse en dire. Il avait dit tout ça sans hausser le ton, il n’avait pas envie de mettre de l’huile sur le feu, c’était même l’un des moments les plus importants de sa vie et ce n’était pas dans ses habitudes de réussir à rester calme dans ces moments là. Mais il était presque serein. Il avait déjà su accepter sa défaite. « T’es aussi mon médecin, alors ne me mens pas. Tu ne peux pas me garantir que je survivrai si je subis tous vos traitements. Et je n’ai pas envie de prendre le risque de passer ce qu’il me reste de temps à vivre à l’hôpital. C’est hors de question. » Souffla-t-il avant de se laisser retomber en arrière, s’appuyant sur le dossier du canapé et soupirant doucement. Il avait vaincu le cancer une première fois et le cancer était revenu. Il ne le vaincrait jamais complètement et il n’avait pas l’intention de passer sa vie à se battre pour survivre. Ce n’était pas une vie qui valait le coup d’être vécue. « Tu t’en sortiras très bien sans moi. » Ajouta-t-il d’un ton moqueur légèrement forcé. Il lança un petit sourire en coin à son meilleur ami, essayant comme toujours de dédramatiser la situation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyLun 30 Juin - 7:15


- Oui, j'aurais enfin ma chance avec Alice en plus, répliqua t-il doucement avec un petit sourire.

C'était du Emrys tout craché de vouloir dédramatiser la situation et cette fois, le médecin le suivait dans ses bêtises. Non, il ne s'en sortirait pas très bien si son ami se laissait dépéri. Certainement pas. D'autant plus qu'Emrys était bien plus que son ami : c'était l'homme qu'il aimait depuis bientôt quinze ans en secret. Joshua s'était même déjà dit qu'il n'aimerait jamais quelqu'un d'autre comme ça et plus les années passées plus cela se confirmait. Le sujet n'était pas clos pour autant. Joshua n'avait pas l'intention d'insister énormément : il connaissait la tête de mule qu'il avait en face de lui. Il lui suffirait peut-être de trouver les mots justes.

- C'est vrai, c'est ton choix et c'est toi que ça regarde. Je ne peux rien te garantir aujourd'hui, médicalement parlant non plus. Mais promets-moi juste que tu ne te suicides pas lentement. Si, je dis bien si, je trouvais une solution un peu miraculeuse qui t'assurait une rémission complète, absolue et définitive, le tout rapidement et de façon indolore : tu serais prêt à le faire ?

Cela pouvait paraître vain comme ça, mais c'était loin d'être des mots creux dans l'esprit du magicien. En s'intéressant de plus prêt à l'oncologie, il s'était aussi intéressé à ce que proposait la médicomagie dans ce domaine. Les mages n'avaient pas le pouvoir de guérir aussi miraculeusement les patients mais, au moins, ils avaient des techniques sans douleurs, beaucoup moins agressives pour l'organisme, plus rapides et avec un bien meilleur taux de réussite. Sans dire que les magiciens avaient vaincu les cancers, ils les combattaient beaucoup plus efficacement. Il faudrait qu'il en parle avec Alice et la convaincre ne serait pas facile mais, si cela devenait la dernière chance de l'écrivain, Joshua la prendrait. Les répercutions seraient peut-être énormes dans sa vie, mais il y réfléchirait plus tard. Il fallait déjà qu'Emrys soit un toujours motivé par l'idée de vivre.

- Bon j'imagine que maintenant que tu es malade, tu vas en profiter pour être un encore plus mauvais hôte que d'habitude ! Il lui offrit un grand sourire avant de lui tirer la langue d'une manière assez puéril en se levant en direction de la cuisine. Je vais nous chercher à boire. Tu prends une bière avec moi ?

Ce n'était pas parce que la situation était grave qu'il fallait désespérer et broyer du noir. Les pronostics, même les plus pessimistes laissaient encore bien assez de temps à l'écrivain pour qu'il continue de profiter un peu de la vie avant d'être vraiment mal en point. Tant que la vie pouvait se dérouler comme si de rien n'était, Joshua garderait ses inquiétudes pour lui. Même si ça ne l'empêcherait pas de surveiller son ami et de le ménager autant que possible. Notamment en ramenant les boissons à sa place !

- Comment vas Alice ? Elle te supporte toujours ? claironna t-il joyeusement depuis la cuisine.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyVen 25 Juil - 11:16

Emrys ne put réprimer un petit rire bref en entendant la réplique de son meilleur ami. Pour une raison qu’il ne comprenait pas entièrement, l’idée de Joshua draguant Alice lui paraissait totalement incongrue, impossible. Ça tombait bien, parce que Joshua ne l’avait pas dit de manière sérieuse, il connaissait très bien Emrys et savait à quel point il pouvait se montrer possessif envers sa femme. Ça avait toujours eu le don d’énerver Alice, elle détestait l’idée qu’Emrys ait la sensation de pouvoir la posséder, mais l’écrivain n’avait jamais réussi à se débarrasser de ce vice. Il lança un regard amusé à son meilleur ami tandis qu’il se forçait à ne pas tousser. Il avait juste rigolé trop subitement, c’était stupide, mais il n’avait pas envie de montrer le moindre signe de faiblesse, ou de maladie. Il grinça en plus des dents en entendant Joshua lui parler de suicide. Il y avait pensé bien sûr, et il ne pouvait pas mentir, c’était aussi un peu comme ça qu’il le voyait, mais au lieu de se lancer dans un débat animé avec Joshua, il se contenta dans un premier temps de lever les yeux au ciel. Qu’est-ce que ça pouvait changer ? C’était une situation totalement hypothétique, et qui n’arriverait jamais, c’était impossible. Alors pourquoi ne pas simplement dire à Joshua ce qu’il avait envie d’entendre ? « Avec des ‘si’ on mettrait Londres en bouteille. » Soupira-t-il pourtant en secouant légèrement la tête. Il ne voulait pas répondre qu’il était d’accord juste pour faire plaisir à son meilleur ami, ce n’était juste pas dans sa nature. Alors même si ça n’arriverait jamais, il voulait se donner un tout petit moment de réflexion avant de prendre une décision. Mais même lui devait bien avouer qu’il n’aurait aucune raison de refuser une solution aussi miraculeuse. Il ajouta donc de mauvaise grâce : « Ouais, je serais prêt à le faire. Tu te sens mieux ? » Il leva à nouveau les yeux au ciel, moquant le ridicule de l’hypothèse de Joshua. Ça le déprimait lui d’entendre ça, de penser à la solution miracle qui n’arriverait jamais. Heureusement le ton baissa bientôt en intensité et Emrys lança un coussin dans le dos de Joshua tandis que celui-ci se dirigeait vers la cuisine. « Je veux bien. » Ajouta-t-il juste après de manière innocente, sachant très bien que son meilleur ami n’allait pas le priver de bière pour son geste. Ça aurait été cruel.

La question de Joshua eut en revanche le don de le faire soupirer. C’était une habitude qu’il allait devoir perdre, ça devait être exaspérant de l’entendre soupirer à tout bout de champ, mais il adorait râler, il n’y pouvait rien. « Ouais… je crois que le verbe ‘supporter’ est très bien choisi, même si ‘tolérer’ aurait pu marcher aussi. » Lâcha-t-il d’un ton légèrement amer – même lui était capable de s’en rendre compte – tandis qu’il jetait un œil à l’intérieur de la cuisine pour essayer d’apercevoir son meilleur ami. Il abandonna finalement et se rassit dans son siège, passant une main dans ses cheveux. « Tu la connais. » Ajouta-t-il en guise d’explication, comme si Joshua connaissait Alice aussi bien qu’Emrys lui-même. S’il savait que son meilleur ami devait comprendre la situation, c’était en grande partie parce qu’elle n’était pas inédite. Alice avait eu le même genre de réaction lors de la première apparition du cancer d’Emrys. Là, elle le prenait encore plus mal parce qu’elle lui en voulait de refuser de se faire soigner. Ce qu’il pouvait comprendre. Vraiment. Mais il n’arrivait tout de même pas à l’accepter, comme elle refusait d’ailleurs d’accepter sa décision. Joshua n’était pas d’accord avec lui mais au moins, lui était encore là, il continuait à lui parler, à essayer de le faire rire, comme toujours. Et c’était de ça dont Emrys avait besoin, pas de sermon sans fin et surtout, sans le moindre impact. Elle perdait son temps et lui faisait perdre le sien. « Elle supporte pas de me voir comme ça et en plus elle m’en veut de rien faire. En ce moment je la vois moins que toi, tu vois. » Ajouta-t-il finalement après avoir laissé planer le silence pendant quelques secondes. Joshua revint à ce moment là dans la cuisine et Emrys tendit le bras pour attraper sa bière, ayant la flemme de se relever. Il trinqua avec son meilleur ami, lâchant un ‘à nous’, avant d’avaler une gorgée de sa boisson. Il ne savait pas ce qu’il aurait fait si Joshua avait disparu de la circulation comme ça, il n’osait même pas y penser. « Et toi alors ? T’as commencé à préparer les auditions pour trouver mon remplaçant ? » Il lança un sourire en coin à son meilleur ami avant de poser ses pieds sur la table basse. Même en sachant qu’il allait mourir, il n’aimait pas l’idée que Joshua réussisse à le remplacer, c’était con mais c’était comme ça. Ça ne voulait pas dire que ça n’allait pas arriver cependant, et Emrys n’avait pas pu s’empêcher de le faire remarquer. « Faut t’y prendre tôt, tu peux pas choisir n’importe qui. Je suis pas facilement remplaçable, j’espère que tu t’en rends compte. » Ajouta-t-il sur le ton de la plaisanterie. Emrys n’avait jamais été le genre de personne à mâcher ses mots, ou à garder ses réflexions pour lui parce qu’elles étaient inappropriées. C’était ce qui faisait aussi son charme : son manque de tact. « Cette fois-ci cherche peut-être chez les femmes, il serait temps que tu te trouves quelqu’un. Et pas Alice de préférence. » Il lança un sourire taquin à son meilleur ami avant de reprendre une gorgée de bière.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyVen 1 Aoû - 12:21


Tant pis si Emrys le prenait un peu mal et que tout cela lui semblait stupide. Au moins Joshua avait sa réponse et elle était positive : son ami ne baissait pas complètement les bras et si le projet de l'emmener à Sainte Mangouste était encore incertain, y penser n'était pas sans espoir. Cela mettait vraiment du baume au coeur du médecin. Même le fait qu'il lui jette un coussin dans le dos était bon signe, son ami restait le même malgré les idées noires, malgré la maladie, malgré tout Emrys était toujours le même et rien ne pouvait faire plus plaisir au médecin. Il souriait bêtement dans la cuisine et allant chercher les bières et en fouillant dans les tiroirs pour trouver un décapsuleur. Il avait posé une question sur Alice sans trop réfléchir au fait que le sujet était plus délicat qu'il n'y semblait. Elle abandonnait donc de nouveau Emrys ... C'est ce que le docteur avait redouté tout en espérant que les choses changeraient cette fois-ci mais, elles semblaient pires encore. Il en avait voulu à la jeune femme d'avoir laissé son mari seul face à sa maladie la première fois parce qu'elle ne le supportait pas mais, le faire une deuxième fois, c'était vraiment trop. Alice ne se rendait pas compte de la chance qu'elle avait et elle préférait jouer les abonnées absentes quand les choses se compliquaient et c'était inacceptable pour le médecin. Il appréciait sincèrement la femme de son meilleur ami, c'était une bonne copine et elle était l'épouse idéale : belle, intelligente, pleine d'humour, talentueuse... Joshua n'aurait pas pu rêver mieux pour son meilleur ami qu'elle et malgré toute la peine que cette union lui avait causée, il était sincèrement heureux pour eux. Mais ce déni, cette attitude de rejet, l'avait toujours beaucoup choqué. C'était l'occasion pour lui d'être plus proche d'Emrys mais, il savait qu'il ne pourrait jamais remplacer la présence rassurante de sa femme.

Lorsque Joshua revient auprès de son ami, il ne répondit évasivement :

- Elle finira par accepter. Elle va voir qu'elle perd du temps.

Et changea de sujet en trinquant. Il n'avait pas vraiment envie d'en dire plus de peur que son côté passionné et protecteur le pousse à en dire plus qu'il ne devrait. C'était leurs affaires de couples et il n'avait pas à y mettre le nez. Joshua se savait parfois maladroit quand il s'emportait trop et il n'avait pas envie de vendre ses secrets bêtement. Heureusement, Emrys avait enchaîné avec une de ses petites remarques qu'on pouvait trouver de mauvais goût mais, qui plaisaient beaucoup au médecin. Il sourit en faisant quand même une petite moue peu convaincue pour montrer sa désapprobation. Le remplacer ? Cela faisait bientôt quinze ans qu'il essayait. Enfin pas tout à fait, disons qu'il avait essayé de se sortir Emrys de la tête au début, peut-être pendant quatre ou cinq ans. Il avait rencontré d'autres hommes, il avait essayé de ressentir plus qu'une attirance physique mais rien n'y faisait. Il avait multiplié les conquêtes, tenter d'augmenter le nombre de rendez-vous, consommer plus d'alcool pour chasser l'écrivain de sa tête mais rien n'avait marché. Il l'avait dans la peau et au bout d'un moment il s'était résigné. Il aimait Emrys Tilney et il ne pouvait pas faire autrement.Cela ne l'avait pas empêché d'enchaîner les conquêtes pour se faire plaisir et avoir sa dose d'affection si on pouvait appeler ça comme ça.

- Oui, tu as raison, je devrais y penser. Je vais faire une annonce sur internet, ce sera très classe : « Cherche remplaçant comme meilleur(e) ami(e) car le mien est malade. De préférence femme plantureuse, avec un sens de l'humour développé, plus si affinité. Gros barbu s'abstenir. »Il s'arrêta en faisant la moue. Je ne pense pas que ça le nombre de candidat serait très élevé, même avec une meilleure annonce, je ne suis pas un bon partit comme ami. De toute façon, tu ferais fuir tous les candidats si tu participes aussi à l'audition, répondit-il avec un grand sourire.

La scène aurait été cocasse au moins. Joshua se l'imaginait : eux deux devant une table dans les gradins d'une salle de théâtre à appeler les candidats les uns après les autres comme pour une audition ou un concours de chant. Emrys râlant contre les traits de caractères des candidats, faisant des commentaires désobligeant et déstabilisant ou encore en train de raconter les anecdotes les plus inavouables sur Joshua juste pour le mettre mal à l'aise ! Oui, ce serait vraiment amusant de faire ça mais, jamais il ne trouverait de « remplaçant ».

- Et puis, ne t'en fais pas pour Alice, ajouta t-il après une petite pause avec un sourire taquin qui n'annonçait rien de bon, je ne lui ferais pas l'affront d'essayer de te remplacer : elle serait tellement déçue de voir que je suis un bien meilleur amant que toi !

Il fallait bien rire un peu, non ?

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyVen 1 Aoû - 21:38

Emrys ne prit pas la peine de répondre à la remarque de son meilleur ami, il savait très bien qu’il lui disait ça pour essayer de le rassurer et de lui remonter le moral. Alice allait finir par revenir, c’était ce qu’il se disait lui aussi, mais le pire, c’était qu’il commençait à se demander si c’était vraiment ce qu’il voulait. Il aimait Alice, plus que tout au monde, mais ces derniers temps les choses avaient changé entre eux, et si c’était pour l’avoir constamment sur le dos à le harceler pour essayer de le faire changer d’avis… Il préférait presque être seul. Et puis il n’était pas seul, il avait Joshua. Lui savait comment le faire sourire et lui faire oublier la situation, il était toujours là pour lui quand les choses devenaient trop dures pour Alice et il ne savait pas comment il aurait fait la première fois sans lui. Il s’en voulait presque plus de ne pas se battre pour Josh que pour Alice, il avait l’impression de réduire tous les efforts qu’il avait fait la première fois à néant par pure obstination. Mais il ne se sentait pas assez coupable pour changer d’avis. Heureusement les deux amis repartirent sur un sujet un peu moins dramatique, déconnant comme ils le faisaient toujours. Bon dieu que ça faisait du bien ! C’était dans ce genre de moment qu’Emrys se rendait compte à quel point Joshua était précieux pour lui, à quel point il avait besoin de lui. C’était un soulagement de pouvoir rire un peu, et de le voir encore capable de sourire. C’était rassurant de se dire qu’il survivrait sans lui. Emrys était entrain de boire quand Josh dicta sa fameuse petite annonce et il manqua de s’étouffer avec sa bière, toussant pour essayer de mieux la faire passer, rigolant en même temps. Mon dieu qu’il était con. Il s’essuya les lèvres du revers de la main avant de reposer sa bière sur la table basse, soupirant et secouant la tête de gauche à droite, un sourire amusé au coin des lèvres. « Tu me connais trop bien. » Il avait toujours eu du mal à partager et Joshua ne faisait pas exception à la règle. Personne ne serait jamais assez bien pour son meilleur ami, à part lui bien sûr. Mais s’il l’admettait à haute voix, il passerait pour un prétentieux, encore plus qu’à l’heure actuelle en tout cas. « Mais t’as raison, je suis pas sûr que ce soit une bonne idée de forcer quelqu'un d'autre à te supporter, la pauvre. T'as qu'à finir ermite. » Il força une grimace gênée sur son visage avant de tirer la langue. Josh avait tendance à faire ressortir son côté puéril.

Il se rassit dans le canapé, étirant ses jambes toujours posées sur la table basse et se forçant à ne pas fermer les yeux. Il aurait pu s’endormir là comme ça, bercé par la voix de son meilleur ami. Malheureusement pour lui, la remarque de Josh l’empêcha de commencer à somnoler et il se redressa vivement dans le canapé, manquant de peu de renverser sa bière sur le parquet en posant ses pieds par terre. « J’te demande pardon ? » Lâcha-t-il d’un ton mi-menaçant, mi-amusé. Comme toujours lorsqu’il avait bu, il était incapable de se vexer pour quoique ce soit, et surtout, il prenait la moindre réflexion comme un défi personnel. Il était bien souvent intenable quand il avait bu et là, la fatigue ne l’aidait pas franchement. Il se décala sur le canapé et alla donner un coup de coude dans les côtes de son meilleur ami, satisfait en le voyant se pencher en avant sous l’effet du choc. Il n’avait pas frappé fort bien sûr, juste assez pour le punir un tout petit peu. Il n’avait pas pu s’en empêcher. « Je peux t'
assurer que tu sais pas de quoi tu parles. » Il tourna la tête vers Joshua, faisant semblant de ressentir de la pitié envers son meilleur ami, comme s’il le plaignait sincèrement de ne pas être aussi doué que lui au lit. Il passa un bras autour de ses épaules et le rapprocha de lui, faisant mine de le réconforter. « Mais si tu veux je peux te prouver que t’as tort. Et tu sais que je le ferais. » Ajouta-t-il d’un ton défiant. Le pire, c’est que c’était totalement vrai. Emrys était tellement borné et fier qu’il ne refusait jamais un défi. On l’aurait mis au défi de sauter du haut de l’Empire State Building qu’il aurait été capable de le faire, juste pour prouver qu’il n’avait pas peur, ou bien qu’il avait raison. C’était toujours l’une de ces deux raisons, c’était le genre de comportement de gamin qui exaspérait Alice par-dessus tout. Mais c’étaient les effets de la testostérone, elle ne pouvait pas comprendre. Il tapota gentiment l’épaule de Joshua, se mordillant la lèvre pour essayer de le faire flipper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyVen 1 Aoû - 22:22


Joshua explosa de rire en voyant Emrys lui tirer la langue. Ce qu’il pouvait se montrer bête et puéril en compagnie de son ami… Mais quand même, lui finir ermite ? Il avait du mal à y croire ! C’est vrai, il n’imaginait pas du tout -et ne le voulait pas- ce que donnerait sa vie sans l’écrivain. De toute façon, il n’avait pas besoin d’y penser, même s’il devait l'amener à Sainte Mangouste il ferait tout pour qu’il reste en vie. Il refusait catégoriquement de passer le reste de sa vie sans Emrys, même s’il devait le voir de loin. Il ne finirait pas seul quoi qu’il en soit.

- La pauvre ? Ho ça va, tu n’as pas à te plaindre, je suis un bon ami !

Il releva la tête avec un air hautain sur le visage avant de perdre contenance et de rire à nouveau. Non il n’était décidément pas crédible comme ça. Il n’était pas un si bon ami que ça de toute façon, il essayait juste d’être là quand on avait besoin de lui, rien de plus. Pas de quoi en faire tout un cinéma. Mais voilà Emrys qui s’emportait ! Ha, la fatigue et l’alcool n’étaient pas un bon mélange. Joshua remarqua vite la réaction un peu trop vive de son ami pour être tout à fait normale. Il sourit en coin au début, fier de l’avoir provoqué -je vous l’avais dit, un vrai gosse- mais il déchanta vite en sentant le coup porté dans ses côtes. Aïe. Il ne lui avait pas vraiment fait mal mais, il l’avait quand même surpris. Joshua ne se départit pas de son sourire pour autant. Même quand il vit le regard faussement compatissant d’Emrys alors qu’il se tenait encore les côtes. Quel petit arrogant… Il n'empêcha pas son ami de mettre un bras autour de ses épaules mais, ce brusque rapprochement ne le laissa pas de marbre. C’était toujours troublant d’avoir une proximité physique même après tout ce temps, même si ça n’irait jamais plus loin. Surtout qu’il était toujours torse nu… Mais il pensa rapidement à autre chose en entendant la provocation que lui lançait son ami. Joshua haussa un sourcil, intrigué. Il essayait de lui faire peur là ? Il ne se rendait pas compte de ce qu’il faisait, le médecin aussi aimé jouer.

- J’ai bien peur de te dire que tu n’as aucune chance Emrys, dix ans que tu n’as qu’Alice dans ta vie alors que j’enchaîne. Il secoua doucement la tête de droite à gauche, prenant un air désolé pour lui. Tu vas perdre et tu le sais, je m’en voudrais de te ridiculiser comme ça. Je vais devoir te réconforter après et tout…

Il reprit son sourire en coin en tapotant doucement la cuisse de son ami. Ha ça lui faisait du bien de retrouver son ami, il avait bien eu conscience qu’il lui manquait mais c’était pire que ce dont il avait eu conscience. C’était comme s’il reprenait une grande bouffée d’air après avoir été longtemps dans une pièce très exiguë et close. Ça l’avait fatigué aussi de ne pas rire pendant tout ce temps, d’être seul. Au final, Emrys avait peut-être raison, sans lui il serait peut-être bien un ermite même s’il côtoyait pleins de gens, il n’y avait presque que lui qui comptait vraiment. Il reprit une gorgée de bière et la termina par la même occasion. Tournant la tête vers l’écrivain, il lui sourit encore posant sur lui un regard tendre.

- Acceptes le, tu es hors-concours mon ami.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptySam 2 Aoû - 18:19

« Mouais, ça reste à prouver. » Répliqua-t-il d’un ton faussement perplexe. Bien sûr que Joshua était un bon ami, le meilleur même, et il était persuadé que Josh en avait parfaitement conscience, alors il n’allait pas se gêner pour le faire douter un peu. Il aimait trop le taquiner pour se contenter de flatter constamment son égo de toute façon, et puis Josh ne pouvait pas douter de ce qu’il représentait pour Emrys. Il ne s’en serait jamais sorti la première fois sans lui, à bien plus d’un égard d’ailleurs il lui devait la vie. Ou au moins l’année qu’il avait pu vivre et qu’il aurait perdue sans le soutien de son meilleur ami. Le reste arriva avant qu’il ait compris ce qui se passait, il était désormais quasiment collé contre Joshua, son bras passé autour de ses épaules et un faux sourire compatissant aux lèvres. Il était pire qu’un gamin, incapable de rester de marbre à une provocation, même aussi puérile, même venant de Joshua qui passait sa journée à le faire. C’était comme ça, il n’avait jamais réellement grandi dans sa tête et il n’avait jamais appris le sens du mot « maturité ». Emrys laissa échapper un soupir amusé en entendant son meilleur ami reprendre, lui rappelant gentiment que lui n’était plus célibataire depuis longtemps et avait donc probablement des expériences moins variées. Ça ne voulait rien dire, au contraire, Emrys devait se battre constamment contre le quotidien et il avait fallu faire des efforts pour continuer à rendre leur devoir conjugal vraiment intéressant. Ces derniers temps, c’était encore autre chose, mais sur les dix dernières années il en avait appris des choses sur le corps des femmes et sur le meilleur moyen de leur faire prendre leur pied. Bien sûr, ils étaient ridicules à parler de ça, ce n’était pas comme s’ils allaient faire venir une inconnue et mesurer lequel entre eux deux était le plus capable de lui faire tourner la tête. « C’est toi qui aurait besoin de réconfort espèce d’idiot. » Il aurait pu trouver mieux comme réplique franchement, mais la fatigue et l’alcool lui jouaient des tours et il n’avait pas envie de se prendre la tête. Il s’amusait bien et il n’avait pas envie de réfléchir.

Il le regarda terminer sa bière, amusé de le voir lui tapoter la cuisse et le regarder avec la même pitié que lui tout à l’heure. Quel abruti. Il ne résista pas à une énième provocation de Joshua et il se rapprocha encore plus de lui, attrapant gentiment son haut pour le forcer à venir également vers lui, assez pour que leurs visages ne soient plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Heureusement pour Emrys, ce n’était pas la première fois que c’était le cas, une fois en soirée il était même allé jusqu’à rouler une pelle à son meilleur ami, prétextant vouloir essayer. Il n’avait pas été déçu, et c’était un autre de leurs petits délires de meilleurs amis. Enfin, ça voulait dire qu’il était encore étonnamment calme compte tenu de la situation. Ce n’était pas tous les jours qu’il lançait ce genre de sous-entendu à des hommes. Mais bon, Joshua ce n’était pas réellement un homme, c’était
Joshua. « Arrête de me chercher comme ça, tu vas me trouver. » Lâcha-t-il d’un ton à la fois menaçant et amusé, souriant bêtement en venant caresser doucement le torse de Joshua à travers son t-shirt, juste pour lui prouver qu’il ne lançait pas simplement ça en l’air. Il n’aimait pas qu’on insulte son égo, même quand c’était juste pour blaguer, même quand le seul but était justement de l’énerver et de le faire réagir, il ne pouvait pas s’empêcher de rentrer dans le jeu. Il fallait qu’il prouve qu’il ne serait pas le premier à se dégonfler, même si ça le forçait à faire des trucs complètement con. En l’occurrence, il avait déjà connu pire. Il n’avait aucun tabou avec Joshua et il avait de toute façon toujours été du style à vivre sans la moindre gêne. « T’en sais rien en plus, si ça se trouve j’ai une relation ouverte avec Alice, si ça se trouve moi aussi ça fait des années que je couche à droite à gauche. » C’était faux bien sûr, ils le savaient tous les deux, mais ça ne mangeait pas de pain de semer le doute dans l’esprit de Joshua. Ce serait plus facile de le faire retirer ce qu’il avait dit s’il pensait s’être trompé sur le compte de son meilleur ami. Il rapprocha encore un peu son visage de celui de Joshua, ses lèvres à un centimètre seulement de celles de son meilleur ami. Il s’arrêta là, souriant, une lueur provocatrice dans les yeux. A ce jeu là, Joshua ne pouvait pas gagner, et Emrys tenait à ce qu’il le sache. « Mais si tu veux, je peux te prouver à quel point je suis bon. » Glissa-t-il d’un ton séducteur, souriant toujours tandis qu’il relevait les yeux pour les plonger dans ceux de Joshua.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptySam 2 Aoû - 20:08


Comment avait-il pu passer deux semaines sans Emrys ? Par quel miracle avait-il tenu aussi longtemps avant de venir voir son ami ? C’était tellement plaisant de laisser derrière sois sa journée, ses problèmes, son sérieux, sa maîtrise de soi et de se laisser complètement aller à ses comportements les plus naturels. Peut-être qu’un adulte n’aurait pas dû avoir ce genre de relation d’adolescent avec un autre adulte. Peut-être que des amis ne devraient pas jouer sur une corde aussi sensible. Peut-être qu’aux vues de ses sentiments pour Emrys, Joshua faisait quelque chose de “mal”... Il n’arrivait pas à le voir comme ça. Son but n’était pas du tout d'amener Emrys à l’embrasser comme il avait déjà pu le faire par le passé. Il voulait juste s’amuser avec lui, le taquiner, le tester, lui montrer qu’il savait y faire lui aussi surtout avec les hommes même si son ami ne pouvait pas s’en douter une seule seconde. Il avait été le plus gêné des deux ce jour là, mais il n’avait pas refusé une occasion pareille, surtout qu’il avait pas mal bu lui aussi...Aujourd’hui, c’était innocent et en même temps, Joshua était capable de comprendre que ça ne l’était pas. Il avait beaucoup trop de sentiment pour Emrys pour que ce petit jeu soit complètement sain. Il ne fut pas tiraillé trop longtemps pourtant parce que ce fichu écrivain l’avait attrapé par son T-shirt et les rapprochaient dangereusement. Joshua déglutit instinctivement pendant un instant avant de regarder Emrys droit dans les yeux et de sourire. S’il voulait jouer sur ce terrain, il n’allait pas se gêner lui non plus. Mais avant qu’il ait pu en dire plus, son ami lui lança une petite provocation de plus avant de commencer à le caresser à travers son T-shirt. Bon sang, est-ce qu’il se rendait vraiment compte de ce qu’il était en train de faire pour une simple provocation ? Quel petit con. Tout cela n’amena qu’un nouveau sourire à Joshua qui se mordit la lèvre d’une manière tout à fait explicite et provocante. Après tout, il n’allait certainement pas se dégonfler sur un terrain qu’il maîtrisait aussi bien. Les hommes, ça ne lui faisait pas peur, Emrys encore moins.

- Comme si tu avais le moindre secret pour moi Emrys. Je te connais par coeur.

Répliqua t-il quand l’écrivain essaya de lui faire gober qu’il avait une relation libre avec Alice. Il le prenait vraiment pour le roi des ânes pour lui sortir un truc pareil. Joshua savait bien que son ami aimait plus que tout sa femme et quand bien même cela n’aurait été qu’une histoire de sexe, cela l’aurait beaucoup surpris qu’il ne lui en parle pas. Ils n’avaient pas de secrets l’un pour l’autre...Enfin à quelques exceptions près pour Joshua. Cela dit, l’idée de cette relation libre le dérangeait. Il avait déjà du mal à partager Emrys avec Alice alors l’imaginer avec d’autres femmes. Eurk. Joshua haussa un sourcil en entendant son ami le provoquer une fois de plus.

- Vas-y, montres moi de quoi tu es capable Emrys Tilney. Prouves moi que tu es le plus sexy de nous deux.

Cette proximité extrême était dangereuse, ce regard qu’il lui lançait aussi. Bon dieu qu’il était beau en cet instant. Même son air un peu fatigué ne gâchait pas la lueur de malice et de provocation qu’on lisait dans ses prunelles. Même la maladie et la tristesse ne pouvait pas le rendre incroyablement séduisant. Il ne fallait pas que Joshua cède et l’embrasse. Ce n’était bon ni pour sa couverture, ni pour leur défi, il n’allait pas craquer comme une gamine sur ses lèvres. Alors pour reprendre l’avantage, il plaça sa main gauche sous le genoux droit d’Emrys, le souleva rapidement et dans un geste se retrouva au-dessus de son ami, à présent allongé sur le divan. Il afficha un sourire séducteur, fier de se retrouver dans cette position de domination et fit glisser lentement, sournoisement, le bout de ses doigts le long du torse nu d’Emrys. Sa peau était douce… Il traça des motifs imaginaires sur sa peau pale, suivit ses courbes naturelles, effleura volontairement ses tétons. Puis sans arrêter son petit mangé, il rapprocha un peu son corps du sien, plaçant son visage juste au dessus du sien, à une distance tout à fait indécente.

- Tu vas perdre, mon cher.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptySam 2 Aoû - 21:17

Emrys n’avait aucun mal à voir qu’il dépassait déjà la limite de la décence avec Joshua, mais après tout, depuis quand se souciait-il de problèmes du genre ? Il était du style à vivre par ses propres règles, il l’avait toujours été, et ce n’était pas comme si ça avait l’air de gêner son meilleur ami. Ils ne faisaient donc rien de mal, qu’est-ce que ça pouvait faire s’ils allaient un peu trop loin ? S’ils amenaient leur défi de gamin au stade suivant ? Ça ne regardait qu’eux deux. Il ne put réprimer un tout petit sourire en coin quand Joshua lui rappela qu’il n’avait aucun secret pour lui, il aurait aimé répliquer qu’il ne connaissait pas non plus tout de lui, mais c’était faux et il n’avait jamais su mentir. Son meilleur ami savait véritablement tout de lui, en partie parce que tout ce qu’il y avait d’intéressant à savoir sur Emrys concernait directement Joshua, mais aussi parce que l’écrivain se plaisait à lui parler de tout, sans le moindre tabou. Et avec tout ça, le jeune médecin continuait à l’encourager, à le défier, il était fou. Est-ce qu’il ne le croyait pas quand il lui disait qu’il en était réellement capable ? Ou bien est-ce que lui aussi en aurait réellement été capable et n’avait donc aucune raison de le repousser ? Emrys n’en savait trop rien, mais ce n’était pas ce qui lui importait pour l’instant. Ce qui l’intéressait, c’était simplement le fait que c’était bel et bien entrain d’arriver, que Joshua continuait à le chercher et à le provoquer et que lui se laissait mener en barque, gentiment, volontairement même. Il n’avait aucune envie d’opposer la moindre résistance et si Joshua voulait vraiment les emmener sur cette pente, il n’avait aucun scrupule à l’y suivre. Il était même ravi de s’y laisser entraîner. « Plus sexy que toi ? C’est impossible, voyons. » Souffla-t-il d’un ton à nouveau taquin, profitant de la proximité de leurs visages pour ne pas avoir à parler plus fort que ça. Il lui lança un petit sourire amusé, se faisant surprendre quand Joshua le força à s’allonger et vint se poser sur lui. Il essaya de se défendre, l’espace de quelques secondes, et mollement, avant de déjà s’avouer vaincu.

Il frissonna légèrement en sentant les doigts de Joshua parcourir doucement son torse, se mordillant la lèvre en sentant ses tétons se durcir. Il ne fallait pas qu’il le laisse prendre l’avantage, c’était hors de question. Il n’était même pas assez lucide pour s’étonner du fait que Joshua n’ait lui non plus aucun problème à se lancer là-dedans. Peut-être qu’il ne voulait juste pas voir. « Tu rêves… » Souffla-t-il d’un ton séducteur, venant effleurer ses lèvres des siennes. Joshua rêvait en effet s’il s’attendait à ce qu’Emrys abandonne maintenant, ou ne réussisse pas à lui prouver qu’il avait raison. « Je ne perds jamais, tu devrais le savoir. » Tous les paris, tous les jeux de société, de hasard, il gagnait toujours, c’était vrai. C’était même assez exaspérant pour ses proches, et il ne comptait pas se faire battre pour la première fois par Joshua. Même sur un pari aussi stupide. Conscient du fait qu’il avait besoin de reprendre l’avantage, il vint glisser ses mains sous le t-shirt de Joshua, caressant sa peau, explorant son corps, avant de venir les poser sur ses fesses. Il ne put réprimer un petit sourire amusé avant de forcer son meilleur ami à basculer sur le côté. Il l’allongea sous lui avant de venir se glisser entre ses jambes, le plaquant contre le canapé à l’aide de son corps. C’était ridicule, cette quête pour la dominance, mais c’était plus fort que lui, il fallait toujours qu’il ait le dessus, et encore plus ce soir là. Il laissa ses lèvres remonter le long du torse de Joshua, à travers son t-shirt toujours, et vint glisser sa langue dans son cou quand il y arriva, lentement et avec appétit. Il laissa ses lèvres remonter encore un peu, venir atterrir sur la joue de son meilleur ami puis redescendre. Il aurait dû hésiter avant de se lancer, réaliser qu’ils étaient tous les deux parfaitement ridicules, mais au lieu de ça, il vint attaquer directement les lèvres de Joshua. Il fallait qu’il gagne et pour l’instant, il était incapable de penser à une seule raison suffisante pour l’empêcher de continuer. Il ne voyait pas à quel point ce qu’il faisait était potentiellement dangereux, pour lui, pour Joshua et pour Alice aussi. Tout ce qui importait, c’était qu’il gagne, qu’il prouve à Joshua qu’il était au moins aussi bon que lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptySam 2 Aoû - 22:06


Plus tard, quand il y repenserait, Joshua se demanderait surement comment tout ça avait pu déraper aussi rapidement ? Aussi sournoisement ? En allant aussi loin. Ce n’était pas comme si à chaque fois qu’ils buvaient une bière ensemble, les choses tournaient comme ça. Combien de fois avaient-ils été dans une situation identique mais n’avait rien fait d’autre que de parler, de rigoler ensemble, de sa taquiner sur des sujets très différents de ceux d’aujourd’hui ? Même lorsqu’il s’était roulé un patin, ça n’avait rien à voir. Emrys avait voulu tester ce que ça faisait et Joshua était vraisemblablement le meilleur cobaye : pas d’insinuation qu’il était gay, pas de prise de tête, pas de malaise après, c’était juste pour savoir ce que ça faisait, pour mourir moins bête. Et puis, pour Joshua, c’était clairement mieux qu’il embrasse un homme pour la première fois avec lui qu’avec un autre même si l’expérience l’avait beaucoup plus troublé qu’il ne l’avait montré. Le goût d’Emrys lui était resté en bouche longtemps, la sensation brulante de sa bouche contre la sienne l’avait hanté pendant des heures, les sensations qu’il avait enregistré ce soir là restaient gravés dans sa mémoire. Mais là, c’était tout à fait différent. Ce n’était pas une expérience, c’était un défi malsain qui n’avait même pas de fin définitive. Quand est-ce qu’ils pourraient dire que l’un avait gagné ? Joshua savait déjà qu’il avait perdu. Il avait déjà succomber, il y avait de cela 15 ans maintenant. Il était déjà sous le charme. Il l’aimait déjà. Alors quoi ? A quoi bon jouer à quelque chose qui n’aurait aucun sens en dehors du jeu ? Parce que c’était bon, parce que c’était sa chance de faire une bêtise, sans conséquence parce qu’Emrys prenait ça juste pour un défi entre deux gosses. Alice n’était pas là et comme elle n’avait jamais su pour leur précédent baiser, elle n’apprendrait rien là non plus. Et puis, au diable les raisonnements, il penserai demain. Pour l’instant, il fallait qu’il se concentre sur l’écrivain.

C’était à celui qui prendrait l’aval sur l’autre et Joshua se défendait plutôt bien. Il voyait réagir Joshua sous lui et bon sang, c’était délicieux à voir. Il ne s’emballait pas trop cependant, tout ça ce n’était qu’un jeu, il ne fallait pas qu’il le prenne trop au sérieux. Et pourtant, Emrys qui venait chatouiller ses lèvres des siennes en murmurant sensuellement qu’il était en train de rêver, c’était dur de relativiser en voyant ça. La réplique suivant raviva un peu plus son sourire : c’était bien vrai, son meilleur ami ne perdait jamais. Il avait une chance folle et était tellement entêté qu’il allait toujours jusqu’au bout des choses pour remporter un pari, aussi idiot et dangereux soit-il. Pourtant, Joshua était persuadé que cette fois, Emrys allait s’avouer vaincu, il ne pouvait en être autrement. C’était son terrain tout ça, sa vie, son univers depuis toutes ses années alors qu’à sa connaissance, l’écrivain n’avait embrassé que lui dans la gentes masculine. Pour l’instant c’était amusant, c’était sans conséquence et le médecin en profitait honteusement, mais par la suite, ça se compliquerait et son ami prendrait peur et abandonnerait, aussi têtu soit-il, c’était sûr. Alors, il le laissa faire, il le laissa le toucher, venir caresser sa peau en lui provoquant des frissons même s’il afficha une mine plutôt surprise en le sentant venir avec autant de confiance poser ses mains sur ses fesses. Tsss, quel gosse. Joshua se laissa retourner, savourant simplement le moment sans protester, sans interdire quoi que ce soit, il s’abandonnait doucement. Et puis Emrys brisa la tabou et après de délicieuses caresses, il l’embrassa sans retenue.  

La scène était surréaliste mais, Joshua arrêta de se poser des questions. Emrys abandonnerait alors pas de quoi s’inquiéter, il saurait dire stop et pour une fois, il serait vaincu. Il glissa alors ses mains dans le cou de son ami pour prolonger le baiser. Il oublia tout le reste et se concentra sur la présence brulante des lèvres de son ami sur les siennes. Une des mains de Joshua laissa son cou pour aller se promener sur son dos, le parcourant lentement avant d’oser s’aventurer sur les fesses d’Emrys. Après tout, il l’avait bien fait aussi non ? Il ne laissa pas Emrys s’écarter et prolongea leur baiser, l’approfondissant lentement, sensuellement. Son autre main se logea dans les cheveux de son ami, l’empêchant de partir. Ce n’était pas parce qu’Emrys était au-dessus qu’il dirigeait. Le médecin décida de mettre son ami hors course plus rapidement encore et faisant glisser la main qui était sur ses fesses sous l’élastique du jogging de son ami. Il rompit leur baiser un instant le regardant droit dans les yeux avec un sourire arrogant, sans bouger ses mains pour autant.

- Tu peux abandonner si tu veux…

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptySam 2 Aoû - 22:40

Cette fois-ci Emrys était allé trop loin, et il n’avait pourtant pas le cœur de s’en soucier, pas la moindre seconde. Il fallait aussi dire que la façon dont Joshua répondait au baiser ne lui laissait pas énormément de temps pour réaliser ce qu’ils étaient entrain de faire, et encore moins pour prendre peur de ce qui allait arriver s’ils continuaient comme ça. Pour l’instant, il voulait juste en profiter, ce n’était pas encore irréparable et Joshua n’avait pas encore abandonné : il n’avait aucune raison d’arrêter. Et puis il fallait être honnête, maintenant qu’il l’avait embrassé, il n’avait plus spécialement envie d’arrêter. Le contact des lèvres de Joshua sur les siennes était terriblement agréable, presque envoûtant et il se laissait prendre au jeu sans même avoir besoin de réfléchir ou de se poser la moindre question. Ses gestes lui venaient naturellement, comme s’il avait fait toute sa vie, alors qu’au fond, ce n’était arrivé qu’une seule fois auparavant. Et ça n’avait rien eu à voir. A l’époque, Emrys avait simplement été curieux, il l’avait avoué sans la moindre gêne et avait été assez clair sur le pourquoi du comment. Il avait voulu essayer, voir ce que ça pouvait faire et ce qui différenciait un homme d’une femme sur ce terrain là. Il n’avait pas été déçu, mais ça n’avait jamais été rien de plus qu’une expérience, c’était sa curiosité qui l’avait guidé. Là, c’était totalement différent, c’était son orgueil qui l’empêchait de reculer, et maintenant aussi un peu son envie de continuer. Il sentit la main de Joshua venir caresser son cou, puis descendre le long de son dos pour finir par venir se poser sur ses fesses et il sourit à son tour contre ses lèvres. Il pensait sincèrement que ça suffirait à le déstabiliser ? Joshua n’était pas le premier à toucher ses fesses, on lui disait souvent qu’elles donnaient envie, et le fait que cette fois-ci ce soit la main d’un homme ne changeait au fond pas grand-chose dans l’esprit bien embrumé de l’écrivain. Il ne s’imaginait pas que les choses iraient bien loin, ou en tout cas il ne se permettait pas d’y penser maintenant.

Il tiqua en revanche un peu plus quand il sentit la main de son meilleur ami passer sous son jogging et il le laissa écarter ses lèvres, plus surpris qu’autre chose. Il voulait jouer à ça ? Sincèrement ? Il allait perdre, il n’y avait aucune chance qu’Emrys accepte un jour sa défaite, et le fait que Joshua essaye de le déstabiliser comme ça ne faisait que l’encourager à continuer. Il n’allait très certainement pas s’avouer vaincu pour si peu. « Est-ce que j’ai l’air de vouloir abandonner ? » Répliqua-t-il, un petit sourire provocateur au coin des lèvres avant de venir mordiller gentiment la lèvre de Joshua. Il allait falloir faire mieux que ça, c’était ce qu’il entrain de dire, et une petite partie de lui avait vraiment envie de voir jusqu’où son meilleur ami serait capable d’aller. Pire, il avait envie de le voir aller loin, c’était encore sa curiosité qui le titillait, et la sensation omniprésente de n’avoir pas passé un aussi bon moment depuis qu’il avait appris qu’il était de nouveau malade. Il voulait oublier tout ça, et pour l’instant, se noyer dans les bras de Joshua accomplissait parfaitement cette tâche. Pourquoi s’en priver ? Il n’y avait pas de mal à se faire plaisir. Il profita de ce léger répit pour reprendre son souffle, avant de venir l’embrasser brièvement, laissant sa langue glisser sur les lèvres de son meilleur ami, souriant toujours. Il adorait le provoquer, c’était plus fort que lui, et c’était en plus de ça tout le but de la manœuvre, de ce petit défi. Il écarta à nouveau ses lèvres et descendit ses mains le long du torse de Joshua, attrapant les pans de son t-shirt et le lui retirant sans prendre la peine de demander sa permission. Lui était bien torse nu, non ? Et puis ce ne serait pas la première fois qu’il verrait son meilleur ami sans t-shirt. De toute façon vu la situation, ils n’étaient plus à ça près. Il lança un sourire amusé à Joshua avant de venir effleurer sa clavicule de ses lèvres. Il prit volontairement tout son temps, descendant tranquillement jusqu’à venir les enrouler autour de l’un de ses tétons. Il ignora le sentiment de malaise qui menaçait de l’envahir devant l’étrangeté de la situation, de l’inconnu, et il vint à la place glisser sa langue sur son nouveau joujou. Il ne se gêna pas pour jouer avec, pour le sucer, le mordiller, le lécher lentement pour essayer de faire réagir Joshua au maximum. Il était lui-même très sensible aux caresses du genre et c’était probablement pour ça qu’il savait déjà quoi faire. Le corps sous le sien ne lui était pas non plus entièrement inconnu, et il savait un minimum comment s’y prendre pour lui procurer du plaisir. Car c’était bien ça le but, non ? Il avait du mal à le voir comme ça, mais c’était pourtant la réalité, son petit défi consistait à faire prendre son pied à Joshua. Il pouvait vivre avec ça. Il recommença à caresser son torse de sa main droite, allant rapidement jouer avec son autre téton avant de descendre sa main jusqu’à son bas ventre, glissant simplement le bout du doigt juste au-dessus de la ceinture de son pantalon, juste pour voir comment il réagirait, juste pour voir si lui serait déstabilisé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptySam 2 Aoû - 23:58


Et voilà, son ami s’entêtait, par fierté. Quel petit imbécile franchement, il aurait pu mettre sa fierté de côté et laisser tomber. Au lieu de ça, il faisait le beau et il continuait. Joshua ne se faisait pas de fausses idées, quelque part, ses rapprochements devaient déranger son ami, ce n’était pas possible autrement, il n’était pas gay ou même intéressé par lui. Il y avait fort à parier que l’écrivain s'entêtait à faire taire ses réticences juste pour gagner. Pourtant, il suffisait à son médecin de continuer d’en profiter et quand les choses déraperaient vraiment, il comprendrait. Pour l’instant il souriait, provoquait, lui mordillait la lèvre et c’était super d’en profiter. Les contacts qu’il avait avec son meilleur ami l'électrisaient de plus en plus. Il essayait de se détacher, d’agir comme avec quelqu’un dont il n’aurait pas spécialement envie mais le naturel revenait au galop quand on le chassait et il fallait avouer que plus cette étreinte durait plus elle était délicieuse. D’autant plus qu’elle montait en intensité car alors avoir joué de sa langue sur les lèvres du médecin, il lui retirait son haut. Fichtre. Il y avait des mecs avec qui tout n’était pas allé aussi vite alors qu’ils se savaient tous les deux gays et désireux d’un contact charnel. Alors que tout se passe si vite avec Emrys, son meilleur ami, c’était complètement fou et totalement euphorisant. Et puis, contre toute attente l’écrivain se débrouillait bien et sans crainte apparente, comme si tout cela était naturel pour lui. Quel crétin.

Joshua en profita, il ferma les yeux en sentant la bouche d’Emrys sur sa peau et posa confortablement sa tête sur l'accoudoir du sofa pour être à son aise. Il se laissait aller et ne luttait pas contre les terriblement désirables caresses que l’écrivain lui prodiguait. Il vivait une sorte de rêve éveillé, jamais il n’aurait pu penser que tout ça se passerait en dehors de son esprit. Il laissa ses mains se prendre sur les épaules de son ami, caressant sa peau, découvrant son cou, ses bras, sa nuque, ses cheveux, la courbe de sa mâchoire, tout ce à quoi il pouvait avoir accès dans sa position. Qu’il s’y prenait bien ! Il savait faire réagir le corps du médecin qui ne pu retenir un très faible son : à moitié gémissement, à moitié grognement. C’était une zone particulièrement sensible et cela ne devait pas beaucoup changer des attentions qu’on pouvait porter à une femme après tout. Il essaya de ne pas trop faire voir le trouble qui s'immisçait en lui et se maintient le plus calme possible malgré quelques mouvements de son corps plutôt explicites quant à son plaisir.

La chose prit une tout autre dimension quand Emrys caressa du bout des doigts une zone encore plus sensible. Le coeur du médecin manqua un battement. Il n’avait quand même pas osé ? L’idée lui avait traversé l’esprit mais, il pensait vraiment que son ami aurait assez de raison pour se stopper avant. Ok, il n’avait pas touché ce qu’il y avait entre ses jambes, mais il n’en était vraiment, vraiment pas loin maintenant. Joshua regardait avec une expression soudainement sérieuse son ami, se demandant un peu quelles seraient les conséquences si les choses continuaient sur leur lancée, si Emrys oubliait d’être raisonnable. Et puis, ce fut son côté complètement immature qui repris le dessus, hors de question qu’il se fasse battre sur son terrain. Il reprit contenance, sourit avec le même air provocant qu'auparavant.

- C’est vraiment tout ce dont tu es capable après toutes ces belles provocations ?    

La main de Joshua se faufila entre leurs corps, caressant volontairement au passage la peau de son ami et il la posa sur l’entre jambe de l’écrivain, sans plus de préliminaire que ça. Pire, il ne s’arrêta pas à poser sa main, il la fit bouger doucement en décrivant des allers et retours très explicites. Le sourire du magicien s’agrandit, il avait gagné, c’était sûr après un coup pareil. Pas sûr que ça n’ait ébranlé qu’Emrys par contre… Il était assez troublé par son propre geste et par ce qu’il sentait sous ses doigts.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 8:53

Emrys n’allait pas mentir, il était assez fier de lui. C’était totalement con, mais après tout, c’était aussi le cas pour leur défi, alors ce n’était pas spécialement plus bête d’en être fier. Il avait réussi à faire réagir Joshua, le médecin avait essayé d’étouffer son gémissement mais il était bel et bien arriver aux oreilles d’Emrys, comme le plus beau des morceaux des musiques, le son de la victoire. Sans compter qu’il avait toujours aimé entendre ses maîtresses gémir de plaisir sous ses caresses, ce n’était pas bien différent avec Joshua, c’était même presque meilleur puisqu’il le connaissait si bien, qu’il le voyait au quotidien tellement sérieux et propre sur lui, c’était grisant de l’entendre dans un contexte totalement différent et c’était encore une raison supplémentaire pour Emrys de continuer. Il ne s’en priva pas, sentant le corps de son meilleur ami commencer à réagir sous lui. Il se demandait jusqu’où il irait avant de s’arrêter, ou avant que Joshua ne le force à s’arrêter. Il ne devait déjà pas se sentir bien, il était entrain de perdre la main, et Emrys ne savait pas si le premier réflexe de Joshua serait de se préserver et de tout arrêter, ou bien d’essayer d’inverser la tendance. Une petite partie de lui avait envie qu’il choisisse la deuxième option. Jusqu’à présent, ce qu’il pouvait voir de cette facette de son meilleur ami lui plaisait assez, et il n’imaginait pas qu’il pourrait détester ce qui risquait de venir ensuite. De toute façon si Joshua arrêtait maintenant, la victoire aurait été acquise trop facilement, et elle aurait moins de valeur aux yeux d’Emrys. Il les releva d’ailleurs, continuant à s’amuser avec le téton de Joshua, essayant de voir comment son meilleur ami réagissait à tout ça. Il ne fut pas déçu. Le médecin avait l’air sérieux tout à coup, comme s’il venait de réaliser qu’Emrys ne comptait effectivement pas s’arrêter là, ou en tout cas pas tant qu’il ne l’aurait pas stoppé. Il sourit malgré lui contre la peau de Joshua, presque heureux de voir que son meilleur ami reprenait contenance et repartait à l’attaque. C’était mieux comme ça, bien plus intéressant.

Emrys lâcha un petit grognement mécontent en entendant son ami répondre finalement. Ses caresses n’avaient pas eu l’air de le laisser complètement de marbre non plus, Emrys savait qu’il bluffait en partie, mais ça le vexait quand même. Cependant il fut incapable de continuer à se concentrer sur ce que son meilleur ami venait de dire quand il sentit sa main venir se poser sur son entre-jambe, comme si tout ça était parfaitement normal. L’écrivain lâcha un nouveau petit grognement, mais celui-ci n’avait plus rien à voir avec le précédent. C’était tellement… étrange de sentir la main d’un autre homme sur lui comme ça. Elle était plus forte, plus assurée aussi qu’il ne l’aurait cru, et c’était déstabilisant. C’était déstabilisant parce que ce n’était pas déplaisant, surtout après que Joshua ait commencé ses mouvements. Emrys ne put s’empêcher de venir mordiller à nouveau son téton, essayant vainement de se venger. Joshua avait reprit l’avantage, inutile de le nier, ses caresses lui plaisaient et le médecin était aux premières loges pour s’en apercevoir. Ça ne servirait à rien de prétendre qu'il n'aimait pas ça. Il était vexé dans son orgueil, un peu, mais il avait surtout très envie que Joshua continue. Il avait l’impression qu’on ne l’avait pas touché comme ça depuis des années et il n’était pas d’humeur à s’inquiéter du fait que cette fois ci, ce soit un homme qui le fasse. « Joshua putain, t’es con… » Souffla-t-il, essayant de trouver le même ton moqueur que tout à l’heure, mais le cœur n’y était pas. Oui, oui il était con, mais il n’y avait plus rien de drôle là-dedans. Il était vraiment entrain de l’atteindre et si ça lui plaisait sincèrement, ça le mettait aussi en mauvaise posture. Il ne pouvait pas se laisser faire, c’était hors de question. Il se força à ne pas réfléchir, si Joshua pouvait le faire, alors lui aussi merde ! Il remonta ses lèvres jusqu’au visage de son meilleur ami et revint l’embrasser, avec plus d’intensité cette fois-ci, et encore moins de retenue. Il avait besoin de passer sa frustration sur quelque chose, et les lèvres de Joshua remplissaient parfaitement leur rôle. Il ne se donna pas le temps de réfléchir et glissa à son tour l’une de ses mains entre eux. Il déboutonna rapidement le jean de son meilleur ami, descendit sa fermeture éclair et glissa sa main dans son boxer, venant enrouler sa main autour de son entre-jambe sans la moindre hésitation. S’il se laissait le temps d’hésiter, de réfléchir, il allait se dégonfler, et ça, c’était tout bonnement hors de question. Il n’était pas habitué à la sensation dans sa main, c’était tellement différent de sentir quelqu’un d’autre sous ses doigts… Encore une fois c’était troublant, mais pas assez pour l’arrêter. Il se mit à imiter les gestes de Joshua, effectuant des allers-retours sur lui, encore une fois sans hésiter. Il voulait le faire réagir, il en avait besoin, il ne pouvait pas être le seul à s’enflammer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 14:12


Emrys grogna à moitié, mais ce n’était pas par rapport à sa remarque mais, par rapport à la main qu’il avait posé sur son ami. Le médecin était convaincu que ça s’arrêterait là : l’écrivain allait retirer sa main et abandonner parce que ça dépassait les bornes là, ça n’aurait plus rien d’innocent, ce n’était plus de la provocation, on passait au niveau bien au-dessus … Mais il ne le fit pas, il le laissait continuer ses mouvements, il lui mordillait plus timidement le téton comme s’il de rien n’était. Il n’avait pas l’air surpris, dégoûté ou même … ou rien. Il avait l’air d’aimer ça ou du moins, c’est ce que lui indiqua son corps de lui-même. La situation devenait de plus en plus incroyable. Il avait vécu dans le monde magique toute sa jeunesse mais jamais aucun sort n’aurait été assez puissant pour crée tout ce qu’il se passait là. L'entêtement d’Emrys pouvait créer des situations magiques. Mais était-ce uniquement parce qu’il était une tête brûlée que tout cela avait lieu ? Joshua commençait à se poser la question malgré lui. Il aurait préféré l’ignorer, ne pas avoir à y penser, mais quand même, pourquoi est-ce que son ami le laissait faire ? Ça allait loin tout ça, il aurait pu tenir jusque là juste par fierté ? Il fallait qu’il arrête tout de suite de penser à tout, il se faisait des films :Emrys était Emrys, son meilleur ami, marié, hétérosexuel et juste un peu enivré et surtout très très borné quand il s’agissait d’un défi. Malheureusement, le médecin aussi voulait jouer, quitte à se brûler un peu au passage, parce que tout ça commençait à l’atteindre, physiquement mais, aussi moralement.

La petite phrase de son ami était bien vraie : il était con. Le baiser qui suivi fut plus intense, avec encore moins de retenu que précédemment. C’était délicieux de sentir autant d’émotion dans un simple baiser et puis, il n’était pas en train d’embrasser n’importe quel gars, c’était son meilleur ami là au-dessus de lui et c’était grisant. Mais ça ne s’arrêtait pas là, Emrys n’abandonnait pas le combat. Pire, il relançait l’attaque en glissant sa main sous ses vêtements, tous ses vêtements. La réaction ne se fit pas attendre, Joshua grogna de surprise et de plaisir et il se tendit immédiatement dans la main de son ami. Il avait eu du mal à se contrôler jusque là mais c’était comme si les barrières venaient d’exploser autour de lui. Il n’y avait plus que l’écrivain qui pourrait lui dire stop parce que son corps et son coeur en voulait beaucoup plus maintenant qu’ils étaient aussi loin. Le médecin agrippa la nuque de son ami un peu plus fermement, le forçant à venir plus proche de lui. Il avait du mal à retenir des gémissements par moment, c’était vraiment trop délicieux d’être touché comme ça par lui. Il perdait doucement le contrôle et de la situation et de lui.

- T’es encore plus bête que moi…

Il avait prononcé ça d’une voix voilée par le désir, cassée par une respiration un peu plus chaotique qu’elle ne l’aurait due. Il ne fallait pas qu’il se laisse trop faire, il ne fallait surtout pas qu’il se laisse trop aller et même si c’était dur, il devait se dégager de là vite fait. Il cessa ses mouvements, attrapa la main de son ami pour la repousser et fixa Emrys droit dans les yeux. Alors, d’un mouvement habile, il changea la donne, se plaçant de nouveau au-dessus de son ami. Il avait l'avantage d’être en bonne santé et puis, il était suffisamment déterminé pour lutter contre Emrys s’il résistait. Il se plaça entre les jambes de son ami et profita un instant de la vision qui s’offrait à lui : Emrys, torse nu devant lui allongé sur le dos dans le divan. Un sourire charmeur apparut sur le visage du médecin avant qu’il arrête sa petite contemplation et ne glisse ses doigts sous le jogging de l’écrivain puis sous l’élastique de son boxer. Sans prévenir et sans lui demander son avis, il descendit le tout, le déshabillant entièrement . Il laissa rapidement son regard parcourir le corps de son avis avant de s’aventurer encore plus sur un terrain déjà très glissant. Sans hésitation, il plaqua ses mains sur les hanches de son ami pour l’obliger à rester sous lui et s’empara de son membre avec sa bouche. C’était de la folie, ça allait beaucoup beaucoup trop vite tout ça en plus mais c’était l’escalade du danger et quelque part Joshua brûlait d’impatience de savoir jusqu’où Joshua pourrait tenir. Et puis, il réalisait bon nombre de ses fantasmes d’un coup, il n’allait pas complètement s’en priver, même si c’était très égoïste. Les idées s’embrouillaient de plus en plus dans sa tête et bientôt il ne pensa plus qu’à ce qui comptait le plus : donner du plaisir à l’homme sous lui, le plus de plaisir possible, à l’en rendre fou.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 15:03

Emrys était surpris de l’effet qu’il était entrain de faire à son meilleur ami, il était incapable de ne pas remarquer que Joshua appréciait réellement ses caresses, et ça l’encourageait à continuer. Non seulement son corps réagissait tout seul, mais en plus de ça, il y avait des moments où il ne réussissait pas à s’empêcher de gémir de plaisir. C’était trop tentant de continuer, Emrys ne pouvait pas faire autrement. Il aurait pu passer sa soirée à provoquer des sons comme ça chez son ami, le contraste entre les bruits obscènes qui sortaient de la bouche de Joshua et l’image qu’Emrys avait toujours eu de lui était saisissant, et il voulait en profiter. Encore un peu, juste un peu. Comment est-ce qu’il était censé avoir envie d’arrêter maintenant ? Il n’était pas sûr que Joshua aurait eu envie de lui demander de le faire de toute façon, mais même lui commençait à prendre conscience du fait qu’ils avaient un tout petit peu dérapé. Ce n’était pas comme s’ils terminaient toutes leurs soirées entre pote à moitié nus, collés l’un contre l’autre à se toucher et à se rouler des pelles. C’était peut-être dommage d’ailleurs parce qu’Emrys était incapable de nier ce qu’il se passait chez lui : il aimait ça. Il profita des quelques secondes de répit du baiser pour reprendre sa respiration, souriant malgré lui en entendant la réponse de son meilleur ami. « Je sais… » Oui il était con, heureusement pour lui il l’avait toujours su et il l’assumait parfaitement, c’était même un des traits de caractère qui faisait son charme, du moins dans son esprit. Et puis s’il était si con que ça, Josh se serait déjà enfui en courant depuis longtemps, non ? Mais il était encore là, il était encore là parce que lui aussi ça lui plaisait, Emrys s’en rendait très bien compte et ça le grisait. Ça lui donnait la motivation et surtout l’audace nécessaire pour ne pas prendre ses jambes à son cou et ne pas arrêter ce défi idiot. Quand finalement, Emrys commença à se faire à la sensation de son meilleur ami dans sa main, le médecin l’écarta. L’écrivain baissa les yeux vers lui. Il abandonnait, ça y est ? Il avait gagné ? Une petite partie de lui était déçu que ça en reste là, il aurait aimé pousser leurs limites encore un tout petit peu plus loin, juste pour voir. Il fut donc presque soulagé quand Joshua profita de son incompréhension pour inverser à nouveau leurs rôles.

Emrys se laissa docilement faire, écartant même les jambes en comprenant la position que voulait adopter Joshua. Ce qu’il n’avait pas anticipé en revanche, ce fut ce qui arriva ensuite. Il rougit légèrement en sentant son meilleur ami le déshabiller, le laissant pourtant à nouveau faire sans protester. Il se sentait exposé, mais il n’y avait rien pouvant être assimilé à du dégoût ou de la gêne dans le regard que lui lançait Joshua, alors ça aidait. Il était sur le point de se redresser pour revenir l’embrasser quand le jeune homme plaqua son bassin fermement contre le canapé et se pencha vers lui, venant glisser ses lèvres sur son membre. Le corps d’Emrys se raidit instantanément. « Josh ! » Il essaya de se redresser mais abandonna bien vite, se laissant retomber sur le canapé et fermant les yeux. Bon dieu, à quoi est-ce qu’il jouait ? Il avait toujours su que son meilleur ami était borné, mais pas à ce point là. Il voulait vraiment gagner ce stupide pari ou quoi ? Il ne s’était pas attendu à ce qu’il fasse preuve d’une audace pareille… Des gémissements rauques commencèrent à s’échapper des lèvres de l’écrivain sans qu’il réussisse à les contrôler, mais la langue de Joshua était tout bonnement fabuleuse et il commençait à vraiment perdre le contrôle de son corps. Il se força à rouvrir les yeux, rougissant pour de bon devant la vue que son meilleur ami lui offrait. Il avait presque honte de le laisser faire, de le laisser lui procurer un plaisir pareil tout en sachant qu’il ne pourrait jamais lui rendre la pareille. Le pari était terminé, Josh l’avait emporté, et haut la main. Mais il ne lui demanda pas de s’arrêter pour autant. Il avait envie d’en profiter, encore un peu. Il vint glisser sa main dans la chevelure de son meilleur ami, l’agrippant d’abord gentiment, puis un peu plus fermement au fur et à mesure que son plaisir grimpait. Il était entrain de le rendre fou, et Emrys était désormais incapable de se concentrer sur autre chose que sur les vagues de plaisir qui le secouaient. Sans s’en rendre compte il se mit à gémir doucement le prénom de son meilleur ami, l’encourageant à continuer et essayant de se contrôler du mieux qu’il le pouvait. Il aimait ça, oui, vraiment, mais il ne voulait pas non plus faire quelque chose qu’il regretterait, quelque chose qui gênerait Joshua. Il finit par prendre conscience du fait qu’il ne contrôlait plus rien, et il se força à se redresser pour de bon, tirant gentiment les cheveux de son meilleur ami. « Arrête pitié… » Lâcha-t-il, le souffle court. Il crevait d’envie que Josh continue, qu’il l’emmène au septième ciel, mais ce n’était pas juste, pour aucun des deux. Il força le médecin à se détacher doucement de lui, à la fois soulagé et frustré à la perte du contact. Il n’y avait plus le moindre doute sur l’effet que Josh avait sur lui et il avait lui-même l’impression de n’avoir jamais été autant excité de sa vie. Ce n’était pas bien, ça avait commencé comme un jeu et maintenant ça ne l’était plus. Emrys aurait dû le réaliser, mais il n’avait pas la présence d’esprit de le faire. Au lieu de s’écarter, d’aller se rhabiller et d’admettre sa défaite, il glissa à son tour ses doigts sous le jean et le boxer de Joshua, le déshabillant sans lui demander son avis, rapidement. Il jeta les vêtements par terre avant de se lever, forçant Josh à le suivre. Il avait envie de lui faire connaître le même plaisir que ce qu’il venait de ressentir, mais il n’était pas sûr de comment il devait s’y prendre. Il en crevait juste d’envie. Il entraîna son meilleur ami en direction de sa chambre, s’arrêtant à mi-chemin pour le plaquer contre un mur. Il n’allait pas tenir. Il le força à rester contre le mur en collant son bassin contre le sien, plus que jamais conscient que c’était un homme qu’il avait contre lui. Un homme qui n’était pas non plus indifférent à ce qu’ils étaient entrain de faire. Il s’attaqua à ses lèvres avec envie, empressement, urgence, il en avait besoin. Il se glissa entre les jambes de Josh et commença à frotter doucement son bassin contre le sien, ayant plus que jamais besoin de contact. Il aurait été incapable de s’arrêter, il le savait, et pourtant il écarta ses lèvres, de quelques centimètres seulement. Son souffle était court et sa voix rauque. « Si tu veux arrêter, dis-le moi maintenant. » Lâcha-t-il, insistant bien sur le dernier mot. Parce qu’après ce serait trop tard. Il n’était pas sûr qu’il ne soit pas déjà trop tard, mais il se devait de le dire avant de perdre la dernière once de lucidité qu’il lui restait. Il se rapprocha encore un peu plus de lui, glissant ses lèvres le long de son cou pour venir se poser juste à côté de son oreille. « Parce qu’à cause de toi, maintenant je suis prêt à tout… » Prêt à tout pour reprendre le dessus, pour lui prouver qu’il était aussi bon que lui, pour s’abandonner. Pour n'importe quoi du moment que c'était eux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 16:26


Encore une fois, il pensa, en entendant son nom, qu’Emrys allait tout arrêter là. Encore une fois, il eut tord. L’écrivain se laissait finalement faire et au bout de quelques mouvements, il sembla même apprécier les caresses buccales. Il parvient même à lui faire pousser quelques râles rauques. Plus les choses avançaient et plus son ami semblait apprécié. Cela procurait un sentiment incroyable au médecin. Il y avait toujours le fait d’être là avec lui, mais maintenant, de lui procurer du plaisir comme ça, ça l'excitait terriblement. Plus les choses allaient et plus il le trouvait désirable. Il adorait ce qu’il lui faisait et le fait qu’il attrape de plus en plus fermement ses cheveux ne lui donnait que plus envie de continuer. Le cerveau du docteur s’était mis en pause, il ne fonctionnait que pour lui permettre d’apprécier le moment et de le faire apprécier au corps sous lui. Lorsqu’Emrys prononça son prénom dans un gémissement, un long frisson le parcouru. C’était exquis d’entendre ça de sa part. Il en avait tellement rêvé, il avait attendu tellement longtemps un moment pareil sans jamais y croire sérieusement. Combien de fois, au bord de la jouissance, avait-il penser à Emrys ? Combien de fois avait-il fermé les yeux avec un autre homme pour s’imaginer qu’il était avec lui ? Oui, ça n’était pas sain et surtout, le réveil était souvent douloureux quand il revenait à la réalité parce qu’il s’accrochait à quelque chose qui n’arriverait jamais. Et finalement, une partie de ses rêves étaient en train de se produire. C’était euphorisant d’entendre cette voix qu’il connaissait si bien prononcer son nom dans un gémissement de plaisir. En dehors de toute réalité mais, délicieux. Tout cela devait bien avoir une fin. Emrys le tira par les cheveux et lui demanda d’arrêter. Joshua se laissa faire sans dire quoi que ce soit, s’attendant à l’entendre dire qu’il avait gagné mais, que ça allait trop loin maintenant et que c’était fini.

C’était sans compter sur Emrys, toujours plus imprévisible. Il le déshabillait. C’était incompréhensible. Oui, il lui avait donné du plaisir mais c’était pour leur défi, du moins officiellement. Alors pourquoi est-ce qu’il continuait alors qu’il venait de lui dire stop ? Pourquoi est-ce que les choses ne se faisaient plus du tout avec des sourires provocateurs ? Dans quoi est-ce qu’ils s’embarquaient ? Est-ce que ça avait vraiment de l’importance puisqu’il était avec Emrys ? Il se laissa guider sans résister à un seul moment, incapable de dire quoi que ce soit. Ça faisait beaucoup d’émotions tout ça pour lui, il avait l’impression que son coeur allait sauter hors de sa poitrine tant il battait fort. L'excitation, ses sentiments pour l’écrivain, l’impatience de voir ce qu’il allait se passer...Se faire plaquer comme ça au mur et sentir son meilleur ami nu contre lui, ça ne l’aidait pas du tout à garder la tête sur les épaules. De toute façon, ça faisait déjà un moment que le plus gros de l’afflux de sang se dirigeait vers le Sud et oubliait complètement d'alimenter son cerveau. Alors il répondit aux baisers avec passion, il attrapa le corps de l’écrivain entre ses bras pour l’avoir plus près de lui, le collant contre sa peau. Et puis, leur étreinte se brisa à son grand déplaisir et Emrys lui demanda son avis sur tout ça.

- Je ne veux pas que ça s’arrête.

C’était bizarre de prononcer ses mots là, c’était tellement dangereux ce qu’il venait de dire, il s’en rendait bien compte. Il se sentait tellement exposé brutalement. Était-il complètement transparent dans ses désirs en ce moment même ? Il se sentait bien mais, il avait peur d’en dire trop, d’avouer l’inavouable, de briser toute une amitié pour quelque chose de fou. Il fonçait droit vers l’inconnu sans vouloir voir où il mettait les pieds, sans vouloir y penser. C’était tellement égoïste et il avait peur de briser leurs vies à tous les deux.

- Est-ce qu’on a le droit de continuer ? Tu ne vas pas regretter tout ça ? Est-ce que ça ne va pas trop loin ?

Pourquoi posait-il la question alors qu’il avait peur de la réponse ? Peut-être parce qu’il avait de plus en plus l’impression de manipuler Emrys et qu’il se sentait mal à l’aise avec ce concept. Le jeune homme nu dans ses bras faisaient peut-être seulement ça pour le frisson du jeu mais est-ce qu’il avait prit le temps de réfléchir au reste ? A son mariage, aux remises en question que tout cela déclencherait forcément, peut-être que cela développerait un mal être entre eux. Joshua voulait de tout son coeur que cela continue, il le souhaiter plus que tout et il avait l’impression de mettre lui même l’épée de Damoclés au-dessus de sa tête mais, il ne pouvait pas faire semblant de ne pas voir. Pas maintenant que ça devenait plus intense que jamais. C’était maintenant que ça se jouait. Il écarta doucement la tête d’Emrys de son cou pour pouvoir le regarder dans les yeux, très sérieusement. Il avait tellement envie de l’embrasser encore, il était complètement fou de sentir son corps contre le sien mais, il avait aussi peur. Pourvu que son regard puisse exprimer pour lui tout ce qu’il voulait lui dire. Mais aussi qu'il ne lui dirait pas trop fort à quel point il l'aimait.


_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 17:12

Emrys avait depuis longtemps oublié comment réfléchir avec son cerveau, l’alcool, la fatigue et maintenant l’excitation l’empêchaient de penser normalement et d’avoir la moindre trace de lucidité. Il ne pouvait que s’imaginer que Joshua était dans le même état que lui et peut-être que c’était pour ça qu’il avait posé la question. Pour se donner bonne conscience tout en connaissant déjà la réponse. Il ne savait honnêtement pas ce qu’il ferait si Josh lui disait qu’ils avaient bien rigolé mais qu’il était temps qu’ils se reprennent un peu, que leur petit jeu avait assez duré comme ça. Emrys ne l’aurait probablement pas pris avec le sourire, il aurait fini par comprendre, surtout le lendemain matin quand il aurait dessaoulé, mais il n’aurait vraiment pas apprécié que son meilleur ami le repousse. Surtout pas après ce qu’il venait de lui faire. Il avait envie de lui, c’était aussi simple que ça. Il ne savait pas quand cette envie était arrivée mais elle était bien là, omniprésente, comme une évidence, comme s’il avait simplement choisi de l’ignorer pendant toutes ces années. Il n’avait jamais vu Joshua comme ça, mais après la façon dont les choses avaient tourné depuis tout à l’heure, c’était dur de l’imaginer autrement que dans un scénario sexuel. C’étaient ses hormones qui parlaient. Heureusement pour eux deux, Joshua ne tarda pas à avouer que lui non plus ne voulait pas arrêter, et Emrys lui lança un petit sourire en coin, complice. Au moins ils étaient dans le même bateau, c’était rassurant et assez réconfortant. Emrys n’avait pas été fou tout à l’heure de s’imaginer que Joshua avait lui aussi pu aimer ça, et quelque part, ça crédibilisait sa propre envie de continuer. Il connaissait Josh depuis des années et il ne l’avait jamais vu ne serait-ce que regarder un autre homme, alors si lui aussi en avait envie… C’était que c’était normal, c’était que c’était une occasion pour eux de découvrir quelque chose, de prendre un peu de bon temps sans se prendre la tête et de voir ce que ça donnerait. Ils en avaient tous les deux envie non ? Alors il n’y avait pas de problème. Mais au moment où Emrys allait revenir s’emparer de ses lèvres, Josh reprit la parole, ramenant les pensées de l’écrivain sur un terrain bien moins agréable. Celui du doute. Il n’avait pas envie de réfléchir, pas envie de chercher à justifier ses envies. Elles étaient là, point. Il lui restait probablement moins d’une année à vivre, est-ce que c’était vraiment le moment d’avoir des états d’âmes ?

« Oh tais-toi, pitié tais-toi. » Lâcha-t-il, mi-agacé, mi-amusé par le retour de conscience de Joshua. Il n’avait aucune envie de penser à ce qu’ils avaient le droit ou non de faire. Rien ne comptait d’autre que son envie. Il était là encore vivant, Josh était là lui aussi et ils voulaient tous les deux continuer, non ? Emrys n’avait pas envie d’aller chercher plus loin, il voulait profiter de ce moment sans avoir besoin de se sentir coupable. Non, ça viendrait tout gâcher et il avait trop besoin de ça en ce moment. Les regrets viendraient sans nul doute le lendemain, mais ils pouvaient attendre encore un peu. De toute façon ils étaient déjà allés trop loin non ? Ils ne se regarderaient plus de la même façon demain, et Alice… Il ne voulait pas y penser, pas maintenant. Il voulait s’oublier pour une fois, il voulait ne penser à rien, il voulait avoir l’impression de vivre, ne serait-ce que l’espace de quelques minutes. Il en avait besoin. Et pour ça, il avait besoin que Joshua se taise. Il plaqua ses lèvres contre les siennes, autant pour le forcer à arrêter de parler que par envie. Il avait refusé d’accepter les arguments raisonnables qu’avait soulevés Joshua, il n’était pas en état de réfléchir et il n’en avait aucune envie. Il ne pouvait pas lui dire qu’il en avait envie et ensuite essayer de le raisonner, c’était trop tard. Il l’embrassa passionnément, venant jouer avec sa langue avec envie, le plaquant toujours fermement contre le mur, comme s’il avait peur de s’éloigner de lui. Ça lui faisait un bien fou, il avait l’impression de recommencer à respirer et il ne s’imaginait pas abandonner maintenant, même s’il avait peur, même si c’était probablement la plus grosse connerie qu’il ait jamais faite de sa vie. C’était une connerie qu’il avait envie de faire, qu’il avait besoin de faire. Il se força à s’écarter à nouveau de Joshua, mais uniquement pour venir attraper gentiment son poignet et le trainer avec lui jusqu’à sa chambre. Jusqu’à leur chambre, à Alice et lui. Il ne voulait pas non plus penser à tout ça, c’était simplement l’endroit le plus pratique pour continuer ce qu’ils avaient commencé. Il poussa tranquillement Joshua vers le lit, le forçant à retomber dessus, sur le dos et nu comme un ver. Emrys prit quelques secondes pour observer minutieusement son corps, comme s’il était en plein cours d’anatomie et qu’il avait peur d’une éventuelle interro surprise. Il referma la porte derrière eux avant de rejoindre Joshua sur le lit, venant se placer à califourchon sur lui. Il ne réfléchissait plus, n’avait plus le moindre contrôle sur ce qu’il disait ou faisait. Il aimait sa proximité avec son meilleur ami et pour l’instant, c’était tout ce qui importait. Il recommença à caresser son torse, s’amusant à glisser ses doigts juste au-dessus de son entrejambe avant de les remonter. Il avait envie de tellement de choses à la fois qu’il ne savait pas quoi faire, ni ce qu’il serait vraiment capable de faire. Il avait beau ne pas réfléchir, il ne pouvait pas ne pas se rendre compte que tout ça était nouveau pour lui. Mais au moins il n’était pas le seul, Joshua était dans la même situation que lui, et ce fut aussi pour ça qu’il finit par se jeter à l’eau. Ce n’était pas comme s’il pouvait dire une bêtise, si ? Il se pencha vers lui, effleurant ses lèvres des siennes. « Je suis toujours pas convaincu tu sais… Prouve-moi que t’es meilleur que moi. » Souffla-t-il d’un ton taquin et provocateur, il avait envie que son meilleur ami lui dise quoi faire, prenne les rennes, parce que lui était perdu. Il n’était même pas sûr de ce qu’il voulait, il le voulait juste, avec une telle intensité qu’il était incapable de penser à autre chose. Il glissa ses lèvres dans le cou de Joshua, venant caresser sa pomme d’Adam. Il avait toujours été honnête avec son meilleur ami, mais il n’aurait jamais cru qu’un jour, il lui soufflerait ce genre de propositions. Aussi honnête soit-il. « T’as carte blanche, je suis prêt à tout essayer… Dis-moi juste ce que tu veux s'il-te-plaît. » Ajouta-t-il, sa voix rauque ne trahissant que trop bien son envie, et il l’espérait sa sincérité. Il faisait entièrement confiance à Joshua, et s’il n’essayait pas ce genre de choses maintenant, quand est-ce qu’il aurait l’occasion de le faire ? Il était curieux, il ne l’avait jamais su, mais c’était la réalité. Il avait envie d’essayer, et avec qui aurait-il pu avoir envie de le faire si ce n'est Joshua ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 18:36


Les mots d’Emrys sonnèrent à ses oreilles comme une délivrance. De quelques syllabes, il réussit à balayer tous ses doutes et à lui redonner confiance. Les conséquences, ce serait pour demain. Ils n’avaient qu’une vie n’est-ce pas ? C’était deux adultes consentant, il n’y avait pas de risque. Joshua se replongea complètement dans leur baiser, glissant sa langue contre la sienne sensuellement. On aurait dit qu’ils cherchaient aussi bien l’un que l’autre à se rapprocher à l’extrême comme s’ils pouvaient se perdre d’une minute à l’autre. Cela rendait chaque baiser un peu plus brûlant et c’était une sensation qu’il adorait. Il se laissa conduire dans la chambre à coucher. C’était étrange d’imaginer que c’était leur chambre à lui et Alice, ça le mettait un peu mal à l’aise mais c’était toujours mieux qu’un divan pour ce qu’avait en tête le médecin.

Lorsqu’Emrys le poussa sur le lit et l’observa, Joshua lui lança son fameux petit sourire provocateur. En réalité, il était plus impressionné qu’il ne le montrait, c’était pas facile de se voir détailler comme ça par une personne que vous désiriez. Visiblement, ce qu’il voyait ne le dégoûtait pas, c’était bon signe. Il s’éloigna pour fermer la porte et le médecin en profita honteuse pour le regarder de dos. Appétissant. Quand il s’assit à califourchon, c’était encore plus appétissant. Il était tellement désirable. Il continua de le provoquer et bon sang, c’était dur de ne pas se jeter directement sur lui. Pourtant, ce qui l’en empêcha c’était le regard un peu perdu qu’il cru voir chez son ami. Il sourit doucement, avec tendresse, s’il voulait qu’il lui montre comment faire ce n’était pas un problème.

- Laisse moi faire et dis moi si je vais trop vite.

Dit-il simplement avant de faire basculer une fois de plus Emrys sous lui. Il l’embrassa de nouveau, langoureusement, pour le mettre à l’aise et aussi parce qu’il n’arrivait pas à s'empêcher de l’embrasser. Sa bouche était adictive. Il avait tout de même envie de plus, il avait envie de tout. Doucement, il laissa les lèvres de son ami pour venir explorer sa mâchoire, descendant vers son cou qu’il mordit doucement, s’attaquant ensuite à sa clavicule, continuant son chemin vers son téton, s’occupant de l’autre avec ses doigts. S’ils avaient vraiment l'intention de continuer tout ça jusqu’au bout, il fallait que l’écrivain soit très excité pour que ça se passe au mieux. Alors Joshua faisait de son mieux pour faire remonter la tension entre eux bien qu’elle n’ait pas vraiment descendu de son côté. Après ses tétons, qu’il s’attela particulièrement à taquiner, il enchaîna en glissant ses lèvres le long de tout son corps, lentement, le découvrant, le savourant. Il apprécia chaque petite parcelle de peau qu’il découvrait et essayait de définir quels zones faisaient le plus d’effet à son amant. Son amant… C’était ce qu’était devenu Emrys à ce moment et ça paraissait complètement inconcevable quelques heures auparavant.

Une fois que le corps sous lui parut assez sensible, il s’attaqua aux choses plus sérieuses en prenant de nouveau en bouche la virilité de son ami. Si cette première fois devait être parfaite. Il essaya d'amener son ami dans un état aussi délicieux que celui qu’il avait quitté un peu plus tôt. Quand il le sentit prêt, il glissa doucement une main sous les fesses de l’écrivain, pour l’habituer à ce contact puis après avoir un humidifier son doigt, il le glissa doucement avec une grande précaution en Emrys. Il n’osa pas trop bouger au début, pour qu’il s’habitue à sa présence puis, quand il jugea qu’il l’avait assez détendu en s’occupant de son entre jambe, il remua doucement en lui. Avec toujours autant délicatesse et doucement, il continua sa petite opération en ajoutant un second doigt, faisant de petits mouvements de ciseaux. C’était tellement étrange de faire tout ça à Emerys… Il releva la tête, laissant enfin l’entre jambe de son ami pour revenir à sa hauteur sans retirer pour autant ses doigts ou arrêter leurs mouvements..

- Ça va toujours ? J’espère que oui parce que j’en peux plus…

Sa voix était noyée par le désir et son regard brûlant.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 19:14

Emrys avait rarement été aussi soulagé qu’en entendant la réponse de son meilleur ami. Il en avait envie, vraiment, il ne savait pas pourquoi, ni comment c’était arrivé, mais c’était bien là, cette envie au creux de son ventre, ce désir indéniable, et il était soulagé d’entendre Joshua lui dire qu’il allait s’occuper de tout. Il ne savait pas pourquoi mais il faisait confiance au médecin sur ce plan, il devait savoir ce qu’il faisait mieux que lui. Ça n’avait aucun sens vu qu’il était persuadé que son meilleur ami était hétéro, peut-être que c’était le côté médecin qui jouait, mais c’était ce qu’il ressentait. Il avait une confiance aveugle en Joshua et il l’aurait laissé faire n’importe quoi. Il était content que son ami le prenne comme ça, qu’il le guide et qu’il soit prêt à faire ça pour lui, avec lui. Il ne savait pas comment il aurait réagi si Josh l’avait envoyé bouler. Il hocha simplement la tête, souriant, même s’il commençait à être un peu nerveux. Encore une fois il en avait envie, il n’y avait pas le moindre doute dans son esprit, aussi confusant que ça puisse être, c’était assez effrayant. Il ne s’était pas réveillé ce matin en se disant qu’il allait laisser Joshua s’amuser avec lui, et cette idée avait beau être très séduisante, il ne pouvait pas s’empêcher d’angoisser un peu. Il était content d’avoir Joshua avec lui là tout de suite, il n’aurait jamais pu laisser quelqu’un d’autre le toucher comme ça. Il se vengea sur ses lèvres, essayant de passer sa nervosité avant de devoir se rabattre sur les cheveux de son meilleur ami. Il se concentra sur sa respiration, gémissant malgré lui quand Joshua vint s’attaquer à son tour à son téton. « Enfoiré… » Souffla-t-il d’un ton amusé. C’était moche de l’attaquer avec ses propres armes mais vu les circonstances, Emrys pouvait très facilement lui pardonner. Il adorait ça, bon dieu qu’il adorait ça, il aurait voulu que Joshua n’arrête jamais, et pourtant quand il sentit son ami descendre le long de son torse, il ressentit surtout une nouvelle excitation le gagner. C’était de l’anticipation, comme s’il avait directement deviné l’objectif que s’était fixé son meilleur ami. Il le regarda descendre, encore et encore, frustré qu’il n’aille pas plus vite, qu’il ne recommence pas aussitôt comme tout à l’heure. Il allait mourir de frustration si Joshua continuait de jouer avec lui comme ça, et au final quand le médecin se décida à le reprendre en bouche, Emrys lâcha carrément un gémissement de plaisir, mêlé au soulagement. Il profita allègrement et sans la moindre honte de la sensation des lèvres de Joshua sur son membre, ne réussissant pas à garder son bassin immobile bien longtemps. C’était affreux mais il en voulait encore tellement plus, ce n’était jamais assez.

Il avait été trop concentré sur le plaisir que lui procurait Joshua pour se rendre compte de ce qu’il préparait et il fut légèrement surpris en sentant le doigt de son meilleur ami. Son corps se raidit brièvement et il se força à se détendre. C’était ce qu’il voulait. Il voulait essayer, alors il allait essayer, il allait au moins se laisser une chance de tenter l’expérience. Il respira profondément et laissa Joshua glisser un doigt en lui, gémissant plus par anticipation de la douleur qu’autre chose. Au final il ne sentit pas grand-chose et il commença même à bouger son bassin en rythme avec le médecin. Le deuxième doigt en revanche, ce fut une autre histoire, et il se força à prendre le temps d’accepter l’intrusion. Il sentait bien que Joshua faisait preuve de beaucoup de patience avec lui et il lui en était reconnaissant. Heureusement pour l’écrivain, Josh continuait à s’occuper de son entre-jambe en le préparant, ce qui suffisait à le distraire assez pour rendre le tout largement supportable. Après quelques minutes, la sensation des doigts du médecin devint même plaisante. Quand il commença réellement à s’habituer à la présence de Joshua en lui, le médecin remonta vers lui. Il plongea son regard dans le sien et se rendit aussitôt compte que son meilleur ami était au moins aussi excité que lui. C’était grisant, il avait envie de se donner à lui entièrement. Il adorait voir autant d’envie et de désir dans les yeux du médecin, surtout en sachant que ces sentiments étaient dirigés vers lui. Il hocha à nouveau la tête. « Je vois ça. » Il se mordilla la lèvre, essayant de paraître plus à l’aise qu’il ne l’était réellement. Joshua rendait le tout tellement plus facile… « Vas-y, je suis prêt. » Expliqua-t-il, respirant profondément après avoir prononcé ces mots. Maintenant c’était définitivement trop tard pour revenir en arrière, mais Josh l’avait bien préparé, il le savait, et il en avait envie. « J’ai envie de toi… » Avoua-t-il, le souffle légèrement court, avant de venir s’attaquer à nouveau à ses lèvres. Il ne savait pas comment il en était arrivé là mais il savait que tous les mots qui sortaient de sa bouche n’étaient que la stricte vérité. Il avait envie que Joshua lui fasse l’amour, là, tout de suite. Il tatonna à l’aide d’une de ses mains jusqu’à trouver la table de chevet, dont il sortit un préservatif. Lui allait peut-être mourir, mais ce n’était pas une raison pour que Josh prenne des risques. Il l’ouvrit comme il put, refusant de détacher ses lèvres de celles de son meilleur ami, et la glissa sur le membre de Joshua du mieux qu’il put. Il en profita pour le caresser quelques secondes, juste histoire de s’assurer que lui aussi serait prêt. Il glissa ensuite sa main entre eux d’eux et vint forcer gentiment son meilleur ami à retirer ses doigts de lui. Il était prêt. Il mordilla une dernière fois la lèvre de Joshua avant d’écarter son visage et de se retourner sous lui, se plaçant à plat ventre sur le matelas, puis à quatre pattes. Il rougit malgré lui à cause de la position de dominé. Il aurait aimé pouvoir voir Joshua, ça l’aurait rassuré, mais il avait la sensation que ça passerait beaucoup mieux comme ça. Et c’était à lui de choisir, non ? Il garda les yeux résolument fixés sur le matelas, n’osant pas croiser le regard de Joshua tandis qu’il venait presser doucement ses fesses contre l’entre-jambe de son meilleur ami.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 20:14


Bon sang, qu’est ce qu’il avait envie de lui… Emrys, c’était l’amour de sa vie. Même sans ça, c’était son meilleur ami, son confident, sa moitié amicale puisque l’amour lui était refusé. Alors même sans penser à ses sentiments, avoir l’occasion de partager quelque chose d’aussi fort avec lui, c’était une chance incroyable. Les choses avaient l’air si simple entre eux en plus. Tout se passait naturellement alors qu’en toute logique, cette alchimie n’aurait pas dû avoir lieu. C’était grisant. Et si on ajoutait à tout ça les sentiments de Joshua ça devenait le paradis sur Terre. Lorsqu’il entendit l’écrivain lui dire qu’il avait envie de lui, son coeur rata un battement. Ses quelques mots avaient un effet dévastateur en lui. Le temps se suspendu encore davantage et son regard se teinta encore plus de désir. Sa gorge était nouée, il le sentait et il n’osa pas répondre pour ne pas laisser son trouble trop exposé ou bien même pour ne pas gâcher cette révélation trop parfaite pour être vraie. Ils s'embrassèrent de nouveau et Emrys partit s’occuper des protections.

Il avait eu envie de lui dire “non” mais cela n’aurait pas été raisonnable. Il se savait clean car à cause de son travail il lui arrivait de devoir faire des tests régulièrement pour ce genre de choses : un patient atteint qui le griffait, du sang projeté à son visage, une blessure avec un instrument usagé, il y avait pleins de facteurs de contagion possible dans un hôpital. Il aurait été prêt à prendre le risque avec lui et avec lui seul. Il aurait aimé sentir pleinement Emrys c’était vrai mais, le lubrifiant du préservatif lui serait d’un grand secours et c’était déjà assez incroyable comme expérience. Et puis, c’était assez plaisant de voir son meilleur ami le lui mettre. Ou plutôt de le sentir parce que les lèvres restaient obstinément collées ensemble. Le médecin se douta que son ami avait peur, c’était effrayant comme expérience, on avait forcément peur d’avoir mal, ce n’était pas conventionnel et puis toute première fois était angoissante. Pourtant Emrys ne montrait rien, il se plaça devant lui, à quatre pattes et cette vision le troubla encore plus. Il était divin, présenté comme ça devant lui, totalement offert. Il pressait même ses fesses contre son entre jambe dans une demande muette.

- T’es la pire des tentations…

Reussit-il à murmurer doucement, la voix plus grave qu’à l'accoutumer à cause du désir qui le consumai de l’intérieur. Sans attendre, il posa une main sur les hanches d’Emrys et avec l’autre se guida pour venir doucement en lui. Il avançait lentement par petit morceau. Rentrant un peu, le laissant se détendre, sortant pour revenir un peu plus loin. L’important, c’était de ne pas le brusquer. Il glissa une main sous le corps de son amant pour se saisir de son entre jambe, histoire de le détendre un peu, ça ne pouvait pas faire de mal. Quand il arriva à faire des mouvements sans que cela semble désagréable pour Emrys, il augmenta progressivement la cadence en restant pourtant doux. C’était vraiment dur. Il était vraiment dur d’ailleurs. Jamais de sa vie il n’avait été aussi excité et il prenait rarement son temps comme ça avec ses conquêtes qui étaient rarement puceau à ce niveau. Même s’il avait envie de beaucoup plus, il appréciait ce moment de douceur où il essayait juste de se rendre le plus agréable possible à son partenaire. Pour une fois, il avait autant envie d’avoir du plaisir que d’en faire prendre. Les deux mains de Joshua virent se caler sur les hanches d’Emrys et il donna des coups de reins de plus en plus puissants, nombreux et rapide. Le plaisir déferlaient en lui à coup de vagues incroyablement fortes et sa respiration commençait à devenir plus soutenue. A plusieurs reprises, il laissa des râles graves de plaisir sortir de sa bouche. Il espérait que tout cela lui plaisait autant qu’à lui.

- Rha Emrys...

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Tilney
+ RUNNING OUT OF TIME
Emrys Tilney

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 6419
+ MAISON : aucune.
+ HOUSE POINTS : 413
+ LOCALISATION : Londres.
+ DOUBLE-COMPTES : none.

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 20:44

La première chose qui lui traversa l’esprit quand Joshua entra finalement en lui fut une pensée alarmante. Comment est-ce que les gens pouvaient supporter ça ? Il s’était attendu à ce que ça fasse mal mais pas à ce point là. Pourtant le médecin l’avait bien préparé, mais il ne s’était pas attendu à ce que ce soit aussi intense, à la limite du supportable. S’il n’avait pas été aussi borné, il aurait peut-être été capable de lui demander d’arrêter là, mais heureusement pour lui, il se força à prendre son mal en patience. Il savait qu’il allait s’y faire, que c’était une question de temps, et Joshua prenait tout son temps, il pouvait le sentir ça aussi. Il n’avait pas envie de le brusquer, heureusement, il devait bien sentir à quel point l’effort était difficile pour Emrys, même si c’était lui qui avait proposé. Il n’avait pas changé d’avis, il le voulait toujours, mais ça n’empêchait pas la douleur de le transpercer de part en part. Il serra les dents, le regrettant aussitôt en se rendant compte qu’il respirait beaucoup moins bien et que ça n’aidait pas à atténuer la douleur. Il se força à recommencer à respirer, essayant de rester calme et laissant Joshua prendre le contrôle de leurs mouvements à tous les deux. Encore une fois, il avait une confiance absolument aveugle en son meilleur ami et il savait pertinemment que ce dernier ne ferait rien qui constituerait un risque pour l’écrivain. Il se concentra sur ce qu’il pouvait tandis que Joshua commençait ses va-et-vient, essayant de se détendre, de le laisser le pénétrer sans opposer la moindre résistance, mais même avec toute la bonne volonté du monde, c’était plus facile à dire qu’à faire. Il allait lui falloir encore du temps pour s’habituer à l’intrusion, et une nouvelle fois, Joshua eut la bonne idée de venir le caresser. Ça atténuait la douleur, ou tout du moins ça aidait Emrys à se concentrer sur autre chose, et après moins d’une minute il commença même à retrouver le plaisir de tout à l’heure. Joshua en profita pour accélérer légèrement la cadence, arrachant un petit gémissement de douleur et de plaisir mêlé à son meilleur ami. Emrys ne voulait pas avoir mal, il ne voulait pas que Joshua culpabilise, ou pire arrête, c’était lui qui avait réclamé et il avait su en le proposant qu’il allait lui falloir du temps avant de pouvoir ressentir autre chose que de la douleur. Il fallait juste qu’il prenne son mal en patience, et Josh était parfait avec lui. Juste assez lent pour lui permettre de s’habituer. Il devait pouvoir sentir le corps d’Emrys se détendre au fur et à mesure parce que dès que l’écrivain se sentait prêt à en accepter plus, Josh s’exécutait, accélérant le rythme ou glissant un peu plus en lui.

Emrys agrippa les draps tandis que Josh venait poser ses mains sur ses hanches, accélérant à nouveau ses coups de reins. Il réussit à arracher un nouveau grognement de plaisir à son meilleur ami, même si l’écrivain n’était pas sûr de comprendre d’où celui-ci sortait. Il commençait vraiment à s’y faire, Joshua avait beaucoup moins de difficulté à bouger en lui et Emrys était capable de sentir ses mouvements de bassin. Il avait l’impression de pouvoir tout sentir, la dureté du membre de Josh qui trahissait son excitation, la façon dont ses mains agrippaient fermement son bassin pour l’empêcher de s’éloigner, son souffle saccadé sur son dos… C’était électrisant, d’une façon qu’il n’aurait jamais pu imaginer. Il lâcha même un grognement de plaisir en entendant l’exclamation de son meilleur ami. De toute évidence ça lui plaisait. Beaucoup. Ça rendait l’expérience cent fois meilleure pour Emrys qui alla même jusqu’à se redresser légèrement pour tester un angle différent. Il ne le regretta pas une seule seconde, Joshua vint caresser brièvement sa prostate et l’écrivain comprit tout à coup pourquoi les hommes avaient le désir de se faire prendre comme ça. C’était… intense, et purement jouissif. Il laissa échapper un petit cri de plaisir, surpris par la sensation et il se força à se redresser à nouveau, essayant de retrouver le même angle que tout à l’heure. Il avait envie d’y goûter à nouveau. « Encore… » Ordonna-t-il, le souffle légèrement court. Il se cambra un peu plus, s’offrant davantage à son meilleur ami dans l’espoir que ça l’inciterait à accélérer encore un peu. La douleur n’était à présent quasiment plus présente, ne restait plus que le plaisir, plaisir qui l’envahit à nouveau quand Joshua revint chatouiller sa prostate. Il lâcha un nouveau gémissement avant de venir mordre son oreiller, pour essayer de se forcer à se taire. Il n’avait pas l’habitude de ressentir ça et il avait honte d’y prendre autant de plaisir. C’était ce qu’il avait voulu, mais il se sentait quand même ridicule de crier de plaisir comme ça. « Josh putain. » Lâcha-t-il, le son à moitié étouffé dans l’oreiller tandis qu’il venait poser sa main sur celle de son ami, le forçant à arrêter ses caresses sur son membre. Il aimait ça, un peu trop, et il voulait que ça dure encore. Il ne voulait pas gâcher ce moment en jouissant trop vite, ça aurait été trop con, pas après tout ce qu’il avait enduré pour en arriver là. Il voulait en profiter au maximum. Il tourna légèrement la tête, relevant les yeux vers son meilleur ami. « Plus fort… » Demanda-t-il, ne trouvant cette fois-ci pas la gêne nécessaire pour rougir ou détourner les yeux. Il le fixa au contraire sans ciller, le regardant effectuer ses va-et-vient en gémissement de plaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Landers
CRACMOL
Joshua Landers

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 60
+ MAISON : Ancien de Serdaigle
+ HOUSE POINTS : 224
+ LOCALISATION : Londres - à l'hopital ou dehors probablement
+ DOUBLE-COMPTES : Aucun

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] EmptyDim 3 Aoû - 21:44


Il avait couché avec beaucoup d’hommes mais, aucune relation n’avait jamais été à la hauteur de ce qu’il vivait. Les sentiments, ça changeait tout. C’était tellement plus intense, plus foudroyant. Emrys l’acceptait de plus en plus en lui et c’était un délice de glisser dans cet étui si doux et chaud, si accueillant. Les choses allaient de mieux en mieux et c’était une bonne chose parce que se maîtriser avec une tentation pareille, c’était vraiment pas évident. Et puis, il toucha enfin le point le plus sensible qu’il cherchait à atteindre depuis le début sans y parvenir : la prostate de son écrivain. La réaction se fit rapide parce qu’il lui en demanda plus. C’était électrisant à entendre et un frisson le parcouru tandis qu’il répondait à la demande avec des mouvements plus amples cherchant à atteindre ce petit point de chair particulièrement sensible. Tout était si parfait. Alors il s’appliqua encore plus, ce qui était une bonne chose parce que s’il se concentrait trop sur ses sensations il ne tiendrait pas longtemps, c’était vraiment bon. Les gémissements d’Emrys, bien qu'étouffaient par l’oreiller était un délice sans nom. Mais il le maudit en silence de ne pas pouvoir l’entendre complètement, cela aurait été tellement plaisant comme son. Foutu machin !

Heureusement, l’écrivain le ramena à tout autre chose en le faisant lâcher son entre jambe. Joshua se demanda s’il n’avait pas serré trop fort ou était un peu brusque, il avouait qu’il recevait un peu trop d’informations en même temps et qu’elles étaient toutes plus troublantes les unes que les autres. Mais visiblement, Emrys ne souffrait pas. Au contraire, il tournait la tête vers lui et en réclamait plus. Bon sang, il n’avait pas le droit de lui dire ça en le regardant de cette façon, c’était trop… Il était adorable et sexy comme jamais à la fois, il n’arrivait pas à se décider. Le médecin ne se fit pas plus prier pour obéir de très bonne grâce. Il agrippa les hanches de son ami de ses deux mains, fermement et donna des coups de reins beaucoup plus violents en le fixant. Ses lèvres étaient entre ouverte et il avait, par moment du mal à garder les yeux ouverts sous le coup d’une décharge de plaisir plus violente. Il se mordit rapidement la lèvre, trouvant de plus en plus cette vision hautement sensuelle. Au bout de quelques minutes, il se retira brusquement et attrapa une épaule d’Emrys avec fermeté pour le placer sur le dos. Il avait besoin de pouvoir le voir, de pouvoir l’embrasser, de l’entendre, de le prendre dans ses bras. Il adorait la position qu’il avait choisit pour commencer et c’était sûrement très approprié pour commencer mais, il avait aussi envie de lui montrer que ce n’était pas qu’une partie de jambe en l’air, pas pour lui en tout cas.

Il se plaça entre les jambes d’Emrys maintenant face à lui, sur le dos et souleva son bassin pour le poser ses fesses au niveau de ses cuisses à lui. Il était dévoré par l’envie de recommencer ses mouvements, il se sentait subitement mal en n’était plus en lui mais, il prit sur lui et revient dans son amant plus lentement. Cette fois-ci, ce fut beaucoup plus facile et après quelques coups de reins il trouva la prostate d’Emrys avec un sourire triomphant, hautement arrogant. C’était tellement plaisant de pouvoir le voir, ça rendait tout ça plus réel. Il se pencha et revient l’embrasser beaucoup plus bestialement qu'auparavant. Il avait besoin de lui, il avait besoin de le goûter, de le toucher, d’être en lui, de tout. Qu’aurait-il pu faire sans lui ? Il cessa ses baisers pour venir mordiller son cou, il avait de plus en plus de mal à respirer correctement.

- C’est...c’est tellement bon Emrys… Tu… tu m’rends fou. Rhaaaaa…

Tout s’embrouillant dans sa tête mais, il avait encore assez de bon sens pour contenir ses sentiments. Il devait avouer que c’était très dur, il avait envie de lui dire qu’il l’aimait, aujourd’hui plus que jamais mais c’était un tabou qu’il ne franchirait pas, c’était beaucoup trop risqué. Il se mordit furieusement la lèvre et grogna encore son nom.

_________________
"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Tumblr_m39tmiLhty1qeswteo1_500
Why does he mean everything to me?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



+ ID CARD
+ NOTEBOOK

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]   "L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

"L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine." [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UPTOBOX] Des pissenlits par la racine [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: THE WORLD IS OURS :: Londres :: Le quartier moldu-