Partagez | .
 

 L'art compliqué de l'ouverture d'esprit - Severus&Hermione

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Severus T. Rogue
CRACMOL
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 28
+ MAISON : serpentard
+ HOUSE POINTS : 109
+ LOCALISATION : les cachots
+ DOUBLE-COMPTES : johann, emma & bella
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: L'art compliqué de l'ouverture d'esprit - Severus&Hermione   Lun 21 Avr - 14:50

Severus leva les yeux au ciel en entendant Granger remercier l’elfe de maison. Elle était décidément incapable de faire dans la mi-mesure. La décision du choixpeau de l’envoyer à Gryffondor avait longtemps laissé Severus perplexe, mais plus depuis quelques mois. Il avait appris que la jeune femme pouvait se montrer aussi bornée et impulsive que n’importe quel autre sang et or. Un défaut qu’il avait toujours eu du mal à supporter. Il fallait parfois savoir faire preuve de patience et de ruse pour faire avancer les choses, les confronter de front était bien souvent inutile, voire même dangereux. Et c’était peut-être ce que Granger avait le plus de mal à comprendre. Pourtant, voir la réaction du pauvre Elfe aurait du la guider un peu, mais bornée comme elle était, elle ne s’en rendait surement pas compte. Severus leva les yeux vers la jeune femme et se rendit compte qu’elle tremblait légèrement, ses doigts se resserrant autour de la tasse. Un effet de la fatigue et du froid sans doute, ce qui rassura Severus dans sa décision de faire amener du thé. Bien sur, il n’aimait pas gaspiller du temps, certainement pas lorsqu’il s’agissait de temps qu’il devait passer avec une Gryffondor, mais il était pleinement conscient du fait que, dans cet état, la jeune femme ne servirait plus à grand-chose. Il était cependant un peu tôt pour terminer leur cours, et il espérait réussir à la poser cinq minutes pour pouvoir aborder deux ou trois sujets qu’ils n’avaient pas eu le temps de voir pour l’instant. La pratique était déterminante, bien sur, mais la théorie avait également ses avantages lorsqu’on s’attaquait à une discipline aussi complexe.

Il hocha doucement la tête lorsqu’elle suggéra de s’entrainer encore un peu en dehors de leurs heures de cours. Il est vrai que leurs sessions seraient une perte de temps si la jeune femme n’essayait pas d’apprendre également par elle-même. Ce n’était pas avec une heure par semaine qu’on arrivait à maîtriser un sujet aussi vaste et aussi trouble. Severus était sur le point de lui demander si elle arrivait à vider son esprit avant d’aller se coucher – peu de chance – lorsqu’Hermione repris la parole. Il hocha à nouveau la tête avant de faire léviter une seconde chaise, qu’il plaça à côté de la table, face à la jeune femme. Il s’y assit avant d’attraper sa tasse, vérifiant rapidement que la température de l’eau était idéale avant d’en boire une gorgée. La jeune femme était effrayée, de quoi, il ne le savait pas, mais Severus arrivait à le lire sur son visage sans avoir besoin d’y regarder de trop près. Le professeur de potions s’était attendu à beaucoup de choses, mais pas à ça. C’était une question qui paraissait vaste mais qui, il en était sur, avait un but bien précis. Il prit une longue inspiration avant de reposer sa tasse. « Je suppose que votre ami Potter n’est pas étranger à cette question, ou tout du moins, qu’il l’a inspirée. » Severus croisa les jambes sous la table avant de se tourner vers la jeune femme, son regard plus sombre et concentré encore que tout à l’heure. « L’Occlumencie ne connaît pas de limite. A partir du moment où quelqu’un commence à jouer avec l’esprit humain, il y à fort à parier qu’il est capable de tout faire, » commença-t-il à expliquer. « Il est possible de modifier les souvenirs de sa victime, de les rendre troubles ou, au contraire, de les intensifier. Il est possible de les effacer ou de les cacher de manière à ce qu’ils soient presque inaccessibles. Je ne peux que supposer qu’il est également possible d’en créer de nouveau et de faire croire à sa victime qu’ils sont réels. » Severus termina sa tasse avant de se lever pour l’amener jusqu’à son bureau. Il prendrait le temps de la laver plus tard.

« Je n’ai moi-même jamais essayé une telle chose, et je ne connais personne qui en soit capable. Cela ne veut pas dire que c’est impossible, surtout pour un mage assez entrainé. » Severus se posa contre son bureau avant de passer une main sur son visage. Ils s’attaquaient à un terrain dangereux, et le plus dangereux, c’était que ce soit la jeune femme qui ait abordé le sujet. Elle était inquiète, il aurait fallu être aveugle pour le rater. Mais ce que Severus avait besoin de savoir était pourquoi. Albus n’était pas fou – malgré tout ce que Rogue pouvait en dire – il savait que Potter ne lui disait pas tout. Un comble quand on savait tout ce que le directeur avait mis en place pour le protéger. Mais s’il commençait à avoir des doutes, s’il pensait que le seigneur des ténèbres le manipulait, il aurait été complètement inconscient de ne pas en parler. En soi, cela n’aurait pas étonné Rogue outre mesure, Potter n’avait jamais su se montrer raisonnable.

« Pour autant que nous le sachions, le Seigneur des Ténèbres n’est pas au courant du lien qui l’unit à Potter. Il est donc fort peu probable qu’il puisse implanter des souvenirs dans sa mémoire. S’il venait à s’en rendre compte, il modifierait directement ses pensées propres pour que Potter reçoive des informations erronées. » Severus se tourna alors vers la jeune femme, attrapant son regard et la forçant à le soutenir. Son regard était sombre, sérieux, presque effrayant – en tout cas, d’après la majorité de ses élèves. Il n’avait pas spécialement envie de lui faire peur, mais elle devait bien comprendre la gravité de la situation. « Je ne vous ferai pas l’insulte de vous demander plus de détails sur la raison de votre question, je pense que ce serait également insultant pour moi. J’ose cependant espérer que si vous aviez le moindre doute sur le sujet, vous iriez immédiatement voir le Professeur Dumbledore, » dit-il avant d’ajouter : « Ou moi-même. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Cesare de Matteis
SORCIER
avatar

+ ID CARD
+ NOTEBOOK
+ MESSAGES : 224
+ MAISON : Sorciers
+ HOUSE POINTS : 439
+ DOUBLE-COMPTES : Aloisia Bateson
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: L'art compliqué de l'ouverture d'esprit - Severus&Hermione   Sam 26 Avr - 13:34

Severus & Hermione
I will attempt to penetrate your mind. You will attempt to resist



J'avais toute son attention et ça me perturbait. Je n'étais pas habituée à devoir faire face au professeur Rogue de cette manière. D'habitude, lorsque je me risquais à lever la main dans ses cours pour poser une question, il se contentait de lever les yeux au ciel avant de me donner la parole, ou bien parfois, il se contentait même de m'ignorer. Là, c'était tout le contraire. Il m'invita à parler en prenant une chaise pour s'asseoir en face de moi. Cette promiscuité était étrange et pourtant ne me dérangeait pas. Ce n'était pas ça qui me faisait douter du bien fondé de ma question. C'était avouer quelque chose dont je n'avais encore parlé à personne. Lui faire cette confidence à lui avant quiconque était surprenant. Mais rien de ma vie n'était bien normal ces derniers temps de toute façon. Je me demandais parfois comment les autres autour de moi pouvaient avoir l'air si heureux et insouciants. Plus rien ne me réjouissait vraiment ou alors, ça ne durait pas. Nous avions cette épée de Damoclès constante au-dessus de nos têtes, elle pouvait s'abattre à n'importe quel moment. L'attaque qu'avait subi le père de Ron en était un parfait exemple. Aussi stupide cela pouvait-il paraître, il m'avait semblé impossible qu'on s'en prenne à Arthur Weasley. Peut-être parce qu'il était l'un des êtres les plus bons et généreux que j'avais eu la chance de rencontrer. Ça ne montrait que davantage que personne n'était à l'abri. Et qu'il fallait tout faire pour protéger les gens que l'on aime, même demander à ceux qu'ils haïssaient comment leur éviter des ennuis.

Je n'aurais su dire si la question le choqua, Rogue avait une aptitude à masquer toute émotion remarquable. Il se contenta de prendre une longue inspiration avant de poser sa tasse. Le sujet était sûrement épineux, je m'en doutais bien, mais il était crucial. Je luttais pour ne pas rougir lorsqu'il souligna le fait qu'Harry était la cause de cette interrogation. En même temps, il aurait été difficile de lui cacher. Outre le fait qu'il se promenait régulièrement dans ma tête, tout le château était au courant des «crises» dont mon meilleur ami était victime. Certains pensaient que c'était du à la mort de Cédric Diggory, d'autres affirmaient que ce n'était qu'un moyen d'attirer l'intention. Les gens les plus proches de lui, et aussi surprenant que cela puisse paraître, Severus Rogue faisait parti de ce réseau, savaient la vérité. Ce n'était que la preuve d'un lien encore incompréhensible entre Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom et le jeune gryffondor. Il confirma mes soupçons et je fermais rapidement les yeux alors qu'il se relevait de son bureau, comme pour encaisser le coup. J'aurais aimé qu'il me rit au nez en me disant que c'était ridicule d'imaginer une telle chose. Savoir que la manipulation de l'esprit humain pouvait aller aussi loin était terrifiant. Le Mage Noir ne reculerait devant rien pour obtenir ce qu'il voulait, le pouvoir et par-là même, la mort du dernier Potter.

Le Maître des Potions étaient un des rares à appeler notre ennemi le «Seigneur des Ténèbres » et ça ne manquait jamais de me surprendre. Ça ne faisait qu'accroître la méfiance de mes amis à son encontre, mais ça n'était pas mon cas. Dumbledore lui faisait confiance et jusque-là, ça me suffisait même si je ne le comprenais pas toujours. Après avoir passé plus de temps avec lui durant nos sessions, je parvenais mieux à lui accorder un certain crédit, ce qui n'était pas peu dire vu les a priori que j'avais sur sa personne. Il attrapa mon regard comme pour être sûr et certain que l'avertissement était bien compris. Et je ne cillais pas, mes mains serrant la tasse de thé qui réchauffait mes doigts. J'aurais aimé lui répondre que je n'étais pas idiote, que je savais quel était l'enjeu de ces intrusions mentales. Qu'à la première alarme, j'aurais accouru pour prévenir Dumbledore du sort de mon ami, que j'aurais poussé ce dernier à dire la vérité à ceux qui pouvaient lui venir en aide. Mais je ne savais pas vraiment quelle serait ma réaction. Bien sûr, les prévenir était la bonne chose à faire. Et en même temps, je me rappelais de la colère des garçons lorsqu'en troisième année, j'avais averti McGonagall concernant l'éclair de feu. C'était encore plus dangereux de risquer de nous séparer. Harry était une vrai tête de mule, il prendrait mal le fait que je le pousse à la confession et vu son caractère épouvantable des dernières semaines, je ne préférais même pas m'y risquer.

«- Bien sûr, professeur. »

Je mentais comme une arracheuse de dents tout en soutenant son regard. C'était plus facile qu'auparavant, peut-être que finalement l'occlumancie commençait à porter ses fruits. Je n'aimais pas l'idée de me perfectionner dans le mensonge mais avec les temps qui couraient et Ombrage qui ne nous épargnerait pas si elle apprenait nos activités prohibées, mieux valait cela que le contraire. Je finissais mon thé en posant la tasse sur la table. Je me relevais ensuite, mes mains venant plisser ma jupe pour fuir ses yeux bien trop perspicaces. Je préférais encore reprendre notre leçon plutôt que de continuer sur ce terrain glissant. Je n'étais pas certaine de pouvoir reprendre l'exercice, pourtant j'allais essayer, malgré la fatigue et le froid. Ma prouesse passée m'avait redonné l'espoir que je commençais à perdre après ces dernières semaines.

«- Je suis prête à recommencer si vous le souhaitez. »

Je me permettais finalement de replonger mon regard chocolat dans ses yeux sombres. Il restait toujours cet homme froid et distant, et pourtant j'avais l'impression de pouvoir compter sur lui. C'était peut-être parce qu'il m'apprenait à protéger mon esprit, malgré des méthodes discutables. Ou bien parce qu'il se proposait d'être celui à qui je pourrais me confier si le Lord venait à faire un pas de trop dans l'esprit de mon ami. Je savais qu'avoir vu ce souvenir de lui plus jeune y était également pour beaucoup même si je préférais ne plus trop y penser.




© Chieuze

_________________
    “Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.”
    “Hope not ever to see Heaven. I have come to lead you to the other shore;
    into eternal darkness; into fire and into ice.”
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
 

L'art compliqué de l'ouverture d'esprit - Severus&Hermione

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
unbreakable vow :: HOGWARTS :: les couloirs communs :: Les cachots-